Les entrepreneurs proposent aussi leur pacte de compétitivité

 |   |  650  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Lors de la conférence annuelle des entrepreneurs qui se tient ce lundi à Bercy, Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie a reçu de la part des entrepreneurs une proposition de Pacte de Confiance Entrepreneurial (PCE). Il contient trois propositions intégrant une vingtaine de mesures. Ses ambitions sont les suivantes : mettre la culture entrepreneuriale au cœur du modèle éducatif et social, développer l'écosystème entrepreneurial français et dynamiser le financement des PME. Jérome Cahuzac, le ministre du Budget a déjà retoqué certaines des mesures présentées.

Louis Gallois n?est pas le seul à avoir des idées pour redresser la compétitivité de l?économie tricolore. Lors de la conférence annuelle des entrepreneurs qui s?est tenue ce lundi à Bercy, Pierre Moscovici, le ministre de l?Economie a reçu de la part des entrepreneurs une proposition de Pacte de Confiance Entrepreneurial (PCE), qui s'étendrait sur les dix prochaines années. Celui-ci contient trois propositions, chacune d?entre elles étant constituée d?une série de mesures.

Trois propositions, une vingtaine de mesures

La première proposition consiste à mettre la culture entrepreneuriale au c?ur de notre modèle éducatif et social. Comment? En reconnaissant à l'entrepreneuriat un rôle de «moteur de prospérité économique et sociale, et dans la création d'emplois». Elle plaide aussi pour une nécessaire valorisation de la réussite des entreprises françaises et des parcours de leurs entrepreneurs ainsi que pour l'intégration de la culture entrepreneuriale à tous les stades de l'enseignement. Espérons qu?ils aient mis en copie Vincent Peillon, le ministre de l?Education!
Intitulée «Développer l'écosystème entrepreneurial français», le deuxième proposition suggère de dispenser l'éducation et la formation permettant d'acquérir un état d'esprit d'entrepreneurial via la création d?un statut de l'entrepreneur, la mise en place d?un Small Business Act. Les entrepreneurs veulent également que la transmission soit conçue comme une phase de développement clé pour que l'entreprise et que se développe une culture de solidarité et de co-traitance. Systématiser le mentorat pour les entrepreneurs, simplifier et stabiliser le cadre législatif, réglementaire, fiscal sont également recommandés.

Dynamiser le financement des PME

La troisième proposition a pour objectif de dynamiser le financement des PME grâce notamment à une meilleure orientation de l'épargne des Français. Un point que partage Pierre Moscovici. Lors de l?ouverture de la conférence annuelle, le ministre de l?Economie a déclaré qu?il souhaitait que cette épargne soit détenue plus longtemps et fléchée vers les entreprises. Considérant que la classe politique n?était pas toujours au fait du quotidien des entrepreneurs, ceux-ci proposent également d'inviter chaque mois un ministre, un président de conseil régional ou général, un parlementaire, un haut fonctionnaire à passer un jour dans une PME pour comprendre et dialoguer.

Les politiques et les entrepreneurs parlent-ils la même langue ?

Interrogé sur ce point, ce décalage entre le monde réel des chefs d?entreprises et la perception que ces derniers accordent aux hommes politiques, Jérome Cahuzac, le ministre du Budget a été clair. «Le gouvernement compte de nombreux élus qui sont parfaitement au courant du quotidien des entrepreneurs des territoires. Je dois ajouter que la méconnaissance est bi-latérale. Les chefs d'entreprise connaissent aussi très mal les contraintes auxquelles doivent faire face les hommes politiques. Et ce n'est pas parce que nous sommes pas d'accord sur tout, que nous ignorons le fonctionnement d'une entreprise», a-il déclaré.

Jérome Cahuzac ne veut pas d?un Conseil National d'Orientation composé d'entrepreneurs

Quant à la suggestion de mettre en place un Conseil National d'Orientation composé d'entrepreneurs chargé de donner un avis sur l'impact économique des lois et décisions du gouvernement sur les entreprises, imitant le modèle allemand, le ministre du Budget a opposé une fin de non-recevoir polie et directe. «La France compte déjà un millier d?institutions qui donnent leur avis sur la politique de l?Etat. Les chefs d'entreprises ont déjà l?occasion de s?exprimer dans un certain nombre d?entre elles. Par ailleurs, en tant que ministre du Budget, j?estime que la création d?une nouvelle structure aurait un coût que nous préférons éviter de supporter actuellement», a expliqué Jérome Cahuzac.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2013 à 15:12 :
bonjour quelle demarche a faire pour postuler pour un emploi en auvergne je suis un jeune de 21ans avec le bac stg communication s il vous plait renseigner moi
a écrit le 12/11/2012 à 20:22 :
Test
a écrit le 12/11/2012 à 18:58 :
80% des boites sont des TPE auxquels ni Cahuzac ni les "experts" de gauche ou de droite ne comprennent quelque chose ou si ils "comprennent", c'est toujours pour enrichir indirectement la famille.... Ce qui est dommage, c'est que 80% des salariés sont dans ces boites. La perte de temps récurrente avec l?administration, par exemple, Cahuzac ne connait pas, le recrutement, il ne connait pas, l'URSSAF, il ne connait pas, etc Il croit être sorti de la cuisse de Jupiter, il est au même niveau qu'un Montebourg en train de faire un cours d'entreprise aux copains de Parisot à l?université du MEDEF et il est ... pathétique. Quand aux bras cassés qui composent le parlement, ce n'est pas "populiste", c'est juste la triste réalité.
a écrit le 12/11/2012 à 18:38 :
"Le gouvernement compte de nombreux élus qui sont parfaitement au courant du quotidien des entrepreneurs des territoires. Je dois ajouter que la méconnaissance est bi-latérale. Les chefs d'entreprise connaissent aussi très mal les contraintes auxquelles doivent faire face les hommes politiques. Et ce n'est pas parce que nous sommes pas d'accord sur tout, que nous ignorons le fonctionnement d'une entreprise"

C'est ce qu'on appelle être méprisant. Outre le fait que son affirmation est totalement fausse (à part - à la limite - Yamina Benguigui qui était cinéaste, ce sont tous ces politicards professionnels, aucun n'ayant travaillé dans une entreprise), Cahuzac retourne totalement l'ordre des choses : c'est au gouvernement d'être au service des Français, pas aux Français d'être au service du gouvernement. C'est au gouvernement de créer les conditions propices à la libération des énergies, pas aux entrepreneurs de se demander ce qui facilite la vie des politiques. Pire, Cahuzac prend l'ignorance de la vie politique des entrepreneurs comme prétexte pour ne pas essayer de les écouter. C'est tout simplement honteux. Il foule du pied la fonction ministérielle.

Ce gouvernement me donne envie de vomir.
a écrit le 12/11/2012 à 18:29 :
Tout est dit.
a écrit le 12/11/2012 à 17:12 :
Les syndicats patronaux donnent déjà leur avis sur les mesures prises par le gouvernement concernant les entreprises. Le problème est qu'ils ne sont pas entendus. Il n'est bien entendu impossible de faire entendre un sourd qui ne veut pas entendre. Seul le vote populaire compte, mais le peuple ne connait rien à l'économie et rêve d'être fonctionnaire. Question de culture qui prolonge au niveau du gouvernement et du président.
a écrit le 12/11/2012 à 17:04 :
«Le gouvernement compte de nombreux élus qui sont parfaitement au courant du quotidien des entrepreneurs des territoires" : Jérome Cahuzac est tellement imbu de sa personne, lui qui n'a JAMAIS travaillé dans une entreprise, qu'il affirme mieux savoir que les entrepreneurs ce qui est bon pour eux !! .. et le pire, c'est qu'il croit ce qu'il affirme !!! .. qui a dit qu'il ferait le bonheur de son peuple malgré lui : Lénine ?staline?Mao?Pol pot ?? j'ai un trou de mémoire ..!
a écrit le 12/11/2012 à 17:04 :
«Le gouvernement compte de nombreux élus qui sont parfaitement au courant du quotidien des entrepreneurs des territoires" : Jérome Cahuzac est tellement imbu de sa personne, lui qui n'a JAMAIS travaillé dans une entreprise, qu'il affirme mieux savoir que les entrepreneurs ce qui est bon pour eux !! .. et le pire, c'est qu'il croit ce qu'il affirme !!! .. qui a dit qu'il ferait le bonheur de son peuple malgré lui : Lénine ?staline?Mao?Pol pot ?? j'ai un trou de mémoire ..!
a écrit le 12/11/2012 à 15:51 :
"un coût que nous préférons éviter de supporter actuellement», a expliqué Jérome Cahuzac.
Et ces commissions + tous ces rapports commandés aux copains gauchots ils n'ont pas un coût ??
a écrit le 12/11/2012 à 15:42 :
appel au peuple a vider toutes les economies des banques
a écrit le 12/11/2012 à 14:42 :
si le ministre dit vrai il reconnait un beau gaspillage quand il parle de mille institutions en tant que ministre il devrait faire des propositions pour en supprimer la moitié avec mille il n'y a même pas de dialogue chacun braille ou manisfeste dans sont coin mais rien n'avance
a écrit le 12/11/2012 à 14:23 :
pour la competitivité il faudrait que les investisseurs, les entrepreneurs, et les consommateurs retrouvent la confiance perdue si rapidement par françois h avec ses déclarations intempestives d'avant la presidence( je hais les riches, mon ennemi c'est la finance,...) et ses premieres mesures: une taxe par jour pendant 6 mois. Une seule solution pour cela: sa démission
Réponse de le 12/11/2012 à 14:50 :
@confiance ou s'il veut sortir la tête haute ,avoir le courage d'organiser un référendum pour supprimer le sénat,la moitié des députés,des communes etc etc l'occasion pour faire passer la loi sur le non cumul des mandats

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :