Le prix du panier moyen de fournitures scolaires en hausse de 25%

 |   |  650  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : © 2009 AFP)
A 188 euros, le panier moyen de fournitures scolaires pour la prochaine rentrée coûtera 25% plus cher que l'an dernier, affirme l'étude d'un moteur de recherche. La version "low cost" de ce panier subit la même augmentation, à 101 euros contre 77 euros en 2011. Fin mai, le gouvernement avait revalorisé de 25% l'allocation de rentrée scolaire dont bénéficient 3 millions de familles en France.La grande distribution juge ces chiffres "invraisemblables".

Le portefeuille des parents d'élèves risque de chauffer à la rentrée. A 188 euros, le coût du panier moyen des fournitures scolaires affiche en effet une hausse de 25% par rapport à l'an dernier, selon une étude en ligne réalisée par le comparateur de prix Twenga. Le prix du panier moyen d'articles "low cost" augmente quasiment dans les même proportions, passant de 77 euros en 2011 à 101 euros cette année.

La rentrée plus chère en Allemagne et au Royaume-Uni

Le site a recensé les prix de près de 170.000 articles dans trois pays. Il en ressort que la rentrée scolaire revient un peu moins cher en France qu'en Allemagne, où le panier moyen s'établit à 193 euros, et beaucoup moins cher qu'au Royaume-Uni où équiper son enfant représentera une dépense moyenne de 261 euros.

Le Ministère n'assure plus la stabilité des prix depuis  la rentrée 2011

En France, acheter un cartable et le remplir des essentiels stylos, cahiers, classeurs faisant partie de la liste des "essentiels de la rentrée" établie par le Ministère de l'Education nationale, représentera donc un coût moyen de 188 euros, contre 151 euros en 2011 et 119 euros en 2010. A noter que cette opération, mise en place en 2007 et qui visait à l'origine d'assurer aux familles "une stabilité des prix des fournitures scolaires essentiels" d'une année sur l'autre par des accords avec les distributeurs, n'avait pas été reconduite en 2011 "compte tenu de la hausse des prix des matières premières utilisées en papeterie".

L'association Familles de France (FDF) a depuis repris le flambeau en obtenant notamment des groupes Auchan, Carrefour, Casino, Cora et Système U qu'ils pratiquent les prix "les plus attractifs possibles" sur une liste comportant une trentaine de références. Mais sans l'appui du Ministère, l'impact constaté sur le coût de ce panier standard reste toutefois discutable au regard des chiffres de Twenga. Depuis 2010, la facture pour les parents d'élèves affiche une augmentation totale de près de 40% alors qu'elle était en baisse constante entre 2007 et 2010.

Le gouvernement a eu le compas dans l'?il

Compte tenu de cette hausse enregistrée par Twenga, le gouvernement pourra se féliciter d'avoir validé fin mai la revalorisation de l'allocation de rentrée scolaire (ARS) de... 25%. L'une des premières mesures sociales du gouvernement représentait alors une augmentation comprise entre 70 et 80 euros de l'ARS. Elle s'établit désormais à 375 euros par exemple pour un enfant dont l'âge est compris entre 11 et 14 ans.

La revalorisation de l'ARS, dont bénéficient environ trois millions de familles sous condition de revenus, faisait partie des engagements de François Hollande visant à "redonner du pouvoir d'achat aux Français". En 2010, le secrétaire d'Etat chargé des Français de l'étranger Edouard Courtial avait dénoncé une aide "manifestement dévoyée par certaines familles" et avait proposé que l'ARS soit désormais versée sous forme de bons d'achat pour s'assurer qu'elle ne soit pas affecter à d'autres dépenses.

La grande distribution dément une telle hausse des prix

Les principales enseignes de la grande distribution n'ont pas tardé à réagir mardi, indiquant que leurs prix pour la rentrée scolaire seront "très modérés", jugeant "invraisemblable" l'augmentation de 25% du panier moyen de fournitures par rapport à l'an dernier annoncée par Twenga. La Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD), qui rassemble notamment Auchan, Casino, Carrefour, Cora et Système U, s'insurge contre le chiffre avancé par le site. Les "enseignes de la distribution proposent des promotions et des prix très attractifs", poursuit la FCD. La bataille est déjà lancée. Carrefour vient, par exemple, d'entamer une importante campagne de publicité pour vanter ses prix bas garantis. Signe que, plus que jamais, la rentrée scolaire est un enjeu crucial pour les grandes surfaces.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/07/2012 à 19:28 :
Les parents n'ont qu'à mettre des cailloux dans le sac à dos. Cela coµte moins cher et quand on voit les résultats réels du bac, il vaut peut-être mieux que les chérubins soient musclés pour transporter leur valise de diplômes tous aussi nuls les uns que les autres :-)
a écrit le 17/07/2012 à 18:26 :
EN PARLANT EN TERME DE MISSILES, C'EST DE L'HYPERVÉLOCITÉ. Peut-être parce qu'un crayon a la forme d'un missile?
Quel ministre est responsable de la défense des consommateurs qui ne perçoivent pas les aides?
a écrit le 17/07/2012 à 18:21 :
Il doit y avoir beaucoup de fournisseurs de fournitures scolaires au PS, section lobby des aides sociales; Sinon comment expliquer cette similitude des augmentations
a écrit le 17/07/2012 à 18:02 :
La bataille est déjà lancéE.
a écrit le 17/07/2012 à 16:26 :
Avec 2 enfants, on palpe 750 ?. Cela permet de s'acheter un bel écran plat pour regarder les JO.
Réponse de le 17/07/2012 à 18:22 :
Moi je vais acquérir quelques caisses de bordeaux, si vous m'invitez on regardela télé en dégustant
Réponse de le 17/07/2012 à 18:29 :
A la santé de FLAMBY? Il parait qu'il va mettre en route l'euthanasie pour résoudre les problèmes des caisses de retraite. J'espère que c'est une mauvaise plaisanterie,je vais dire à mes proches de se méfier quand ils croiseront leur député socialiste;
Réponse de le 18/07/2012 à 9:43 :
@merci les contribuables, guest, harakiri
Je ne suis pas sûrs que vos commentaires soient du 2° degré. Il y en a qui n'ont pas bien écouté à l'école qui pourtant dispense un enseignement de qualité, gage d'une capacité de réflexion qui permet justement d'atteindre le 2° degré. A quand un vaccin contre la "Beaufitude"?
a écrit le 17/07/2012 à 16:15 :
"un coût moyen de 188 euros":
En fait cartables et classeurs ne s'achetent pas chaque année et peuvent resservir.
Souvent les fournitures demandées(par les etablissements) sont inutiles(ou inutilisées), et les livres pretés par l'ecole.Fiinalement ce cout moyen me suffit largement pour mes 4 enfants.
Réponse de le 17/07/2012 à 16:47 :
Oui mais moi je veux changer de cartables tous les ans pour rester au top de la mode ;)
Réponse de le 18/07/2012 à 9:30 :
@ Fiston
Le top de la mode c'est de trimballer son vieux cartable en cuir tout au long de sa scolarité.
Vieilli, patiné, avachi, écorné, ça c'est le top. Pas une m.... fabriquée en Chine bousillée au bout de 15 jours, qui a tout juste nourri de quelques grains de riz celui qui l'a assemblé et qui a pollué la planète pour avoir effectué 10000 Km à base de pétrole. Le top de la mode!!!! Quelle connerie.
a écrit le 17/07/2012 à 15:31 :
Inadmissible! Mais que fout donc l'INSEE? Il est grand temps qu'ils fassent disparaître ce groupe de produits de l'indice!
a écrit le 17/07/2012 à 15:04 :
Mais il n y a pas d inflation en France ! C est bizarre! Ou se moque t on de nous?
a écrit le 17/07/2012 à 15:00 :
40% de hausse depuis 2010 ? Juste à cause de l'augmentation des matières premières ? J'imagine que certains doivent bien se remplir les poches au passage !

Quant à l'augmentation de 25% cette année qui correspond -quelle surprise !- pile poil à l'augmentation de l'ARS, la coïncidence est pour le moins troublante : on se serait pas en train d'ajuster les prix en fonction du pouvoir d'achat maxi des ménages modestes ?

Un peu le même principe avec les APL : si on les augmente de x%, les loyers augmentent également de x% : bilan pas d'augmentation du pouvoir d'achat et les sous qui vont direct de la poche des contribuables vers la poche du propriétaire !
Réponse de le 17/07/2012 à 15:36 :
+1 : les subventions conduisent a l'augmentation des prix, c'est cela la France, c'est pour cela qu'elle va droit dans le mur a pleine vitesse
Réponse de le 17/07/2012 à 16:45 :
En fin de compte on subventionne les augmentations de prix.si on baisse les subventions je suis sur que les prix baissent aussi.arrêtons les subventions dans tous les domaines, cela assainira les marchés.
Réponse de le 18/07/2012 à 0:30 :
Pour faire ençore plus baisse les prix, supprimons aussi les crédits à la consommation. Mais les organismes et banques ne seraient pas d'accord...
Réponse de le 19/07/2012 à 11:40 :
C'est peut etre là qu'il faut chercher le manque de compétivité de notre économie. Aligner ses tarifs sur l'évolution des aides des plus démunis améliore la recette du commerçant mais ne fait pas gagner des parts de marché. C'est une constante chez nous. On baisse la TVA et on ne baisse pas les prix de vente, on augmente les aides d'une catégorie d'acheteurs et on augmente les prix
A aprés on nous dit que le cout du travail est trop cher. Pourtant on allège fortement la taxe professionnelle et aucun gain de compétivité
Je suis un peu au dela du sujet mais c'est dans l'esprit général de ce que je constate dans notre commerce.
Une remise en cause de nos chefs d'entreprise s'impose. Sans cela, ils ne seront jamais compétitifs t notre économie continuera de décliner

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :