La taxe professionnelle coûterait plus cher que prévu

 |   |  329  mots
Copyright Reuters
Selon le rapporteur général du Budget de la Commission des finances de l'Assemblée nationale, Gilles Carrez, la réforme de la taxe professionnelle coûterait 6,7 milliards en régime de croisière. Le gouvernement tablait initialement sur un manque à gagner de 5,8 milliards d'euros.

C?est le type de nouvelles dont le gouvernement se serait bien passé. Dans son rapport sur le projet de loi de finances rectificative pour 2011, Gilles Carrez, le rapporteur du Budget évalue une nouvelle fois la réforme de la taxe professionnelle, transformée en contribution économique territoriale (CET). Selon ses nouveaux calculs, en régime de croisière, le manque à gagner pour l'Etat devrait s'élever à 6,7 milliards d'euros, contre 5,8 milliards d'euros anticipés par le gouvernement lors de la mise en ?uvre de la réforme, en 2009.

L'industrie, grande gagnante de la réforme

Cette nouvelle estimation se fonde sur le montant de la taxe professionnelle que les entreprises auraient dû payer en 2009. Ce montant sert de base de calcul pour 2011. Sur la base de ce que les entreprises auraient dû payer en 2009, l'Etat compense en effet le manque à gagner aux collectivités locales, afin de neutraliser pour elles le coût de la réforme. La dotation de compensation de la réforme de la taxe professionnelle (DCRTP), qui assume cette mission, leur redistribuera donc 838 millions d'euros de plus que prévu cette année, soit au total 3,4 milliards d'euros.

La suppression de la taxe professionnelle est entrée en application en 2009. Son objectif : alléger les charges qui pèsent sur les investissements des entreprises en particulier celles appartenant au secteur industriel. 

Selon Nicole Bricq, rapporteur du budget au Sénat, qui a fourni ses propres calculs début novembre dans un autre rapport, les entreprises industriellles auraient vu leur charge fiscale diminuer de 2,2 milliards d'euros. En revanche, les services, et en particulier les banques, ont perdu au change. Les banques ont vu le poids de la fiscalité augmenter de 6%. 

Toujours selon Nicole bricq, le nombre de gagnants à la réforme était supérieur aux prévisions. Il est estimé à 2 millions, soit le double de ce qui était anticipé, c'est à dire 60% environ des entreprises françaises. Elles affichent en moyenne une baisse d'impôt de 4.080 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2011 à 22:14 :
Je suggère aux équipes de la Tribune le thème d'enquête suivant : Quelle a été l'évolution, commune par commune, de la taxe professionnelle sur les 3 dernières années de son existence ? D'après certaines observations, il semblerait qu'un certain nombre d'entre elles ait "anticipé" la suppression, et donc sa compensation, par des augmentations massives. Une façon d'augmenter les recettes futures sur le dos de l?État ... tout en pleurant sur l'insuffisance des dites compensations.
a écrit le 05/12/2011 à 20:10 :
La taxe professionnelle etait bien l impot le plus stupide qui existait. Et si les communes, departement region se serraient la ceinture ce ne serait pas une mauvaise idee, regroupement de communes , supression des cantons et departements et hop au boulot!!!
a écrit le 05/12/2011 à 13:26 :
Dramatique l'incompetence des elus et des administrations !!Si dans le privé on faisait le centiéme de ce type d'erreur on en subirait les consequences ! ici ,rien même pas une excuse !



a écrit le 05/12/2011 à 13:23 :
Comme toutes les réformes de ce gouvernement ,le plus grave dans cette affaire c'est que des entrprises du cac 40 qui s'en mettent pleins les poches ont béneficié de cette réforme style carrefour auchan ikea....On comprend mieux pourquoi mr SARKOSY est allé fêter sa victoire au FOUQUETS.
a écrit le 05/12/2011 à 12:46 :
C est pas avec cette mentalité bien française d'emmerder les entreprises qu'on va relancer l'économie et la croissance dans notre pays ...
Bien évidemment, si l'État allège "l'étrangloir fiscal" des entreprises , d'un autre côté , elles doivent travailler en faveur du développement de l'emploi ... Cas contraire , supprimer la faveur fiscale ....
a écrit le 05/12/2011 à 11:42 :
Aux journalistes de la Tribune : retrouvez votre objectivité ! La taxe professionnelle ne "coûte" pas plus cher puisqu'il s'agit d'une économie réelle de taxes pour les français et leurs entreprises. Il faut cesser d'utiliser le vocabulaire des étatistes qui vous imposent leur point de vue, vous font renoncer au bon sens et vous conduisent à légitimer le pillage de la France par l'Etat-providence obèse. L'inquiétude de Carrez est une bonne nouvelle pour chaque français.
Réponse de le 05/12/2011 à 13:10 :
Se réjouir de quoi? car il faudra bien compensé ce manque à gagner et qui paiera et bien le particulier via la taxe foncière et d'habitation.Encore une mesure prise sans réfléchir et qui pésera sur nos concitoyens. Au fait avec ces allègements est ce que nos entreprises ont embaucher ou investie ou bien se sont elles gardé le pactole et redistribué aux actionnaires
Réponse de le 05/12/2011 à 14:31 :
Les entreprises ont-elle embauché ou investi ? Mais de quoi vous mêlez-vous ? Ca ne vous regarde pas, ça ne regarde pas l'Etat non plus, même pas un peu. Mais puisque vous êtes probablement un chef d'entreprise avisé, grand créateur d'emploi, investissez et embauchez donc vous-même encore plus.
Réponse de le 05/12/2011 à 15:31 :
Bien dit, nos bistrots sont remplis de 1er ministre et de grands chefs d'entreprises!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :