Pacte de compétitivité : Laurence Parisot veut accélérer le mouvement

Lors du premier débat de la conférence annuelle des entrepreneurs, la présidente du Medef a demandé à Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie, de rendre disponible le crédit impôt compétitivité emploi (CICE) dès le premier trimestre 2013.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)

Invité à inaugurer la cinquième conférence annelle des entrepreneurs qui se déroule simultanément au quatre coins du monde, Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie a immédiatement été mis devant ses responsabilités. Lors du premier débat de la journée, Laurence Parisot, la présidente du Medef a rappelé les difficultés auxquelles étaient confrontées les entreprises françaises. «Selon nos estimations, 70.000 entreprises pourraient mettre la clé sous la porte cette année», a-t-elle déclaré. Un chiffre proche du triste record des défaillances observé en 2008. selon un sondage réalisé par IPSOS auprès des entrepreneurs à fort potentiel de croissance de la communauté OSEO Excellence et dévoilé ce lundi, un entrepreneur sur deux juge son entreprise moins compétitive que ses concurrents étrangers.

« C'est la raison pour laquelle le pacte de compétitivité doit être très rapidement mis en place. En particulier, il faut absolument que les entreprises puissent compter sur le crédit d'impôt compétitivité et emploi [CICE] dès le premier trimestre 2013. Le timing est important car les entreprises sont actuellement en train d'élaborer leur budget 2013. Elles doivent avoir un maximum de visibilité et de garanties si l'on veut que leurs prévisions d'activité, d'emplois, d'export soient les plus optimistes possibles», a expliqué Laurence Parisot.

Pierre Moscovici un peu évasif

Interrogé sur la date de la présentation au Parlement de cette mesure, Pierre Moscovici n'a pas donné de réponse fixe. «Je suis également favorable à une accélération du mouvement. Le CICE devrait être voté avant la fin de l'année, ou au début de l'exercice 2013», a-t-il répondu.

Pour le Medef, il est trop tard pour exiger des conditions

Pour mémoire, le CICE, dont le montant pourrait atteindre 20 milliards d'euros cumulés sur trois ans, consiste à accorder une réduction d'impôt aux entreprises qui payent l'impôt sur les sociétés, ou un remboursement d'impôt à celles qui n'en payent pas. Grâce à ce dispositif, les entreprises éligibles au CICE pourraient réduire leur charge fiscale, directe et indirecte, et se renflouer en trésorerie.

Une seule condition d'éligibilité est exigée par l'exécutif : l'emploi. Autrement dit, le dispositif de réduction d'impôt sera indexé sur la masse salariale de l'entreprise. Plus celle-ci emploie de salariés en France, plus le crédit d'impôt progressera.

Une conditionnalité qui irrite Laurence Parisot. «Il est trop tard pour demander des contreparties. La situation est trop désespérée pour beaucoup d'entreprises. En revanche, nous sommes favorables à la mise en place d'un comité de suivi, qui ferait ses contrôles plus tard, dans un an, par exemple», a-t-elle précisé.
 

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 12/11/2012 à 20:10
Signaler
Le bon sens indique clairement que le vrai problème est la mondialisation, l eradication de toutes protections douanieres aux portes de l europe et meme entre pays europeen. Il est evident que les productions et services des societes francaises ne s...

le 16/11/2012 à 19:18
Signaler
Le bon sens se trompe comme souvent. Les entreprises françaises peuvent être compétitives face à des pays avec des salaires bien plus faible à condition d'être innovantes. L'Allemagne, je vous rappelle mon cher Melkom, enregistre un excédent commer...

à écrit le 12/11/2012 à 16:57
Signaler
La seul et unique compétitivité qui pourrait avoir un effet sur notre économie (sans l'étouffer) c'est la dévaluation.. mais avant que quelqu'un ne le dise on peut toujours attendre.

à écrit le 12/11/2012 à 13:23
Signaler
On ne peut plus attendre 2014 Rien ne s'est passe au 2• semestre 2012 Il y a grande urgence pour les entreprises et les gens qui paient des impôts

à écrit le 12/11/2012 à 13:23
Signaler
On ne peut plus attendre 2014 Rien ne s'est passe au 2• semestre 2012 Il y a grande urgence pour les entreprises et les gens qui paient des impôts

à écrit le 12/11/2012 à 13:16
Signaler
Solutions à la crise, compétitivité industriel/développement durable ! J?propose depuis +20ans ces projets : Députés Sénateurs Gouvernants Elus Multinationales médias etc. Des milliers courriers, pas de réponse, ils ne veulent pas savoir si mes proj...

à écrit le 12/11/2012 à 13:06
Signaler
ce pacte est un leur ,ce qu'il faut c'est une réduction des charges sociales ,de suite Liés une condition de masse salariale ne correspond pas à la réalité ou au besoin ,il n'est pas possible d'embaucher si l'entreprise est en difficulté

à écrit le 12/11/2012 à 13:02
Signaler
lui il était pas contre la hausse de la tva???? des menteurs des tricheurs des manipulateurs!!!!!

le 12/11/2012 à 13:15
Signaler
je n'ai pas l'impression que vous fassiez progresser un éventuel échange d'idées...

à écrit le 12/11/2012 à 13:01
Signaler
elle a raison la crise c'est maintenant et ce gouvernement d'imcompétant prends des mesurespour 2014!!!!!! cherchez l'erreur...... merci au ps d'augmenter les impots pour payer les retraites et d'employer a nouveaux des fonctionnaires!!!!!!! et oui l...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.