Le "choc de confiance" se fait désirer du côté des PME

 |   |  607  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le baromètre La Tribune LCL Ipsos qui mesure la confiance des dirigeants de PME a reculé de quatre points en avril. Interrogés juste après l'élection de François Hollande à la présidence de la République, les chefs d'entreprises sont inquiets et impatients.

Le choc de confiance espéré par François Hollande se fait attendre. Interrogés par Ipsos quelques jours après l'élection du candidat socialiste à la présidence de la République, les dirigeants de PME n'ont pas vraiment le moral. Le baromètre La Tribune-LCL a cédé quatre points en avril. A 96 unités. Il se situe quatre points en dessous de sa moyenne de longue période.

« Le baromètre existe depuis 20 ans. Le tout premier changement de premier ministre qu'il a mesuré était, en 1993, l'arrivée d'Edouard Balladur à Matignon après Pierre Bérégovou : +7 points! En 95, le passage à Alain Juppé a fait gagner trois points.  En 1997, l'arrivée de Lionel Jospin s'est traduite par un recul de 3 points du baromètre. De Lionel Jospin à Jean-Pierre Raffarin, l'effet a été nul, en tous cas non mesurable. De Jean-Pierre Raffarin à Dominique de Villepin, on a perdu un point. En passant à François Fillon, on en a gagné quatre », rappelle Yves Fradier, directeur de clientèle chez Ipsos.

Un mouvement d'humeur

« Pourtant si l'on regarde les critères objectifs de la situation des PME aujourd'hui, elle n'est pas pire en mai qu'en avril : stabilité de la satisfaction à l'égard de la production, de l'activité commerciale, de la trésorerie. Stabilité des achats d'équipements. Stabilité de la demande domestique. On observe même une hausse du nombre de salariés, dont le solde de réponses gagne 6% d'un coup. Nous sommes donc dans une manifestation de mauvaise humeur de la part de nos patrons de PME », explique-t-il. Selon 36% des chefs d'entreprises, le résultat de l'élection présidentiel se traduirait par une baisse de leurs projets d'embauches et d'investissements !

Au-delà de la dimension idéologique et affective, il n'en reste pas moins vrai que les perspectives restent mauvaises. « La consommation des ménages est freinée par la dégradation de leur pouvoir d'achat et de la situation sur le marché du travail. L'emploi devrait connaître un recul assez marqué au cours de ce premier semestre et ne stabiliserait qu'en deuxième partie d'année », explique Werner Perdrizet chez LCL. Au total, l'activité, qui a calé en ce début d'année ne devrait s'améliorer que très légèrement d'ici la fin de l'année et rester stable au trimestre prochain », estime l'économiste.

Les dirigeants de PME sont împatients

Cette situation explique donc en grande partie ce mouvement d'humeur des chefs d'entreprises qui attendent énormément du nouvel exécutif. Or, François Hollande, son Premier ministre et son gouvernement sont à peine arrivés au pouvoir. Les dirigeants de PME doivent pour l'instant se contenter des seules promesses faites pendant la campagne et des premières déclarations du président de la République pour se forger une opinion concernant leur avenir et celui de leur entreprise. Le sentiment des chefs d'entreprises devrait donc être plus lisible et moins passionné au cours des prochaines semaines, une fois le cap fixé par le nouveau gouvernement. Un exemple ? Ils ne sont que 25% à se déclarer favorable au contrat de génération porté par le candidat Hollande. Or, on n'en connaît pas encore les contours précis.

La mission d'Arnaud Montebourg a commencé  

Lundi, Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif a commencé ses rencontres avec les partenaires sociaux, en particulier la CGPME. Au cours de cette rencontre, la Confédération a dressé l'état des lieux et rappelé les souhaits des dirigeants, en particulier la nécessité de simplifier le paysage réglementaire et fiscal des entreprises. Une promesse de François Hollande pendant la campagne

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2012 à 9:05 :
Vous, vous voudriez être entrepreneur dans un pays ou l'on : hait l'argent des autres, vomit tout succès qui permet de vous enrichir par le travail, est mieux en tant qu'assisté avec un peu de black plutôt que d'avoir un travail déclaré, a des syndicats politiques qui ne pensent qu'à mettre le bordel, dit à un prix Nobel de médecine vous êtes trop vieux pour continuer vos recherches et on le laisse partir continuer ses recherches dans un autre pays, etc...
a écrit le 22/05/2012 à 7:11 :
bon ben on a vu,rien a attendre de flamby au niveau economique:le bilan est consternant,sa politique est maintenant un echec!sarko,reviens!
a écrit le 22/05/2012 à 0:17 :
Les états d'âme des uns et des autres importe peu 2 semaines après les élections. Seuls comptent les résultats concrets qui vont enfin être obtenus. Pendant 5 ans on nous a promis monts et merveilles, et au final on écope de la pire situation financière des 20 dernières années. Les entreprises du CAC40 ne payent que 10% d'impots et n'embauchent pas, au contraire, elles délocalisent. Nous autres, petites entreprises, payons plus de 30% d'impots et en plus, nous ne pouvons pas accéder aux marchés publics ! Pire encore, le Crédit d'Impot Recherche bénéficie aux 2 tiers aux entreprises du CAC40, seulement un tier pour les PME ! Le CIR doit etre reservé aux petites entreprises. À quand un small business Act ? tout le monde la promis, personne ne l'a fait !
a écrit le 21/05/2012 à 23:38 :
Euh euh euh...!
a écrit le 21/05/2012 à 20:08 :
le gouvernement devra s'y habituer, on ne peut pas forcer un ane à boire.
a écrit le 21/05/2012 à 19:24 :
Vous allez l'attendre encore longtemps le choc de confiance.S?ur Anne ne verra jamais rien venir.
a écrit le 21/05/2012 à 19:09 :
Le président NORMAL n'a pas assisté au discours d'OBAMA ce jour ! Il etait en retard.... et c'était la seule chaise vide. Pourtant le sujet était de taille : l'Afghanistan !!! //////////////////////////// Enfin un President digne de ce nom n en deplaise a l ump ... à écrit "verite".... Pauvre insouciant !
Réponse de le 22/05/2012 à 10:38 :

ump...union mediocre politique
Réponse de le 22/05/2012 à 16:02 :
tout dépend de ce que veut dire "être président"
a écrit le 21/05/2012 à 18:57 :
Avril? F.H. est président depuis le 15 mai. Peut-être qu'il faudrait attendre un peu pour donner des infos fiables?
a écrit le 21/05/2012 à 18:18 :
IL EST TROP NORMAL POUR ETRE NORMAL, SI AU MOINS IL AVAIT PRIS UN VOL REGULIER EN CLASSE ECO POUR ALLER AUX USA ET MIS EN VENTE SARKO ONE. MAIS NON IL A PRÉFÉRÉ FRIMER
a écrit le 21/05/2012 à 16:48 :


Enfin un President digne de ce nom n en deplaise a l ump ...
Réponse de le 21/05/2012 à 18:57 :
encore une verite et celle-ci bien argumentée comme d'habitude. Continuez à nous faire pouffer de rire.LOL
Réponse de le 21/05/2012 à 19:30 :
je suis myope et je n'ai pas bien vu ce qu'il a ft de si extraordinaire depuis qu'il est elu ( hormis se faire ridiculiser devant les cameras allemandes)
a écrit le 21/05/2012 à 15:07 :
Commençons par faire une République exemplaire où tout le monde paient les taxes même les élus qui s'en affranchissent sans vergogne avec des indemnités non-imposables !
Réponse de le 21/05/2012 à 18:56 :
Tout a fait d'accord...FH le premier, 100 000 ? de revenu et 10 000 ? d'impôts....pas besoin de défiscalisation outre mer quand on a les manettes !!!!
a écrit le 21/05/2012 à 14:43 :
lesPME et donc les salariés du privés ont du soucis à se faire. Comme à chaque fois que la gauche est au pouvoir, le gouvernement s'acharnent sur les patrons du privés par les taxes , les impôts , les interdictions ,les obligations, en oubliant que les patrons dirigent les entreprises qui embauchent les salariés qui n'ont pas eût la bonne idée d'aller dans le service publique. Ayons "confiaaaance" car si ma mémoire est bonne Montebourg va changer tout çà en "coopératives"
a écrit le 21/05/2012 à 13:54 :
La seule inconnue réside dans le nombre de triangulaires favorables à la gauche. S'il est faible alors la politique de Hollande ne sera jamis mise en oeuvre faute d'un majorité à l'assemblée. Il est clair que l'election de Hollande doit beaucoup au ras le bol vis a vis de Sarkozy. Maintenant Sarko n'est plus là et les electeurs doivent confronter le programme PS avec celui de l'UMP. Pas sur que ceci soit aussi favorable au PS. La preuve en est que deux ministres ont renoncé de se présenter de peur d'etre battu.
a écrit le 21/05/2012 à 13:47 :
C est a croire que les chef d entreprises sont naif ! Tout le monde se doute que francois le normal, n aime pas les chefs d entreprise, il n aime pas les capitalistes, et en plus, il a besoin de montagne d argent pour faire fonctionner l etat.
Alors choc de confiance, c est la confiance dans le fait qu une hausse des taxes va avoir lieu, et le choc dans l ampleur de cette augmentation.
Réponse de le 21/05/2012 à 14:43 :
vous avez tout à fait raison je ne fait aucune illusion hélas!
a écrit le 21/05/2012 à 13:31 :
Montebourg ! Quelle horreur ! Il est de mon département et je peux vous dire que c'est un utile à rien ! Un ruine budget comme d'ailleurs tous les socialistes !

Montebourg ! La vitrine de la France !
Réponse de le 21/05/2012 à 17:53 :

pas pire que Bachalo !! ..les vaccins ... coupe du monde...
Réponse de le 21/05/2012 à 19:00 :
et si vous aviez vous ou votre famille attrapez cette grippe, et que de vaccins point, qu'auriez vous dit?? coupe du monde?? oh le niveau, cours de récréation, vous me rendrez mes billes surtout les bleues. Un peu de sérieux, à votre âge, oh.
Réponse de le 22/05/2012 à 9:55 :
Vous parlez comme un livre ! Montebourg, je connais ! Vous, vous ne connaissez pas ! Si vous saviez ce qu'il a fait dans son arrondissement en Saône et Loire au conseil général ! Quelle catastrophe !
a écrit le 21/05/2012 à 13:27 :
les pme ne font pas confiance rendons leur la pareille,retraits massifs des banques pour leur couper les vivres
Réponse de le 21/05/2012 à 14:05 :
Avec vos retrait il n'y a rien a craindre
Réponse de le 21/05/2012 à 14:45 :
pourquoi vous en prenez-vous aux ouvriers et aux salariés?
Réponse de le 21/05/2012 à 15:08 :
Il est évident que la Gauche va devoir bousculer les PME. Dans les gènes des dirigeants français de PME, il y a celui de l?assistanat permanent. Malheureusement, c'est celui qui est prédominant. Les dirigeant des PME ne doivent pas tout attendre de l?État : c'est à eux de se prendre en mains, de concevoir des produits qui vont se VENDRE, et non pas des "merdes" qui imposeront la baisse des charges et des salaires pour qu'elles soient éventuellement achetées par les clients. Les dirigeants des PME françaises, au contraire de leurs confrères allemands, cherchent en permanence à compenser le manque d'attractivité, d'innovation et de recherche et le peu d'intérêt des clients pour leurs produits par une demande insistante auprès de l?État de baisses des charges, des salaires, de l'Euro, la fermeture des frontières, des aides, des subventions, des prêts à 0%, des chercheurs gratuits, des stagiaires à la pelle peu payés, la destruction du Code du Travail, des impôts de plus en plus réduits, etc..... en résumé de l'assistanat permanent en permanence. Quand on échoue à développer son entreprise, il n'y a aucune honte à accepter son échec et à redevenir simple salarié. Être un vrai dirigeant performant n'est pas à la portée de tout le monde et rares sont ceux qui en sont capables.
Réponse de le 21/05/2012 à 15:35 :
tirelire, vous avez plein de bonnes idees! creez votre boite ...
Réponse de le 21/05/2012 à 16:29 :
@ churchill Je ne serai jamais dirigeant d'entreprise : je l'avoue, je n'ai pas les compétences indispensables. Créer et gérer une entreprise est une ?uvre de longue haleine : je suis un sprinter, pas un coureur de fond. Faire la même chose pendant des années me démotive : en évitant de me disperser sans cohérence professionnelle, j'ai besoin de changement pour fuir la routine. Je suis lucide et honnête avec moi-même et surtout avec les autres car je reconnais et admets mes limites. Ce qui me donne le droit de critiquer les chefs d'entreprises que je côtoie, et là il y a du boulot. C'est effrayant!
Réponse de le 21/05/2012 à 17:30 :
Cr qui est effrayant c'est votre capacité à vous contredire vous même...
Réponse de le 21/05/2012 à 17:46 :
Maintenant que tu connais tes limites , il ne te reste plus qu'à parler de ce que tu
connais...
Une autre info pour toi, bizarrement, en ce moment il y a trop gens qui savent gérer une entreprise et donner des leçon à leur patron...
Forcément ceux qui sont incapable de créer une entreprise.
Cette suffisance est une constante en ce moment.
Aller, l'année prochaine j'apprends à michael schumacher à conduire.....
Lol
Réponse de le 21/05/2012 à 19:14 :
Quand on avoue ne pas avoir les compétences sur un sujet particulier, le premier réflexe cohérent, pour vous qui prétendez l'être, serait de se dispenser de donner des avis sur ce sujet. Je côtoie tous les jours des chefs d'entreprises, TPE et PME, la très large majorité d'entre eux sont allergiques aux aides, et ont la fierté de vouloir s'en sortir tous seuls. Quant aux réductions de charges, elles ne sont là que pour aligner le coût du travail, ou plutôt tenter de le faire, sur celui de nos concurrents. De manière maladroite d'ailleurs, car ce sont des trappes à bas salaires. La vraie revendication des chefs d'entreprises est une baisse du taux de charges de maniere uniforme, quels que soient les salaires, en lieu et place d'une réduction "Fillon" (résultante de la fusion entre les réductions Aubry et bas-salaires) à la formule usine à gaz.
Réponse de le 21/05/2012 à 19:27 :
@tirelire : rare! vous avez l'honnetete de l'avouer ! je suis plutot etonne... cela dit, pour vous ' rassurer', les chefs d'entreprises ont le moral dans les godasses et n'ont plus non plus envie de se battre ... ca promet pour le futur, hein ? ;-))
a écrit le 21/05/2012 à 13:22 :
Avec la taxation qu'il prévoit sur les PME, ce n'est pas une surprise. Rien que la suppression des heures sup exonérées va coûter cher. C'était déjà difficile sous Sarkozy, mais là ça va être encore pire.
Il fait croire qu'il va baisser l'IS pour les TPE alors que le 15% correspond grosso modo au premier palier actuel, et la baisse de 33 à 30 % ne va pas changer grand chose.
a écrit le 21/05/2012 à 13:05 :
ca sera d'abord le choc! la confiance, ca sera peut etre pour plus tard !!
a écrit le 21/05/2012 à 12:43 :
Bah ! Peut on compter sur des socialistes qui s'en sont toujours pris aux actifs et aux classes moyennes pour préserver les rentes publiques et privées ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :