"Si Ayrault veut mener une politique de gauche, il aura plus besoin des communistes que des professionnels du dividende."

 |   |  462  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Les parlementaires communistes ne voteront pas le budget 2013 et la loi de financement de la Sécurité sociale s'ils n'obtiennent pas un certain nombre d'amendements, a menacé Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF, dans le JDD.

Communistes, mélenchonistes et écologistes, ces membres de la majorité ne cessent de tarabuster le gouvernement, quitte à le fragiliser six mois après l?élection de François Hollande. Ce dimanche, le parti communiste en a remis une couche. Dans un entretien au Journal du Dimanche. Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF, a déclaré que les parlementaires communistes ne voteront pas le budget 2013 et la loi de financement de la Sécurité sociale s'ils n'obtiennent pas un certain nombre d'amendements. Notamment, un renforcement de l'impôt sur la fortune, l'abandon des concessions faites en matière de taxation des plus-values de cession d'entreprise et une revalorisation des tranches de l'impôt sur le revenu. "Sur aucun de ces amendements nous n'avons été entendus. Nous allons à nouveau les proposer au Sénat. Si des progrès significatifs ne sont pas enregistrés, nous serons conduits à maintenir notre abstention", menace Pierre Laurent. Pour rappel, le 23 octobre, les députés communistes et leurs alliés du Parti de gauche se sont abstenus lors du vote du volet recettes du budget 2013 à l'Assemblée.

Loi de financement de la Sécurité sociale dans le viseur
Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale est également pour 2013 est également dans le viseur. Pierre Laurent le juge "très inquiétant" et veut obtenir du Sénat des modifications importantes. Sinon, « nous voterons contre".  "Il y a besoin d'un nouvel élan vers la gauche. Et rapidement", dit Pierre Laurent. "Si (le Premier ministre) Jean-Marc Ayrault veut mener une politique de gauche, il aura plus besoin des communistes que des professionnels du dividende."
"La politique du gouvernement n'est pas à la hauteur de la crise. Il faut des réformes de gauche plus importantes", ajoute-t-il. "Si le gouvernement n'entend pas cette exigence, il aura un problème non pas avec les communistes mais avec les salariés qui ont voté pour le changement."

Deux faits d'arme du PCF
La fronde des élus communistes a déjà été à l'origine la semaine passée du rejet par le Sénat d'une proposition de loi socialiste instaurant une tarification progressive de l'énergie. Le rejet mercredi par la commission des finances du Sénat, toujours avec les voix communistes, du projet de loi de programmation des finances publiques 2012-2017, a montré qu'il ne s'agissait pas d'un mouvement d'humeur isolé. Deux faits d?armes qui ont provoqué de vives réactions chez les socialistes. Le premier secrétaire du PS Harlem Désir a « vivement regretté » que les sénateurs PCF aient « joint leurs voix à celles de la droite. Bruno Le Roux, chef de file des députés PS, a jugé que le PCF « votait bien trop souvent contre, contre la gauche, contre des projets de gauche ».
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2012 à 1:24 :
Encore un qui se gave avec nos impôts mais n'a jamais rien fait pour créer ou sauvegarder des emplois
a écrit le 05/11/2012 à 17:38 :
la france va devenir le musée de la bétise politique, il n'y a plus de pays sur la plénète à tenir de tels discours, et s'ils existent, c'est qu'on est obligé de les financer avec nos impots, voila un gain immédiat et conséquent!
l'état investit, certes, mais avec quel argent : uniquement celui du contribuable !
ç afait 30 ans qu'ils votent des budgets déficitaires et ils ont creusé une dette de 1700 milliairds et tué avec l'économie et l'emploi !! la dette c'est le cancer de l'économie, on n'arrive plus à rembourser les intérêts, alors que le commerce extérieur est dans le rouge, que le chomage augmente...
les dividendes ne sont que les intérêts que payent les entreprises à tous ceux qui avancent leur argent pour que l'entreprise se développe : et il y a quantité de particuliers qui aident ainsi les entreprises, tout en prenant de gros risques sur le cours des actions, ils ont perdu 50% de leur mise en 3 ans !!!
mais pour l'idéologie de gauche, il faut tuer la richesse, les entreprises, tous ceux qui gagnent de l'argent avec leur travail.... "la seule vertu digne" est d'être assisté mais personne n'a compris que c'est avec l'argent du privé qui lui ne travaille pas 35h.....l'idéologie est l'opum de la gauche, mais à la différence des drogues, ce sont les autres qui en subissent les conséquences, c'est le privé qui finance tous ces profiteurs inconséquents.
a écrit le 05/11/2012 à 12:17 :
Les cocos c'est sur ils sont crédibles... où ça a fonctionné leur système? nul part! Mais ça ne les empêchent toujours pas de se la raconter. Si le PS y prête attention on est la future Grèce dans pas longtemps.
a écrit le 05/11/2012 à 11:55 :
Pour ma part, je pense très clairement qu'il n'a pas tout à fait tort de le dire car si l'on tient compte des multiples rapports de la cour des comptes et de son conseil des prélèvements obligatoires, il semble que notre Etat, du fait des multiples niches et exonérations fiscales et sociales accordées au monde de l'entreprise depuis les 25 dernières années, dont l'inspection générale des finance met en doute le bien fondé pour un grand nombre de ces mesures, perd par ce biais pas loin de 180 à 200 milliards d'euros en manque à gagner sur ses recettes fiscales (et encore on ne tient pas compte des collectivités locales dont le manque à gagner en recettes fiscales est aussi très élevé).
Le plus étonnant, c'est que personne ne parle de tout ceci alors que tout le monde politique sait très bien que de Séguin à Migaud les rapports de la cour des comptes montrent toujours que l'Etat a perdu énormément de recettes fiscales depuis les dix dernières années !
Je ne parle même pas des multiples rapports de nos élus sur les pertes fiscales au niveau des impôts sur les particuliers dont la perte pour l'Etat est estimée à plus de 100 milliards d'euros entre 2000 et 2010, notamment par les commissions des finances des assemblées dont de nombreux membres de l'UMP qui le reconnaissent très justement et de façon non équivoque.
Les gens oublient qu'aujourd'hui le premier "investisseur" de notre pays c'est l'Etat et les collectivités locales bien loin devant les entreprises qui sont censés le faire !
C'est une réalité économique car aujourd'hui, les entreprises distribuent plus de dividendes aux actionnaires qu'elles n'investissent dans l'entreprise...
Réponse de le 05/11/2012 à 17:44 :
total délire d'un shooté à l'idéologie. L'état n'investit pas, il prend l'argent du contribuable et dépense bien au delà de ce que ça produit comme gains, puisque l'état à créé une dette abyssale de 1700 milliards ! et les charges induites étouffent tout. On ne fait que du social avec l'argent qu'on a pas, un vrai suicide collectif, la descente aux enfers est bien embrayée et aucune mesure à la hauteur de problème ! ne parlons pas de l'armée de la fonction publique, aucune gestion, toujours plus de moyens inefficaces ! il faut que le privé investisse, il est le seul capable de la faire à bon escient, il faut ramener la fonction publique à travailler de façon efficace, donc avec au moins 30 à 40% d?effectifs en moins.
Réponse de le 05/11/2012 à 18:29 :
Avant de raconter des bêtises, il faudrait peut-être lire les rapports du CPO et les rapports parlementaires sur le sujet...Ensuite, et seulement ensuite, il faudrait faire un peu d'économie pour comprendre comment marche le système.
Côté dette, je pense que vous devriez regarder d'un peu plus près la dette des entreprises commerciales et non financières pour vous faire une petite idée (et si j'ajoute les entreprises financière c'est encore pire) !
On parle, actuellement de la dette publique des Etats de la zone euro (dont l'origine macroéconomique est entièrement privée / directement issue des USA) sans parler de celle des entreprises qui est pourtant bien plus élevée...ET ce n'est pas moi qui l'indique mais l'INSEE et tous les indicateurs économiques sérieux (nationaux et internationaux).
Posez vous la question : pourquoi la dette publique des Etats n'a pas été attaquée par la spéculation financière avant la crise des "subprimes" alors qu'elle était déjà relativement forte aux E-U et en Europe ?
Question charge, le patronat m'a toujours bien fait rire car il oublie ce que cela finance comme il oublie le passé...Ainsi par exemple, les cotisations sociales qui font parties des charges (le salarié aussi paie), dont un bon nombre d'entreprises sont exonérées (nota.sur les bas salaires), est un salaire différé qui sert à payer la retraite des salariés et à financer la sécurité sociale, ce que certains ont tendance à oublier ! De plus il me semble que dans un passé pas si lointain que cela les charges étaient bien plus élevées !
Pour finir je vous indique que l'ETAT n'est pas une entreprise, et qu'il est aujourd'hui, avec les collectivités locales le premier investisseur de France ! Et c'est pas un coco ou un bobo de gauche qui vous le dit mais un juriste et un économiste en droit des affaires !

Réponse de le 05/11/2012 à 21:13 :
un juriste et un économiste ?????? je suis plié par terre !!! effectivement des économiciens de cette tenue qui épeulent les politiciens, on a en a plein en france dans la fonction publique, mais des économistes j'en cherche ! total déni de la réalité : la dette n'a été générée que par les budgets votés en déséquilibre, qu'ils soient de l'état, la sécu, les collecticvités. La cause est unique et surtout pas le privé. ce n'est pas le privé qui gère et décide du budget de l'état (malheureusement, car dans le privé ils gérent sinon ils meurent). Ensuite que la spéculation prenne la relève n'arrange rien, mais c'est le microbe qui attaque le malade affaibli par son incurie; la spéculation n'a aucun effet sur les pays excédentaires, et on n'aurait aucun problème si on avait un excédent, ce qui était élémentaire comme pour tout ménage, toute entreprise : ne pas dépenser plus qu'on a d'entrée d'argent !! piètres gestionnaires publics qui n'ont jamais mis les pieds dans une entreprise sinon il la coule en quelques mois ! peu importe la finalité de le retenue, l'important est d'analyser si elle tient la route en terme de bilan et de compte d?exploitation, car l'état est une entreprise de gestion de nos deniers, disons devrait puisqu'il n'y a aucune gestion mais uniquement le laxisme de la dépense, aucune mesure de la moindre efficacité. l'état n'investit pas, il creuse la dette et notre tombe, car la dette c'est à nous de la payer, 1700 milliards générés par cette incompétence totale ! regardez les pays qui gèrent bien, qui ont pris des décisions d'entreprises : économies, efficacité de la dépense, pragmatisme, décisions courageuses.. ils sont repartis dans la prospérité (suéde, québec...) Même en allant à moscou ou au cambodge vous ne trouverez plus personne pour tenir de tels propos d'un autre siècle et sans aucun exemple de réussite d'un tel modèle sur la planète, total délire mélanchonien où on va trouver le graal en coupant la tête aux patrons, même pas compris que la richesse vient du privé pour financer le gouffre et l'incurie du public
Réponse de le 06/11/2012 à 16:04 :
Il est clair que gober le discours redondant des politiciens, qui indiquent que l'Etat est en faillite sur le plan financier, qui ne reflète pas tout à fait la réalité, que celui-ci vit au dessus de ses moyens et que la dette résulterait d'une augmentation excessive des dépenses publiques injustifiées, que l'on ne peut pas dépenser plus que l'on gagne et que les générations futures devront payer ce que l'on a acheté à crédit, reste le discours facile que tout le monde veut entendre car il paraît inattaquable et de bon sens...Cependant, cela ne reflète qu'une apparence car la réalité est bien plus complexe que cela !
Comparer l'Etat à un "bon père de famille" ou à une entreprise, qui sont des personnes physiques et morales qui composent la société n'est qu'une vaste supercherie car ces deux personnes ne sont pas la "société". Ce serait confondre le particulier et le collectif.
-Un Etat à un privilège que le particulier ne possède pas : Il peut fixer le montant de ses "recettes"et s'il choisit "d'emprunter", c'est par choix.
Il peut choisir d'avoir des dépenses supérieures à ses recettes, ce que vous avez bien analysé. Il peut aussi choisir de financer le déficit en ayant recours à l'emprunt (ce qu'il a trop fait) au lieu de le fiscaliser.
-Un Etat n'a pas vocation à faire des "profits" comme une entreprise, mais doit faire de la "régulation".Si l'entreprise cherche avant tout la satisfaction de son propre intérêt, car elle est soumise à une obligation de résultat financier positif, l'Etat, lui, a pour mission de veiller à l'intérêt commun en édictant des règles pour garantir le lien social, ce qui est essentiel à la paix et à la prospérité du pays. La dette n'a pas le même sens pour un particulier et pour l'Etat.
Je vous rappelle que malgré notre dette publique notre pays emprunte actuellement à des taux bas (et même négatifs en fonction du terme). C'est vrai qu'une dette de plus de 1700 milliards d'euros peut donner le vertige (quid de celle des autres puissances USA et Allemagne compris (nota. en terme de dette de valeur pour notre voisin germanique)), mais le problème c'est qu'en disant cela et uniquement cela on oublie le reste.
On indique toujours ce que l'on "doit" mais jamais ce que l'on "a".
Lorsque vous contractez une dette, par l'emprunt, c'est pour avoir quelque chose en contrepartie...Vous pouvez devoir 250 000 euros a votre banque , mais vous avez peut-être acheté quelque chose /une maison/ avec.
Il faut noter que c'est peut-être là que se pose un premier problème sur la présentation des comptes de l'Etat car, ce que la majorité des gens ignorent, c'est que la technique comptable utilisée pour les comptes de l'Etat est impropre à traduire la réalité.
Une comptabilité simple, celle d'un ménage, avec les recettes d'un côté et les dépenses de l'autre, n'est pas adéquate pour présenter le budget de l'Etat (comptes de prévision) car on oublie volontairement (ou pas) de parler du reste. Par exemple des capitaux et des amortissements, de la part du fonctionnement et de celle des investissements etc...
Pour avoir une vue plus juste et plus saine des comptes de l'Etat, il faudrait au moins avoir une comptabilité d'entreprise (en partie double), ce qui n'est pas vraiment le cas !
Nous pourrions ainsi voir apparaître : -Les comptes de bilan, qui correspondent à ce que l'Etat possède (bâtiments, machines, les comptes, les liquidités, les avoirs divers et variés) et ce qu'il doit (capitaux propres, les dettes envers les fournisseurs, les organismes sociaux,les salariés etc..).
- Les comptes de résultat annuels qui correspondent à l'activité de l'Etat pour produire des richesses pour la collectivité.
Si les choses étaient présentaient comme cela, il apparaîtrait que le solde entre les actifs et les dettes des administrations publiques serait aujourd'hui positif. C'est ce qu'il resterait si les administrations remboursaient toutes leurs dettes en vendant leurs actifs.
En 2009, celui-ci était de 418 Milliards d'euros (en 2006 celui-ci était de 676 milliards).
Il ne faut pas oublier non plus qu'en terme de dette nette (dette brute moins les actifs financiers détenus par les administrations publiques) la France n'est pas si mal que cela puisqu'elle est largement en dessous du seuil de la zone euro et un peu en dessous de celui des pays de l'OCDE. L'administration publique possède aussi des actifs "physiques" (des infrastructures) qui ont aussi une valeur.
si le nouveau-né hérite d'une dette publique, propos dénaturé, il hérite aussi d'actifs publics (routes, écoles, équipements sportifs, universités, hôpitaux...). Si l'on considère l'ensemble des agents (publics et privés), la richesse nationale se compose de "stock de capital physique" et des "avoirs nets accumulés à l'étranger".
Le premier représentant plus de 7 à 8 fois le PIB et l'autre pas loin de 12% du PIB, le nouveau-né français est donc plus riche en moyenne (somme des patrimoines publics et privés divisé par le nombre d'habitant).
Et encore je ne mentionne pas la valeur de notre patrimoine national (ex: La tour Eiffel combien vaut-elle ?) qui pourrait en faire pâlir plus d'un.
A mon sens, surtout depuis la loi Pompidou de 1973 (abrogée en 1993 et institutionnalisée au niveau européen avec Maastricht et Lisbonne), ce sont les politiques qui ont volontairement fait le choix de pratiquer les cadeaux fiscaux pour des raisons électoralistes, en choisissant la voie de l'emprunt avec intérêt, au lieu de mettre en face des dépenses les recettes qui correspondaient (voter des budgets équilibrés).
Et contrairement à ce que l'on raconte sans cesse ce n'est pas tant l'augmentation des dépenses qui fait la dette, mais la diminution des recettes.
En transférant volontairement son pouvoir "régalien" de création monétaire au système bancaire privé, l'Etat s'est mis dans les mains du monde financier et tous les gouvernements successifs depuis Giscard jusqu'à Sarkozy n'ont su que faire que des dettes (comme dans tous les pays riches de la planète, USA en tête) car ils sont devenus dépendants des banques et de leur électorat.
Tout le système repose sur l'endettement des uns envers les autres, dans le privé et depuis la fin des années 1970 dans le public également (ce phénomène n'est pas nouveau), et il ne faut pas oublier que tant que la dette n'est pas remboursée, l'argent continue de circuler dans le circuit économique et participe à la croissance.
Autre exemple qui montre que rien n'est dit de façon pédagogique aux gens...
On parle toujours de "déficit", mais on n'indique jamais que la dette qui en découle(malheureusement jamais au niveau des sommes empruntées du fait des "intérêts") participe à la richesse nationale.
La fiscalité de la dette se transforme en hôpital, en route, en instruction publique, défense nationale, protection sociale et autre...Le plus étonnant, c'est que l'on ne présente jamais "l'actif" que cela peut représenter.
En prenant l'exemple que donne un chef d'entreprise à l'international, qui a compris certaines choses sur les comptes publics et le rôle de l'Etat, je cite le déficit de l'année 2006. Celui-ci était de 45,3 milliards d'euros, mais la même année, les créations de richesses (dépenses d'investissement (FBCF)), écoles, hôpitaux, infrastructures de transport et de communication etc..se montait à 60,1 milliards d'euros !
Ces investissements sont des richesses dont nous profitons aujourd'hui et demain.
Pour terminer il est aussi très démagogique de dire que l'on transfère des dettes sur les générations futures alors que le transfert se fait des contribuables actuels vers les rentiers actuels et se fera des contribuables de demain qui verseront, demain, se qui sera dû aux héritiers des détenteurs de la dette.
Au fait, je ne suis pas fonctionnaire !
a écrit le 05/11/2012 à 9:52 :
On a affaire a quelques dinosaures et on leur donne la parole plutot que de les mettre au musee.
a écrit le 05/11/2012 à 2:40 :
Le fait meme qu'en 2012 il y ait encore des communistes en France et meme des deputes communistes, montre a quel point le pays a pris du retard politique, social, economique et financier, et surtout culturel . A croire qu'on n'enseigne plus l'Histoire en France ! quelle honte !
Réponse de le 05/11/2012 à 7:07 :
On dirait qu'une tete a oublie de tomber naguere....
De quelle histoire sagit il ?
De celle de l urss ou de la france
Parce que la bas, les cocos n,en portaie
nt que le nom, renseignez vous!
a écrit le 05/11/2012 à 1:25 :
Il y a un excellent moyen de stopper ces dillettantes et ces rigolos, c'est de mettre le pays en grève, c'est simple et cela peut rapporter gros ! la chute des socialistes !
Réponse de le 05/11/2012 à 20:43 :
non,grève de la consommation,c'est plus efficace
a écrit le 04/11/2012 à 21:00 :
pierre laurent,enfin un dirigeant politique courageux:cette alliance implicite entre les socialistes et les libéraux de l'ump est répugnante!osons dire que la france peut embaucher des fonctionnaires si elle le souhaite!Elle est souveraine et elle possède meme une armée!
Réponse de le 04/11/2012 à 21:15 :
Oui, avec le pognon volé aux entreprises françaises qui étouffent... Beau discours en vérité. Quel plaisir - amer - cela sera de vous voir tous brûler de loin! Quelle satisfaction de ne plus payer d'impôts pour toutes ces bouches aussi profiteuses qu'inutiles! Ha ha ha! Bon chômage à tous!
Réponse de le 04/11/2012 à 21:18 :
@marchais: on embauche des fonctionnaires, okay, mais 1) pour faire quoi et 2) c'est toi qui les paie ou le contribuable ??
Réponse de le 04/11/2012 à 21:36 :
@Patrickb je pense que ces gens sont perdus... Ils s'imaginent que l'argent public est immanent et qu'il tombe du ciel... Nous parlons à des gens pas très déliés économiquement. Donc, pas d'intérêt, mais ça confirme ma pensée: avec tous ces haineux sans réflexion, il n'y a plus rien à faire ici.
a écrit le 04/11/2012 à 18:50 :
Il faut dire à cette uluberlu que Hollande agit comme un politicien accroché au pouvoir.
a écrit le 04/11/2012 à 17:11 :
entre les deux : cad les communistes idéologues d'un autre temps et les bons patrons du CAC40 qui n'en branlent pas une ou presque : 70% des entreprises et des salariés qui sont des boites de - de 20 personnes et qui se font mettre à l'amende par des enseignants idéologues ruineurs et dépensiers ou par Sarkozy qui veut les faire travailler 40 heures pour le prix de 35, gratuit, pour l'unique "compétitivité" des copains du 1 %
Réponse de le 04/11/2012 à 17:23 :
Et oui... Trahi par les deux bords, et sans perspective. Je remercie @viking pour ses conseils, l'Allemagne ne figure pas dans ma liste prioritaire, plutôt Bruxelles ou Londres ou le Canada, mais je vais demander à mon conseil de me faire une fiche sur la délocalisation en BaviÚre et à Cologne, qui semble être une bonne destination d'implantation.
Réponse de le 04/11/2012 à 18:40 :
ecrivez moi a europeconcept at yahoo point com et je vous ferai suivre mes contacts locaux gratuitement en Allemagne, Londres et Luxembourg pour commencer. Les allemands sont les plus efficaces pour aider les entreprises a s'installer chez eux, tout est pris en charge par eux.
a écrit le 04/11/2012 à 14:50 :
La gauche, c'est comme les radis : rouge dehors, blancs dedans et toujours prêt de l'assiette au beurre. Oui mais le beurre va fondre à vue d'oeil. A force de ponctionner les entreprises, à force d'augmenter le chômage comme ils sont bien partis pour les 3.5 millions d'ici le premier trimestre 2013, les carottes vont être bientôt cuites. Quelle cuisine !!!
Réponse de le 04/11/2012 à 17:44 :
Cette gauche là, Lénine n'en aurait même pas voulu ...
a écrit le 04/11/2012 à 13:59 :
Les socialistes ont besoin des communistes et des financiers, les uns et les autres ont des pulsions communes pour les clôtures..L'argent aime l'ordre.
a écrit le 04/11/2012 à 13:10 :
On est encore dans un pays qui vit politiquement comme en 1981.

Depuis le communisme à montrésa nullité : souvenons nous de la découverte du mode de vie des ex blocs soviétiques.
Et nous on votes pour eux!!!! Mdr
a écrit le 04/11/2012 à 13:05 :
Si les communistes font revenir le gouvernement sur les plus-values de cession, je délocalise ma boîte en Belgique.
Je ne paierai plus jamais d'impôt dans ce pays condamné. Maintenant, ça suffit.
Réponse de le 04/11/2012 à 13:35 :
bon vent !!
Réponse de le 04/11/2012 à 13:46 :
Vous voulez l'adresse de Pôle emploi?
Réponse de le 04/11/2012 à 13:57 :
Depuis janvier 2012, ma societe a accompagner 50 PME (de 10 a 40 salaries) dans la delocalisation de leur activite en Allemagne (region de Francfort), Autriche, Royaume Uni, Republique Tcheque, Pologne, Luxembourg et Suisse. Les dirigeants de PME cherchent de la stabilite fiscale. En France le SMIC a augmente 3 fois en moins de 9 mois en 2012, la CSG augmente des le mois de novembre 2012 ...
Réponse de le 04/11/2012 à 14:07 :
@Viking : Avez vous des contacts ? Je suis intéressé pour m'expatrier dans le domaine de la logistique.
Réponse de le 04/11/2012 à 14:08 :
Absolument. La stabilité est le maître mot. La sphère publique doit être un pilier, pas un maillet de destruction dans un champ de quilles. Et je ne parle même pas de l'asphyxie totale dans laquelle nous plonge notre chère administration. Le "coût du travail" est un mauvais débat, qui masque une réalité terrifiante. D'un côté, les prélèvements sur la valeur ajoutée des entreprises est de 47% en France, contre 27% en Allemagne: 153 taxes vs 55. De l'autre, les marges de nos entreprises sont au plus bas depuis la libération. Cela étant dit, nous avons de magnifiques rond-points (qui ont coûtés plus de 30 milliards d'euros de dépense publique sur les 15 dernières années). Mais allez dire cela à des gens qui ne réfléchissent pas et qui ne sont animés que par la haine de la réussite, et un dogmatisme idéologique létal...
Réponse de le 04/11/2012 à 14:16 :
Ah mais la proliferation des rond point francais permet surtout de faire travailler et de faire tourner les entreprises BTP, qui sont depuis plus de 50 ans les grand et meilleurs "amis" des politiciens francais locaux.
Réponse de le 04/11/2012 à 14:30 :
Il s'agit surtout de clientélisme politique local : cela flatte l'électorat. Quand on connaît la différence d'efficacité du multiplicateur keynésien entre la dépense publique et la dépense d'investissement privée... Pas étonnant que l'on soit à ce niveau en panne. Ces 30 milliards, par exemple, sont une somme conséquente qui a fait défaut aux entreprises pour leur fameuse "montée en gamme", ce qui les empêche aujourd'hui d'offrir des produits compétitifs. Un euro public va créer en s'amenuisant 60 centimes après dépense. Un euro investit par une entreprise va générer une richesse de 1,7 euros. Cherchez l'erreur...
Réponse de le 04/11/2012 à 14:58 :
Ce clientélisme est l'organisation par de grandes sociétés d'un pillage organisé. Qui fait les ronds points, les parkings, les stades de sport, gère l'eau, les déchets, le nettoyage ... ? Les petites entreprises de moins de 50 salariés et moins de 3 millions d'euros ne comptent pas car pas de CE ... En 1954, les hauts fonctionnaires pensaient qu'en 1970, il n'y aurait plus que des grandes entreprises. Vieilles recettes, vieux programme appliqué par les politiciens actuels vont mener ce pays à une crise majeure. Lorsqu'on tue la poule, il n'y a plus d'oeuf en or. La france n'a pas conscience de perdre des "bens dis donc" comme vous. Lorsqu'une entreprise perd ses clients, elle part à la faillite ! La France ne fera pas faillite mais elle court vers des lendemains qui déchantent. Illusion puis désillusion
Réponse de le 04/11/2012 à 15:13 :
Et manifestement, à lire certains commentaires, une partie de ce pays est plutôt très heureuse de nous perdre... Nous, les petits soutiers de cette économie, qui embêtent finalement tout le monde, qui n'ont pas de CE et donc pas le fléau des syndicats, trop faibles pour protester contre un Maire ou contre une politique défavorable, mais trop petits pour les intéresser et nous encourager car en France, seuls les "grands groupes" sont sérieux...
Dommage que 60% de l'emploi privé soit le fait de ces petites structures. Ils s'en rendront compte trop tard. En tous cas, je file faire mes courses à Bricorama avant qu'ils ne ferment le dimanche.
Réponse de le 04/11/2012 à 17:03 :
@Volontaire à l'expatriation : je travaille notamment avec les agences locales qui sont bien plus efficaces que celles francaises. Notamment la "FrankfurtRheinMain GmbH International Marketing of the Region" qui deroule le tapis rouge pour accueillir les entreprises etrangeres et cela gratuitement ... Et oui votre belle Europe où les regions europeennes rivalisent pour attirer les entreprises au detriment des autres regions ... Bonne soiree de Suede ! Et vive l'Euro et les Grecs !
Réponse de le 04/11/2012 à 21:17 :
@Viking: c'est bien de dénigrer, mais t'as pas répondu à la question précise de Volontaire: il veut des contacts, pas des discours.
Réponse de le 05/11/2012 à 7:00 :
Et j'attends toujours une réponse.
a écrit le 04/11/2012 à 12:37 :
Heureusement qu'il y a des rambardes le long des précipices, cela nous permet de réfléchir avant de se pencher! C'est bien le mot "réfléchir" qui est a retenir et non pas le mot "rambardes ou précipices".
a écrit le 04/11/2012 à 12:30 :
enfin un monsieur qui exprime tout haut ce que tous les français pensent des actionaires et boursicoteurs!bravo
Réponse de le 04/11/2012 à 13:07 :
Ah oui?
Donc moi, qui est monté ma boîte en investissant toutes mes petites économies (15 000 euros, après 5 ans de salariat), en ayant attendu 4 ans avant de me payer, qui donne un emploi à 17 personnes, je suis un un démon? Il faut me taxer comme tout le monde? Alors, pourquoi aurais-je pris ces risques? Si c'était à refaire, avec une telle attitude, je ne le referais pas ici. Pas dans ce pays.
Réponse de le 04/11/2012 à 13:39 :
sans la fonction publique vous n'auriez jamais réussi a monter votre boite.vous pouvez remercier l'état
Réponse de le 04/11/2012 à 13:49 :
On voit le niveau. Je ne dois rien à la fonction publique. Rien du tout. Elle n'est là que pour servir. Pas pour donner des leçons à ceux qui font la richesse d'un pays. Mais, tout cela n'est pas bien grave. Sauf pour les 17 personnes qui vont se retrouver sans emploi. Les insultes, merci, j'en ai ma claque. Le prochain exercice fiscal de ma société sera en Belgique.
Réponse de le 04/11/2012 à 14:00 :
@ ben dis donc
Est-ce que les élus de tout bord , municipaux , nationaux , européens , sénateurs , etc.. , prennent beaucoup de risques en décidant face au miroir le matin en se rasant et je ne suis pas misogyne , tiens , aujourd'hui , je vais proposer de supprimer leur demi-part supplémentaire , tiens , aujourd'hui je vais proposer de leur supprimer leur abattement de 10% !
Réponse de le 04/11/2012 à 14:19 :
Mais mon brave Monsieur, ils n'en prennent aucun des risques : la plupart sont fonctionnaires. Allez donc vérifier cela sur le site internet de l'Assemblée Nationale. Et ces gens qui cumulent des mandats sont les premiers à ne vivre que de clientélisme et à abrutir les entreprises de fiscalité locale délirante pour construire des rond-points qui ne servent à rien et imprimer des journaux municipaux sur papier glacé distribués à des milliers d'exemplaires. Depuis qu'ils ont atteint la limite de taxation des entreprises, ce sont VOS impôts locaux qui explosent. Alors, ne les défendez pas si aveuglément : vous êtes leur nouvelle poire. Et vous mélangez tout. Vous confondez patrons salariés de grands groupes, investisseurs privés et institutionnels, actionnaires en bourse, entrepreneurs qui investissent leur temps, leur argent et qui mettent en risque leur famille et leur carrière. Sans nous, vous n'auriez pas l'ordinateur sur lequel taper vos petites remarques. Pas de vaccins, pas d'électricité. Pas de billets d'avions abordables. Pas de pain le dimanche. Pas de frigidaire, pas de four micro-onde. Pas de smartphone. Pas d'imagerie médicale dans les hôpitaux. Pas de lait, pas de viande. Rien.
Réponse de le 04/11/2012 à 16:15 :
tous les petits patrons nous font un caca nerveux:retenez moi sinon je fais un malheur!nous,dans les collectivités territoriales,cela nous fait sourire:qui est donneur d'ordre,qui leur permet d'accumuler de juteux bénéfices?(pour ceux qui savent gérer evidemment)
Réponse de le 04/11/2012 à 16:34 :
Et qui accumule les taxes, les prébendes, le racket à l'encontre d'entreprises qui n'ont rien demandé, les gabegies, l'inutilités de postes redondants? Vous croyez qu'on a besoin de vous pour vivre?! Vous nous VAMPIRISEZ! Surtout les collectivités locales, ces machines à gaspiller l'argent public. Sans vous, la France se porterait beaucoup mieux. Voila la triste vérité. Et moi, je n'ai pas besoin qu'une petite collectivité territoriale de rien du tout me verse l'aumône! J'ai un marché, des clients, et à la vue des retards que mettent les administrations à payer leur factures, je ne m'en porte que mieux. Mais rassurez-vous, tout cela est délocalisable, et dès janvier, je ne poserai plus de problème à ces êtres-supérieurs-par-qui-tout-est-possible. Regardez donc votre orthographe!
Réponse de le 04/11/2012 à 17:06 :
@agent territorial : un jour en me rendant dans un conseil general, j'ai releve que 10 personnes venaient aider le postier a decharger 2 caisses de courrier ... Quelle productivite ! Et a 17h, tout le monde etait parti bien entendu .... Dure la journée, ils se battent pour faire quelque chose d'utile !
Réponse de le 04/11/2012 à 17:14 :
Suis d'accord avec Ben dis donc..sans les entreprises française, PME, TPE, PMI, TPI, la france des fonctionnaires s'écroule d'elle même...Quand ces derniers ne seront plus payés le 25 du mois( quoiqu'il arrive), il sera trop tard pour renverser la vapeur...le sacro-saint millefeuille étatique s'écroulera...
http://ick.li/GKm61d
Réponse de le 04/11/2012 à 17:23 :
#viking...pire..un jour j'ai croisé 2 agents municipaux sur un petit chemin d'1 mètre de large, le long de la vienne, un à gauche et un à droite du chemin pour ramasser les papiers et autres detritus...Il n'ont pas de vision a 180° les agents municipaux.?..sont 'ils borgne?....Et un troisième attendais devant le camion de la ville pour jeter les sacs remplis de detritus...Bravo!
Réponse de le 04/11/2012 à 18:59 :
les petits entrepreneurs ont vraiment un ego surdimensioné!On a l'impression que tout va s'arreter s'ils lèvent le petit doigt!C'est risible!la france tournera sans vous messieurs les futurs expatriés.Encore une précision:je doute que vous soyez accueillis a bras ouverts a l'étranger,ils ont bien d'autres soucis que vos petitsétats d'ame!
Réponse de le 04/11/2012 à 19:36 :
@agent territorial : une entreprise peut tourner sans l'administration : sana entreprise (donc sans création de richesse) , pas d'emploi et pas de recette fiscale, donc pas d'agents territoriaux !!! La fonction publique est un parasite de l'économie.
Réponse de le 04/11/2012 à 20:29 :
@agent territorial : deja le terme "agent" bien galvaudé a la francaise veut tout dire sur le cote superflu de votre fonction. Sans entreprise qui cree de la valeur, qui exporte et fait rentrer des devises etrangeres alors pas de gabegie dans les conseils generaux, conseils regionaux, chambres des metiers, culture, commerce et nawak, communaute de communes, agglomerations, metropoles .... Adieu les petits fours !
Réponse de le 04/11/2012 à 20:34 :
@agent territorial: commentaires tout à fait représentatif de ce que je dis: les fonctionnaires s'attribuent des pouvoirs staliniens parce qu'ils ont le tampon, mais ne produisent rien. Ce qui m'amène à êtrre 100% d'accord avec Lyon69. Toutefois, il est en effet vrai qu'à l'étranger, il existe des gens déjà en place tout aussi malins que les Français...et qui ont l'avantage de connaître le marché local.
Réponse de le 04/11/2012 à 20:44 :
Mais moi, ce Monsieur, il me fait sourire. J'ai transmis son commentaire aux 17 personnes qui se retrouvent à Pôle Emploi le 1er janvier. Ils vont rire... Jaune. HA HA HA! Pour ma part, je vais regarder ce pays brûler de loin. C'est sûr qu'il peut se passer des 5 millions d'euros de taxes et d'IS que je lui verse chaque année... Moi qui suis un misérable,profiteur des grands "donneurs d'ordre" d'acheter des trombonnes...
Réponse de le 04/11/2012 à 20:58 :
@Patrickb Les fonctionnaires, et surtout les "locaux" ne servent à rien. Pour ce qui est de la concurrence à l'étranger des ètrangers : bring them on! On en fera notre affaire, comme d'habitude. Enfinn, plus simplement, sans les "agents territoriaux" qui nous lettent des bâtons dans les roues
Réponse de le 05/11/2012 à 6:26 :
". C'est sûr qu'il peut se passer des 5 millions d'euros de taxes et d'IS que je lui verse chaque année.."ha!ha!ha!,t'en fais peut etre un peu trop pour etre crédible,la!Si t'étais un vrai entrepreneur tu connaitrais les vrais chiffres!ou peut etre est tu serge dassault?
a écrit le 04/11/2012 à 11:52 :
Surtout que Ayrault fasse une politique totalement de Gauche. La chute n'en sera que plus rapide.
Réponse de le 04/11/2012 à 12:22 :
vitesse grand V !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 04/11/2012 à 12:24 :
On va de le mur à toute berzingue !
a écrit le 04/11/2012 à 11:52 :
MÉLANCHON serait tres tres utile pour le développement de la Corée du Nord ! .... Je vous propose de l?expédier là bas !
a écrit le 04/11/2012 à 11:35 :
Pourquoi les idées communistes sont encore considérés comme valables en France??? Qu'ils aillent prêcher leurs conneries en Corée du Nord et autres bastions coco. On ne se sortira donc jamais de leurs balivernes qui n'ont jamais fait leur preuve!!!! Par pitié, avancez!!!!
Oubliez le communisme!!!!!
Réponse de le 04/11/2012 à 21:26 :
@surprenant: faut arrêter de mettre le communisme à toutes les sauces, les dirigeants évoqués sont des dictateurs et les dictateurs ne partagent pas, donc ils ne peuvent pas être communistes :-)
a écrit le 04/11/2012 à 11:30 :
Que MÉLANCHON soit à la tête d'une entreprise .... qu'on rigole 2 minutes !
a écrit le 04/11/2012 à 11:28 :
Hollande ne doit pas mener une politique de gauche. Il doit mener une politique pour l'emploi et pour la croissance ! Et là, les professionnels du dividende lui seront plus utiles que les restants des crypto communistes en route pour le cimetière...
a écrit le 04/11/2012 à 11:09 :
Si ce monsieur était vraiment pour une politique sociale, il serait pour la sortie de l'euro. Comme l'a bien dit Jacques Nikonoff, professeur associé à l'Université Paris VIII, porte-parole du Mouvement politique d'éducation populaire (M'PEP), ex-président d'Attac : «Aucune politique de gauche n'est possible avec l'euro ».
http://www.liberation.fr/economie/01012348580-aucune-politique-de-gauche-n-est-possible-avec-l-euro
Le reste n'est que de la mercatique politique.
Réponse de le 04/11/2012 à 14:07 :
Sortie de l'Euro = dévaluation immédiate du Franc (c'est le but) = défaut de l'État francais ( les dettes restent en Euros ) = faillite des banques francaises ( elles sont massivement investies en OAT )= perte de vos économies et de votre compte en banque ! Mais heureusement, l'État garantit les comptes bancaires. On vous donnera un assignat !
C'est con !
Réponse de le 04/11/2012 à 20:54 :
Votre réaction confirme bien ce qu' a dit Emmanuel Todd : « L'euro, c'est l?argent des riches ».
Réponse de le 05/11/2012 à 0:29 :
Un grand penseur Emmanuel Todd. Sauf qu'il s'est tellement trompé dans le passé que cela dévalue ( sic ! ) grandement ses idées actuelles.
Réponse de le 05/11/2012 à 11:05 :
@oui Mais : l'argent des riches dites vous cher ami. Vous êtres irrésistiblement drôle.
Les millions de français détenteurs d'Assurance Vie, investie à 40/50% en OAT vont apprécier votre sens de l'humour lorsque ce pays fera défaut. Mais certains voient des riches partout (surtout le voisin). Moi je vois surtout des jaloux partout.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :