Guillaume Sarkozy : « Il faut réinventer la protection sociale »

 |   |  216  mots
Guillaume Sarkozy, directeur générale de Malakoff Médéric - Copyright Reuters
Guillaume Sarkozy, directeur générale de Malakoff Médéric - Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Université d'été du Medef - Suivez les temps forts de l'événement avec latribune.fr, à travers les débats et dans les coulisses de l'événement.

10h15. Guillaume Sarkozy: « Il faut réinventer la protection sociale »

Guillaume Sarkozy, directeur générale de Malakoff Médéric, s'attelle à définir ce qu'est une entreprise exemplaire : « Comment faire accepter à la société française les ressorts de la rentabilité ? L'entreprise est couverte d'obligations de moyens, doublées d'obligations de résultats. Il faut des politiques sur l'égalité hommes-femmes, sur le handicap, sur les minorités visibles, l'entreprise n'y arrive pas. Il faut qu'elle ait le choix.

Mais la question du bien-être des salariés est un vrai ressort de productivité. La réglementation fiscale sur les fondations est très favorable : il y a 60% de déductibilité fiscale pour faire le bien. Nous allons créer un dividende solidaire. Je vais distribuer une partie de nos résultats à des fondations pour montrer à la société que l'entreprise sert à quelque chose. Il faut aussi réinventer la protection sociale et la frontière entre le collectif et l'individuel. Nos entreprises et nos salariés sont étouffés par le côté collectif. Il faut sacraliser la retraite par répartition, mais il faut aussi reconnaître le côté individuel, le droit individuel à la protection sociale. Et ça permettrait aussi de régler le problème de la transférabilité des droits. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2012 à 17:27 :
il parle bien le sarkozi , j'ai rien compris , il est vraiment fort (je pense qu'il n y a pas que moi)
a écrit le 01/09/2012 à 19:02 :
Distribuer une partie des résultats à des fondations! La voilà la bonne idée, LA Fondation.
Les résultats, d'entreprises comme Malakoff-Médéric devraient aller dans les provisions et pas dans des fondations dont le fonctionnement est la plupart du temps opaque. Les fondateurs de ces fondations sont souvent les premiers bénéficiaires des largesses de LA Fondation.
a écrit le 01/09/2012 à 10:25 :
Que le frère de Sarkozy garde ses bonnes idées pour lui ... La politique de la pompe à crédits de son frère a fini de tuer la France. Je pourrais en dire plus, mais je vais être sympa et éviter le procès "d'atteinte à l'honneur" en écrivant quelques vérités.
a écrit le 31/08/2012 à 12:05 :

Et moi je crois qu'il faut réunir les organismes qui collectent les cotisations des salariés: la branche retraite de la sécu et les caisses complémentaires AGIRC-ARRCO dans une banque nationalisée dirigée par des administrateurs fonctionnaires. Bien sûr il faut supprimer cette multitudes de caisses aux frais de fonctionnement mutiplifiés du fait de leur nombre. Il est évident que Mr SARKOZY défend sa boutique et que sa préocupation n'est pas le futur des retraités des salariés du privé!!
a écrit le 31/08/2012 à 11:49 :
Humm intéressant, donc pour ce monsieur, il est normal qu'une entreprise refuse un CV à cause du nom...
Doit on aussi lui rappeler que les handicapés ne choisissent pas leur situation....
Si le politique légifère, c'est peut être que les entreprises ne font rien de facon naturelle

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :