Le scénario catastrophe de S&P pour la France

 |   |  363  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dans le cas où la zone euro entrerait en récession, la note de la France risquerait d'être abaissée, prévient une étude publiée par l'agence Standard & Poor's ce vendredi.

Dans un scénario catastrophe, où la production intérieure reculerait dans la zone euro, l'agence Standard & Poor's dégraderait d'un cran la note de la France. Celle-ci passerait alors de AAA à AA+.

L'agence de notation financière prendrait cette décision dans deux cas de figure : une "simple" récession ou bien une récession accompagnée d'une forte hausse des taux d'intérêt. Même dans le cas le plus extrême, les banques françaises, dont les valeurs boursières ont été secouées cet été, n'auraient pas besoin de recapitalisation.

La semaine dernière c'était Moody's qui annonçait mettre surveiller étroitement la France, actuellement notée Aaa avec "persepective stable".

Dans un climat de haute tension sur les marchés, S&P prend tout de même ses précautions. Une porte-parole de l'agence de notation a ainsi précisé à l'AFP que "ces simulations ne reflètent pas les hypothèses de base de Standard & Poor's, qui sont celles intégrées dans les notes actuelles" et que la force "des tensions" économiques envisagées sont "improbables". 

Italie, Espagne et Portugal seraient dégradées de deux crans

Le cas d'autres pays européens a aussi été étudié. Dans tous les cas de figure, l'Allemagne conserverait son "AAA". Mais des pays comme l'Espagne, l'Italie, le Portugal verraient leur note degradée de deux crans. Pour l'Irlande, la baisse serait d'un cran.

Selon S&P, vingt des quarante-sept banques européennes étudiées verraient leur ratio de solvabilité tomber en dessous de 6%. Elles nécessiteraient une injection de fonds propres supplémentaires de 78 milliards d'euros dans le scénario le plus favorable (et de 91 milliards dans le cas le plus sombre). Pour l'ensemble de la zone euro, la facture pourrait atteindre 115 milliards d'euros.

L'effort serait essentiellement supporté par l'Espagne qui aurait besoin de 28 milliards d'euros en cas de récession simple. La Grèce viendrait ensuite avec 22 milliards d'euros à réinjecter, puis l'Italie (17 milliards) et le Portugal (9 milliards). Dans ces hypothèses extrêmes, S&P retient une décote de 60% sur la dette grecque, mais rien pour les autres dettes souveraines.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2011 à 17:33 :
seule solution : la planche a billet. on rembourse tout et d'une pierre deux coups on fait baisser l'euro qui est bien trop fort. et apres, on ne fait plus que des emprunts a la Bce sans passer par les margoulins des banques privees. mais faudrait avoir des cojones et ne pas avoir ete mis au pouvoir par rothschild and co.
Réponse de le 24/10/2011 à 20:16 :
yesssssss !!!!
Réponse de le 24/10/2011 à 22:30 :
SIMPLE!!!
Réponse de le 25/10/2011 à 7:01 :
Lu aujourd'hui au sujet de l'Argentine : "Cristina Fernandez applique une politique interventionniste - contrôle des prix, quotas agricoles, financement de la dette par une partie des réserves de la banque centrale - <b>qui lui vaut l'animosité des marchés financiers.</b>
(la croissance atteindra 8% cette année, le chômage est à son plus bas niveau depuis vingt ans, la confiance des ménages à un plus haut historique )

Cette présence de l'Etat dans la vie économique rassure une partie des Argentins, encore traumatisés par la "banqueroute" du pays dans les années 2001-2002, après des années de libéralisme forcené comme lors de la présidence de Carlos Menem."

Sans autres commentaires...
Réponse de le 25/10/2011 à 16:24 :
Entièrement juste
a écrit le 24/10/2011 à 14:20 :
Quelle préparation psychologique laborieuse et prudente ... Il ne faut surtout pas froisser les Français.
Les agences de notation ont été beaucoup plus brutales avec les Italiens et les Espagnols.
On y passera de gré ou de force à notre AA +......dans un premier temps !
a écrit le 24/10/2011 à 10:28 :
Il faut absolument revenir sur la loi dite de Rotschild votée en 1973 en France, qui oblige l?État français à emprunter aux banques privées. J'ai entendu dire que les français ont une épargne vraiment importante... C'est sans doute simpliste mais on peut constater que le Japon n'est pas vraiment concerné par ces notations, même si leur dette est énorme.
a écrit le 24/10/2011 à 9:26 :
Il n'est grand besoin d'être une agence de notation internationale pour savoir que conjuguer récession et incitation à l'épargne ne vont pas ensemble. Néanmoins on ne peut pas continuer à utiliser comme outils économique des agences issues d'un système de capitalisme effréné dont on ne voit pas l'issue ; notamment dans la gestion humaine, et la volonté d'objectifs
a écrit le 23/10/2011 à 21:31 :
Scénario "CATASTROPHE" ???? C'est quoi encore ce titre bassement racoleur ? Franchement ma chère Tribune vous tombez dans le tabloïd à l'anglaise...
a écrit le 23/10/2011 à 9:53 :
Et S&P elle avait noté la dette Grecque comment l'année dernière ??? C-- j'espère .... ah non ??? encore en retard d'un wagon et obligée de faire du zèle pour faire passer leur incompétence passée ....
a écrit le 22/10/2011 à 21:06 :
Je ne vois pas en quoi ceci est un scénario catastrophe. Cela me semble tout à fait plausible, vu la chute des différents indicateurs économiques. IL est donc très probable que la France perdra son AAA à plus ou moins long terme. Ceci fera monter les taux d'intérèt de l'état et des particuliers, et en particulier cela aura des avantages, notamment une chute ds prix immobiliers, ce que les jeunes attendent avec impatience. Comme quoi tout n'est pas noir !!
Réponse de le 24/10/2011 à 0:24 :
Ce que les jeunes avec un apport personnel significatif attendent avec impatience. Pour les autres, le prix global restera inchangé...
Réponse de le 24/10/2011 à 10:40 :
non au contraire ! faites une simulation avec des taux différents, vous verrez que le coût global diminue ! plus le taux est long moins la durée est possible ! l'achat immo n'a jamais été aussi cher ! ce qui dans le cas présent fait le coût, c'est la durée possible grace aux taux très bas.
a écrit le 22/10/2011 à 13:51 :
vous voyez !! on se concentre sur l'europe et comme çà on oublie le réel problème qui est la dette des pays anglo saxons !! il faut que l'UE si elle veut survivre crée sa propre agence de notation comme l'a fait les chinois qui ont déjà mis une sale note à tous les pays occidentaux !!
franchement , suis étonné que même les états se plient devant ces agences de notation
Réponse de le 22/10/2011 à 19:39 :
La chose, c'est que même les agences de notation asiatiques ont depuis longtemps dégradé la France dont l'agence chinoise Dagong. Il ne suffit donc pas de crier au loup anglo-saxon qui n'est pas dans la même posture (Anglais et Américains ont voté plusieurs assouplissement monétaire ou QE) et n'est lié par aucun traité européen handicapant car le problème, en plus d'être du à l'égoisme allemand, est aussi institutionnel car du au mode de prise de décision au sein des institutions européennes : celui de l'unanimité. Vraiment ridicule. Bien démocratique mais tellement irréaliste car ne prenant pas en compte la taille. Or, il s'agit bien là d'un pb de taille critique. Cela, aggravé par l'élargissement européen fait à la hâte. Un élargissement qui est certes salué par les patronats mais qui crée tension sociétale et hétérogénéité.

La France, avec ses 5,7% de déficit, ses 85,4% de dette publique, son taux de croissance économique atone (sans doute moins de 1% en 2011) est encore notée AAA. C'est contre nature et ce ne sont pas les économies de chandelles qui feront changer la tendance sous le poids du vieillissement de la population.

La planche de salut viendra ss doute une fois de plus des Etats Unis qui finiront par mettre le nez dans les bisbilles européennes. En dépit des déclarations critiques des dirigeants européens qui gonflent les pectoraux alors que depuis des mois, c'est le bourbier.

++
Réponse de le 22/10/2011 à 21:03 :
@sam : USA pas de services publiques, pas d'impôts pour les riches, assurances privées et dette à 100% du PIB ! et certes ils n'ont pas de pbs d'unanimité mais des tea party, et des contribuables qui n'accepteront jamais au grand jamais de payer plus d'impôts, et qui ont eux aussi desindustrialisé leur pays et qui ne pourront plus maintenant revendre au monde entier des produits financiers complexes (subprimes par ex ) qui étaient pourtant la base de leur croissance ces 20 dernières années .... mais en mettant l'accent sur les dettes des pays Européens cela leur permet de rediriger les flux de capitaux vers la leur de dette maintenant qu'ils ne peuvent plus se permettent de faire de QE vu l'inflation qui monte qui monte (voir inflation en GB) ....
Réponse de le 23/10/2011 à 7:46 :
Entierement d'accord! la "croissance" en GB et US ces 20 dernieres années s'est basée sur des arnaques financières internationales. D'abord les Chinois et Taiwanais ont mordu a l' hameçon en finançant les US a bloc, ici en Europe ont a été émervéillé de voir la GB post Thatcher devenir une économie de "services financiers" auxquels tout le monde a mordu sans jamais rien comprendre. Aujourd'hui, les pays qui ne sont pas dans ce système sont rabaissés pour que continue la supercherie: un max de blé qui continue a alimenter le mode de vie US, et la GB qui est a un niveau de dette et de vieillissement de la population bien pire que nous
a écrit le 22/10/2011 à 13:18 :
et l'angleterre!!! et les Usa!!!!!! ils ne les degradent pas ????? c'est injuste. nous sommes en pleine guerre financière. Aux armes citoyens!
a écrit le 22/10/2011 à 13:03 :
en 1929 les usa on provoques une crise boursière nous avons vu ce qu il s est passe quelque années plus tard en 2008 les usa on provoque de nouveau une crise boursière il va se produire encore un seisme
a écrit le 22/10/2011 à 9:11 :
il devient urgent pour notre gouvernement de prendre des mesures drastiques pour faire en sorte de sauver notre économie et nos acquis ce gouvernement doit plus penser au pays ? " qu"a la réelection de Mr sarkozy " que l'on puisse penser un seul instant qu'il seraIt réelu est aujourd'hui utopique l'urgence étant tout simplement de :
sauver le soldat france d'une crise avec des conséquences que l'on ose penser !!!
Réponse de le 22/10/2011 à 12:07 :
l'ump ou le ps n'ont clairement pas compris l'urgence actuelle.que sarko soit infoutu de rogner sur le train de vie de l'etat est pathetique.quant a hollande il semble encore pire
a écrit le 22/10/2011 à 6:35 :
Le scénario est incomplet. A fukushima, c'était tremblement de terre et tsunami. Ici il faut envisager récession européenne, faillite de la Grèce et répercussions sur le système financier et monétaire européen. La recapitalisation des banques françaises doit être préparée. Et vite, on n'a plus le temps de tergiverser.
Réponse de le 22/10/2011 à 21:09 :
Pour recapitaliser les banques, c'est très simple : qu'elles lancent une augmentation de capital. J'espère qu'elles n'imaginent pas une seconde être aidées par l'état, car les finances publiques de celui-ci ne le permettent pas, et les citoyens ne l'accepteraient pas.
Réponse de le 23/10/2011 à 17:10 :
@Simple : non ce n'est pas simple, les marchés ne sont pas débiles comme les Européens. Qui achèterait de la dette de banques qui ont nié le problème et dont on ne connait pas la véritable exposition aux risques ?
a écrit le 21/10/2011 à 22:22 :
Que l'on aime ou pas le personnage... Il voit bien...!!! On aimerait une telle liberté de parole de la part du personnel politique actuel... de droite et de gauche...!!!

"Voici enfin un objectif stratégique pour le peuple européen, ce peuple présenté comme divisé, malmené par les médias internationaux, faiblement représenté sur la scène mondiale, ce peuple qui doute de son avenir économique ; voici donc qu'on peut lui proposer un objectif stratégique : battre la spéculation internationale qui cherche à détruire sa monnaie.
La création de l'euro a été une grande avancée pour l'Europe et un succès sur le plan international. Un des plus grands marchés de consommation dans le monde n'aurait pas pu fonctionner avec une quinzaine de monnaies flottant entre elles. La crise actuelle, provoquant une cascade de dévaluations compétitives, aurait disloqué le système et infligé des secousses graves aux entreprises. Les Européens auraient découvert l'angoisse de vivre dans un champ de ruines monétaires.
Sur le plan technique, cette création de l'euro a été un succès. En une décennie, l'euro est passé devant le yen, la livre sterling et le franc suisse, pour devenir la deuxième monnaie d'usage mondial, après le dollar. Mais, dès sa naissance, l'euro a fait l'objet de critiques de la part d'une grande partie du système financier anglo-saxon, notamment celui qui est concentré à New York. L'argumentation était simple : vous ne réussirez pas à créer l'euro et, si vous le faites, par la suite, vous échouerez ! Ce raisonnement a été tenu par Alan Greenspan, quelques années avant que la calamiteuse gestion monétaire ait assuré la déconfiture d'une bonne partie du système bancaire américain.
Aujourd'hui, il ne s'agit plus de critiques, mais d'attaques délibérées contre l'euro. Celles-ci ne proviennent pas des gouvernements, mais des opérateurs spéculatifs. Ces derniers, qui disposent encore d'une masse abondante de liquidités, à New York comme à Londres, évaluée à plus de 4 trillions d'euros, ne cherchent pas à les investir de façon durable dans des entreprises, à la manière des fonds souverains chinois et arabes, mais à réaliser des profits à court terme, en pianotant sur les ordinateurs des marchés.
Ils ont choisi pour cible spéculative la dislocation de l'euro. Il est vrai que certains petits pays de la zone euro ont conduit des gestions budgétaires irresponsables, aggravées par la crise. Mais l'objet de la spéculation n'est pas seulement de tirer profit de ces fautes de gestion : c'est, au-delà, de s'attaquer au système monétaire lui-même.
On peut en voir la preuve dans deux indices. Le premier, c'est que la spéculation semble suivre une piste, comme un fauve reniflant le sang, passant successivement d'un pays de la zone euro au suivant : Grèce, Irlande, Portugal, tout en louchant du côté de l'Espagne. Le second indice est que la spéculation ne s'intéresse pas à la Grande-Bretagne, ce dont je me réjouis, bien que son déficit budgétaire soit supérieur (10,5% du PIB) à la moyenne des déficits de la zone euro, pour la seule raison que ce pays n'appartient pas à cette zone.
Ainsi, la spéculation new-yorkaise attaque la monnaie européenne. La réponse doit être sans pitié : les Européens doivent défendre leur monnaie et battre la spéculation.
Les dirigeants de l'euro-Europe, en particulier Angela Merkel et Nicolas Sarkozy à Fribourg, ainsi que le gouverneur de la Banque d'Italie, Mario Braghi, ont fait à ce sujet d'excellentes déclarations.
La stratégie victorieuse comporte deux aspects. Le premier est psychologique : il consiste à affirmer que l'euro n'est pas en danger. Une monnaie flottante qui s'appuie notamment sur les économies allemande, française, néerlandaise et italienne et dont le cours reste toujours supérieur à son cours d'introduction (1 E = 1,17 $) ne peut pas être détruite par le marché. Il n'existe aucun précédent.
Le second est technique : il s'agit de contrer la spéculation sur son terrain. Pour cela, ses mouvements doivent être suivis minutieusement au jour le jour. Pour réaliser les " sauvetages ", un important dispositif, et qui semble suffisant, a été mis en place.
C'est à la Banque centrale européenne qu'il revient de surveiller les activités du secteur bancaire.
Il subsiste un maillon manquant : celui de la dette émise par les Trésors publics nationaux.
Aussi paraît-il souhaitable de créer une " cellule anti-spéculation " regroupant les meilleurs spécialistes des Trésors français, allemand et italien, notamment pour suivre au jour le jour les mouvements spéculatifs sur les bons et sur les titres de la dette, et imaginer les mesures propres à les contrarier.
La crise a rendu évidente la nécessité d'une plus grande cohérence entre les politiques économiques. N'utilisons pas l'expression malheureuse de " gouvernance économique ", car une grande partie de cette " gouvernance " restera nationale. Utilisons plutôt l'expression " coordination exigeante ".
La bataille est engagée.

La spéculation, encouragée par la presse financière internationale anglo-saxonne, paraît sûre de son arrogance.

Faisons-lui mordre la poussière.

Et que vive l'euro !"

Valéry Giscard d?Estaing


Réponse de le 22/10/2011 à 6:23 :
très long mais réaliste,bravo pour votre commentaire.
Réponse de le 22/10/2011 à 9:49 :
Votre commentaire me rappelle ceux qui pensent que l'histoire française a débuté en 1789, puis les derniers arrivants qui sont persuadés qu'elle a commencé en 1939. Quid de l'économie historique des nations ? Quid du véritable esprit d'émulation ? Quid de la consommation de masse imposée en 1946 ? Votre utopie va nous mener droit à la ruine, j'ai l'impression de lire Staline à propos de l'URSS. Si tout le monde n'a pas eu la chance d'avoir eu des parents communistes, vous n'avez même pas l'excuse de ne pas avoir connu l'école. Il eut mieux valu que vous usiez vos pantalons durant les cours d'histoire plutôt qu'à ceux du polit bureau des IEP, très proches de vos propos.
Réponse de le 22/10/2011 à 19:51 :
@Bastien: tu me fais rigoler ... tu vocifères contre Staline a juste titre, contre l'Europe aussi (pas à juste titre) , mais les solutions économiques concrètes que tu prônes dans la majorité de tes commentaires sont celle de Deng Xiaping .... Tu es le champion du grand écart ....
a écrit le 21/10/2011 à 19:10 :
Hmmm, les agences de notation rêêêvent de dégrader la France... Un bon coup de french bashing tout anglo-saxon ? Je pourrais plaisanter si on ne m'explique pas pourquoi le Royaume-Uni échappe curieusement à de telles menaces en dépit d'une stagflation bien plus compromettante pour l'avenir (et des ratios pas plus brillants qu'en France)...
Réponse de le 21/10/2011 à 19:30 :
+1
Quand on voit que les USA quand on les dégrade ça ne leur fait ni chaud ni froid...si ça fait peur au Chinois qui détiennent beaucoup de dette Américaine mais c'est tout!!
Réponse de le 22/10/2011 à 6:44 :
@balafenn: vous m'avez battu sur le poteau, je voulais écrire la même chose que vous...qu'en est-il de la GB et de sa rente pétrolière qui s'épuise en plus de leur trou budgétaire abyssal??? tout va bien n'est ce pas? ils ont encore moins de perspective que nous, un budget en plus grand danger, mais c'est sur nous qu' on s'acharne
Réponse de le 22/10/2011 à 7:43 :
A Balafenn,

Pourquoi le Royaume Unis échappe à cette menace, parce que le RU a pris des mesures convaincantes... (La France n'a pris que des mesurettes... taxes sur les sodas, le tabac etc...)
Réponse de le 22/10/2011 à 8:46 :
Les agences de notations ont toujours été plus indulgentes avec le Royaume-Uni (et les USA).
La dette/PIB au Royaume-Uni a dépassé en 2010 les 80 % du PIB et les déficits restent importants sur 2011 (8.1%) et 2012 (6,6%), la dette atteindrait 94 % fin 2012. Soit une situation plus dégradée que celle prévue pour l?Espagne.
Les mesures prises ne résisteraient à une nouvelle crise en Europe en raison de la dépendance de l'économie britannique avec celle de l'Europe.
Réponse de le 22/10/2011 à 9:51 :
Soyons sérieux, sauf à être à 2 heures d'une annonce de ruine, aucun des agences ne s'attaquera à l'Angleterre, même si votre commentaire est fort juste. De même, la France devrait être notée B au regard de sa situation économique et des normes appliquées. Même un A+1- serait excessif avec 1700 milliards d'euros de dettes et un déficit commercial constant. Le tsunami viendra de l'étranger, USA en tête, mais il emportera tout.
Réponse de le 22/10/2011 à 10:53 :
@Gary: oui, quelles mesures?? fermer toutes les créches et services sociaux du jour au lendemain ou renvoyer des vieux de 90 ans dans leur famille? et c'est ça qu'il faut faire pour être bien noté? c'est ni le problème ni la solution, il faut produire or la GB ne produit rien hormis des "produits financiers" a la con qui sont de l'esbrouffe et du pétrole qui finira d'ici 10 ans. Mais ça, les SP et consorts refusent de le voir car ce sont leurs potes anglo americains a la city
Réponse de le 22/10/2011 à 19:35 :
Tout a fait vrai , USA et GB sont maintenant complètement out ... mais il leur reste des agences de notations pour essayer de rediriger les capitaux dont ils ont tant besoin vers leur économies .... et puis cela fait tellement plaisir a certains français ... ils auraient tord de s'en priver ....
a écrit le 21/10/2011 à 15:42 :
je suis sur qu'en privilegiant un plan de suppression de nos elus environ 40 pour cent et bien entendu tout le personnel inutile qui les entoure (comme dans ma region ,le neveu
la fille et une amie de l'epouse )nous avons le gros et unique avantage de faire vivre un elu par quatre vingt citoyens a ce chiffre assez incroyable se rajoute le personnel afférant ,donc ce plan de suppression nous permettrait de conserver notre triple AAA
Réponse de le 21/10/2011 à 17:20 :
une évidence que ni la droite ni la gauche n'auront le courage d'affronter !
Réponse de le 24/10/2011 à 11:43 :
Ce n'est pas une question de courage, mais d'intérêt au pays où le corporatisme et l'intérêt personnel sont rois.
a écrit le 21/10/2011 à 12:54 :
Complètement d'accord, mais ... la perte d'un cran ça va faire + 50 Milliards d'euros à payer par la France au titre des intérêts sur le total de sa dette ! ça fait quand même une sacrée somme à sortir !
Réponse de le 22/10/2011 à 9:53 :
La faute à qui ? 30 ans de dirigeants incompétents ! Mais certainement pas aux travailleurs contribuables de ce pays à qui l'on fait payer la note ... tant qu'ils ne disent rien.
Réponse de le 22/10/2011 à 19:41 :
30 ans de dirigeants incompétents et pas qu'en France ... USA dette de 100% du PIB, GB, de 80, Allemagne de 85, .... etc et ils ne sont pas tous de gauche ... ah si en Allemagne il y a eu Shroeder : celui qui a remis l'Allemagne sur les rails ... allez votons tous a droite , a droite toute !!!!
Réponse de le 23/10/2011 à 18:46 :
Les français sont aussi responsables que leurs dirigeants. Déjà parce qu'ils les ont mis là où ils sont et puis quand on voit le refus systématique de toute réforme ! Franchement tout ce foin fait pour la réforme des retraites alors qu'objectivement comment peut-on nier l'augmentation de la durée de la vie ? La plupart des personnes partant aujourd'hui à la retraite sont encore capable de travailler quelques années de plus. Rien à voir avec la situation de la génération précédente !
Réponse de le 23/10/2011 à 20:58 :
@Bastien: si il y a eu du foin c'est pas contre la reforme c'est parce qu'elle est injuste et favorise les riches encore une fois ... en effet tu commences a travailler à 18 ans comme maçon (un travail pénible pas encore délocalisé en Chine) avec la retraite à 62 ans il travailleras 44ans alors qu'une profession supérieure ne travaillera que 42 ans pour un travail plus facile et une durée de vie plus grande .... Avec des reformes justes il y aurait probablement moins de résistance ...
a écrit le 21/10/2011 à 11:49 :
Arretez de relayer ces fausses informations qui sont des supputations émanant de personnes qui ne voient que leur propre intérêt financier.
Je ne comprend pas que nos politiques ne renvoient pas ces agences de Mxxxx dans leur 22.
Une question qui les finance ces agences de notations car elles ne créent aucune richesse ou valeur ajoutée ??? cela prouve bien que seuls les financiers rémunèrent ces vautours afin que à chaque fois ils en ont besoin, celles-ci font leur effet d'annonce....
Réponse de le 22/10/2011 à 11:33 :
+1000. Ces agence se sont déclarées de facto supra nationale. et sont peut être la base d'un futur gouvernement mondial dirigé par la finance. A mon avis: le lance flamme..............
Réponse de le 22/10/2011 à 19:37 :
Agence supra nationales dont le but est de rediriger les capitaux vers les bons endroits où l'argent peut "fructifier" ... la city de Londres et wall Street ....
a écrit le 21/10/2011 à 11:48 :
Pourquoi la dette pour donner plus au capital aveugle en payant des interets plus élevés faud nourir tout ces politiques au salaire mirobolant eux ne toucherons pas a leurs revenus mais ils sont pret a baisser nos retraite merci a ces politiques qui ont creuser la dette imaginaire que réclame le capital
a écrit le 21/10/2011 à 11:48 :
A Mon sens, la question n'est pas de savoir si la degradation va avoir lieu ou non, mais quand.
Si elle arrive avant les élections ou après. La majorité actuelle doit faire un choix entre prendre des mesures courageuses, qui à perdre les elections, ou laisser le couvercle jusqu'après les élections. Dans tous les cas, la droite a peu de chances de gagner, et de ce fait, doit faire aujourd'hui le choix entre rester dans la postérité comme le gouvernement qui a fait les bons choix, ou le gouvernement qui a laissé pourrir la situation à cause des elections.
Cela pose aussi la questions des limites de la démocratie comme nous l'entendons dans le monde occidental. Jusqu'à quel point on peut endormir un peuple (en l'espece, l'empoisoner avec plus d'emprunts) pour avoir ses faveurs dans les urnes.
Réponse de le 21/10/2011 à 12:31 :
+ 1 !
Réponse de le 21/10/2011 à 15:36 :
+1!!
Réponse de le 24/10/2011 à 12:03 :
La démocratie ? C'est quoi ca ?
On voit clairement que les politiques, et donc le peuple, n'a plus la main.
Un petit pays seul dans son coin ne peu rien faire. Une Europe unie, peut être en tapant très fort du poing sur la table (c'est a dire avec une armée, une vraie) et en envoyant bouler ses créancier.
En gros, une révolution mondiale vu que les sangsues, les aristocrates modernes n'ont plus de frontières. Suppression des paradis discaux - par la force si besoin, et y compris la suisse, le luxembourg et autres iles anglo normandes. Mise sous tutelle du système financier pour qu'il soit au service du peuple et non le contraire, etc etc... fini de faire de l'argent avec de l'argent, fini les salaires et bonus stratospheriques, etc etc...
Y a du boulot !

PS : je ne suis pas communiste, mais profondément libéral...
a écrit le 21/10/2011 à 11:01 :
Une erreur dans l'article, Moody's n'a pas mis la France sous surveillance. C'est bien expliqué dans le communiqué, à lire donc par les journalistes de la Tribune.
Réponse de le 21/10/2011 à 12:56 :
Effectivement, la phrase était mal formulée, elle a été corrigée. Merci de votre vigilance.
a écrit le 21/10/2011 à 10:52 :
Ce n'est sans réelle inquiétude que nous voyons se profiler la perte de notre 3A en matière de crédibilité financiére. D'ailleurs il faut remarquer que cette inquiétude s'est manifestée lors du dernier sondage mettant les socialistes au pouvoir. C'est dire combien les économistes redouitent cette éventualité tellement leur projet parait hors du temps. Mais les français n'ont aucune culture économique et ils n'ont pas compris que nous sommes dans une crise très grave. Quand il faudré diminuer les retraitres et les salaires, alors ils pourront dire comme d'habitudev "A si j"'avais su", mais trop tard car l'urgence actuelle n'a que faire d'utopistes.
Réponse de le 21/10/2011 à 15:00 :
oui vous avez raison c'est la faute des socialistes si on va supprimé notre AAA,a oui au fait tenez vous au courant ça fait 20 ans que la droite est aux commandes.
Se ce n'était pas se grave ,j'en pleurerai de rire!!!!!!
Réponse de le 21/10/2011 à 15:27 :
C'est le bouclier fiscal de Villepin, Sarkozy, C'est la baisse de l'ISF de Baroin, Sarkozy, c'est la TVA réduite dans la restauration de Chirac, Sarkozy, c'est la privatisation à vil prix des autoroutes de Villepin, c'est l'argent donné aux banques en 2008 sans contrôle par Sarkozy et Lagarde etc...
Réponse de le 21/10/2011 à 19:01 :
C'est si bon de pouvoir lire des énormités pareilles surtout avec cet argument imparable: "Mais les français n'ont aucune culture économique et ils n'ont pas compris que nous sommes dans une crise très grave." ce qui signifie entre les lignes que surtout il nous faut bien voter pendant les crise...Sachant que maintenant il y a une crise tous les trois ans mieux vaut laisser la droite qui elle seule sait gérer les affaire....Ou pourquoi priver les peuple d'un vote puisqu'il n'y connait rien....Bref pourquoi pas une bonne dictature pour nous dire pour qui voter!!! AHHHH de sacrée démocrates en face ......!!!!
Heuresement que le ridicule ne tue pas car j'en connais un qui aurait du boulot...Remarque ça serait bien le seul en ce moment!!!!
Réponse de le 23/10/2011 à 21:06 :
de toute manière pour garder ses AAA à la France la droite mondialiste va être contrainte de nous expliquer que pour être compétitifs avec les Chinois il va falloir mettre en place leur modèle : la Dictature Ultralibérale .....
Réponse de le 25/10/2011 à 9:13 :
bonjour

L 'Euro fort n a profité qu' à l Allemagne , aux banksters , aux actionnaires et aux très riches rentiers, tout le reste et le bla bla fleuve n est qu enfumage car la logique de lUE et de l'Euro nous a conduit là où nous sommes et c est pas la faute des subprimesou de la spéculation. A l'origine il y a une attaque formidable contre les salaires partie des USA d'où l endettement massif des salariés notamment insolvables et dupés par des courtiers peu scrupuleux associés à des banques avides de fric facile. Compte tenu de l interconnection des banques , les produits toxiques se sont répandus dans le monde entier dont l europe . A côté de cette crise la dette publique a explosé à cause de l impossibilité pour la banque de France de prêter à l'état à taux zero au profit des banques privées fausses monnayeuses (M.Allais) mais récupératrice d'intérêts bien réels eux. en bref pour faire court:

Il devrait être clair pour la majorité des Français qui vont subir une rigueur affreuse et probablement accompagner les Yankees dans d autres aventures impérialistes qu'il faut sortir de l'UE, abandonner le boulet qu'est l'Euro et quitter l'OTAN. Il n y a que deux candidats à la présidence ( non liés à la finance internationale) qui sont sur cette ligne : Asselineau et Gérin, à vous de choisir mais d'abord les lire ! Sinon c est le chômage à vie pour vos gosses, la chute de votre pouvoir d'achat, la perte des services publics et de la sécurité sociale héritage de la Libération et les guerres ! Soit vos gosses crèveront de faim ou ils iront se faire tuer ! Tout ça pour sauver les banquiers milliardaires et le pouvoir d'achat de leurs larbins politiques qu ils se nomment Sarkozy Hollande ou Aubry voire Mélenchon , c est kif kif bourricot!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :