Des médecins marquent leur opposition au gouvernement par la grève

 |   |  348  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Plusieurs syndicats de professionnels de la santé appelent à manifester ce lundi, et des interne et chirurgiens libéraux débutent une grève illimitée.

L'indépendance vis à vis des mutuelles et la liberté d'installation : voilà les deux principes qu'entendent défendre les praticiens internes qui se mettrons en grève ce lundi 12 novembre. Le mouvement a été décidé jeudi 8 novembre et devrait toucher l'ensemble de la France. Pour l'heure, il est difficile de dire en quelles proportions, plusieurs syndicats et organisations de médecins appellent les professionnels de santé à cesser leur activité dont le Bloc, la Fédération des médecins de France (FMF), et l'Union française pour une médecine libre (UFML) née récemment suite au succès de la page Facebook «Les médecins ne sont pas des pigeons». Toutefois, les trois syndicats majoritaires (CSMF, SML et MG France) n'appelent  pas à rejoindre le mouvement. Ils sont signataire de l'accord encadrant les dépassement d'honoraires, conclu le 23 octobre dernier sous la pression de la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Ce texte divise les professionnels de santé. Le Bloc réclame par exemple un plafond de dépassements plus élevé pour les chirurgiens, anesthésistes et obstétriciens. Les internes réclament par ailleurs que leurs temps de repos, après les 60 heures qu'ils effectuent par semaine, soient respectés.

Des blocs opératoires fermés ce 12 novembre

Ce mouvement de contestation risque de provoquer la fermeture de nombreux blocs opératoires. Interrogée sur cette initiative, Marisol Touraine assurait dimanche que "les hôpitaux seront tout à fait à même d'accueillir les malades". A l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), on indiquait que "certains services ont prévu de déprogrammer des activités, notamment des interventions chirurgicales" mais que les urgences seront assurées, au besoin par la réquisition de médecins. La grève des chirurgiens libéraux, à l'initiative du Bloc, syndicat majoritaire chez les spécialistes de bloc opératoire, va concerner 70% des cliniques privées, soit environ 700 établissements, selon la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP).

Les internes sont appelés à manifester lundi de la gare Montparnasse au ministère de la Santé (dans le 7ème arrondissement de Paris).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2012 à 20:00 :
Le manque d'effectifs dans les hôpitaux, là est le véritable problème et manque de nouvelles installations radio (Irm) en province, les attentes sont longues .Idem pour les prises de RV chez les spécialistes .
a écrit le 12/11/2012 à 18:41 :
Comment les chirurgiens rendent service a F Hollande.
Des revenus a plus de 150 000 euros en grève! Mais on va voir ce que ça donne demain: S'il faut faire un geste a gauche ce sera facile de les oublier et sinon on verra comment FH va gérer les haut revenus .
A demain
Réponse de le 13/11/2012 à 23:21 :
CE QUI EST BIEN AVEC LES SALAIRES A PLUS DE 150 000 EUROS C'EST QU'ILS SONT TAXéS A 45 POUR CENT DONC BEAUCOUP PLUS ECONOMIQUE ET RENTABLE POUR L'ETAT; QU'ILS CONTINUENT A TRAVAILLER !
a écrit le 12/11/2012 à 15:31 :
J-Marc Ayrault aurait dit mais cela reste à confirmer : "Chez nous en Loire Atlantique comme d'ailleurs chez mon ami Montebourg en Saône-et-Loire,on dit que c'est après la grève et les manifestations que l'on compte les b(l)ouses !!!
a écrit le 12/11/2012 à 15:07 :
Patients, Malades, Usagers du système de soin longtemps numéro 1 dans le monde, vous qui jusqu'alors respectiez vos médecins Français, attention à ce que vous relaye la presse, bien souvent seulement la partie emmergée de l'iceberg. Les radiologues sont les grands oubliés des négociations actuelles.

Savez-vous que seulement 10 % d'entre nous pratiquent les dépassements d'honoraire ? que les dépenses en radiologie représente 50 % des dépenses de la médecine libérale ?

Je vous laisse parcourir le tract ci après que nous diffusons :


La Radiologie est au coeur de la pratique medicale moderne. NŠavez-vous jamais passé des radiographies, une echographie, un scanner ou une IRM pour savoir ce que vous aviez ?
Ces progres technologiques ont un cout : 2 millions d Šeuros pour une IRM, 1,2 million pour un scanner, 100 000 euros pour un echographe. Vos radiologues assument donc des investissements considerables pour vous assurer une pratique medicale de haute qualite. Victimes depuis deja 6 ans de decotations successives, nous avons de plus en plus de mal a nous equiper, a nous renouveler. Savez-vous que la France est au 17eme rang europeen en termes d Šequipement radiologique, derriere la Grece et Chypre ? Savez-vous qu Šen France, il faut attendre en moyenne 30 jours pour avoir une IRM, y compris en cancerologie, contre seulement 10 jours en Allemagne ?
Les nouvelles baisses arbitraires prevues par le gouvernement vont precipiter la France dans un grave deficit sanitaire :
fermeture des cabinets de proximite qui ne pourront plus rentrer dans leur frais. Voulez-vous faire 100km pour le depistage du cancer du sein ou pour le diagnostic de l Šappendicite ?
- Non renouvellement du plateau technique avec des machines de moins en moins nombreuses et de plus en plus vetustes. Ou et dans quelles conditions irez-vous passer vos examens ?
- Arret de lŠinnovation medicale et des therapeutiques non invasives, qui necessitent temps et competences. Voulez-vous retrouver la medecine dŠil y a 20 ans, quand on diagnostiquait les cancers systematiquement trop tard ?
- Multiplication des examens, sous la pression de la productivite, en liberal comme a lŠHopital. Voulez-vous nŠetre quŠun chiffre dans une liste dŠattente ?
Nous appelons les pouvoirs publics a ne pas prendre de decisions irraisonnees basees uniquement sur une analyse a tres court terme. Savez-vous que le bon examen dŠimagerie, bien realise et bien interprete, permet dŠeviter les errances diagnostiques et raccourcit les durees d¡Šhospitalisation ?
LŠobjectif ne doit pas etre dŠeconomiser dans lŠurgence, mais de preserver et faire progresser la qualite de la prise en charge des patients, pour laquelle la Radiologie joue un role central.
Une Radiologie de qualite est source dŠeconomies pour la Societe !

communiqué de l'UNIR.

Mon exemple est celui d'un interne de Radiologie en fin de cursus, je vais bientôt devoir faire des choix afin de m'installer.

La problèmatique actuelle me laisse comme choix :
-Passer paradoxalement en secteur 2 et pratiquer des dépassements
-Pratiquer une radiologie low cost avec les licenciments de personnel que cela implique (et oui nous sommes aussi de petites entreprises qui créent de l'emploi !)
-M'installer à l'étranger en dernier recours...

Alors le débat actuel, doit être bénéfique avant tout pour vous patients ! Ce n'est pas en affrontant les médecins de front que les solutions se feront, pesez plutôt sur vos élus. Des sociétés savantes existent, notre ministère peut les consulter et pratiquer des decotations d'acte raisonnées et des revalorisations d'autres actes en fonction du service médical rendu ! Encore faudrait-il que nos élus comprennent la pratique quotidienne de la médecine moderne !

Créons ces solutions ensemble plutôt que de nous lancer dans un conflit menaçant notre système de soin qui pourrait imploser très rapidement au vu du contexte économique actuel.

A bons entendeurs
Réponse de le 13/11/2012 à 11:08 :
l'avenir de la radiologie libérale : des groupes financiers qui achètent des IRM par dizaine avec des remises, des hangars avec 3- 4 IRM et optimisation fiscale dans des zones franches et un radiologue roumain derrière un pupitre qui fait de l'abattage. Un peu comme pour la biologie libérale, regardez la révolution en qq années. Pour eux (les groupes financiers) ça roulera. Les actes mal payés et qui consomment du temps médical , ce sera pour les médecins français à 50 euros l'échographie de l'abdomen. Surtout ne perdez pas votre secteur II (c'est irrémédiable) le jour de votre installation. Les gens accepteront de payer pour la qualité
Réponse de le 13/11/2012 à 22:01 :
Le revenu moyen d'un radiologue est de près de 217 000 euros par an ! Je parle bien des revenu? c'est à dire une fois les frais enlevés. De qui se moque t on ? Ils sont payés à ce tarif par la sécu, c'est à dire par une fraction de nos salaires... Et pour exercer un métier protégé par un numerus clausus pour éviter de se faire concurrence entre eux et baisser leurs revenus. Ce n'est certainement pas pour moi les premiers a plaindre. Quand on est payé a ce niveau par l'argent public il faudrait au moins avoir un peu de décence avant de se plaindre de sa situation.
Réponse de le 14/11/2012 à 14:05 :
1.2M pour un scanner...parceque Philips sait que c'est un financement semi-public. C'est bien moins chers ailleurs.
a écrit le 12/11/2012 à 14:44 :
L'avenir est au contrat privé. J'ai moi même un contrat privé qui prend en charge 100% de mes dépenses de santé, cela me revient bien moins cher que votre sécu merdique qui ne rembourse presque plus rien... mais laisse toujours la part belle aux "vacances maladie" ... Au moins, moi je sais pourquoi je paye et ce que je paye.
a écrit le 12/11/2012 à 12:26 :
Le Val de Grâce est ouvert à tous, agréé et conventionné comme les autres hôpitaux militaires, il est accessible à l'homme de la rue. En pus, il dispose de la possibilité d'assurer la sécurité / confidentialité de patients dits "VIP".
L?Hôpital Américain de Paris est un établissement de santé privé à but non lucratif, agréé mais non conventionné par l?assurance maladie. C'est moins accessible mais pas la preuve d'une médecine meilleure.
Ces statuts n'ont rien à voir avec une confiance dans la médecine
a écrit le 12/11/2012 à 11:46 :
Nos édiles filent au Val de Grace ou à l'hôpital Américain (le dernier en date, Fillion...) quant ils ont un bobo! N'est-ce pas là la preuve qu'ils n'ont aucune confiance dans la médecine à laquelle ne peut que recourir l'homme de la rue?
Réponse de le 13/11/2012 à 22:07 :
Ils n'ont pas de meilleurs médecins mais des chambres particulières bien plus confortables ou luxueuses que dans d'autres établissements. La différence de tarif se fait sur ces "plus "
a écrit le 12/11/2012 à 11:29 :
Ah! je regrette les époques où le médecin pensait avant tout à son malade.. Maintenant si vous êtes malade à partir d'environ 22 heures, vous devez aller aux urgences et là, c'est le début d'une longue attente car, bien sûr, il y a du monde et pas assez de personnel. Maintenant on préfère s'enrichir que de faire son métier avec amour mais quelques uns sortent du lot et heureusement cependant il y en a de moins en moins...
Réponse de le 13/11/2012 à 22:15 :
Vu les revenus des médecins cette profession n'attire plus les personnes qui ont la vocation et le désir d'aider les autres ( ceux là on les retrouvent davantage à l'hôpital ou dans des associations. ) mais de jeunes gens issus majoritairement de milieux aisé, souvent fils ou filles de médecins ou autres professions libérales et qui sont attirés par l'argent. Quant la sécu ne leur verse pas assez pour eux, ils se prennent des dépassements ou des dessous de table.
Que la sécu (c'est a dire nous tous) les paye moins et on reverra venir les personnes plus intéressées par la profession que par l'argent
a écrit le 12/11/2012 à 10:54 :
Le systeme libéral sur adossement de fonds public a vecu. Ils doivent choisir l'un ou l'autre. Tarifs libres mais 100% a la charge du "client" ou adossé a la secu mais en suivant les regles sociales. Le pays n'a plus les moyen de cette medecine donc ils vous faut reduire vos pretentions.
a écrit le 12/11/2012 à 10:49 :
Cette caste de médecin comme enseignant qui se plaignent comme des enfants gâtés au père de l'état français, qui sont sur d'être payés à la fin du mois, sont-ils conscients des salaires et des conditions de travail dans " le privé " de la majorité des français ?
"Les traders de la médecine" n'ont -ils plus de morale envers leur malade " les intouchables " seul compte de maximiser les profits ?
a écrit le 12/11/2012 à 10:39 :
Oh ! Les pauvres médecins, vraiment je vous plains, la misère est sur votre dos. Les jeunes médecins qui commencent leurs carrières sont rémunéré à des tarifs dérisoires. Beaucoup de jeunes chômeurs, les malheureux travaillent maintenant comme intérimaires dans les hôpitaux et certains comme des mercenaires, ils recherchent la meilleure rémunération. Le contrôle annuel obligatoire par la médecine du travail leur fait perdre encore un temps plus que précieux. Je suis de tout c?ur avec ces grands malades qui nous soignent.
a écrit le 12/11/2012 à 10:13 :
Pourquoi les smicars seraient les seuls à se serrer la ceinture ..... Et pour vous la reconnaissance passe par l'argent et si vous manifestiez pour qu'il y ait plus de jeunes en formation pour vous soulager non ????
a écrit le 12/11/2012 à 9:55 :
Avec des tarifs bloqués depuis 30 ans et des journées de travail chargées ,les médecins sont proches du burn out.Il n'est plus possible de travailler et de soigner correctement.La preuve tous les matériels renouvelés en particulier les scanners sont moins performants qu'il y a 5 ans au détriment des patients.
Réponse de le 12/11/2012 à 10:49 :
Ils me feraient presque pleurer ...
Réponse de le 13/11/2012 à 22:21 :
Si votre situation est si difficile, changez de métier. Et si vous voulez conserver un métier protégé du chômage, devenez enseignant ou policier. Vous verrez si c'est mieux payé d'éduquer les enfants ou d'assurer la protection de vos concitoyens.
a écrit le 12/11/2012 à 8:08 :
Mince, Michel (chirurgien) ne pourra pas changer son X5 cette année et il avait promis à Sandrine (sa femme) de lui acheter la nouvelle cooper ''S'' après leurs vacances de Noël à saint-domingue. Tant pis il faudra attendre les vacances de février après Courchevel.
Réponse de le 12/11/2012 à 9:47 :
Si c'est tellement bien faites médecine tapez vous des heures de boulot et des proces et on verra apres!
Réponse de le 12/11/2012 à 10:10 :
Ouh la la surtout pas!! Je ne pourrais pas faire ce métier. Mes convictions écolos m'empecheraient d'acheter un 4x4 et je ne suis pas un fan de ski.
Réponse de le 12/11/2012 à 10:17 :
Mais personne ne vous a forcé à faire médecine avec les risques que cela comporte....
Réponse de le 13/11/2012 à 22:27 :
@ ah bon : vous faites beaucoup d'heures, c'est sur mais vous n'êtes pas le seul dans ce cas. Avec une différence toutefois : plus vous faites d'heure? plus vous gagnez d'argent alors que de nombreux cadres d´entreprises font des heures le soir ou le week end juste pour garder leur boulot dans un contexte hyper concurrentiel.
a écrit le 12/11/2012 à 7:42 :
Les vieux carabins veulent bosser de moins en moins et ne rien perdre en rémunération et multiplient les embauches de jeunes qui ne gagnent plus correctement leur vie et font le boulot. Mais c'est pareil partout !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :