Pierre Moscovici : « Le mot compétitivité n'est pas un gros mot »

 |   |  3167  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
<b>Université d'été du Medef - </b> Suivez les temps forts de l'événement avec latribune.fr, à travers les débats et dans les coulisses de l'événement.

19h00 - Pierre Moscovici : « Le mot compétitivité n'est pas un gros mot »

Pierre Moscovici, ministre de l'Economie et des Finances, s'exprime à son tour pendant cette dernière conférence de la journée sur l'autorité. « L'autorité politique est contestée par la sphère économique, l'opinion publique. Le politique a une fonction d'arbitrage entre des intérêts privés et contradictoires. Un bon pouvoir, c'est parvenir à affirmer un intérêt général. Comment est-ce que ça peut s'appliquer ? A l'égard des entreprises, je me fixe quatre objectifs : d'abord, fournir un cadre financier stable et favorable à l'investissement et à l'innovation ». La salle applaudit. Il poursuit : « Le mot compétitivité n'est pas un gros mot. Le projet de loi de Finances 2013 doit comporter des mesures qui vont dans le sens de l'investissement et de la recherche ». Nouveaux applaudissements. « La deuxième chose, c'est le désendettement. La dette publique est l'ennemi de l'économie et du progrès. Et je m'accroche à l'objectif de 3% en 2013. Troisième chose : il faudra faire des efforts. Evidemment, les entreprises supporteront leur part de l'effort, mais ce sera une juste part. Quatrième chose : la Banque publique d'investissement verra le jour dans quelques semaines, et doit aider les PME et PMI à réaliser leurs projets en région ».  Il ajoute : « La puissance publique doit fonctionner de manière plus rapide et plus simple. L'administration est encore trop lourde, trop lente, et je veux simplifier, accélérer ». La salle applaudit à nouveau.
 

18h30 -  Randa Kassis, Membre du Conseil national Syrien « Même si Assad tombe aujourd'hui, la crise continuera »

"Il n'y a pas d'intégration sans autorité" : c'est ainsi que Dominique Reynié, professeur à Sciences Po, introduit la dernière conférence de la journée sur le sujet "Trop ou pas assez d'autorité". Il ajoute : "Il ne faut pas confondre autorité et pouvoir. L'autorité consiste à faire faire à quelqu'un quelque chose qu'il n'aurait pas fait spontanément." Membre du Conseil national Syrien et écrivain, Randa Kassis alerte sur la situation en Syrie : "Le régime est tyrannique, nous sommes d'accord. Quand nous combattons un régime répressif, nous battons toute une pensée répressive. Nous ne pouvons pas gagner cette révolte si nous n'arrivons pas à convaincre les minorités qui soutiennent le régime d'Assad. Il faut d'abord que les opposants syriens condamnent les violations, et qu'on travaille sur la transition. Il faut travailler sur les défections d'alaouites et sur la masse silencieuse. Parce que, même si Assad tombe aujourd'hui, la crise continuera. Il faut réfléchir au partage du pouvoir après Assad. C'est un travail de longue haleine, de culture, de changement de mentalité. Chaque individu dans cette société a un esprit répressif, car ils ont tous été opprimés. Chacun a appris à supprimer l'autre pour exister. Il faut donc d'abord travailler sur le pluralisme de ce pays."

18h20 - Hommage de Laurence Parisot à Patrick Ricard

Laurence Parisot rend hommage à Patrick Ricard : « Il a su combiner modestie et audace. Il a eu le talent de mêler la tradition et la modernité. C'était un des plus grands entrepreneurs français. Nous garderons longtemps dans notre esprit sa mémoire. Je crois que ce qu'il a apporté à son pays, à son économie, sera là pour longtemps, longtemps. Pour lui rendre hommage, je voudrais qu'on réserve un tonnerre d'applaudissements au groupe Ricard ».

Entendu durant la journée : quelques phrases glanées çà et là par notre envoyée spéciale

Najat Vallaud-Belkacem :

- "Si la France arrivait à un taux d'emploi des femmes égal aux hommes, elle pourrait accroître son potentiel de croissance de plus de 20%"

- "Pour l'égalité professionnelle, il faut mettre sur la table le secret des salaires, promotions, harcèlements..."

Nicolas Hulot :

- "La crise financière et la crise écologique se nourrissent des mêmes travers et des mêmes maux"

- "Qui osera parler de la croissance sélective et de la sortie du pétrole ?"

- "Où nous réussirons tous ensemble, où nous crèverons tous ensemble"

Benoît Poirier :

- "Il ne faut pas diaboliser l'actionnaire"

16h30 - Luc Oursel, Areva : "la transparence ne peut pas être absolue"

Luc Oursel, président d'Areva, s'exprime à son tour sur le secret des affaires. « L'absence de transparence n'a longtemps pas posé de problème pour notre activité. Aujourd'hui il en est autrement, du fait de la défiance envers les dirigeants et les institutions, de la complexification croissante de nos technologies. Il fallait corriger l'image d'opacité de notre industrie, liée à ses origines militaires. Il s'agit de faire de la pédagogie, de communiquer sur toutes les anomalies ou incidents qui peuvent intervenir. Dans une démocratie, il est normal de devoir rendre des comptes. Nous dialoguons sans tabous avec un certain nombre d'ONG et de syndicats. Il est d'ailleurs frappant de noter que certaines ONG refusent de s'asseoir à la même table que nous. Et elles refusent que nous disions qu'elles refusent. Les apôtres les plus rigoureux de la transparence ne sont pas toujours les plus transparents... Mais la transparence ne peut pas être absolue. Il y a une saine transparence, sur les pratiques comptables, les rémunérations, l'égalité professionnelle, etc... A l'inverse, je suis défavorable à la transparence qui affaiblirait nos dispositifs de sécurité en favorisant le travail de ceux qui veulent nuire, ou celle qui amènerait à révéler des secrets de fabrication qui affaiblirait notre position concurrentielle. Dans ces cas-là, la levée du secret n'est pas inutile, elle est dangereuse. » Il conclut en citant Jules Renard : « Il ne faut pas dire toute la vérité, mais il ne faut dire que la vérité. »

 

15h30 - Virgine Calmels (Endemol) : "Le secret, c'est le pouvoir"

Secret ou transparence ? Les entreprises les plus transparentes sont-elles celles qui sont les mieux valorisées par les marchés, les mieux traitées par leurs actionnaires ? Quelle est la place du secret dans notre société ? Le thème « Trop ou pas assez de secrets » est le sujet d'une nouvelle conférence de l'Université d'été du Medef.

C'est d'abord une psychiatre et psychanalyste, Francesca Biagi-Chai, qui se lance : « La psychanalyse, qui vise à l'élucidation, au dévoilement des secrets, s'oppose en réalité à la transparence et ne la prône en aucun cas. On ne peut jamais dire le vrai sur le vrai. » Virginie Calmels, présidente d'Endemol France, commence par citer les programmes « Secret Story » et « Patron Incognito ». « On conteste le secret des autres et on protège les siens. C'est là-dessus que se construit Secret Story. Le premier constat, c'est que le secret, c'est le pouvoir. Et si on perd la confiance dans ses dirigeants, on peut aller dans des extrêmes de transparence à tout prix.

Le secret, c'est aussi la protection. Briser un secret d'Etat, un secret professionnel peut être lourd de conséquences. La préservation de l'info peut être une forme de protection. Beaucoup de gens ont du mal à révéler une erreur à sa hiérarchie, de peur d'être réprimandé ou de perdre son emploi. Le secret c'est aussi d'abord et avant tout la curiosité. Derrière la curiosité, pour une société comme la nôtre, on crée l'excitation et forge une certaine forme d'intérêt et implique le téléspectateur, et le secret crée l'événement. L'ère de la transparence est pour moi plutôt une tyrannie de la transparence. Elle est voulue mais on peut difficilement la contourner. Notre liberté est la conservation de nos secrets. Quand on fait des émissions sur les magiciens, on fait très attention à ne pas déflorer leurs secrets ».

15h15 -  Halte à la librairie de l'Université du Medef

Près de la grande tente dressée pour les conférences plénières de l'Université d'été du Medef, une librairie éphémère a été installée dans le hall d'honneur des grands donateurs d'HEC. Entre Salauds de pauvres de Benjamin Griveaux et  Le temps des riches de Thierry Pech, nous avons eu droit à quelques surprises... Lire l'article et voir la sélection

12h45 - Verwaayen (Alcatel-Lucent) : « Nous avons besoin d'une inspiration économique »

Le directeur général d'Alcatel-Lucent Ben Verwaayen, s'exprime égalementt sur le sujet du changement climatique.
Le changement de climat est-il un sujet politique ou un sujet d'économies ? Delphine Batho a totalement raison. Nous sommes en train de perdre, et pas seulement contre les Chinois, la bataille de la fabrication de produits durables. Nous n'avons pas la priorité de l'innovation. Nous avons besoin d'une inspiration économique. » La science peut-elle nous aider ? C'est même la seule solution selon André Brahic, astronome, physicien et astrophysicien : « La société civile baigne aujourd'hui dans la science, et les scientifiques sont absents de la société civile. Ce hiatus est pénalisant pour nous. Il y a une absence de culture scientifique dans notre pays. On parle de chômage, de violence : mais le chômage, ça n'est pas en fabriquant des chemises à bas coût qu'on va le réduire, c'est en innovant. Et la violence n'est pas la fille de la pauvreté, c'est la fille de l'inculture. » Il conclut : « La vie et la recherche c'est comme la bicyclette : quand on n'avance pas, on tombe ».
Le discours passionné d'André Brahic recueille à maintes reprises des applaudissements nourris dans la salle.

12h15 - Delphine Batho : « L'écologie n'est pas l'ennemi de l'esprit d'entreprendre »

C'est au tour de la ministre de l'Ecologie Delphine Batho de se lancer : « L'écologie n'est pas l'ennemi de l'esprit d'entreprendre. L'écologie est le tournant économique du siècle. Nos concurrents sont en train de prendre une avance déterminante sur ses sujets. C'est un sujet de compétitivité majeur. Oui, Mme Parisot, il est interdit d'interdire des débats.
Mais la tentation serait de faire de l'écologie le bouc émissaire des urgences de la crise. L'écologie ne doit pas être vue comme une contrainte, mais comme le plus gros gisement d'emploi, de croissance. Oui, la hausse du prix de l'énergie supportée par les familles et les entreprises sera un des éléments déterminants dans les débats de la conférence environnementale.
Elle ajoute sur la gaz de schiste : « Il faut passer à une économie décarbonée. Concernant le gaz de schiste, je ne crois pas que quiconque imposera des technologies polluantes et dégradantes dont les Français ne veulent pas ».
Sur la question des normes environnementales, elle martèle : « je n'ai pas une vision bureaucratique de l'écologie. On doit pouvoir engager le chantier de la modernisation des normes environnementales. Il faut aller vers la simplification d'un certain nombre de procédures qui posent un problème de compétitivité ».

12h00 - J-Y Le Gall (Arianespace) : « Le spatial ignore les questions de souveraineté nationale »

Industriels, politiques et scientifiques sont réunis pour une conférence plénière sur la « conquête de l'aire », celle de l'air, de l'eau, du feu et de la terre.
A la table, Gilles Elkaim, explorateur et physicien, témoigne de ses expéditions dans le Grand Nord. « Mon adage favori est : ouvrir l'?il et la fermer. Pour moi, l'aire, c'est la glace. Et on entre dans une nouvelle ère : la prise de conscience de chaque individu est déterminante aujourd'hui. On produit, on exploite à outrance, pour répondre à la demande d'un public, qui dépasse sa nécessité. Il faut inverser cette tendance. » Jean-Yves Le Gall, président d'Arianespace, intervient lui sur la conquête de l'espace : « trois événements se sont produits presque simultanément : la disparition de Neil Armstrong, Curiosity sur Mars et le 50ème succès d'Ariane 5. La première chose qu'on a fait faire à Curiosity, c'est de diffuser une chanson des Black Eyed Peas. Cela montre à quel point cette expédition est moderne par rapport à celle d'Armstrong, qui est très connotée à la guerre froide. Le spatial permet aussi de répondre à l'enjeu de l'eau car nous lançons des expéditions d'observation. Le spatial a commencé dans la guerre froide et les deux tiers des satellites lancés chaque année le sont pour une finalité militaire. On l'oublie, mais il y a des applications de plus en plus élargies des satellites ».
Interrogé sur la question de la souveraineté nationale, Jean-Yves Le Gall poursuit : « Le spatial a montré l'exemple sur la souveraineté nationale avec la station spatiale internationale, qui s'est d'abord appelée Freedom. Aujourd'hui, le spatial ignore les questions de souveraineté nationale, ignore les frontières ».

10h30 - Jérôme Cahuzac : «Le prix des produits dérivés doit correspondre à leur risque réel»

Le ministre du Budget Jérôme Cahuzac s'attarde sur le sujet de la séparation des banques de détail et des activités de marché : « Rien n'indique que ce projet sera mis en ?uvre, il y a un choix à faire entre le modèle Volcker et Vickers. Mais la réflexion doit déboucher, car la situation actuelle n'est pas satisfaisante ; elle comporte des risques. Il ne s'agit pas de condamner un produit par principe, au motif que c'est un produit dérivé. Ces produits jouent leur rôle dans l'économie réelle. On va rencontrer des difficultés : comment juger celui-ci ou celui-là utile ? Il faut faire en sorte que le prix de ces produits dérivés corresponde à leur risque réel, ce qui aujourd'hui n'est pas le cas. La garantie implicite de l'Etat aboutit à ce que ces produits sont cédés à un prix plus faible que le risque qu'il représente. Il faudrait débrancher la garantie implicite de l'Etat sur certaines catégories de produits dérivés. L'idée qui sous-tend cette volonté de séparer banques de marché et banques de détail, c'est de garantir la meilleure allocation possible au secteur productif, aux entreprises. Il faut éviter que ces produits soient totalement déconnectés de l'intérêt général ».
 

10h00 - Xavier Bertrand : «Les politiques doivent gérer le Budget comme un budget familial»

C'est au tour de Xavier Bertrand, ancien ministre du Travail et de la Santé de prendre la parole. « Longtemps, les politiques ont fait croire qu'ils n'avaient pas de problèmes d'argent, ce qui les a dispensé de tout discours de vérité. Il a fallu la crise financière pour bien comprendre qu'on avait fini de danser. La ligne de fracture se fera entre ceux qui pensent qu'on peut continuer à prélever davantage et ceux qui pensent qu'il faut que l'Etat dépense moins. Il est temps que les politiques gèrent le budget comme un budget familial. Quand il y a une dépense publique, en a-t-on pour son argent en terme d'efficacité ? Il faut toucher aux niches fiscales à une exception près, celles qui ont un impact sur l'emploi. Les Français sont près à faire des efforts s'ils ont le sentiment qu'ils sont justes et efficaces. » Observateur des évolutions sociales, le directeur général du Crédit Municipal de Paris, Bernard Candiard explique : « Les dépôts d'objets n'ont pas arrêté d'évoluer dans le temps et nous avons une grande majorité de femmes. Mais on récupère toujours autant les objets. L'écart se creuse entre les différentes catégories de population : les acheteurs ont les moyens. »

9h15 - L'argent est au centre des débats dès l'ouverture de la deuxième journée de l'université d'été du Medef. Le ministre du Budget Jérôme Cahuzac, accompagné de l'ancien ministre du Travail Xavier Bertrand, s'expriment ce matin sur le thème « Avec ou sans argent ».

« Parler d'argent au Medef, c'est parler de corde dans la maison d'un pendu. Mais allez-vous savoir en parler ? », introduit Jean-Luc Placet PDG d'IDRH. Les premiers intervenants à s'exprimer évoquent d'abord le « sans argent ».

Le père Alain Maillard, docteur en théologie morale et en histoire, se lance le premier : « on ne crève pas de faim à Paris, même chez les SDF, mais est-ce qu'on prend le temps d'un dialogue gratuit ? Ca ne coûte rien, ça coûte du temps. » L'ancien député-maire de Versailles et président du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale, Etienne Pinte, lui, s'interroge : « l'argent crée-t-il du lien social lorsqu'on en a pas ou peu ? Et constitue-t-il un facteur d'autonomisation lorsqu'on n'en pas ou peu ? L'argent est moins une monnaie d'échange qu'une monnaie de survie. » Une autre partie des participants à cette table ronde met en avant le « côté positif » de l'argent.

Ancien directeur du Budget, Pierre-Mathieu Duhamel du cabinet KPMG, prend le micro et cite Benjamin Franklin : « le seul intérêt de l'argent, c'est son emploi. » Le ministre du Budget Jérôme Cahuzac intervient à son tour : « Le thème que vous avez choisi est assez amusant. Cette question nous renvoie à ce que furent deux tabous : le sexe et l'argent. Et l'un et l'autre renvoient au besoin de liberté. Il y a un parallèle entre le manque d'argent et l'amputation de la liberté. » Le ministre évoque ensuite l'argent public : « La priorité d'aujourd'hui est défaire qu'aujourd'hui nos comptes retrouvent l'ordre qu'ils ont perdu. Mais c'est un ordre qui in fine, s'il est rétabli, profitera. Autre remarque : il n'y a pas de pactole ou de trésor caché. Le fonds du problème n'est pas de savoir qui paie mais combien on doit payer. Une fois que ce choix aura été fait, il sera temps de savoir qui et comment en assume ce coût : la fiscalité, l'épargne, la TVA, la CSG, la fiscalité... ?»

Interrogé sur les taux de prélèvements, Jérôme Cahuzac répond que « personne n'a contesté que les prélèvements augmenteront. La question est de savoir à qui et de combien ils augmenteront. Il faut tout faire pour orienter l'épargne vers l'investissement productif, il y a pour cela des instruments budgétaires et fiscaux. Rien ne se fera si la confiance ne se rétablit pas. Si le taux d'épargne augmente dans notre pays, c'est la crainte de l'avenir qui transparaît. »

Sommé de s'exprimer sur la baisse de la dépense publique, Jérôme Cahuzac s'exécute : « Sur la mandature, l'engagement pris est qu'il sera à part égale entre l'économie et la recette. La politique c'est l'art du possible. Pour l'Etat, il faut dépenser 10 milliards de moins, et les collectivités locales seront soumises aux même règles que l'Etat : zéro valeur. Et nous continuerons à faire des économies d'une année sur l'autre. Ceux qui ont cru que l'on pouvait y arriver uniquement en faisant des recettes rêvent, ceux qui ont cru que l'on pouvait y arriver uniquement en faisant des économies mentent. »

Retrouvez ici le suivi en direct et notre dossier complet sur l'Université d'été du Medef

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2012 à 16:32 :
Bertrand qui a été de toutes les gabegies ose donner son avis, maintenant ? Sarkozy, c?était Chirac ou Mitterrand, c'est selon : la politique de la pompe à crédits au profit de ses petites magouilles et il me semble que Bertrand était à côté. On emprunte 10 milliards par mois pour ce jacobinisme gauche/droite. Les fonctionnaires ont augmenté de 35% pendant que la population française n'a augmenté que de 10% depuis1980, son efficacité n'est même pas là.... Nous sommes l'un, si ce n'est le pays le plus taxé au monde ... L'état pompe 60% des recettes pour nourrir une population de fonctionnaires qui ne représente que 12% de la population totale. Les retraites de fonctionnaires représentent un coût de 60 milliards annuels alors que celles du privé représentent 170 milliards mais pour 5 fois plus de travailleurs ! Les véhicules de fonctions continuent, les dépensiers de régions s'éclatent, cumulent, on continue la pléthore d'avantages catégoriels et d'oligarques, le budget de Matignon n'a pas bougé d'un centime, pareil pour l'Élysée, les primes de Bercy sont toujours défiscalisées, les migaud, cahuzac, guaino et autre guéant touchent toujours des salaires de l'ordre de 30000 euros, appartements de fonctions pour les hauts fonctionnaires, chauffeurs, préfets fantômes, missionnés, commissions inutiles, organismes inutiles continuent, les cheminots partent en retraite à 50 ans etc etc etc Bref, l'ensemble des choses qui plombent la France et les générations à venir et, bizarrement,jamais présentes dans les rapports de la cour des comptes... Il faut en finir avec ce jacobinisme néfaste au travailleur, faire des économies et arrêter de nous taxer quand on respire. Et faire le nécessaire pour donner de la dignité a nos entreprises et à nos travailleurs. Les deux.
a écrit le 31/08/2012 à 14:03 :
Xavier Bertrand a RAISON ! Que n'a-t-il convaincu toute l'équipe de branquignols lorsqu'il était Ministre ? Il serait aujourd'hui porté aux NUES .
Il cause un peu en retard ! Quel dommage !!!!!
a écrit le 31/08/2012 à 11:40 :
Sauf que ce mot est étranger au gouvernement, inconnu dans son dictionnaire !
a écrit le 31/08/2012 à 11:33 :
Le débat utile au sujet de la compétitivité industrielle, c'est celui sur la croissance des valeurs ajoutées produites, et exportables, par les entreprises industrielles. Les marchés porteurs attendent des produits à fortes valeurs ajoutées, en particulier à l?exportation. Exporter plus en volume et en valeurs ajoutées, c'est tendre vers les excédents commerciaux dont nous avons besoin. La réflexion utile sur la productivité, c?est celle du cout global de production, intégrant les progrès constants des outils de conception et des machines outils de fabrication. Plus les moyens de conception et de production sont flexibles et réactifs, plus la productivité augmente, plus les marges opérationnelles augmentent.
a écrit le 31/08/2012 à 11:26 :
Parole parole parole..... Des actes pepere, je sais bien qu'a gauche on prefere les rtts au travail, mais la il est temps de s'y mettre.
a écrit le 31/08/2012 à 10:39 :
Mettre une muselière à thibault qui ne sert à rien, ni aux travailleurs, ni aux entreprises, ni aux français, si ce n'est à pomper des subventions et à feindre d'ignorer que nous prenons des crédits et hypothéquons notre avenir ainsi que ceux de nos enfants pour nourrir la retraite à 50 ans des cheminots dont il est issu. Et penser SVP à lui envoyer la facture du moins gagner de l?ordre de trois milliards à Marseille. Merci !
a écrit le 31/08/2012 à 10:25 :
Pierre Moscovici : « Le mot compétitivité n'est pas un gros mot » ... les actes, ce serait mieux que des mots , non ???!!! et redonner de la compétitivité passe par la baisses des charges dur l'emploi, l'allègement des réglementations, une flexibilité pour que les entreprises puissent s'adapter à un monde qui bouge ...!!
a écrit le 31/08/2012 à 10:23 :
bonne mine notre ministre dire qu il représente la FRANCE pour son eco NOmie meme pas rase pauvre pays PEU RESPECTE
a écrit le 31/08/2012 à 10:07 :
Voir le discours de Cahuzac... Ces gens là sont complètement déconnectés. Sans revenir sur ce qu'on sait tous, à savoir qu'on peut faire des économies sans "austérité" mot galvaudé volontairement pour conserver chauffeurs, cumuls, retraites à 50 ans pour certains fonctionnaires ou assimilés, subventions à n'importe quoi, primes à aller aux toilettes, etc Que moscovici, qui comme les autres à droite, ne comprend rien à l'entreprise, commence par simplifier les démarches des entreprises pour qu'on arrête de courir après l'administratif, les papiers à remplir tous les deux jours, ... et la france sera deja plus productive... gratuit ...et qu'ils remettent de l'ordre dans les 80 milliards d'aides aux entreprises à la place de les distribuer au CAC et à ceux qui ont leur siège aux ils caïmans.Appels d'offres: idem. Je rappelle aussi que la France prend 10 milliard/mois de crédits pour nourrir cet état surballonné, non seulement, il faut le dégraisser mais il faut tout redonner à ce qui produit, embauche et paye à 100% l?impôt français : les 80% d'entreprises que sont les TPE/PMI. C'est ca, sinon, y'a la Bulgarie à coté : union européenne, salaires à 200 euros, 10% de charges et 10% d?impôts. A bon entendeur.
a écrit le 31/08/2012 à 9:50 :
Je lisais ces derniers jours dans un hebdo de gauche l'histoire d'une entreprise française prete à créer 3.000 emplois mais empéchée par des contraintes réglementaires nationales et européennes .Tout est là le jour où les politiques et les administrations comprendront que les entreprises ont besoin que le carcan administratif et réglementaire se desserre nous aurons fait un grand pas .Une entreprise qui demande de l'aide pour monter un dossier d'extension se trouve face au silence des politiques et à l'obstruction des administrations .......et maintenant des associations en tout genre qui bloquent tout projet.Nous n'arrivons pas à depasser cet antagonisme privé/public , c'est culturel ..
a écrit le 31/08/2012 à 9:34 :
"Productivité ? Pas un gros mot ?" Après tout ce qui a été dit par le PS sur l'entreprise, il y a de quoi être un peu surpris. De toute façon, ce ne sont que des mots, des postures de communication. Pour l'instant, toutes les mesures prises par ce gouvernement vont à l'encontre d'une amélioration de notre compétitivité. On verra s'ils changent leur fusil d'épaule dans les prochains mois...
a écrit le 31/08/2012 à 8:51 :
dès que les commentaires touchent au système meme alors ils ne sont pas publmiés!!
je le recommence une derniere fois
parler de competitivité en s'attachant les jambes pour courir( importation "libre " de chine ou d'ailleurs ..de chemises comme de tomates...)
etre competitif serait de vivre dans la rue affamé pour etre à la hauteur des amis chinois ou indous ....
je verifie meme plus l'othographe
car vous ne publier pas quand c'est chaud
a écrit le 31/08/2012 à 8:26 :
alors son synonyme, le mot profit, non plus
a écrit le 31/08/2012 à 6:01 :
Créer 150.000 emplois de fonctionnaires des banlieues, c'est très compétitif !
Et à Amiens Nord, zone de guerre parmi des centaines, ils ont déjà commencé le travail, le résultat : 6 millions de dégâts. Après 40 ans de pouvoir de l'UMPS la France est au fond du gouffre.
a écrit le 30/08/2012 à 22:51 :
Competitivité n'est pas un gros mot!!
Super et on va pouvoir dormir dans les rues sans nourriture ou mieux créer des favelas et à ce moment nous serons compétitif devant le chinois ou l'indien et on nous payeras en ...roupies.
Super laisser les frontières ouvertes pour permettre la compétitivité ou encore attacher vous les jambes et essayer de courir ..
Vive la nouvelle majorité qui est en fait pire que la précédente et qui dort dans des draps blancs de la république ou ce qu'il en reste!!
Des fois j mnrv .. moi des gros j'en connais....si vous voulez Mr le Sinistre
a écrit le 30/08/2012 à 20:24 :
le pb de la gauche francaise c'est qu'ils sont sv bcp plus pragma que la droite quand ils sont au pouvoir ( qui se sent obligee de faire tt ce que la gauche n'aurait jamais ose) , sauf qu'ils ont les poings lies par les conn... qu'ils ont braille en campagne !!!! c'est triste pour ce pays!
a écrit le 30/08/2012 à 20:21 :
la competitivite pas un gros mot !!!!!!!!! dans le genre je retourne ma veste, les socialistes se posent la !!! ah ben oui ils sont au pouvoir, j'avais oublie !!!!
a écrit le 30/08/2012 à 18:19 :
Oursel a de l'humour, le jour où il y aura de la "transparence" chez Areva les poules auront des dents.
On se souviendra par exemple qu'il a fallu 3 mois pour fournir a un député le bilan comptable suite a l'achat d'Uramine. Plus globalement il faut l'intervention d'associations ou de collectivités locales, pour résoudre les problèmes liés aux points chauds des anciens cites miniers ou de transformation. Sinon la politique d'Areva c'est de tout laissé pourrir, de faire le mort. Et pour cause ils n'ont pas les moyens financiers de faire face a ces dépenses. Ils se contente donc de gérer au coup par coup quand sa râle trop sur le terrain.
a écrit le 30/08/2012 à 17:09 :
Et pourtant Elle tourne !
a écrit le 30/08/2012 à 16:27 :
"le secret c'est le pouvoir"? cette citation me donne la nausée. l?information c 'est le pouvoir, le secret c'est l?obscurantisme. sans être des béni oui oui de la transparence, je pense que les entreprises se doivent d'apporter des réponses aux questions que se posent les gens. d'autant plus quand on est une entreprise médiatisée et connue comme l'est Endemol !
a écrit le 30/08/2012 à 14:09 :
Il a passé la nuit à bosser sur cette phrase le mec? une lumière! Ca sent la conférence sans idées concrètes, quand on comence à sortir des phrases bateaux c'est qu'on a forcé sur le pinard et que la réalité nous échappe!
Réponse de le 30/08/2012 à 15:15 :
mort de rire
a écrit le 30/08/2012 à 13:50 :
De l'inspiration... Certes. Mais mettre la "confiance" au rang d'un art est particulièrement amusant. J'ai beau réduire ma marge au maximum, je ne maintiens MEME pas mon chiffre. Ce qui n'a absolument RIEN d'étonnant lorsque l'on sait que cette joyeuse crise, mondiale, a été provoquée par des excès financiers. A quand un politique qui osera renverser le mouvement en leur supprimant leur pouvoir..??
Réponse de le 30/08/2012 à 14:02 :
Régulons, ôtons toute flexibilité aux secteur financier, et la finance plus inventive se fera à Londres, N'Y ou Singapour...ce qui nous pend au nez, c'est aucune place financière d'importance en zone Euro..pas sur que nos économies s'en porteront mieux...
Réponse de le 30/08/2012 à 14:56 :
Vu l'état économique des trois zones citées, j'ai FRANCHEMENT un doute que ça leur soit bénéfique. Hors propagande, bien sûr. Donc, je persiste : la création de richesse vient du réel, pas de la titrisation et de "futurs" gains. La crise en est la preuve, d'ailleurs..
a écrit le 30/08/2012 à 13:34 :
Verwaayen a surtout besoin de trouver l'inspiration pour savoir comment diriger Alcatel-Lucent. Pour l'instant lui et sa clique n'ont pas été très visionnaires...et ne trouvent pas de solutions mis à part des licenciements de grande envergure.
a écrit le 30/08/2012 à 13:31 :
La France n'a ni politique d'innovation, ni politique de croissance, ni politique d'emploi, pourquoi?
Réponse de le 30/08/2012 à 14:52 :
"La France n'a ni politique d'innovation, ni politique de croissance, ni politique d'emploi, pourquoi?" mais qui l'a surtout ?
a écrit le 30/08/2012 à 13:12 :
l'écologie est une regression sociale. augmenter le chauffage via le gaz et l'électricité et uagmenter l'essence équivaut a apprauvrir des millions de gens qui n'ont plus les poyens de consommer et de faire tourner l'économie; au lieu de pratiquer une politique basée sur la recession ne pourrait t-on redonner du pouvoir d'achat aux français ? et si pour cela il faut exploiter le gaz de schiste exploitons le et cessons d'écouter les écologistes et donneurs de léçons si ils avaient excisté avant aurions nous le pétrole ? l'électricité ? le rail ? non . nous en serions encore a la charette tiré par un cheval alors stop a ces bobos et donnez nous les moyens de vivre; avant de sauver la planète sauvons les humains qui y vivent en leur donnant les poyens de vivre dignement
Réponse de le 30/08/2012 à 13:26 :
@Giroflee
J'espère que vous êtes vieux, sinon vous aurez dans votre vie des déconvenues cuisantes.
Réponse de le 30/08/2012 à 13:55 :
pourquoi il faut etre vieux ou sénile pour ne pas avoir vos idées ? je pense que vous devez etre riche pour poser cette question essayer de vivre avec le smig et on en reparlera
Réponse de le 30/08/2012 à 15:02 :
@girofle " au lieu de pratiquer une politique basée sur la recession" +1 allez dire ça aux néolibéraux, ils croient que l'austérité ça va marcher... si si c'est vrai regardez en grèce comme c'est efficace.
a écrit le 30/08/2012 à 11:21 :
L'argent publique n'existe pas, c'est l'argent des contribuables acquis par la coercition, ce qui n'est pas la meme chose. Les gouvernements et les politiques ne créent aucune richesse, mais ils s'attribuent très facile l'argent des contribuables en le qualifiant "d'argent publique", pour mieux le dépenser entre copains et coquins, et toujours au nom de la solidarité, bien sur. Vivement que la France s'inspire de son grand penseur du 19 eme, Monsieur Frederic Bastiat, et arrive enfin au libéralisme humaniste. En attendant achetez rapidement de l'or physique, c'est mon conseil que j'applique à moi meme.
Réponse de le 30/08/2012 à 11:59 :
+ 1 !!! je crois lire Thatcher !!!

de cette grande dame, une autre perle : "le problème du socialisme, c'est qu'il finit toujours par être à court de l'argent des autres."
Réponse de le 30/08/2012 à 13:23 :
J'adore... cela fait aussi penser a Churchill et son " la vertu innerante au socialisme consiste en une egale repartition de la misere"...
Le probleme est, qu'en France, avec 5.6 million de fonctionnaire et 3 million de chomeur, comment voulez -vous que les Francais votent pour un systeme liberaliste alors q'un tiers des electeurs profitent de ce vole de l'etat au contribuable...
Réponse de le 30/08/2012 à 13:31 :
Le problème Thatcher, c'est qu'elle a été virée comme une malpropre à force de dire et surtout vouloir faire appliquer les "conneries néo-libérales"".
Réponse de le 30/08/2012 à 14:55 :
"je crois lire Thatcher !!! de cette grande dame" LOL les mineurs de l'époque étaient pas du même avis...
Réponse de le 30/08/2012 à 14:57 :
@M92 "q'un tiers des electeurs profitent de ce vole de l'etat au contribuable..." et ton éducation gratuite, ta santé gratuite, ta sécurité gratuite c'est du vol ??
a écrit le 30/08/2012 à 11:01 :
On est bien loin de la vision des 17 années de droites qui ont tout autant creusé la dette. A oui c'est vrai, c'était la crise...
Faite ce que je dis, pas ce que je fais...
Réponse de le 30/08/2012 à 11:37 :
@ le Sage : vosu oubliez les 14 années de gauche qui ont tout autant creusé la dette .... et pour eux aussi c'était la crise ...
Réponse de le 30/08/2012 à 12:25 :
C'est celui qui dit, qui est ! on croirait entendre des gamins de cour de récréation (c'est vrai que c'est bientôt la rentrée). La dette a été pratiquée par tout le monde; maintenant il faut remettre les compteurs à zéro.
Réponse de le 30/08/2012 à 13:34 :
La dette n'existe pas, elle est le résultat d'un système qui autorise le vol, système élaboré par les libéraux et conforté par les néo-libéraux.
Réponse de le 30/08/2012 à 15:01 :
"La dette n'existe pas", a chaque fois que je lis vos interventions sur le sujet JB38, et ce depuis des mois, j'ai le sentiment que vous croyez dur comme fer au concept "d'argent gratuit". Je pense que comme beaucoup de Francais, vous vous trompez gravement sur le sujet, et ne le comprenez pas (et peut-etre vous ralliez-vous a la these totalement demagogique defendue par le trio Le Pen-Melenchon-NDA a propos de la fameuse loi Giscard 73 + Maastricht 92... Si c'est le cas, vous avez bien tort). Au meme titre que Giroflee plus haut, ou je partage d'ailleurs en partie votre reaction, vous allez, croyez-moi, vers des deconvenues cuisantes...
Réponse de le 30/08/2012 à 15:14 :
@tyler "vous allez, croyez-moi, vers des deconvenues cuisantes..." et vos politiques austéritaires elles vont vers où ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :