Comment Nicolas Sarkozy descend vers la "France d'en bas"

 |   |  658  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Europe, fiscalité, social, toutes les propositions du candidat-président sont destinées à séduire la "France d'en bas", celle qui dit "non". Un positionnement assumé, dans la perspective du premier tour, pour faire oublier l'image du "président des riches".

Nicolas Sarkozy a de la suite dans les idées : tout faire pour se présenter comme le candidat du peuple de manière à faire oublier l'étiquette de "président des riches". Une attitude adoptée aussi bien quand il évoque les questions européennes que lorsqu'il aborde ses propositions économiques et sociale. Et, pour l'instant,  ce populisme parfaitement assumé semble fonctionner puisque, pour la première fois, un sondage (Ifop Fiducial pour Paris Match et Europe1) le donne devant François Hollande au premier tour, avec 28,5% des intentions de vote contre 27%. Il faut reconnaître que depuis son intervention sur France 2 en début de semaine dernière, le candidat-président bénéficie d'un très bonne séquence médiatique avec le meeting de Villepinte de dimanche et son passage sur TF1 lundi. Et ce n'est pas fini, car Nicolas Sarkozy va multiplier les déplacements cette semaine pour finir par un grand meeting à Lyon samedi. Autant d'occasions, pour le candidat-président de décliner son credo : " Une France forte pour défendre le peuple".

L'Europe de Schengen plutôt que que le pilotage de la BCE

Ainsi, sur l'Europe, alors qu'on l'attendait plutôt sur les questions de fédéralisme, du contrôle de la BCE et d'une meilleure intégration européenne, ce qui, somme toute, paraissait normal chez un homme qui a occupé durant un semestre la présidence de l'Union européenne et qui s'est confronté à la gestion de la crise grecque, Nicolas Sarkozy a pris son monde à contre-pied en menaçant de sortir la France de l'espace Schengen et en prônant une dose de protectionnisme européen. Une façon de s'adresser à la France du "non", celle, notamment, qui s'est opposée au projet de constitution européenne lors du referendum de 2005.

Le prisme est le même sur les questions économiques et sociales. Sur ces sujets, là aussi, c'est "la France d'en bas", comme disait Jean-Pierre Raffarin, qui est visée, afin de faire quelque peu oublier un bilan très critiqué. D'où ses propositions - nouvelles - d'impôt minimum sur les sociétés françaises qui réalisent la majorité de leur chiffre d'affaires à l'international ; d'où aussi l'idée de taxer les exilés fiscaux... proposition « empruntée » au PS ; d'où encore la volonté de choyer les artisans en répondant, enfin, positivement à l'une de leur vieille revendication : ne plus faire payer de cotisations sociales aux nouveaux artisans tant qu'ils n'ont pas réalisé de chiffres d'affaires, à l'instar de ce qui existe pour les auto-entrepreneurs. "C'est une bonne chose que nous demandions depuis longtemps. Il n'est pas normal de payer des charges avant de recevoir un premier paiement" rappelle Jean Lardin, le président de l'Union professionnelle artisanale (UPA).

"L'assistanat" en lieu et place de  la "solidarité"

Même registre encore sur les problématiques sociales. Afin de séduire un électorat tenté par les sirènes lepénistes, Nicolas Sarkozy s'autorise un glissement sémantique très significatif en préférant parler "d'assistanat" et non de "solidarité" quand il évoque le RSA ou l'indemnisation du chômage... Sans parler de sa condamnation des "corps intermédiaires" et de son goût retrouvé pour le referendum. En revanche, pas un mot, ou presque, sur les déficits publics. Sujet qui fait davantage appelle à la raison qu'à l'émotion... "Nous ne voulons pas faire une campagne d'experts comptables" dit-on dans son entourage.
Une stratégie clivante peut-être payante au premier tour, même si Marine Le Pen - qui a obtenu ses 500 signatures - ne laissera pas le champ libre au candidat-président. Mais quid du second tour ? Le positionnement actuel de Nicolas Sarkozy rebute des franges entières de l'électorat centriste. Pour ne pas définitivement les perdre alors qu'il ne dispose de quasiment aucun réserve de voix, Il va bien falloir à Nicolas Sarkozy faire mouvement vers son centre.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2012 à 21:41 :
NS cherchant des électeurs à tout prix feint de s'intéresser à la France d'en bas alors qu'il persiste à mépriser le peuple , à ne pas voir le chômage des jeunes et d'ailleurs le prix élevé de l'essence pour un smicard qui prend sa voiture ne le touche même pas !
seul hollande propose qq allègement...NS chercherait à tromper encore la france d'en bas comme en 2007 : il disait même la croissance j'irai la chercher ? où ça donc ?
a écrit le 15/03/2012 à 19:21 :
Il y aurait donc une France d'en bas la veille des élections ?
a écrit le 14/03/2012 à 19:13 :
4 jupons bégayants devant NS, toutes émoustillées de dire le contraire de ce qu'elles pensent. A voir bientôt sur FAN DE...
a écrit le 14/03/2012 à 14:50 :
Le plus comique c'est que des journalistes continuent encore de commenter les "propositions" de NS. Mais qui peut croire un seul instant que, par exemple, l'Etat a les moyens (administratifs) de repérer un "exilé" fiscal; et que l'Etat-UMP mettrait des moyens pour le faire?
a écrit le 13/03/2012 à 18:21 :
je dirais plutot ' il descend la france vers le bas'
a écrit le 13/03/2012 à 18:16 :
Brillant menteur , mauvais président mais fin tacticien , Sarkozy reprend les arguments des autres candidats en suivant l'opinion . Il approuve et signe tous les traités européens et les remets en cause ; il fait des cadeaux énormes aux plus riches et dit le contraire , qu'il va faire payer les riches exilés . 2 buts 1 ) prendre des voix au Fn
2 ) faire en sorte que Mélenchon monte dans les sondages pour faire baisser Hollande, son principal adversaire . Qui va le croire ?
a écrit le 13/03/2012 à 17:56 :
que de bonniments de la part d'un p^résident menteur et démagogue au service des seuls Riches !! méfiance
a écrit le 13/03/2012 à 17:40 :
IL descend vers la France d?en bas une fois tous les 5 ans, le prix de l'essence,le prix des fluides, gaz, électricité, eau, accès aux soins, augmentation des mutuelles, précarité des emplois pour les jeunes, chômage pour les seniors, retraite à 62 ans baisse du pouvoir d'achat, augmentation de la csg de la tva etc etc il faudra plus qu'un mouvement d?ascenseur pour me convaincre de voter pour Mr Sarkosy!!!
a écrit le 13/03/2012 à 16:53 :
Juste le temps d'être réélu (pas encore fait) et il retournera bien vite d'où il vient : la France d'en haut.
a écrit le 13/03/2012 à 16:51 :

les oublies votent aussi..la petite agriculture (confederation paysanne )) les chomeurs.. les jeunes bac+5...EXT..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :