L'automédication peut-elle sauver la Sécu ?

Sur un an, les ventes du secteur ont progressé de 4,7% en septembre 2012 selon une étude du cabinet IMS Health. L'automédication représente désormais 6% du chiffre d'affaires des officines. Si cette tendance devait se poursuivre, la Sécu pourrait faire de belles économies. Les médecins sont vent debout.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Les Français sont-ils en train de se passer progressivement des médecins ? Selon une étude du cabinet IMS Health, le leader mondial des études et du conseil pour les industries du médicament et les acteurs de la santé, publiée ce vendredi, le secteur de l'automédication composé des médicaments achetés sans ordonnance a progressé de 4,7% sur un an en septembre pour dépasser légèrement les 2 milliards d?euros. Il atteindrait désormais 6% du chiffre d'affaires des officines.

Un levier de croissance économique pour les pharmaciens

"L'automédication décolle" et "commence à rentrer dans la culture française. Elle représente aujourd'hui, et encore plus demain, un véritable levier de croissance économique pour le pharmacien dans un contexte difficile ", a déclaré vendredi Pascal Voisin, le directeur OTC (pour over the counter) d?IMS Health lors d'une conférence de presse.
Selon lui, cette progression du marché s?explique en partie liée par les déremboursements des spécialités mais elle reposerait aussi sur "une vraie dynamique" des différents secteurs de l'automédication qui "joue à son échelle un rôle de protection économique"

Ce dynamisme du secteur intervient alors que "l'officine est aujourd'hui dans une situation économique assez difficile: son chiffre d'affaires stagne depuis trois ans et la marge brute stagne", a confirmé Claude Le Pen, professeur d'économie à Paris Dauphine. "L'officine fait face à un défi sans précédent avec un marché pharmaceutique en recul, des régulations plus strictes (...) et une concurrence accrue réelle de la parapharmacie", a poursuivi l?économie. Parmi les « blockbusters » du secteur, on peu citer Doliprane de Sanofi qui détient une part de marché de 4,3% ainsi que les marques ayant accès à la publicité grand public (Humex, Efferalgan, Oscilococcinnum, Strepsils).

Des économies pouvant aller jusqu?à 1,5 milliard d?euros par an

Selon des calculs récents de l?Association française de l'industrie pharmaceutique pour une automédication responsable (Afipa), le principal lobby de ces secteur en plein essor, la Sécurité sociale pourrait économiser jusqu?à 1,5 milliard d?euros si elle permettait à 114 molécules aujourd?hui prescrites par un médecin dans le cadre d?une consultation payante pour soigner des pathologies courantes - migraines, rhinite, infections mineures? - d?être disponible sans ordonnance. Ceci dit, il faudrait que le nombre de médicaments disponibles sans ordonnance explose pour permettre un redressement des comptes de la Sécu. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2013 anticipe un déficit de 11,4 milliards d'euros du régime général l'année prochaine.

Qu?en pensent les médecins. A votre avis ? Sans surprise, ils sont vent debout contre cette pratique. « La CSMF rappelle que la consultation médicale et la délivrance de prescription relèvent des seuls médecins (...) La prescription de médicaments n'est jamais anodine et doit être précédée d'un examen médical permettant d'établir un diagnostic et donc une prescription. Les rôles des médecins et des pharmaciens sont définis et complémentaires, mais ne doivent pas être confondus. Si les pharmaciens ont naturellement vocation à jouer un rôle de conseil dans la délivrance des médicaments en vente libre afin d'éviter le développement d'une automédication sauvage et dangereuse, en revanche, il faut éviter l'amalgame entre conseil et consultation médicale », a récemment expliqué le syndicats de médecins dans un communiqué de presse après avoir décidé de?engager des poursuites contre une campagne de communication menée par un groupement d'officines qui présentait le pharmacien comme étant « le professionnel de santé le mieux placé pour apporter une solution adaptée ».

Les mentalités évoluent

Reste que les esprits évoluent. Un sondage TNS Sofres commandé par Mondial Assistance et dévoilé le 12 octobre indique que près d'un quart des Français auraient jugé après coup inutile un déplacement chez son médecin. autre enseignement, deux tiers d'entre eux considèrent qu'un service de conseil médical à distance pourrait, dans certains cas, remplacer une consultation chez un médecin.


 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 26
à écrit le 03/12/2012 à 9:26
Signaler
Ce qui peut sauver la sécu, une taxation sur l'alcool, et sur la plus-value des grands millésimes ! Quant à l'auto-médication, cela fait belle lurette que ça existe, ne serait-ce que les vieux bons remèdes de grand-mère . Le gvt dit de gauche devrait...

à écrit le 02/12/2012 à 9:51
Signaler
Je n'appartiens absolument pas au milieu médical de près ou de loin, mais l'automédication, j'en fais aussi pas mal, parce que dans 75% des cas, mon mari, mes fils où moi, on attrape toujours la même chose : le gros rhume, et on se soigne toujours de...

le 02/12/2012 à 16:46
Signaler
Vous voulez que plus personne ne fasse médecin en france en les obligeant à aller dans les coins perdus, les trous du ;; ;du monde. Un français n'est pas un canadien..

le 03/12/2012 à 9:29
Signaler
on devrait ,avant tout,payer correctement les médecins. De même sanctionner les absences abusives de nombreux personnels.

à écrit le 01/12/2012 à 16:10
Signaler
Réponse @docteur42 : On est bien d'accord, le pharmacien n'est pas formé au diagnostic, et il ne pourra JAMAIS remplacer un médecin. Mais contrairement à ce que pensent certains médecins, vous n'êtes pas formés aux médicaments et vous ne pourrez jama...

le 03/12/2012 à 22:23
Signaler
Et des brebis galeuses chez les pharmaciens, il y en a pas mal....... !! Jamais plus je ne ferai confiance à un pharmacien ! Responsable des ordonnances le pharmacien ? Pourquoi l'Agréal, qui ne devait être délivré que durant 3 mois selon le Vidal, a...

le 05/12/2012 à 2:50
Signaler
Citez moi des vendeurs qui ont un doctorat, qui ont fait 6 ans d'études difficiles après le bac, et qui ont réussi le même concours que les médecins pour pouvoir être admis dans leur cursus. Vous ne trouvez pas ?? C'est normal, ça n'existe pas. Les p...

à écrit le 01/12/2012 à 12:29
Signaler
Si une chose doit sauver la sécu ce ne sera certainement pas l'automédication. Pour la simple et bonne raison que malgré les efforts faits depuis 15 ans sur les médicaments (baisse de prix, déremboursements, augmentation du taux de génériques délivré...

à écrit le 01/12/2012 à 11:29
Signaler
Petit point de vue médical donc partisan et intéréssé bien sur ! 1- le pharmacien est certes spécialiste du médicament mais il n'est en aucun cas formé au diagnostic . hors il faut avant tout ,il me semble , commencer par là . identifier une maladi...

à écrit le 01/12/2012 à 10:38
Signaler
Pourquoi aller voir un médecin financièrement incité par la CNAV à prescrire le minimum de médicaments pour des maladies basiques ; le pharmacien assure parfaitement son rôle et 23? sont économisés sur le budget de la Sécurité Sociale. Pourquoi acce...

à écrit le 01/12/2012 à 1:01
Signaler
@jmdoc : Les médecins font des études poussées en pharmacologie ??? AHAHAH, la bonne blague ! 60h de pharmacologie dans le cursus des études de médecine, contre plus de 1000h dans le cursus des études de pharmacie... Je pense que ça se passe de comme...

le 01/12/2012 à 7:43
Signaler
Absolument d'accord: un peu de bon sens ça c'est assez rare sur ce forum... Je précise tout de suite pour les trolls de service que je suis informaticien donc ni medecin, ni pharmacien! Bon début de W-E à tous :-)

à écrit le 30/11/2012 à 20:57
Signaler
Chacun son métier : les médecins ne vendent pas de médicament alors qu'ils ont fait des études poussées de pharmacologie. Pourquoi les pharmaciens joueraient-ils au docteur alors qu'ils n'examinent pas les patients ?...pour augmenter leur chiffre d'a...

à écrit le 30/11/2012 à 18:38
Signaler
Mais pourquoi vouloir à tout prix sauver la sécu, ce monstre hérité des délires marxistes du CNR qui met quotidiennement en danger la vie des Français ?

le 30/11/2012 à 20:52
Signaler
Pensez vous que se passer de la capacité de se faire soigner même lorsque les coûts dépassent ses capacités financières propres soit moins dangereux pour la santé ? Je ne suis pas votre raisonnement.

le 30/11/2012 à 21:51
Signaler
"ce monstre ... qui met quotidiennement en danger la vie des Français ?" C'est pour cela que nous vivons de plus en plus vieux ? Vous parlez de la vie financière ou de la vie physique ? Je consulte en moyenne un généraliste tous les 5 à 7 ans, et me ...

le 30/11/2012 à 23:11
Signaler
"Se faire soigner même lorsque les coûts dépassent ses capacités financières propres" : ça s'appelle l'assurance et ça fonctionne pour tous les secteurs économiques, y compris la santé, avec des assureurs en concurrence. Il n'y a évidemment pas besoi...

le 01/12/2012 à 11:35
Signaler
Quel détournement ? Insinuez vous des comportements illégaux ? Si vous avez un début de preuve donnez le...

à écrit le 30/11/2012 à 18:35
Signaler
Les médicaments à effet thérapeutique insuffisant comme ils disent, pourquoi sont-ils toujours présents en pharmacies ? Parce qu'ils ont eu une AMM mais qu'on a fini par "se rendre compte" (à voir quels sont les critères : les remplacer par plus cher...

à écrit le 30/11/2012 à 16:29
Signaler
L'automédication , , est selon les cas , bénéfique ou dangereuse Elle ne devrait être appliquée que pour des maladies très courantes et habituelles , telles ,par exemple ,un simple rhume dont les malades devraient être quasi sûrs et après v...

à écrit le 30/11/2012 à 16:19
Signaler
L'automédication est un bon moyen pour le patient d'éviter les "traders de la médecine qui ne pensent que profits" et enfin libéraliser la distribution des médicaments en dehors des pharmacies sera tout bénéfice pour la sécurité sociale et le malade.

le 30/11/2012 à 16:40
Signaler
Libéraliser la distribution ferait exploser le trou de la sécu. On assisterait à des publicités pour des médicaments, l'offre créerait sa demande et les remboursements de la sécurité sociale augmenterait en même temps que la demande de médicament. D...

le 30/11/2012 à 17:59
Signaler
Arrêtons d'infantiliser les gens. Le pharmacien est là pour conseiller, tout à fait d'accord, mais il reste de trop de nombreux médicaments interdits à la vente sans ordonnance . Le lobby des médecin joue sur l'argument sécurité pour empêcher la vent...

à écrit le 30/11/2012 à 16:13
Signaler
le déremboursement de medicaments inutiles est certainement aussi pour beaucoup dans cette "automedication". Apres je ne suis pas certain que la femme qui est allé s'acheter son "veinotonique" desormais en automedication, n'ira pas consulter son mede...

à écrit le 30/11/2012 à 16:06
Signaler
pas de medicament c'est encore mieux pour la sante et l'assurance maladie. Reste le probleme du certificat medical d'absence: au travail, à l'ecole, à l'université

le 30/11/2012 à 17:34
Signaler
Pour le certificat, on doit pouvoir trouver ça sur le Net, mais bon, c'est pas remboursé

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.