Le climat économique se dégrade fortement en France

 |   |  315  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
L'indicateur synthétique du climat des affaires dans l'industrie manufacturière a baissé de six points en septembre, tandis que la confiance des ménages français s'est nettement dégradée durant l'été.

Le climat général des affaires en France s'est fortement détérioré en septembre, selon l'enquête mensuelle de conjoncture publiée ce vendredi par l'Insee. L'indicateur synthétique du climat des affaires dans l'industrie manufacturière a baissé de six points à 99, repassant sous le seuil de 100 qui correspond à la moyenne de longue période de cet indicateur. Il retrouve ainsi son niveau d'août 2010.

L'indicateur du climat des affaires dans son ensemble, en incluant les services, le bâtiment, le commerce de gros et le commerce de détail, a parallèlement baissé de huit points à 97. "Le climat conjoncturel se dégrade dans tous les secteurs à l'exception du bâtiment", souligne l'Insee. L'indicateur des services chute quant à lui de huit points à 95. L'indicateur de retournement, en léger repli depuis avril, "bascule nettement en zone défavorable".

Par ailleurs, la confiance des ménages français s'est nettement dégradée durant l'été, toujours selon l'Insee. L'indicateur synthétique de la confiance des ménages ressort à 80, en baisse de cinq points par rapport à juillet, et se situe désormais au plus bas depuis février 2009.

Tombé à 77 en octobre 2008, ce baromètre du moral des consommateurs était remonté à 91 début 2010. Il évolue depuis septembre 2007 en dessous de sa moyenne historique de 100. Dans un contexte dominé par la crise de la dette et la baisse des marchés financiers, l'opinion des ménages sur leur situation financière personnelle future baisse rapidement, précise l'Insee dans un communiqué: le solde correspondant cède six points en septembre par rapport à juillet.

De plus, les ménages jugent que le moment est nettement moins favorable pour épargner, le solde correspondant abandonnant huit points et repassant sous sa moyenne historique. Les craintes d'évolution du chômage sont en forte hausse tandis que le solde des réponses sur l'évolution du niveau de vie futur chute.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2011 à 8:45 :
Face à cette détérioration de l'économie, l'absence de remèdes, les déficits budgétaires astronomiques, les déficits commerciaux abyssaux, le programme du FN dirigée par Marine Le Pen semble être le dernier recours pour affronter une catastrophe imminente.
a écrit le 01/10/2011 à 14:24 :
Y a du gris dans ton c?ur, Ça fait rire les oiseaux, oh oh oh oh, Ça faire rire les abeilles, Rire les oiseaux, Ça. chasse les nuages, Rire les oiseaux oh oh oh oh ...
a écrit le 30/09/2011 à 9:47 :
Pas d'Europe technocratique au rabais !

Ténor du Non, Philippe Seguin avait tout dit dans son mémorable et toujours actuel discours sur la France, prononcé à l?Assemblée Nationale :
« Monsieur le Président, Madame, Messieurs les premiers ministres, mes chers collègues,
que l on ne s?y trompe pas la logique du processus d engrenage économique et politique mis au point à Maastricht est celle d un fédéralisme au rabais, fondamentalement antidémocratique, faussement libéral et résolument technocratique.
L?Europe qu?on nous propose n est ni libre, ni juste, ni efficace.
Elle enterre la conception de la souveraineté nationale et les grands principes issus de la révolution : 1992 est littéralement l anti-1789. Beau cadeau d anniversaire que lui font, pour ses 200 ans, les pharisiens de cette République qu ils encensent dans leurs discours et risquent de ruiner par leurs actes .»
a écrit le 30/09/2011 à 9:16 :
Les économistes nous chantent toujours les mêmes refrains. C'est peut-être leur gagne pain et nous savons depuis toujours que les français aiment la morosité pour cacher leur manque en réjouissance de cette sexualité. C'est peut-être la faute de cette trop dépendance à nos médicaments anti-compresseur.
a écrit le 30/09/2011 à 7:40 :
Et nous empruntons des milliards pour venir au secours de la Grèce qui nous remboursera jamais. Il faudra donc se saigner un peu plus pour aider les autres. Donc plus d'impôts en perspective, plus de chômage chez nous et surtout plus de misère ! Les restos du coeur ont de beaux jours devant eux. Mais on se console en voyant le nombre de sénateurs( si productifs de richesse) en augmentation. Pour eux, crise ? connait pas !
a écrit le 28/09/2011 à 22:51 :
Détendez-vous, tout va bien se passer...

Restez bien sages devant votre télé et continuez de vous faire entuber comme des moutons...

Votre fric va s'envoler, le chômage exploser et la misère s'installer...

Demain, c'est aujourd'hui en pire...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :