Hollande, de l'inflexion au tournant

 |   |  1089  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
François Hollande récuse toute idée de tournant dans sa politique économique. En fait, se calant sur le timing de Jacques Chirac en 1995, il annonce un véritable changement de cap six mois après son élection. Le plan compétitivité provoque une double rupture avec la pratique habituelle de la gauche: sur la hausse de la TVA et sur les baisses de charges sans contrepartie

« Le tournant? Quel tournant?", lance le chef de l'État dans un entretien à l'hebdomadaire Marianne, qui paraît ce samedi. « Vérifiez, ajoute-t-il : la remise en ordre des finances publiques, la réindustrialisation du pays, sans parler de la réorientation de l'Europe vers la croissance, tout cela figure dans mes engagements de campagne ». Tout juste le président de la République admet-il une « inflexion », et ce à propos de la TVA. Difficile d'affirmer, en l'occurrence, que les promesses de campagne sont  respectées.... puisqu'elles indiquaient une voie exactement contraire.  Mais rien à voir avec qu'a fait Nicolas Sarkozy, argue François Hollande: « les taux sont très différents. Avec Sarkozy, le taux normal passait de 19,6 à 21,2 %, au lieu de 20% dans notre dispositif. Cela dit, s'il y a sur ce point une inflexion, je l'assume. Le recul accéléré de notre potentiel industriel, la faiblesse de la croissance appelaient des mesures énergiques. Nous les avons prises ». « Mais, pour éviter une ponction trop élevée sur le pouvoir d'achat, nous avons reporté à 2014 les conséquences fiscales des mesures prises", souligne-t-il.

Le timing de Jacques Chirac

En réalité, c'est bien d'un tournant qu'il s'agit. François Hollande ne se cale pas sur François Mitterand, qui, à la suite de sa victoire en 1981, avait changé de politique un peu moins deux ans après son élection. Le nouveau président a adopté le même timing que Jacques Chirac en 1995. L'ex maire de Paris n'avait pas attendu six mois pour passer de la lutte contre la fracture sociale à la réduction des déficits publics. S'agissant de ce combat contre la dette, François Hollande l'avait programmé de longue date, et n'a donc surpris que ceux qui voulaient l'être, quand il a multiplié les hausses d'impôts et les annonces de rigueur sur le dépenses. En revanche, la ristourne de 20 milliards d'euros sur les charges patronales, qu'il a laissé annoncer cette semaine par son premier ministre, n'était pas au programme. C'est le moins que l'on puisse dire. Elle marque une rupture totale avec tous les thèmes de campagne. Qui s'ajoute, bien évidemment, à la hausse de la TVA, dont François Hollande avait dit pis que pendre. Un plan compétitivité, deux ruptures...
Pendant la campagne, François Hollande avait évoqué une réforme du financement de la protection sociale. «Aujourd'hui, quand on embauche un salarié, on paie des cotisations supplémentaires. Mais si on le remplace par une machine, on ne paie plus rien. Il ne faut plus que ce soit le cas » avait-il déclaré, fin avril, évoquant alors l'idée d'instaurer une contribution assise sur la valeur ajoutée. Pour résumer, il s'agissait de taxer autant les machines que l'emploi. Mais le candidat évoquait là transfert entre entreprises. Et non pas, pour reprendre l'expression utilisée à gauche d'un « cadeaux aux patrons » financé par des taxes sur les consommateurs, comme c'est le cas aujourd'hui

Les élus PS opposés à toute taxation des ménages
Un tel transfert entre entreprises et ménages, finalement retenu par François Hollande, les députés socialistes spécialistes des questions économiques, n'en voulaient pas, le combattant même ardemment. Moins de deux jours avant les annonces de Jean-Marc Ayrault, le porte parole des élus socialistes pour les questions économiques, le député Pierre-Alain Muet, publiait sur son blog une sévère mise en garde contre toute hausse de prélèvements sur les ménages. « Transférer des cotisations patronales sur les ménages via la CSG ou la TVA exercerait un choc dépressif à court terme sur la consommation et la croissance, pour un gain incertain à moyen terme et inexistant à long terme » écrivait-il. « On peut transférer des cotisations sur l'impôt sans nuire à la croissance dans la conjoncture actuelle, à condition de le faire de façon étanche au sein des entreprises ou au sein des ménages et en évitant tout transfert de l'un vers l'autre ».
François Hollande fait à l'évidence le contraire. Il faut une certaine dose de mauvaise foi pour affirmer que le pacte de compétitivité découle des engagements de campagne : sans même parler de la hausse de la TVA, dénoncée pendant tout l'hiver, à entendre François Hollande, le rétablissement des entreprises passait uniquement ou presque par la création d'une banque publique dédiée. Une promesse que le candidat répétait ad nauseam, comme seule réponse aux interrogations sur la compétitivité. Il n'avait jamais été question de faire payer par tous les Français une baisse des cotisations patronales de sécurité sociale.

La gauche baisse les charges sans contrepartie: du jamais vu
François Hollande provoque aujourd'hui une véritable rupture, en faisant ce qu'aucun gouvernement de gauche n'a jamais tenté : accorder des baisses de charges patronales sans aucune contrepartie réelle, contrairement à ce que voulait Arnaud Montebourg, qui insistait sur celles-ci. Comme le souligne un ministre de Bercy, « Montebourg n'a rien obtenu, strictement rien ». Lionel Jospin et Martine Aubry avaient dopé le système d'allègement de charges en faveur des bas salaires. Mais c'est pour compenser la mise en place des 35 heures.
Il n'est pas étonnant que les députés socialistes s'opposent à cette rupture, à cette « révolution copernicienne », pour reprendre l'expression de Pierre Moscovici. La députée PS Karine Berger, pourtant proche de ce dernier, a réagi négativement à cette formule : « et laissons Copernic à l'histoire du génie humain, c'est plus raisonnable » a-t-elle lancé sur son compte twitter.
Dès, lors les socialistes veulent engager la bataille des contreparties. Dans un communiqué signé entre autre par Karine Berger et Pierre-Alain Muet, publié mardi, des députés PS de la commission des finances réclament que la distribution du futur crédit d'impôt soit conditionnée à l'interdiction d'augmenter les dividendes ou de baisser la masse salariale. Mais le gouvernement, qui ne veut pas que le dispositif se transforme en usine à gaz, leur opposera une fin de non recevoir. Ce dont a bien conscience, aujourd'hui, Pierre-Alain Muet: "la négociation sociale permettra sans doute d'avancer sur ce terrain" indique-t-il.

Calmer la grogne de la base sur la TVA

En attendant, les députés vont tenter de calmer la grogne des militants et électeurs PS, qui ne voient pas d'un bon oeil, c'est un euphémisme, la hausse de la TVA. "C'est vrai, ça ne passe pas" admet Pierre Alain Muet. Le PS pourra seulement jouer sur le fait que la hausse n'aura lieu qu'en 2014...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2012 à 20:41 :
La révolution industrielle, c?était tomber 30 milliards/an dans la production de robots : moins chers, infatigables et jamais en gréve ... mieux qu'une armée de chinois h24 !
a écrit le 12/11/2012 à 20:27 :
"Quand viendra le moment de choisir, l'instinct ou le réflexe de la conservation, sans lequel Jaurès lui-même ne pourrait pas vivre pendant une minute, l'emportera sur tout le reste, et lorsque les socialistes français verront les socialistes allemands franchir la frontière en armes, ils délibéreront fort peu sur le danger de ruiner une force de libération ouvrière." (Clemenceau) Il faut arrêter la dépense publique, la décentralisation et supprimer l'inutile ou les strates ... c'est le découragement national à terme, @Monsieur Hollande, d'ailleurs, je songe à préparer mes valises et à faire BYE BYE ! Marre de casquer et supporter la gabegie, la démagogie dégoulinante, assez payé.
a écrit le 12/11/2012 à 1:46 :
Taxer les machines autant que les hommes? Quelle idée de genie pour reindustrialiser la France!
a écrit le 11/11/2012 à 19:59 :
J'ajoute qu'il faut impérativement redonner e go?ut du travail, réorganiser l'Etat pour le rendr plus productif, réduire le nombre de fonctionnaires de 1 million, transférer sur la consommation les charges sociales et patronales....
Mollande et son équipe de zéro est loin d'aller dans se sens,.... le pire c'est que l'on a l'impression qu'aucune décision n'est prise...Mollande l'art de ne rien décider et de dire toujours oui... Ce n'est pas de moi mais de Martine Aubry
a écrit le 11/11/2012 à 19:55 :
La Fayette et Pitcho :
Vous avez fumé un pétard ou quoi ? Les décisions prises par ce gouvernement sous la houlette du président sont totalement désastreuses et nous conduisent droit dans le mur. Bien s?ur il faut réduire les déficits mais pas comme cela. lls se contentent juste d'augmenter les impots à tous les niveaux. Mais ce n'est pasla bonne solution. Pour réduire les déficits, il faut arr?eter ce gaspillage de l'Etat. Bon sang avez vous déjà géré une entreprise ? Quand elle perd du fric; la première des choses à faire ce sont des économies là où on peut les faire rapidement. Il faut mobiliser l'entreprise, revoir son mix produit, relancer les ventes... pour un pays c'est pareil, il faut réduire les dépenses, arrreter les secteurs qui sont perdus, remettre le monde au travail et retrouver de la compétitivité... Ils font tout le contraire. Où sont les mesures de compétitivités ? des crédit d'impots en 2014 ??? c'est avec cela que vous pensez que l'économie va repartir ???
Réponse de le 11/11/2012 à 22:07 :
Ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain. Bien que n'ayant que peu d'affinités avec la majorité actuelle, nous ne pouvons que nous féliciter que le mot ''compétitivité'' ne soit plus tabou dans la bouche des gens de gauche, qu'ils prennent (enfin) la mesure de la crise qui touche la plupart des pays de l'OCDE, qu'ils se rendent compte que le salut viendra du privé et qu'ils faut donc arrêter de stigmatiser le monde entreprenarial, que la maîtrise des dépenses (à défaut de baisses) est nécessaire... Bref, même si cela reste minime au vu du travail à accomplir, ces quelques progrès de la part d'un parti qui n'a que très peu évolué en terme de doctrine depuis des décennies est déjà une véritable révolution en soi. À suivre...
a écrit le 11/11/2012 à 18:25 :
Avec 600000 élus politiques en France il devrait y avoir des idées originales pour réduire les dépenses de l'état et améliorer l'économie du pays ..Hors .j'ai l'impression que les vieilles recettes continuent de fonctionner quelque soit la supposée couleur du gouvernement ..... suis je anormal?
a écrit le 11/11/2012 à 14:42 :
Avant, la hausse de la TVA était "injuste",

Mais ça, c' était AVANT

KRISE,
Vous ne pouvez plus le voir.
a écrit le 11/11/2012 à 13:29 :
Il nous a pris pour des C... mais on attend toujours la baisse des dépenses publiques.
a écrit le 11/11/2012 à 10:56 :
C'est comme Cristophe Colomb : "Quand il est parti il ne savait pas où il allait, et quand il est arrivé il ne savait pas où il était." ( La citation n'est pas de moi.)
Réponse de le 11/11/2012 à 11:33 :
Trop bonne !!!!!
Réponse de le 11/11/2012 à 20:33 :
Super Lucide (sans jeu de mots )
a écrit le 11/11/2012 à 8:09 :
Pour se développer, pour investir, pour exporter,pour faire de la recherche, les entreprises ont besoin de capitaux, donc des épargnants.Les socialistes élevés à la pensée unique sont incapable de comprendre l'économie.Pourquoi Karchériser les épargnants Français et les décourager d'investir dans les entreprises Françaises.Ne vaudrait-il pas mieux les inciter à investir dans nos entreprises plutôt que de laisser la place aux fonds de pensions étrangers.
Réponse de le 11/11/2012 à 10:42 :
Le Pea est encore assez favorable fiscalement, ce n'est pas pour autant que les français y investissent beaucoup. A l'inverse les américains investissent beaucoup en bourse et quand il y a un krach il faut que les retraités retrouvent du travail même âgés. C'est donc plus compliqué, les entreprises françaises ne sont pour la plupart pas très attrayantes.
Réponse de le 11/11/2012 à 19:28 :
Comment voulez-vous investir en France dans ce climat et avec cette mentalite tellement anti-entreprise ?
a écrit le 11/11/2012 à 7:44 :
Après Henri IV, François III?
a écrit le 11/11/2012 à 7:31 :
Il peut changer de cap, ça n'en fera jamais un super Ayrault !
Réponse de le 11/11/2012 à 9:03 :
Excellent. +1
a écrit le 11/11/2012 à 7:10 :
La question est : peut-il devenir intelligent ?!!!
Réponse de le 11/11/2012 à 13:39 :
vous, c'est peine perdue....
a écrit le 11/11/2012 à 1:07 :
Si notre président arrive à mettre en oeuvre une politique de réduction de la dette, une remise en état de la compétitivité du site France, et renforcer l'intégration, moi je dis bravo, et la prochaine fois, je voterais pour lui...Sarkozy a eu 5 ans, toutes les cartes, il n'a rien fait...Les faits sont tétus...de toute façon, il y a de fortes chances que le marché remette un coup de pression et oblige le gouvernement en 2013 ou 2014 à s'attaquer au vrai sujet : le nombre des fonctionnaires et le coût de la fonction publique...
Réponse de le 11/11/2012 à 6:51 :
Tout à fait d'accord mais l'avantage de Holande est qu'il bénéficie d'une relative clémence des syndicats pour mettre en place des réformes qui sont d'ailleurs plutôt à connotation de droite (TVA, baisse des charges patronales...). Si Sarko avait tenté la même chose il aurait eu tout le monde dans la rue...
Réponse de le 11/11/2012 à 10:38 :
Pourquoi toujours attendre que les autres fassent le boulot ?? Ce n'est pas au marché de mettre la pression pour obliger ce gouvernement d'incapables à s'attaquer aux vrais problèmes , mais au peuple Français !!! Alors un peu de courage !!
Réponse de le 11/11/2012 à 13:40 :
mdr: hors sujet! meme quand vous n'avez rien a dire vous critiquez dans le vent!
Réponse de le 11/11/2012 à 14:25 :
Un peu comme vous finallement dudulle
Réponse de le 12/11/2012 à 9:46 :
encore hors sujet! mdr!
a écrit le 11/11/2012 à 0:35 :
Nos hommes politiques parlent bien mais ne savent pas compter. Il faut leur montrer le chemin. 85 milliards de déficit, ça donne plus de 110 milliards en fin d'année. Résorber le déficit, quasiment 50% des recettes, 270 milliards en 2011 pour 361,9 de dépenses. Il faut faire maigrir l'Etat de 100 milliards, soit près d'un tiers, ou bien plus que tripler les impôts. Ainsi le salaire moyen déjà très bas de 1350 passera à 1000... bonjour l'état de la consommation. Si l'on ne fait rien avec des taux à 7%, c'est 100 milliards d'impôts immédiatement en plus des 50 de l'intérêt de la dette. N'est-il pas?
a écrit le 10/11/2012 à 23:44 :
Bah la dette galope et il faut financer des aides au Sud. C'est du bon popo pour politique. Mais la situation est catastrophique! Il devrait essayer la magie. Ils sont entrain de saigner la population! Voyez les études de l'IREF, c'est édfiant!
Réponse de le 10/11/2012 à 23:57 :
Pour une population saignée elle se porte encore bien avec une majeure partie de propriétaires immobiliers dont les prix sont très hauts, des véhicules en majorité récents partout, 40 millions de chiens et plus de 3000 tonnes d'or dans les bas de laine. On connaît pire dans le monde !
a écrit le 10/11/2012 à 23:01 :
Certains français râlent, c'est la preuve que la politique de François Hollande est bonne. Le niveau moyen des français est en effet assez nul comme le rappelait de Gaulle : des "veaux" juste capables de fabriquer des "porte-clés" pour beaucoup. Jusqu'à présent ses décisions sont en majorité justes et valables malgré le contexte très difficile. Il serait souhaitable que l'opposition Ump, faux centre, FN et par ailleurs les communistes soient plus positifs et constructifs, comme parfois dans le passé, car leur niveau actuel est souvent assez déplorable. Quand un pays traverse une période difficile et alors que l'Europe doit encore être achevée on essaie d'être au top et de coopérer, çà fait gagner un temps précieux, mais il est vrai que certains petits politiciens sont toujours dans leurs calculs sordides avec pour seuls objectifs leurs intérêts personnels. Réduire le nombre de députés, de sénateurs et de communes et régions serait bien utile, comme çà a été fait en partie en Italie par exemple.
Réponse de le 10/11/2012 à 23:13 :
Les français sont des veaux et heureusement que vous êtes la pour leur expliquer ce qu'ils doivent penser. Le problème voyez-vous c'est que les français pensaient avoir voté pour un homme qui établirait un programme de gauche avec un vernis écolo. Bien que n'ayant pas voté socialiste je salue la prise de conscience de cet exécutif et certaines mesures qu'Alain Madelin lui-même ne renierait pas. Je peux néanmoins comprendre la stupéfaction des supporters de gauche devant ce virage à 180 degrés et le flou général qui sert de ligne directrice à ce gouvernement.
Réponse de le 10/11/2012 à 23:36 :
C'est franchement pas un virage à 180 degrés, c'est une vision plutôt pragmatique et une politique assez juste pour le moment. Quant au flou c'est plus lié à une démarche de concertations, toujours délicates dans un monde qui veut des résultats immédiats et où n'importe quelles critiques et attaques sans intérêts fusent en permanence pour faire du buzz sans rien proposer de constructif. Cette apparence n'a pas d'importance, ce qui compte c'est que les choix fait au fond sont en majorité valables, il n'y a pas de fautes majeures alors même qu'il n'existe aucune marge de manoeuvre, une dette énorme et une situation défavorable encore quelques temps. C'est sans doute un des mandats les plus difficiles de la République, aussi quelles que soient les opinions, tout le monde devrait soutenir et souhaiter que ce gouvernement sorte la France et plus largement l'Europe de l'ornière dans laquelle elle continue de s'enfoncer malgré des embellies passagères.
Réponse de le 10/11/2012 à 23:45 :
Soit, so wait and see comme disent les anglais.
Réponse de le 10/11/2012 à 23:48 :
La bonne politique serait de renvoyer la moitié des fonctionnaires et de faire sortir de terre un mille entreprises de 5000 personnes. Et nous avons du personnel disponible à cet effet.
Réponse de le 11/11/2012 à 0:07 :
Renvoyer la moitié des policiers, des enseignants et des juges, c'est le programme des dealers çà !
Réponse de le 11/11/2012 à 2:53 :
Y a qu'à privatiser certains métiers de fonctionnaires, pour copier les usa.
Réponse de le 11/11/2012 à 23:27 :
@al Capone : la ficelle est un peu grosse. Lorsque l'on parle de dégraisser le mammouth, vous nous sortez les juges, les policiers, les militaires... Mais ouvrez les yeux : à quoi sert le conseil économique et social?
Pourquoi avons nous 700 députés, soit proportionnellement 10 fois plus qu'aux USA? Et le budget des agences épinglé par la cour des comptes? Et l'absentéisme du public, au triple du privé? Et les dépenses des collectivités? Et les logements de fonction des ministres? Et les régimes de retraite du public? Hélas, la liste est longue, et il se fait tard...
a écrit le 10/11/2012 à 22:10 :
Nous sommes dans le pays le plus mal administré au monde. Aucune démocratie n'a conduit ces politiques avec une fonction publique double des autres pays. Quand on a autant de chômage et de pauvreté il est inadmissible de payer des gens à ne rien faire sur le dos des autres.
Réponse de le 10/11/2012 à 22:34 :
Pour le nombre excessifs d'élus, 78% des citoyens sont contre. Subventions à la culture, mairie de Paris: 100 millions pour payer 4 gignols à taper sur des tambours qui résonnent dans tout le quartier!
Réponse de le 10/11/2012 à 23:03 :
Reste à savoir si le sondage des 78% est bien valable... La politique par sondages est souvent limitée.
Réponse de le 11/11/2012 à 11:20 :
Les français sont des "veaux". @lafayette, vous n'êtes pas français bien sûr ? Tous ceux qui emploient cette expression éculée se dispense de la nationalité qui est la leur... ou se placent au-dessus des autres. Ils ont une excellente opinion d'eux-mêmes. Quand à la dette, devinez à qui incombe la responsabilité ? A qui la faute ?
a écrit le 10/11/2012 à 21:40 :
Ben voilà des mesures intéressantes, enfin nous avons un vrai gouvernement de droite!! Une petite loi sur le mariage homo pour faire passer la pilule à gauche et ni vu ni connu je t'embrouille. La droite avait un infiltré au PS et ils n'y ont vu que du feu!! Trop fort ce flamby!
Réponse de le 10/11/2012 à 23:11 :
La droite aurait eu une politique moins équilibrée, plus favorable aux riches et entreprises, comme leur programme l'attestait. En définitive le programme plebiscité par une majorité de gens est celui que préconisait Bayrou et la majorité des gens ont d'ailleurs une vision centriste, mais avec le système électoral c'est toujours la droite ou la gauche qui s'imposent. Tout comme aux Etats-Unis ils ont voté largement Obama mais le Congès est légèrement majoritairement républicain en raison d'un découpage électoral particulier qui leur est favorable avec des conséquences néfastes comme on va encore le voir pour la gestion du pays. Une mise à jour de nombreux systèmes électoraux anciens dans le monde, plus favorables aux pays qu'aux intérêts des partis toujours alternativement au pouvoir qui se sont arrangés pour cela, serait souhaitable.
Réponse de le 10/11/2012 à 23:27 :
Voyons cher ami, Bayrou n'a rien d'autre à présenter aux français qu'un égo sans pareil et une ambition qui a tellement pris le dessus sur tout qu'il en a détruit son propre parti. Le fait de se rêver en Président n'est pas un programme en soi. Quant à la politique actuelle de ce gouvernement, je comprends que beaucoup de français qui ont voté socialiste soient quelque peu désarçonnés en la voyant se mettre en place.
Réponse de le 10/11/2012 à 23:52 :
Vos critiques sont de très bas niveau et injustes. Bayrou a eu une démarche loin des ambitions personnelles et c'est plutôt rare et très honorable. Un réel Centre n'a jamais pu exister en France et c'est lié au système électoral qui favorise toujours 2 grands partis qui se sont arrangés pour çà et conduit comme entre autres en Grèce, Roumanie etc au chaos. Si Bayrou avait manoeuvré avec la gauche comme les écologistes il aurait eu beaucoup d'élus et des ministres, il aurait pu même être éventuellement premier ministre, ses scores étant très supérieurs à ceux des écologistes et sa cote de popularité très haute auprès des français. Ceux qui rêvent d'être présidents manoeuvrent d'une bien autre manière pitoyable tels Coppé par exemple. Quant aux socialistes la majorité est consciente de la réalité et il n'y pas de changement de cap. + 0,4% de hausse de TVA n'est pas un changement de cap. et tient compte du rapport Gallois qui était attendu et n'est d'ailleurs pas entièrement pris en compte. Un peu d'objectivité et d'argumentations plutôt que d'esprit partisan sans fondements ne feraient pas de mal.
Réponse de le 11/11/2012 à 8:01 :
Votre amour pour Bayrou semble vous aveugler, même s'il est très louable d'avoir des français engagés et idéaliste. Un centre indépendant existera difficilement en France pour la bonne raison que le PS et l'UMP sont déjà sur ce créneau. Ces partis présentent plus dans leurs programmes respectifs des nuances que des différences de fond comme il en existe dans d'autres pays. L'UMP n'a rien à voir avec les conservateurs américains. Il n'y a pas de différences outrancières entre les ailes centristes des deux partis majoritaires en France et leurs programmes modérés ne laisse pas de vide politique dans lequel pourrait s'engouffrer un Bayrou. Je persiste également en affirmant que son ambition affichée le dessert fortement.
Réponse de le 11/11/2012 à 16:56 :
Pitcho ce n'est pas une question d'amour mais d'objectivité. Exemple si le scrutin était différent, par exemple à 1 tour Bayrou passait. Sa valeur n'est donc pas mise en cause. C'est bien tout le système électoral et d'alliances qui bloque tout autre parti non affilié à la gauche ou à la droite. Pas tant le fait qu'elles ratissent au centre. Le problème est comme en Grèce, en Roumanie etc çà aboutit au clientélisme donc à ne pas régler les problèmes en profondeur ni à long terme et conduit au dettes entre autres. Bayrou avait bien souligné le problème des dettes dès 2002 puis 2008, 10 ans à l'avance et son programme de 2012 est proche de la seule voie plebiscitée par la gauche et la droite. Donc beaucoup de temps de perdu depuis 2002.
a écrit le 10/11/2012 à 20:55 :
J'avais lu rapidement "Hollande l'infection" je me sentais déjà en plein accord avec cet article.

Cette année 360 milliards de dépenses 270 milliards de recettes. Ces pitres empreinte 90 milliards et font des cadeaux comme l'AME et vous voyez une infection? Moi je vois de ma démence ... et je pense que le peuple songe de plus en plus a 1789...
Réponse de le 10/11/2012 à 23:15 :
Lancez vous en politique ou à être utile à votre pays si vous pensez comme beaucoup avoir des compétences et idées géniales. C'est plus difficile que de cliquer derrière un écran mais c'est aussi plus utile.
a écrit le 10/11/2012 à 20:47 :
Ce clown a cramé 20 milliards de depenses nouvelles depus sont arrivée, il s'est mis à dos tous les createurs de richesse... alors non il n'y a pas de tournant il se fracasse juste contre le mur du réel...
Réponse de le 10/11/2012 à 20:57 :
oui mais laissons lui le temps, il est malin le bougre
Réponse de le 10/11/2012 à 21:12 :
En effet, tout ce qui est capable de créer de la richesse est systématiquement démoli. Voyez comme l'épargne est orientée vers des circuits d'apauvrissement. Voyez comme on a vendu la bourse près de la moitié à l'étranger et les deux tiers des obligations. En quoi est-ce bénéfique pour la société française?
Réponse de le 10/11/2012 à 23:21 :
Les créateurs de richesse ne sont pas démolis puisque le gouvernement tient compte en grande partie du rapport Gallois entre autres plebiscité par les entreprises. Ce sont par contre les profiteurs qui sont visés. Il y a pour le moment une politique plutôt équilibrée et une vision de moyen et long terme malgré une marge de manoeuvre inexistante laissée par plus de 30 ans de dérives qu'il faut de toutes façons régler.
a écrit le 10/11/2012 à 20:35 :
Nous avons le triste malheur d'avoir l'ETAT LE PLUS CHER AU MONDE ET LE PLUS INEFFICACE! Nous devons rejetter ce système! Sinon il existe une chose amusante avec la gauche, l'histoire des Gracques. Souvenez-vous l'affaire, les sénateurs ont fait une descente dans les comices et on abattu Graccus à coup de banc puis ils l'on jeté dans le Tibre. On parle de la réforme agraire. Certes à l'époque du pain et des jeux le chômage était important, comme aujourd'hui. Ils croient qu'il fallait partager les terres de l'ager publicus, ce qui est une erreur. La cause du chômage était l'esclavage qui produisait des travailleurs gratuits. Aujourd'hui on connait la cause de nos malheurs!
Réponse de le 10/11/2012 à 20:43 :
je pense que Hollande va nous sortir de la mouise!
Réponse de le 11/11/2012 à 10:44 :
Allons tous à Lourdes pour donner raison à Pierre !!!
a écrit le 10/11/2012 à 20:13 :
C'est un tyran du genre Caligula associé à Néron, artisan de l'archaïsme, de l'illétrisme et de la papiétocratie. Jamais ils ne feront de croissance ni d'emplois, ils n'ont jamais réussi à rien faire sauf pourrir la vie de la population qu'ils s'amusent à torturer en lui retirant le peu qu'elle gagne.
a écrit le 10/11/2012 à 19:56 :
L'évolution des sociétés et de leur économie font que la politique ne constitue plus un dispositif figer. Ce n'est pas pour autant qu'il ne faille changer radicalement de politique, comme un salon d'essayage le ferait selon le goût de la clientèle. Ce n'est pas le cas. La ligne directrice reste la même, et les réajustements ; les manoeuvres nécessaires à ce bon fonctionnement. Il y a les réalités de l'échiquier international, et la politique politicienne qui s'en accommode pour en tirer toute sa substance. A chacun de juger du bien fondé d'une politique. Celle d'une politique régulée doit primer sur l'ultra- libéralisme.
Réponse de le 10/11/2012 à 21:37 :
Inflexion??? Augmentation de la TVA comme proposé par l'ancien gouvernement, baisse des charges patronales, suppression de tous les crédits d'impôts pour l'amélioration de l'habitat (pour un gouvernement de coalition socialo-ecolo c'est fort!), le vote des étrangers repoussé aux calandes grecques (tant mieux), on est pas vraiment dans la retouche aux entournures, manquerait plus que Marine Le pen nous vante les mérites du kolkhoz...
a écrit le 10/11/2012 à 19:03 :
Vous parlez de baisses des dépenses....mais de quelle baisse...pou l'heure rien de précis...alors que l'augmentation des impôts et taxes est bien réelle et non virtuelle comme ces annonces de baisse des dépenses....
a écrit le 10/11/2012 à 18:49 :
C'est la grande valse, on en prend le tournis !!!
Réponse de le 11/11/2012 à 11:43 :
Un, deux, trois...un, deux , trois, valse à 2 temps, valse à 3 temps.....etc
a écrit le 10/11/2012 à 17:48 :
d'une station lavage le maire augmente de 28% les taxes communale,on est foutu
Réponse de le 12/11/2012 à 7:41 :
Peut-on avoir des détails sur les comptes de la mairie?
a écrit le 10/11/2012 à 17:27 :
Chirac n' a jamais rien fait en 2 mandats, sous son règne la dette a augmenté et aucune réforme n' a été faite. Avec Hollande, les taxes et les impôts vont pleuvoir c' est tout ce qu' il sait faire. Et rien pour réduire les dépenses de l' état et le nombre de fonctionnaires, rien pour supprimer les régimes spéciaux de retraite sur le privé, rien pour restructurer le pays et supprimer les départements, les coûts de fonctionnement de l' état. Ce type est aussi nul que Chirac : ils viennent de la corrèze, le département le plus endetté du pays.
Réponse de le 10/11/2012 à 20:34 :
exact, notre président normal se fout de ses concitoyens, il n'a qu'une priorité c'est de protéger son électorat: les fonctionnaires et ceux qui ont pas envie de bosser!
a écrit le 10/11/2012 à 16:40 :
On croit rêver... donc en gros il fait moins pire donc c'est génial... Quid des dépenses publiques? Quid d'un relâchement de l'emprise du public sur l'économie et les libertés de penser, circuler, entreprendre? Quid de la fin de l'ingérence de l'état dans tout ce qui n'est pourtant pas dans sa mission? Quid de ce qui est dans sa mission?
Tout ça c'est du vent.
a écrit le 10/11/2012 à 16:07 :
Si Hollande se lance enfin dans la une politique réaliste à la Lionel Jospin on ne peut que s'en féliciter. Tout le monde sais que les promesses de campagnes sont juste faites pour gagner une élection. On ne peut que espérer que le mouvement ne s'arrête pas en chemin, l'économie française a bien besoin d'un coup de fouet salvateur. Le regret c'est sur la hausse de TVA, il me semble que sur 1100 milliards de budget il était possible de faire 20 milliards d'économies. Mais peut-être pas sans baisse de la croissance (c'est sans doute ce qui lui a fait peur).
a écrit le 10/11/2012 à 15:49 :
Encore un qui joue au vieux beaux en se teignant les cheveux. Il faut toujours rester méfiants avec ceux qui ont des choses à cacher :-) La nature est ce qu'elle est et on est tous vieux un jour, alors pourquoi nier l'évidence :-)
a écrit le 10/11/2012 à 15:00 :
car plus facile à calculer !
Réponse de le 10/11/2012 à 20:52 :
pas bête-)
sinon 50% c'est encore mieux...
Réponse de le 11/11/2012 à 13:42 :
et les 21.2% que sarko nous avez mis (et certainement plus pour 2013!) c?était mieux peut être?
Réponse de le 11/11/2012 à 20:40 :
nous avait mis .....dudulle !!! Le français même à gauche évitons de l'écorcher !!!
a écrit le 10/11/2012 à 14:34 :
apres Chirac super menteur, Sarkozy super Baratineur, voici François super enfumeur ! dans la grande lignée des politicards à deux balles qui ont laissé couler la France, plus doués pour conquérir le pouvoir que pour l'exercer. Une honte pour la démocratie ce Hollande ! Elu avec un programme irréaliste et des engagements qui sont reniés jour après jour (renégociation traité,TVA sociale). et ce n'est que le début. Le pire c'est quand ils vous disent qu'ils ne peuvent rien faire car le peuple n'est pas prêt à accepter des réformes ! Pas étonnant, on leur a promis le contraire pendant la campagne ou du moins on a "oublié" de leur dire ce qu'il les attendait !Mais bon, l'important c'était de gagner, n'est-ce pas ?
Réponse de le 10/11/2012 à 15:52 :
@coco: un conseil, la prochaine fois, fais comme moi, vote blanc :-) Certains vont dire que les bulletins blancs ne comptent pas. Peut -être, mais en tous cas, si je vote pas pour eux, ils n'encaissent pas non plus les 2,5 euros et autres financements par voix obtenue. Et, à mon avis, quand on votera plus pour eux, il faudra changer de système :-)
a écrit le 10/11/2012 à 14:19 :
Ce gouvernement est entrain de faire de la France un véritable GOULAG. Imaginez le traitement réservé aux salariés taillables et corvéables à merci et même jusqu'à la mort et en parallèle les fonctionnaires, seigneurs de l'Etat payés à ne rien faire!
a écrit le 10/11/2012 à 13:47 :
En tout cas les dégâts irréversibles sont déjà faits. Quel image du pays avec un maire qui vient camper devant le parlement et où les ministres lui rendent visite. On doit rire à Berlin notamment car là-bas on connait exatcement à la virgule près la situation fiancnière de la France.
a écrit le 10/11/2012 à 13:21 :
On te croit, Francois. D'ailleurs, j'ai telephonne a Melanchon qui a bien confirme qu'il n'y avait pas de changement de cap du tout , peut etre quelques petis amenagements sans importance, il a aussi spouligne ta rapidite. Mitterand avait, lui attendu 2 ans, toi a droite toute apres 6 mois seulement mais sans toutnants. L'opposition etait plus agreable, pas vrai Francois,tu pouvais alors dire toutes les betises que tu voulais, preconiser les solutions les plus loufoques en tout quietude, comme si de rien etait, sans consequence.
a écrit le 10/11/2012 à 13:11 :
C'est une machine infernale à paupériser qu'on a mis en place: 2011 comptes révisés: dépenses 361,9 milliards pour 270,0 de recettes, soit un trou de 91,9 milliards. 2012 au troisième trimestre le trou est de 85 milliards, nous allons donc sur plus de 110 milliards de déficit. La balance est déficitaire en 2011 de 73,1 milliards plus 30 milliards pour les comptes. Le régime est entrain de démolir notre société. 9 français sur 10 sont vent debout contre la dette. Mobilisons pour la révolution qui rendra la liberté aux citoyens français contre la dictature de l'Etat. La moitié des citoyens n'a pas voté aux législatives. Entrons en résistance pour la libération nationale!
a écrit le 10/11/2012 à 12:59 :
"révolution copernicienne?" Rendre aux actifs de quoi développer leur activité, sans condition préalable, n'est-ce pas plutôt une lapalissade. Le roi PS peut-il envisager de faire confiance au français et cesser de vouloir tout contrôler à priori? Il existe d'autres formes de contrôle que les privilèges royaux! La situation est très grave, certains parlent de suicide français. Tout doit être fait pour libérer le travail et la créativité, avant que se déclenche un sauve-qui-peut désordonné.
a écrit le 10/11/2012 à 12:45 :
Et en plus, maintenant, il se cale sur le timing de Jacques Chirac ? Le malheureux ... Et pauvres de nous !
a écrit le 10/11/2012 à 12:29 :
Il faudrait tout de même cesser de se voiler la face. Une petites musiques très inquiétante se fait entendre : l'Allemagne plancherait sur un "plan de sauvetage" de la France; Bruxelles "envisagerait" une procédure à l'encontre de la France pour non respect de ses objectifs budgétairs en 2013... Ces paroles "off" sont de véritables signaux d'alarmes lancés pour faire comprendre à notre gouvernement que nous ne pouvons plus reculer.
Les mesures avancées par le gouvernement Ayrault, inattendues dans leur ampleur, suivent une réunion entre le Président et les responsables des principaux organismes économiques et financiers mondiaux (FMI, OCDE, OMC, OIT). L'heure est très grave.
Il est quand même bon de rappeler que la taxation de la valeur ajoutée de la production de biens et services (le PIB moins la valeur ajoutée "créée par les administrations publiques") est de 37% en France. Contre 27% en Allemagne. Le calcul est simple à faire et les données, harmonisées dans leurs périmètres et leurs définitions, sont disponibles sur le site internet de l'OCDE. Nos entreprises ont donc moins de marge manoeuvre financière que leurs concurrentes Allemandes. Et affirmer comme le fait M. Mélenchon que nos entreprises distribuent plus de dividendes que d'autres, c'est de la mauvaise fois : elle distribuent le même montant, mais sur une base plus faible puisque déjà lourdement taxée. Même montant donc, base plus faible, donc taux plus haut. Le coût du capital est le même partout.

Maintenant, si cela gêne les Français de payer 10 euros de TVA supplémentaire par mois, il y a une autre solution beaucoup plus simple. Réduire drastiquement les dépenses d'administrations qui s'arrogent 56% des dépenses de ce Pays. Contre 42% en Allemagne. Puisque c'est l'exemple à la mode.
Mais dormez tranquille, braves gens: FO obtiendra bientôt une interdiction de travailler pour nous tous en bonne et due forme!
Réponse de le 10/11/2012 à 14:29 :
Heureusement que l'allemagne est la pour nous sauver. La dernière fois c'etait en 1940. Heureuse epoque.
Réponse de le 10/11/2012 à 15:07 :
Et un point godwin pour vous
Réponse de le 10/11/2012 à 16:21 :
En même temps c'est un peu facile de choper un point en parlant de l'Allemagne : y a presque triche !
Réponse de le 10/11/2012 à 18:43 :
taxons les points goodwin!
Réponse de le 10/11/2012 à 20:36 :
les allemands vont nous sauver, ce ne sont "amis"
allez Deutschland über alles!!
a écrit le 10/11/2012 à 12:26 :
Et toujours pas question de faire des économies sur le budget de l'Etat de 1100 milliards d'euros. Monsieur Hollande, il faut cesser d'accabler les travailleurs de ce pays. 55 % des Français ne payent pas l'impôt sur le revenu. Les prestations sociales sont distribués n'importe comment. Vous allez avec vos décisions provoquer une récéssion en 2013, augmenter le chomage et probablement provoquer une attaque des marchés financiers car le compte n'y est pas. Aux USA au moins, les Américains ont fait le bon choix. Nous, nous avons un brillant président de conseil général.
Réponse de le 10/11/2012 à 13:00 :
quel bon choix ? Obama qui a lui meme augmenté le deficit pendant 4 ans va devoir passer 4 ans à le reduir. Hollande qui est elu depuis seulement 6 mois va devoir passer 5 ans à regler les problemes herités de l'incurie de chirac et sarkozy pendant 10 ans.
Réponse de le 10/11/2012 à 14:13 :
N oubliez pas mitterand !
des 1988, il y eu des signes avant courreurs et deja la dette etait croissante !!!!
a écrit le 10/11/2012 à 12:22 :
Nous verrons si les élus socialistes ont des convictions, ou s'ils ne sont que de 'godillots'.
Drôle de démocratie, entre le Sénat inutile et l'Assemblée caisse enregistreuse, et on s'étonnera de la montée des extrêmes.;
a écrit le 10/11/2012 à 12:19 :
quand y' a plus de foin dans les râteliers les ânes se battent .... ça va pas tarder !!!!!!!!!!!!
a écrit le 10/11/2012 à 12:13 :
mesures d'urgence ... foutre en l'air les 35H, les allocs, les congés paternité ... etc ...
a écrit le 10/11/2012 à 11:58 :
Ouvrez les yeux, on va sur plus de 110 mlliards de déficits... la dictature d'Etat s'attaque aux entreprises et à la population. Nous devons libérer le pays.
Réponse de le 10/11/2012 à 12:10 :
comment ???????????????
Réponse de le 11/11/2012 à 18:35 :
Ben essaye déjà avec une paupière. Levé, baissé, levé....bon maintenant on change de paupière.
a écrit le 10/11/2012 à 11:57 :
Nous portons des accusations de spoliation systématique des jeunes dans l'emploi.
a écrit le 10/11/2012 à 11:50 :
On a dit de Mitterrand qu'il était bien honnête car il avait laissé le PS dans l'état où il l'avait trouvé.
Que dira-t-on de Hollande quand il laissera la France dans l'état où il amené le PS, en 2002, quand il était premier secrétaire mou, indécis, inactif ?
a écrit le 10/11/2012 à 11:47 :
y'a t'il vraiment tournant ? la rigueur budgetaire a ete faite dés le mois de juillet, le rapport gallois a ete commandé ce meme mois et il n'a ete elu qu'en mai et ne disposait d'une majorité qu'a la mi-juin. difficille de parler de tournant dans ces conditions. Je pense que c'etait son intention dés le depart sauf sur la hausse de la tva ou là il s'est reelement renier; Hollande a fait une campagne tres à gauche dans le ton, mais pas dans les propositions sauf la taxe à 75% qui ne va duré desormais que 2 ans par ce que c'etait une taxe avant tout politique pour contrer la montée de melenchon. Je pense que Hollande est un social-democrate facon rocard ou delors et non la caricature d'extreme gauche que certain lui colle.
a écrit le 10/11/2012 à 11:37 :
Tu parles ! Si j'étais socialo ou gaucho c'est pas dans un tournant que je me sentirais mais au milieu d'une tournante !!! Muppets !
a écrit le 10/11/2012 à 11:32 :
Après la falaise fiscale, la récession qui s'ensuit, la France a-t-elle assez de vitesse pour une inflexion? Une petite inflexion sur la competitivité avec effet 2015. Oubliée la réforme du marché du travail et du code de contraintes qui lui est associé! Le doute généralisé s'installe pour la durée.
a écrit le 10/11/2012 à 11:29 :
Quand on voit toutes les entreprises qui se cassent la gueule ... nos politiques le sauront par les stats de l'INSEE d'ici deux mois ... (comme un rétroviseur) .... y'a le feu au lac !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 10/11/2012 à 13:17 :
Plus y a de chômage et plus le gouvernement est content!
a écrit le 10/11/2012 à 11:18 :
Quand le dirigeant socialiste commence à tourner le dos a ses convictions les plus profondes, c'est peut être qu'il se rend compte qu'il n'y a pas d'autre issue possible.
Contrairement à la vulgate qui prétend que le capitalisme va s'autodétruire, il semble bien que ce soit le socialisme qui s'autodétruit depuis 1989. On pourra bien sur objecter que c'est les subprimes et les banques qui font sauter le système, et on a pas tort de le dire, on ne pourra cependant pas cacher longtemps qu'elles ont effectivement fait une bulle speculative sur nos pays dont la gestion est catastrophique en donnant du bonheur payé à crédit et comme on demande aux banques de devenir honnêtes, la bulle risque de s'effondrer.
Réponse de le 10/11/2012 à 11:41 :
J'ai lu l'article sur les français qui ne comprennent rien à l'économie. Ensuite je lis votre commentaire. Et je me dis que vous faites parti de ces français...(mais je vous rassure, moi aussi)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :