Le prix du paquet de cigarettes à 20 euros ?

 |   |  976  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>Reuters</small>)
Ce serait probablement envisageable si la politique de la Santé était totalement menée par le ministère de la Santé. Or, dans ce domaine, c'est le ministère du Budget qui garde la main. Le prix du paquet de cigarettes augmentera de 6% à compter du 1er octobre. Une hausse qui permet de maintenir, voire d'augmenter les recettes fiscales de l'Etat qui s'élèvent en moyenne à 13 milliards par an. Le coût du tabagisme est estimé à 60 milliards d'euros par an pour l'Etat.

Dans un monde idéal, un gouvernement responsable privilégierait le long terme, plutôt que le court terme. Dans le même monde, il laisserait au ministère de la Santé l?ensemble des questions de santé publique et en particulier le tabagisme. « Pour lutter contre ce fléau, le gouvernement doit augmenter fortement les prix, mettre en place une politique efficace de remboursement des thérapies de sevrage tabagique, en réfléchissant à une possible implication des complémentaires santé, informer encore et toujours la population sur les risques que prennent les fumeurs et investir dans la recherche. Il doit agir sur tous ces leviers simultanément, le plus puissant étant une hausse brutale d?au moins 10% des prix via une politique fiscale ambitieuse et harmonisée au niveau européen », explique Vincent Genet, Directeur de la Division Santé d?Alcimed, une société de conseil et d?aide à la décision. Selon l?Insee, 30% des citoyens âgés entre 18 et 75 ans sont fumeurs, occasionnels ou non.

Une hausse de 6% à compter du 1er octobre

Rigueur oblige, le gouvernement, comme les gouvernements précédents, ne fait pas ces choix. Si le volet dépenses du projet de de finances de la Sécurité sociale (PLFSS) est plutôt maitrisé par le ministère de la Santé, le volet recettes est entre les mains de Bercy. Et, au regard de l?état actuel des finances publiques, Jérome Cahuzac, le ministre du Budget a le dernier mot. Résultat, ce vendredi, il a annoncé une hausse de 6% du prix du paquet de cigarettes à compter du 1er octobre, ce qui représente un coût d?environ 40 centimes par paquet pour les fumeurs. De cette façon, il ne tue pas la poule aux ?ufs d?or. Les recettes fiscales pesant sur le tabac, qui représentent en moyenne 13 milliards d'euros par an, continueront de progresser, en raison de l?augmentation du taux et de la résistance attendue de la consommation.

Certes, sur ces 13 milliards, 3 milliards servent au financement de la lutte contre le tabagisme. « Mais c?est un montant bien inférieur aux 60 milliards par an que représente le coût du tabagisme sur les finances publiques », compare Vincent Genet. Un chiffre avancé par l'Office français de prévention du tabagisme, (Ofdt) dans une étude publiée en 2005. Selon une étude de l?Insee publiée en 2005, le coût du tabagisme coûte 772 euros par an par habitant.

Pas de soutien pour les fumeurs

Pourtant, comme le démontre une étude de la Haute autorité de la Santé (HAS) datée en 2007, la prévention a un réel effet sur la consommation de tabac. Pourtant, rien n?est prévu pour soutenir les fumeurs. Le sevrage tabagique, les consultations chez les tabacologues ne sont pas pris en charge par l?assurance-maladie. Seul un forfait de 50 euros par an par personne est à la disposition de ceux qui veulent arrêter de fumer.

Bien sûr, Marisol Touraine, la ministre de la Santé n?est pas totalement absente des débats. Elle a sauvé les apparences ces derniers jours en se déclarant en faveur d?un relèvement du prix du paquet de cigarettes.  « Or, on sait qu?il n?y a que des hausses brutales et répétées des tarifs qui permettent de faire chuter la consommation, notamment chez les plus jeunes qui ne sont pas encore totalement sous l?emprise du tabac. En France, la dernière hausse significative des prix date de 2004 [+39% en trois ans]. Elle avait entraîné un net recul des ventes », rappelle Thibaud Durand, responsable de mission chez Alcimed.

Un problème de perception du tabagisme

Cette domination de Bercy sur la rue de Grenelle s?explique également par le fait que le tabagisme n?est toujours pas considéré en haut lieu comme une pathologie mais comme un simple comportement, bien qu?il soit la première cause de mortalité évitable en France. Et encore moins comme une addiction qui doit être traitée comme telle. Selon une étude réalisée en 2005 par l?université canadienne de l?Ontario, 90% des fumeurs souhaiteraient décrocher mais n?y arrivent pas.

« Pourtant, à condition d?avoir une stratégie de long terme et de ne pas limiter son horizon au seul quinquennat, le gouvernement aurait tout à gagner à établir une véritable politique de lutte contre la tabagisme qui entraîne directement ou indirectement des affections de longue durée (ALD) dans 100% des cas. Il y a peu de pathologies aussi rentables à soigner », précise Thibaud Durand.

Que fait l?industrie pharmaceutique ?

Alors que l?industrie du tabac et les buralistes s'organisent avec force pour faire valoir leurs intérêts au plus haut niveau de l?Etat, au Parlement et dans les cabinets ministériels, l?industrie pharmaceutique est plutôt stoïque. Pourquoi ? Si l?Etat décide de rembourser une partie des produits permettant le sevrage tabagique, il devra fixer le prix de ces médicaments impactant de ce fait leurs marges. Pour les mêmes raisons, les pharmaciens ne seraient pas très partisans de cette solution.

Dans ce bras de fer entre le ministère du Budget et celui de la santé, l?Elysée et Matignon ont évidemment leur mot à dire. Le sommet de l?Etat pourrait-il prendre le risque de faire chuter immédiatement sa cote de popularité en se mettant une bonne partie des Français et des Françaises à dos ou préférera-t-il adopter une stratégie capable d?améliorer à moyen-long terme à la fois la santé publique et les comptes de l?Etat ? Le projet de loi de finances et financement de la Sécurité sociale seront présentés dans quelques semaines. On saura alors si le monde idéal est pour demain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2012 à 19:37 :
et l'alcool ? il ne tue pas lui !
a écrit le 17/09/2012 à 1:49 :
Prière de regarder les deux liens qui parlent du cout social du tabac. A mourir de rire!!! Le premier ne correspond absolument pas et quant au deuxième, il y est clairement marqué "Le cout social" : "Fondé sur des hypothèses, internationalement validées,.mais discutables..". On croit réver... Franchement, ce n'est pas sérieux, ni de la part des gens qui ont fait la fameuse "étude", ni de la part des journalistes qui reprennent cette propagande sans même vérifier...
a écrit le 16/09/2012 à 17:28 :
A quand une prise de conscience. Il s'agit pas de sauver des gens mais de faire de l'argent facile sur le dos des tiers. Je ne fume pas, je ne bois pas mais je ne comprends pas qu'on empêche certains de faire le contraire (sauf si mineurs). Personnes ne les forces à boire ou à fumer, c'est un choix personnels d'adultes responsables de leurs actes, ils sont conscient des risques de nos jours et doivent de même respecter ceux qui ne souhaitent pas fumer ou boire (une équivalence). Les juges devraient toujours souligner cela aux familles qui se plaignent à l'américaine. Pour moi, ce genre de pratique est un mensonge à but financier (une bonne excuse pour taxer) et surtout une atteinte aux libertés individuelles. Ou arrenterons nous demain, plus le droit de fumer... puis dans la folie pourquoi pas une taxe pour avoir le droit de s'aimer, d'avoir des enfants car trop nombreux, le droit de boire vu que l'eau deviendra rare, le droit de respirer, de manger etc...
a écrit le 16/09/2012 à 11:15 :
pourquoi pas supprimer la sécurité sociale aux fumeurs et alcooliques et les drogués , que faire payer les retraités
Réponse de le 28/12/2012 à 5:24 :
Par que les fumeurs financent la secu et les retraités en profitent de la secu !
Réponse de le 05/03/2013 à 12:50 :
Ne pas oublier que si la M.S.A. est toujours là car en faillite à l'époque, c'est parce qu'une partie des taxes y est versé, le reste ne va pas à la sécu mais au fonctionnement de l'Etat.
a écrit le 15/09/2012 à 16:17 :
Je fume pas, je bois pas et j'ai plus de BMW. Rien que de la volonté et j'en tire un plaisir énorme quand je pense a ces socialistes qui pensent pouvoir tout nous piquer.
a écrit le 15/09/2012 à 8:30 :
je fume, je vote
je suis automobiliste, je vote
je suis a la retraite, je vote
bravo les socialistes a la prochaine!!!!!, vous êtes pire que la droite !!!!
a écrit le 14/09/2012 à 23:17 :
Si le tabac est nocif, il faut arrêter d'en vendre.
Pour arrêter, une seule solution, ARRETER tout de suite. Tout ce qui tourne autour des aides psychologiques, des patchs, des produits de substitution ne sert à rien, sauf à laisser entrevoir à ceux qui veulent arrêter qu'ils le peuvent même si l'envie n'est pas très forte, qu'on peut le faire progressivement. J'ai essayé et j'ai échoué jusqu'au jour où j'ai VRAIMENT décidé d'arrêter, tout de suite. Il y a bientôt 30 ans (et je ne suis plus tout jeune). J'ai fumé,aimé fumer (Ah !le petit cigare à à la fin d'un bon repas) et je comprends les fumeurs, mais s'ils veulent vraiment arrêter, c'est la seule solution et ne plus jamais y toucher.Désolé.
a écrit le 14/09/2012 à 23:03 :
Comme d habitude l état pense à prendre du fric et à rien d autre kel bande de giniole
a écrit le 14/09/2012 à 22:12 :
bof ! qu'est ce que ça va changer
a écrit le 14/09/2012 à 22:03 :
Il faut faire fermer les tabac pour incitation à l'alcoolisme! Pour ce qui est de supprimer l'auto, je suis d'accord. Comme ça on coupe les vivres à l'Etat. Ils font des ponts qui ne mènent nulle part...
a écrit le 14/09/2012 à 20:03 :
C'est pas grave. Je suis frontalier et donc pas concerné par ces hausses.
a écrit le 14/09/2012 à 19:33 :
le titre m'a bien fait marrer ! très bon article
a écrit le 14/09/2012 à 17:26 :
des taxes élevées signifient des circuits de distribution parallèles : soit on les contre, soit on va vers une baisse des prix réels, générant un désastre budgétaire (pertes fiscales) et une augmentation de la consommation de tabac. La hausse du tabac peut donc avoir des effets contre productifs
a écrit le 14/09/2012 à 17:13 :
En Norvège, un paquet coûte 90 NOK, soit 12 ? !!!
Réponse de le 14/09/2012 à 17:41 :
c'est pour cela qu'il vont régulièrement en suède pour leur achats viande ,boissons alcoolisées et bien entendu les cigarettes lourdement taxéés.
a écrit le 14/09/2012 à 15:59 :
Oui c'est cher... mais c'est une drogue pas trop chère, que faire aller chercher ses cigarettes à l'étranger, ce que je fais avec mes cigares.. il y aurait aussi une bonne solution ne pas rembourser les dépenses de maladie causées par les cigarettes ne pas rembourser les cancers et autres....pourquoi pas on va y arriver on cotise et on aura droit a rien...on devrait aussi surtaxer l'alccol, les jeux .. les vacances les préservatifs .. c'est la taxe finale...revenons a l'octroi et à la taille au moins tout le monde payait des impots
a écrit le 14/09/2012 à 15:15 :
Des titres accrocheurs qui n'ont rien à voir avec l'article... c'est devenu une habitude sur La Tribune.
a écrit le 14/09/2012 à 14:56 :
il va falloir être frontalier pour pouvoir fumer sa petite clope peinard ,il y a déja de plus en plus de trafic de cigarettes avec cette nouvelle escalade les petits déalers vont se faire plus de fric que les buralistes
Réponse de le 14/09/2012 à 15:34 :
Vous vous voulez dire que les frontaliers sont pas patriotes ?
Réponse de le 14/09/2012 à 20:06 :
Quel sens à pour vous la notion de patriote?. Nous sommes Européens, rappelez vous.
a écrit le 14/09/2012 à 14:14 :
60mds de cout et 13mds de recette, oui mais si on perd aujord'hui les 13mds le cout (60mds) lui restera pendant encore de nombreuses années le meme. alors l'etat ne fera rien.
Réponse de le 05/03/2013 à 12:53 :
Pourquoi ne pas taxer les fabricants pour 60mds, l'Etat recevra ses 13mds et tout le monde est heureux...
a écrit le 14/09/2012 à 14:06 :
Le titre de l'article n'a rien à voir avec l'article en lui meme...
a écrit le 14/09/2012 à 14:01 :
J'oubliais les consommateurs d'alcool, les sports à risque, les cadres stressés, les conducteurs de 2 roues, les amateurs de junk food.. autant d'habitudes qui coûtent cher à la société. Avec ce genre de raisonnements on vivra donc bientôt dans une utopie sanitaire et liberticide mais Fabien Piliu sera content.
a écrit le 14/09/2012 à 13:58 :
Désinformation, les assureurs notamment en matière de prêts immobiliers qui utilisent les tables statistiques les plus avancées mises à jour chaque année n'appliquent dans leur grande majorité pas de majoration pour les fumeurs, le surcoût existe mais il n'est pas cet Dans cette logique là il faut taxer les gros, les sédentaires et les conducteurs de diesel si l'on veut parler de consommation vs santé publique..
a écrit le 14/09/2012 à 13:48 :
votre titre est un peu fort de café...
a écrit le 14/09/2012 à 13:47 :
ils ont un problème psychologique avec les fumeur ?? a croire que le tabac rend intelligent, c'est fou ca a force de s'en prendre autant aux fumeurs ca finit par etre de l'intolérance ca, ils nous ont collé des images d'organes pourrie sur les paquet de tabac augmenté le prix de 10% tout les ans mais pourquoi ne pas mettre des photos de foie pourri sur les bouteilles d'alcool des cerveaux pourri sur les telephones portable ou des " attention la télé rend con" sur les télés.... enfin.... viva la révolution ! libertad !!!
Réponse de le 16/09/2012 à 17:33 :
bien dit saucisson libre ! Il faut bien se souvenir que le commerce du cigare et de la cigarette remonte a plus d'un siècle ! Tiens au fait nos politiques fument plus aisément le cigare non ? est il taxé de la même manière ?
a écrit le 14/09/2012 à 13:38 :
Titre à la con pour attirer le visiteur...
a écrit le 14/09/2012 à 13:25 :
Titre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :