Le prix du tabac augmentera le 17 octobre

 |   |  531  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Prévue dans le plan de rigueur annoncé cet été, la hausse de 6% du prix du tabac, qui devait intervenir début octobre, sera appliquée le 17 octobre.

Les fumeurs s'attendaient à payer plus cher leur paquet de cigarettes ce lundi matin. Il n'en est rien. Et pour cause. Cette hausse de prix n'interviendra que le 17 octobre. Le ministère du Budget a confirmé une information d'Europe 1 précisant ce "report", la date du 3 octobre étant jusqu'alors considérée comme acquise. Toutefois, "il n'a jamais été question du 3 octobre mais du début du mois", objecte-t-on au ministère du Budget.

Selon Bercy, le délai du 24 août au 17 octobre est nécessaire à l'impression des nouvelles étiquettes et surtout aux négociations avec tous les fabricants de tabac. De fait, cette hausse repose cette fois sur une augmentation de leurs tarifs par les cigarettiers eux-mêmes et non directement pas une augmentation des taxes sur le tabac. Le résultat est cependant le même : faire rentrer plus d'argent dans les caisses de l'Etat.

600 millions d'euros pour l'Etat

Car cette hausse est une des mesures du plan de rigueur annoncé le 24 août par François Fillon et destiné à respecter les objectifs de réduction du déficit public (à 5,7% du PIB cette année et 4,5% en 2012). Elle doit d'ailleurs, dans cette perspective, être suivie d'une autre en 2012. Si elle a été présentée fin août comme une mesure de "santé publique" au même titre que la hausse des taxes sur les boissons alcoolisées et la création d'une nouvelle sur les boissons sucrées, il s'agit bien pour l'Etat de récupérer des recettes supplémentaires pour atteindre les 12 milliards d'économies prévues (dont un peu plus d'un milliards dès cette année). Cette mesure, inscrite dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2012, doit rapporter à l'Etat, via la Sécurité sociale, 100 millions d'euros en 2011 et 600 millions d'euros en 2012.

Les buralistes invités à se diversifier

Cette nouvelle hausse, qui devrait renchérir le prix du paquet de cigarettes d'environ 30 centimes en moyenne, intervient quinze jours après l'annonce d'un plan pour lutter contre la contrefaçon de cigarettes. Pas sûr que Valérie Pécresse obtienne satisfaction sur tous les tableaux, la hausse du prix du tabac entraînant souvent un regain des ventes de cigarettes contrefaites. D'autant que la grogne des 34.000 buralistes pourrait venir envenimer le débat avant la présidentielle, nombre d'entre eux se plaignant de voir fondre leur activité du fait des hausses de prix, voire de devoir mettre la clef sous la porte.

En prévention, la ministre du Budget a signé avec la profession le 23 septembre dernier le "troisième contrat d'avenir". Celui-ci "cible le dispositif d'aide sur les buralistes en difficulté (installés dans les départements frontaliers ou en milieu rural où le maintien de commerces de proximité est difficile sans l'intervention de l'Etat)". Par ailleurs, "les buralistes continueront à bénéficier d'une remise compensatoire, attribuée en fonction de la diminution du chiffre d'affaires du débit de tabacs concerné, plafonnée à 50.000 euros". Enfin, ils sont incités à diversifier leurs activités avec une nouvelle prime "de service public de proximité" pour le respect d'engagements en la matière (vente de timbres fiscaux, timbres-amendes, presse...).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2011 à 18:13 :
Ils peuvent augmenter tant qu'ils veulent ! Bientôt 8 mois que je ne fume plus grâce à la cigarette électronique ! J'ai eu le bonheur de croiser un forum d'entraide - www.forum-ecigarette.com - j'ai commandé un kit adapté à ma consommation de tabac et trois jours plus tard, je jetais mon dernier paquet de cigarette ! Renseignez-vous, la cigarette électronique est une véritable alternative au tabac. Lisez les témoignages sur ce forum et vous serez surpris de constater le nombre d'arrêts ! Pour moi, c'est fini. Le tabac fait bel et bien partie du passé et ma santé est transformée !
a écrit le 04/10/2011 à 20:39 :
Il y a quelques années, l'Etat a aboli de nombreux timbres fiscaux faute de rentabilité, dont 110 d'un coup. On peut les restaurer en multipliant leurs prix par 10 ou 20.
Au Portugal, on ne peut écrire à une administration que sur du papier timbré acheté auparavant. Les buralistes pourraient le vendre, ainsi les cartes prépayées pour télécharger certains formulaires.
a écrit le 04/10/2011 à 20:25 :
L'Etat avoue une fois de plus que la santé publique est un simple prétexte à taxer, ça et d'autres choses.
Les trafiquants hors la loi peuvent remercier nos dirigeants. Leur part va augmenter.
a écrit le 04/10/2011 à 11:15 :
Quel bande de rigolo, heureusement que la contrebande existe (certe avec ses mauvais côtés) pour contre-carré ses voleurs qui font passer les ventes des buralistes comme légale simplement par le faite qu'ils sont taxé ... santé publique ? Ils n'en n'ont strictement rien à faire que Pierre, Paul ou Jacques se polluent les poumons, tant qu'ils continuent d'acheter des clopes malgré les incessantes hausses de prix. Vous plaignez pas que les Français optent pour le marché noir et le travail au noir, vous faites tout pour ça messieurs les HAUT INUTILE à notre pays
a écrit le 04/10/2011 à 5:48 :
Près d'un tiers des cigarettes consommées en France proviennent de l'étranger et de la contrebande, demain grâce à l'Etat ce sera 60%... Avec autant de rentrées fiscales en moins.. A force de vivre dans les Palais de la République ces gens sont complètement eloignés des realités et mènent dans bon nombre de domaines une politique totalement contre-productive.
a écrit le 04/10/2011 à 5:06 :
Marre de payer dans ce pauys ;/
a écrit le 03/10/2011 à 18:06 :
Cette forme de prohibition va avoir pour conséquence un développement des fraudes et du trafic en tout genre.
Au final, le tabac comme le carburant, bien que nocif pour le santé, sont les fonds de roulement de l'Etat. Le prétexte de santé publique n'est certainement pas le motif premier car vu le niveau des taxes ponctionnées, il s'agit bien de ponctionner ceux qui ne peuvent plus s'en passer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :