Plusieurs milliers de manifestants à Nantes contre le projet d'aéroport

 |   |  384  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Entre 3 et 10.000 personnes, des vaches et 200 tracteurs manifestent à Nantes, sous haute surveillance policière, pour protester contre le projet d'aéroport à Notre Dame des Landes.

Plusieurs milliers de personnes - entre 3.000 et 10.000 selon les sources - ont manifesté samedi après-midi à Nantes contre le projet de nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes, au nord de la ville. Un rassemblement sous haute surveillance policière, de crainte de débordements, a constaté l'AFP. Les manifestants, dont certains sur quelque 200 tracteurs, ont défilé de 13h00 à 16h00 avant de tenir meeting au milieu du Cours des 50 otages, une des principales artères nantaises. Devant une reconstitution en terre, arbres et végétaux d'un "coin de bocage", avec vaches et chevaux, les organisateurs de toutes obédiences, autant agriculteurs qu'écologistes ou anarchistes, ont parlé sur une même tribune, pour demander l'arrêt du projet d'aéroport et de tous les "grands projets inutiles".

"C'est une réussite, on attendait une mobilisation, un soutien, et on l'a eu", a estimé Dominique Fresneau, porte-parole du collectif des organisateurs de la manifestation. Les discours devaient être suivis de concerts et animations jusqu'à 22h00. Dès la mi-journée, plus de 200 tracteurs, selon les organisateurs, accompagnés de vélos, de piétons et d'animaux dont des vaches, ont bruyamment convergé en cortèges sur la ville en empruntant trois grands axes. Des pancartes jaunes et rouges "Non à l'aéroport" étaient fixées sur les carrosseries. Les trois cortèges se sont retrouvés devant la préfecture de Nantes d'où la manifestation a commencé dans une ambiance festive, sur fond de percussions et de klaxons.

Un policier pris à parti

Pour parer à tout débordement, la préfecture avait mobilisé plus d'un millier d'hommes ainsi qu'un hélicoptère de surveillance et des canons à eau. Un policier en civil a été pris à parti le long du cortège par des jeunes cagoulés en noir et des jets de peinture ont eu lieu le long du cortège, encadré par de très importantes forces de police, a constaté l'AFP. La manifestation était appelée par les principales associations d'opposants à l'aéroport, ainsi que des syndicats et des groupes politiques comme Europe Ecologie-Les Verts (EELV), les Alternatifs, la Confédération Paysanne, Attac ou le Parti de Gauche. L'aéroport contesté, qui doit remplacer l'actuel aéroport de Nantes Atlantique, doit être construit d'ici à 2017 par le groupe Vinci à Notre-Dame-des-Landes, à 30 km au nord de Nantes.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :