Les hausses d'impôts rassemblent la gauche, mais le traité européen...

 |   |  636  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Aucune voix ne manquera à gauche pour approuver le projet de loi finances rectificative, actuellement en débat à l'Assemblée nationale. Les débats seront certainement plus vifs lorsque les élus devront voter les traités budgétaires européens, ratifiés par Nicolas Sarkozy, et finalement approuvés par François Hollande

Pas d'angoisse pour la majorité. Même si certains députés manquent à l'appel -19 suppléants des députés devenus ministres ne siégent pas encore-, celle-ci n'a aucun souci à se faire, pour le vote du collectif budgétaire, dont l'examen devrait se terminer ce jeudi, à l'Assemblée nationale. A gauche, aucune voix ne devrait manquer. A gauche de la gauche, on se montre étonnamment positif. « Dans l'urgence, ce texte comporte nombre de mesures attendues » a affirmé le communiste Nicolas Sansu. « Nous le prenons comme un encouragement à poursuivre sur le chemin du rééquilibrage du partage de la richesse. Nous afficherons cette volonté lors de l'examen du projet de loi de finances pour 2013 » qui sera à cet égard « un juge de paix », a-t-il expliqué, au nom du Front de gauche.

Attention au pacte budgétaire européen
Toutefois, ce député du Cher a aussi mis en garde le gouvernement contre « l'asservissement à un pacte budgétaire européen porteur d'austérité ». Un pacte budgétaire que les parlementaires seront bientôt appelés à approuver, comme l'a décidé François Hollande le 29 juin, à l'issue du conseil européen. « C'est le procès du libéralisme que les Français ont conduit en mai et juin, et personne ne devra l'oublier, à droite comme à gauche « , a-t-il prévenu. « Je ne suis pas sûr que la gauche gagnera beaucoup à se poser en champion de la diminution de la dépense publique ».

La situation risque donc de se tendre à gauche lors du vote des traités renforçant la discipoine budgétaire au niveau européen... Ces traités donneront de fait un pouvoir accru à la commission européenne, qui pourrait aller jusqu'à bloquer le budget d'un Etat. Ils ont été ratifiés par Nicolas Sarkozy, tandis que François Hollande avait promis pendant la campagne électorale de les renégocier. Cela n'a finalement pas été le cas, le chef de l'Etat a seulement obtenu l'engagement de ses partenaires européens sur un pacte de croissance, avec un investissement de 120 milliards d'euros en Europe, sur cinq ans... A la tête du front de gauche, Jean-Luc Mélenchon avait estimé fin juin que François Hollande avait "capitulé" face à Angel Merkel... Même si le PS n'a pas besoin des voix écologistes ou de celles du Front de gauche, dans l'immédiat -avant une éventuelle réforme de la constitution pour y intégrer la "règle d'or"- cette situation risque de faire désordre.

Les écologistes déplorent l'absence d'un ... volet écologique

Les'écologiste se positionnent presque comme le front de gauche.  Pour Eric Alauzet (Doubs) « le moment est celui de l'urgence plus que celui des interrogations, qui viendront lors du projet de loi de finances 2013 ». Il s'est toutefois livré à une attaque en règle du « néolibéralisme ». « Quel est donc ce système où les uns s'épuisent en laissant les autres sur le bas côté ? », s'est-il interrogé au sujet des heures supplémentaires. « Nous pensons qu'il manque un volet écologique à ce projet de loi et nous serons vigilants sur les mesures à venir : des économies oui, l'austérité non », a résumé une autre écologiste, Eva Sas (Essonne), qui a notamment proposé « une application du principe pollueur-payeur plus large dans le budget 2013".
"Quelle joie de pouvoir débattre de mesures fiscales que nous défendons depuis des années !", s'est exclamé la radicale de gauche Annick Girardin (Saint-Pierre et Miquelon). Elle a particulièrement approuvé l'augmentation des droits de succession prévus dans le texte car « il ne faut pas créer une société de rentiers avec des héritages excessifs".  Mais, a-t-elle nuancé, "ce premier projet répond à des mesures d'urgence permettant de faire progresser l'idée de justice dans le système fiscal, mais pas encore de le faire triompher".

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/07/2012 à 6:24 :
Eh oui, il était temps de rééquilibrer le partage des richesses... Inutile de dire que le jour où il n'y aura plus que des bénéficiaires des-dits rééquilibrages, le jeu s'arrêtera.
Nos politiques auront beau appeler richesses tout un tas de choses qui ne le mérite pas, il n'y aura plus rien à partager, sinon peut-être obliger les gens à assister obligatoirement aux spectacles de rue par solidarité avec les artistes...
a écrit le 18/07/2012 à 6:09 :
Notre véritable armada d'élus votent d'autant plus facilement des hausses d'impôts qu'ils n'en paient pas eux-mêmes (pas de salaire mais des indemnités non-imposables). C'est pas pour rien que la France est dans un aussi pitoyable état. Irresponsables, incapables et incompétents mais profiteurs !
a écrit le 18/07/2012 à 2:41 :
C'est avec beaucoup de joie que je vais assister à l'effondrement de ce pays sous le poids insupportable des profiteurs et des incompétants
a écrit le 17/07/2012 à 21:38 :
Tout ce qui intéressait les écolos c'était le pouvoir. Ce seront donc de beaux godillots comme Voynet sénatrice avec la LH.
a écrit le 17/07/2012 à 21:38 :
est ce que qqun pourrait avoir la gentillesse de leur envoyer un ouvrage sur leur ideologie http://livre.fnac.com/a4047343/Blaine-Harden-Rescape-du-camp-14 ..... merci d'avance !
a écrit le 17/07/2012 à 21:20 :
z'avez pas une autre photo, si possible avec une montre comme Moscovici
a écrit le 17/07/2012 à 19:38 :
Quelle grandeur y-a-t-il à accroître les impôts et les taxes ? Selon moi, c'est surtout le signe d'une très grande nullité par ailleurs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :