Quand la ville du Premier ministre lance une monnaie alternative à l'euro

 |   |  548  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Nantes détaille ce mercredi son projet de monnaie alternative censée fluidifier les échanges locaux et qui doit être lancée en juin prochain. Un projet inspiré d'une monnaie suisse et qui existe déjà sous des formes variées en France.

Nantes veut créer sa propre monnaie. A-t-elle pour but de rivaliser avec l'euro ? Pas vraiment, elle est plutôt complémentaire et viserait en fait à " l'aider à jouer son rôle de carburant de l'économie", assure dans 20 minutes le socialiste Pascal Bolo, vice-président de la communauté d'agglomérations Nantes métropole chargé des Finances qui doit détailler le projet ce mercredi au Centre de communication de l'Ouest.

"Fluidifier les échanges"

La commune, dont l'actuel Premier ministre Jean-Marc Ayrault a été maire jusqu'en juin dernier, compte lancer ce système de paiement alternatif en juin 2013. L'objectif ? Faciliter les échanges en "fluidifiant" le système. Et inciter les acteurs locaux, ainsi encouragés à devenir des partenaires commerciaux, à dynamiser l'économie de la région. Pas de billet, ni de chèques pour l'échanger mais des comptes attribuées aux entreprises mais aussi aux particuliers de la ville et gérés par le Crédit municipal nantais. Pour faire partie du réseau, il faudra s'acquitter d'une adhésion, en euros, qui doit alimenter un fonds de garantie. L'une des éventualités serait d'établir des échanges en circuit fermé, sans possibilité de convertir cette nouvelle unité monétaire en euros.

Une monnaie qui se déprécie avec le temps

Ensuite, les échanges pourront être réalisés par virement. Un système de "paiement sans contact" par téléphone ou lecteur est à l'étude. Et la monnaie se déprécierait avec le temps, afin d'inciter à sa circulation.

Tous les types d'achats ne seraient pas concernés et la taxe sur la valeur ajoutée, devra être réglée en euros. Pascal Bolo explique avoir discuté de la possibilité de payer en partie les fonctionnaires de la mairie dans cette monnaie. Une éventualité qui se heurte à des obstacles légaux puisque la comptabilité publique impose de réaliser toutes les opérations en euros.

Inspiration suisse, instigateur italien

Le principe de cette monnaie "complémentaire" s'inspire du "wir" suisse, moyen d'échange parallèle créé pendant la crise des années 1930 et utilisée par des PME hélvétiques pour payer fournisseurs, charges ou investissements. A Nantes, le projet a été initié notamment par Massimo Amato, économiste italien qui enseigne à l'université Bocconi de Milan. "On pourrait imaginer capter 15 à 20% des échanges réalisés sur Nantes", expliquait-il dans rapport publié en février pour l'institut Kervegan,un think tank nantais.

Des précédents français

Des monnaies locales existent déjà en France, sous des formes différentes. En Bretagne, par exemple, l'Héol circule à Brest. Sa particularité : elle aussi se déprécie avec le temps. Tous les deux mois, les utilisateurs doivent faire tamponner leurs billets dans un comptoir d'échange moyennant 2% de sa valeur faciale. Ailleurs, Toulouse, Lille, Rennes et d'autres communes expérimentent le "Sol", une autre forme de monnaie locale soutenue par le projet européen "equal", initiée par l'Union européenne. 

Quel nom pour le "nanto"?

Pour promouvoir ce nouveau mode de paiement virtuel, la communauté d'agglomération compte lancer un concours auprès des écoles de commerce et de communication pour lui trouver un nom. Pour l'instant, elle est surnommée le "nanto". Un site internet, http://unemonnaiepournantes.fr/, doit être lancé prochainement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2013 à 0:30 :
Mais que demande aujourd'hui le peuple ? Cessons de nous balader de rapports en exposés, de conférences en commissions, et passons aux choses sérieuses et basiques, c'est à dire : maintenant, ici et pour tous. La question est précisément de se débarrasser du pouvoir centralisant l'argent. Curieusement, on tente d'amorcer des initiatives de monnaies alternatives en reprenant tous les rouages administratifs de la monnaie dominante. Pour preuve; le mariage vu partout entre monnaies citoyennes et établissements bancaires, histoire que la "monnaie locale" puisse s'effondrer avec les banques. Veuillez m'excuser, mais sa sent l'embrouille non ? On n'essaierait pas de nous la faire à l'envers ? Cet article mérite le détour : http://www.idealmag.org/Une-monnaie-alternative-decentralisee-Qu-attendons-nous_a356.html
a écrit le 11/10/2012 à 10:16 :
oui on revient au moyen age ou cahque comté battait monnaie... et faisait payer la gabelle et les droits de passage.
Finalement le progrès nous mènera à nos racine....
a écrit le 11/10/2012 à 6:31 :
Ne serait-ce pas plutôt ?avant la lettre -un simple système de "troc" destiné à se substituer à l'euro , monnaie mortifère ??
a écrit le 10/10/2012 à 22:47 :
D'abord ils vous ignorent, ensuite ils vous raillent, ensuite ils vous combattent et enfin, vous gagnez.

Gandhi
a écrit le 10/10/2012 à 18:45 :
C'est juste du travail au black ces systèmes, hallucinant de voir note Premier Ministre cautionner ce genre de magouille.
a écrit le 10/10/2012 à 16:34 :
Pauvre de nous, et pourquoi pas remettre en route les perles de couleurs en plastique comme au club med. en son temps. Ce n'est pas comme cela que l'on va exporter nos produits de haute technologies, peut étre créer des emplois dans les mairies pour attester de la fonte de sa valeur. La prochaine étape facile a prévoir : le retour à l?autarcie, puis ensuite le nomadisme, quand la consommation sur place auras épuisé la production .Rien de nouveau sous le soleil
a écrit le 10/10/2012 à 15:14 :
Vive le franc en monnaie fondante! Elle aurai pu rester présente même aprés le passage a l'Euro!
a écrit le 10/10/2012 à 14:51 :
chapeau M. Eyrault , cette monnaie a surtout le grand inconvénient de supprimer toute TVA !à croire qu'on n'en a pas besoin pour éponger nos dettes !
Réponse de le 10/10/2012 à 17:37 :
qui vous a dit que cela supprimait la TVA, regarder l'exemple du Sol à Toulouse, ils s'en sortent plutôt bien...
Réponse de le 10/10/2012 à 17:40 :
la TVA , c'est bien le problème qu'avait rencontré les systèmes de SEL , dans lesquels les citoyens échangeaient des services en monnaie de singe .. pas de TVA, pas de charges .. le fisc est vite intervenu pour arrêter le système .. bob heureusement, il reste le travail au noir en euro , hors taxes :-))
a écrit le 10/10/2012 à 14:44 :
C'est incroyable! On est en plain crise et nos elus ne trouve rien d'autre a faire que de jouer au monopoly! Ce n'est pas en creeant une monnaie parallelle qu'on va regler nos probleme economiques. Arretez de gacher nos resources (temps, aregent, energie) et travaillez pour vraiment servir vos constituants!!!
a écrit le 10/10/2012 à 13:58 :
C'est inquiétant qu'ils étudient ce genre de dispositifs absurdes à la Gesell. C'est une approche typique des années 30. Qui voudra garder ce genre de "pseudo-monnaie fondante" et attirer des clients l'employant ?
Réponse de le 10/10/2012 à 14:12 :
Parce que le système financier et monétaire mondial a donné des résultats si probants depuis ?
Le titre de cet article est erroné : il ne s'agit pas d'une monnaie alternative mais revendiquée comme complémentaire. Coopération, confiance, développement local et retour de la monnaie à sa fonction originelle de carburant des échanges économiques. C'est très moderne au contraire ! Quant à la garder, eh bien justement, il s'agit d'éviter qu'on la garde ! C'est la monnaie des producteurs, des entrepreneurs et de leurs clients. Pas celle de la rente. Surtout pas celle de la rente.
Réponse de le 10/10/2012 à 14:52 :
Julien: Je suis votre patron et je suis ravi de savoir que vous aimez cette initiative. Desormais, je vais vous payer avec l'argent maison que notre entreprise a juste commence a emettre, et il suit les memes prencipes que vous trouvez "moderne". La somme que je vous remet pour payer votre salaire va fondre devant vos yeux le temps que elle passe de ma main a la votre. Mais il n'ya aucun problem, puisque "c'est tres moderne au contraire". Bonne chance!
Réponse de le 10/10/2012 à 15:29 :
Réfléchissez 2 secondes, si les suisses ont une monnaie complémentaire depuis 1930, c'est que c'est intéressant non ?
Au lieu de critiquer sans savoir, regardez cette conférence qui vous permettra d'en savoir plus http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=7DDGrERfYaE et peut-être de changer d'avis.
Réponse de le 10/10/2012 à 17:16 :
Je vois bien la pub de AUDI sur cette affaire : " 1centime : 1 centime choisi au milieu de plein de centimes sur lequel ont planché 300 ingénieurs pendant 2 ans. 1 centime reconnaissable à 200 mètres et qui vaut ce que tu veux lui accorder comme valeur.. Un centime Audi...euh Ayrault...".
Réponse de le 11/10/2012 à 7:50 :
Monopoly, monnaie de singe, perles de couleurs du club med'... C'est incroyable ce que l'ignorance, la paresse et le manque de curiosité peuvent faire dire comme bêtises ! Le conseiller scientifique de ce projet est chercheur à l'Université Bocconi de Milan. Oui, oui... Celle de Mario Monti... Que des fantaisistes on vous dit...
Réponse de le 11/10/2012 à 16:35 :
brieuc & julien: Non, l'idee de creer une monnaie parallele est plus que stupide! C'est du gachis, rien d'autre. Ce que vous ne voyez pas, c'est qu'en ajoutant un variable de plus dans les equations economiques vous compliquez un systeme deja difficile a gerer. Bien entendu, si vous n'avez pas le sou et vous jouez aux squatters de l'argent des autres, cela devrait vous convenir parfaitement. Au lieu de traiter les autres d'ignorant allez apprendre un tout petit peu de science economiques. Car vous avez l'air de rien connaitre.
Réponse de le 11/10/2012 à 17:09 :
Ce que je vois surtout c'est qu'aujourd'hui, nous n'avons plus aucun contrôle sur notre monnaie, la BCE est indépendante et dirigée par Goldman Sachs, ça vous dit quelque chose ?
Réfléchissez 2 secondes à cette citation "Give me control of a nation's money and I care not who makes it's laws" Mayer Amschel Bauer Rothschild.
Au lieu de resortir vos quelques connaissances sur l'économie, apprenez à les remettre en question.
Réponse de le 19/10/2012 à 21:45 :
Le WIR marche très bien en Suisse. Alors peut-être que je suis un normalien qui n'a pas beaucoup étudié, mais chaque fois que je passe devant une succursale de la banque WIR, c'est sûr, je me dis que ce sont des glands qui devraient retourner à l'école. En attendant, cela fonctionne pas mal du tout et ils font du pognon, ces squatters incultes de banquiers suisses.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :