Alain Rousset futur commissaire général à l'investissement ?

 |   |  370  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Alain Rousset, député de la Gironde et président de l'Association des Régions de France (ARF), est pressenti pour devenir le nouveau commissaire général à l'investissement qui gère les fonds du grand emprunt (35 milliards d'euros). Il succèderait ainsi à René Ricol, nommé en 2010 par Nicolas Sarkozy.

Le poste est prestigieux... et très stratégique: commissaire général à l'investissement. Il pourrait revenir, selon nos informations, à Alain Rousset, député PS de la Gironde et président de l'Association des régions de France (ARF). Surtout, Alain Rousset, longtemps pressenti pour devenir ministre de l'Industrie,  hériterait là  d'un sacré lot de consolation. D'ailleurs, ce spécialiste des questions industrielles et de l'aménagement du territoire était le responsable du "pôle entreprises" de la campagne de François Hollande. Rattaché au Premier ministre, le "CGI" avait été créé par Nicolas Sarkozy en janvier 2010 pour gérer les fonds du grand emprunt (35 milliards d'euros) destiné à dynamiser la croissance en France. C'est l'expert comptable René Ricol qui avait été nommé le premier à ce poste. L'homme s'est employé durant deux ans à financer les "investissements d'avenir" dans l'industrie, la recherche, l'enseignement supérieur, le numérique, etc... Même si le dispositif, selon certains - alors dans l'opposition (!)  -, aurait été parfois dévié de son objectif initial en permettant de financer des dépenses qui, normalement, auraient du être assurées par le budget de l'Etat.

Il reste 9 milliards sur les 35 milliards d'euros du grand emprunt

Il n'en reste pas moins que c'est un total de 91 appels à projets qui ont été lancés depuis 2010, dont 87 sont clos. Sur un total de 35 milliards donc, 26 milliards sont déjà affectés. Il reste donc 9 milliards à disposition pour le nouveau commissaire. Ce mercredi 23 mai, le comité de surveillance du CGI, coprésidé par les deux anciens Premiers ministres, Alain Juppé et Michel Rocard, les "pères" du grand emprunt, doit se réunir pour tirer un bilan des actions engagées depuis 2010 et  remettre un rapport au Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Ce sera peut-être l'occasion pour ce dernier de nommer le successeur de René Ricol - qui a remis sa démission le 10 mai, l'intérim du poste étant assuré par Philippe Bouyoux, adjoint de René Ricol. Si Alain Rousset part favori, selon nos informations, deux autres noms circulent:  L'économiste Jean-Louis Missika, adjoint (PS) au maire de Paris en charge de l'innovation , de la recherche et des universités et Michel Destot, le député-Maire (PS) de Grenoble.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2012 à 16:44 :
Les amis, il faut réactualiser les papiers....
a écrit le 21/06/2012 à 15:18 :
Depuis quand ce Monsieur a-t-il une aura et tant de charisme ?
a écrit le 23/05/2012 à 18:55 :
C'est un personnage qui connaît et comprend les besoins de l'industrie, et qui n'hésite pas à se mouiller et à prendre ses responsabilités. De plus il a un charisme et une aura incroyable. C'est une excellente nouvelle!
a écrit le 23/05/2012 à 14:14 :
il ne va pas cracher sur le fromage de Hollande
a écrit le 23/05/2012 à 14:03 :
je ne sais pas pourquoi mon commentaire n'a pas été publié ???
a écrit le 23/05/2012 à 12:40 :
en quoi ce personnage sera-t-il capable de changer quelque chose ??? pas plus que René Ricol un expert comptable : si ceux-ci pouvaient créer des entreprises industrielles et les faire tourner, cela se saurait !!!
pourquoi ne pas avoir mis un industriel qui, lui au moins, savait de quoi il parlait ???
qu'est-ce u'un politique peut faire ?????????????????????, RIEN cela fait 60 ans qu'ils sont à l'oeuvre et toujours R I E N !!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 22/05/2012 à 23:22 :
Un type brillant. Et tout un symbole : un Girondin président de l'ARF, pas étonnant. Mais promu à ce poste, à défaut d'être ministre, c'est là encore un signe qui va dans le bon sens. Lebranchu, Le Drian, Ayrault, Royal... Pour la première fois, le pouvoir en France échapperait-il enfin aux "jacobinisme" ? On va pouvoir enfin rattraper un peu le temps perdu depuis l'échec du Référendum de la régionalisation du visionnaire de Gaulle (ce qui montre au passage que le clivage girondin/jacobin dépasse le clivage habituel gauche/droite), hélas pas écouté en son temps. Il n'y a qu'à regarder les prouesses des länder allemands pour s'en mordre 45 ans après encore les doigts. Et même plus que jamais. Un demi siècle de LA réforme clef du pays de perdu, rendez-vous compte !
Réponse de le 23/05/2012 à 2:43 :
Encore un poste à refiler à un copain de Hollande ...
Il reste certainement encore beaucoup de personnes à changer ... même si FH avait dit le contraire ... il le fait !!!
Il suffit de faire semblent de nommer la personne par une commission composés de copains ... très simple ... Et après tu dis que c'est pas toi !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :