Ayrault promet de financer sans impôt son plan pauvreté

 |   |  635  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le plan pauvreté, qui répsenterait 2,5 milliards d'euros en 2017, serait financé par économies budgétaires

Jean-Marc Ayrault a assuré lundi à l'issue d'un comité interministériel contre les exclusions que l'effort prévu de 2,5 milliards d'euros d'ici 2017 serait financé par des "redéploiements" budgétaires et non par un "impôt supplémentaire".
Le Premier ministre a présidé lundi après-midi à Matignon un comité, en présence de plusieurs ministres, au cours duquel ont été confirmées des mesures annoncées en décembre, ainsi que la nomination de l'ex-secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, pour assurer le suivi du plan.
Ce plan, qui prévoit un effort de 2,5 milliards d'euros "à l'horizon 2017" sera financé par une "montée en puissance qui sera bien entendue inscrite dans notre budget", a précisé M. Ayrault lors d'une conférence de presse. Ces mesures ne "viendront pas aggraver le déficit public mais font partie des choix à faire", a ajouté le chef du gouvernement à l'issue de ce comité interministériel.
Un effort de "plusieurs centaines de millions d'euros" devrait être accompli dès 2013. Jean Marc Ayrault  n'en a pas précisé le montant exact: "certaines dispositions prenant leur effet en septembre" a-t-il déclaré. "On n'est pas en année pleine", a-t-il ajouté.
Il n'y aura "pas d'impôt supplémentaire (...) pas de nouveau prélèvement", a martelé le premier ministre. "C'est simplement à l'intérieur du budget que nous faisons des choix".

Le détail des mesures

Matignon a détaillé dans un communiqué les principales mesures adoptées :
- L'engagement d'un rattrapage du niveau du RSA socle (le RSA versé aux personnes sans aucun travail), de 10%, hors inflation, d'ici 2017, avec une première revalorisation de 2% en septembre 2013.
- Une hausse simultanée, en septembre 2013, du plafond de la CMU complémentaire, de façon à faire entrer 750 000 personnes de plus dans ce dispositif et celui qui l'accompagne, l'aide à l'acquisition d'une complémentaire santé (ACS).
- L'instauration d'une « garantie » jeunes pour les 18-25 qui ne sont ni en emploi, ni en formation, en situation d'isolement et de grande précarité. Ce contrat, qui ouvre droit à un accompagnement intensif, à des propositions adaptées de formation ou d'emploi, et à une allocation d'un montant équivalent au RSA, sera lancé en septembre prochain sur 10 territoires, avant généralisation.
- Une aide aux familles monoparentales ou nombreuses en situation de pauvreté, à travers une augmentation du montant de l'allocation de soutien familial (ASF) et une majoration du complément familial (CF).
- Un investissement substantiel dans l'hébergement et l'accès au logement, avec des mesures d'urgence (9000 places de plus - hébergement classique et accueil des demandeurs d'asile - pour en finir avec la gestion « au thermomètre » de l'hébergement d'urgence) et des mesures structurelles d'accès au logement, qui bénéficieront d'un effort budgétaire équivalent.
- L'allongement de la durée des contrats aidés, qui devra tendre vers une durée moyenne de 12 mois, pour donner plus de souplesse et, quand cela est nécessaire, plus de temps aux parcours d'insertion des personnes éloignées de l'emploi durable.
- Le lancement d'une réforme du RSA activité, qui souffre d'un taux de non-recours record (68%), en articulation avec la Prime pour l'Emploi.
- Un renforcement de l'accès aux crèches pour les enfants de familles en situation de pauvreté : ces enfants devront représenter au minimum 10% du public accueilli dans
les structures d'accueil collectives.
- La création d'un registre national des crédits aux particuliers (dit « fichier positif ») pour participer à la lutte contre le surendettement, et un observatoire de l'inclusion bancaire, qui appréciera publiquement les pratiques des banques envers leurs clients en difficulté financière.
Une mission de suivi, d'évaluation et de déclinaison territoriale du plan, est confiée à François Chérèque, Inspecteur Général des Affaires Sociales.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2013 à 15:04 :
"Une mission de suivi, d'évaluation et de déclinaison territoriale du plan, est confiée à François Chérèque, Inspecteur Général des Affaires Sociales." Lui au moins ne finira pas pauvre...mais rassurez-vous il va défendre les pauvres, et proposer de prendre aux pauvres ..pour donner aux pauvres...Ah, pauvres fantassins de la CFDT d'en bas...vous devez tomber de bien ..haut... voir lien ci-dessous:

http://www.lepoint.fr/confidentiels/la-tres-chere-reconversion-de-francois-chereque-23-01-2013-1619176_785.php
a écrit le 22/01/2013 à 19:55 :
et que fait-on pour les seniors en fin de droits chômage en attente de leur retraite : j'ai 60ans je suis en fin de droits chômage , j'ai travaillé depuis l'âge de 17ans licenciée à 56ans 1/2 ; j'ai réellement travaillé donc cotisé 39 années 1/2 et je perçois 300 euros en ASS car je subis la réforme de la retraite - repoussée à 60ans 9mois pour l'année 1952 . Cherchez l'erreur par rapport aux mesures annoncées !
Quelle justice après une vie entière de travail et de cotisations ?
a écrit le 22/01/2013 à 15:10 :
comme ils ne savent pas baisser la dépense publique et optimiser les services de cette armée rouge, laxisme total dans cette gestion diarrhétique, c'est toujours les mêmes qui trinquent, pas d'incertitude sur le résultat
a écrit le 22/01/2013 à 14:47 :
Adieu les classes moyennes, adieu le mérite, adieu le progrès... bonjour misère. Tout augmente et tout empire. Le gouvernement s'enrichit en apauvrissant les autres avec pour résultat le chômage permanent. Alors comment va-t-on traiter le déficit?
a écrit le 22/01/2013 à 14:36 :
Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent .attendons la suite !
a écrit le 22/01/2013 à 13:16 :
La fameux modèle français, il se résume à un mot : "crédit".
a écrit le 22/01/2013 à 13:01 :
Merci, merci et encore merci Mr le Hero
Merci de la part des basses couches qui sans ce genre de mesure risquent de finir dans la rue le pavé à la main
Merci de la part des hautes couches qui dorment tranquille
Merci de la part des couches moyennes, dont je fait partie, qui payent pour les deux autres...
Voilà à quoi sert le socialisme.
Pendant ce temps là, la roue tourne tourne tourne et je, on descends doucement rejoindre le bas
Ils l'ont rêvé, ils l'ont cette revanche attendue depuis plus de deux cents ans...
Politiciens, autocrates, monarchistes allez au diable...
a écrit le 22/01/2013 à 11:17 :
pourquoi chercher du travail ? restons a la maison nous serons bien assisté par Ayrault
a écrit le 22/01/2013 à 11:17 :
pourquoi chercher du travail ? restons a la maison nous serons bien assisté par Ayrault
a écrit le 22/01/2013 à 11:14 :
Sans impôt nouveau, mais il nous trouvera bien une nouvelle taxe, non? :-)
a écrit le 22/01/2013 à 11:01 :
Normal les impôts on les a déjà. C'est même étonnant qu'il reste encore des pauvres avec un tel matraquage fiscal. Il en probable que la lutte contre la pauvreté ne soit pas au centre des priorités du gouvernement, malgré le discourt.
a écrit le 22/01/2013 à 10:52 :
Moi qui envisageait de travailler un jour ! Merci M.Ayrault me voilà rassurer dans les 1000 Euros à rien foutre ou 1150 à bosser sans CMU je pense que je vais rester pauvre, c'est vraiment plus simple. Voilà un programme de relance socialiste qui me convient donc OUF !
Réponse de le 22/01/2013 à 11:13 :
Tu as oublié de parler de ton logement social -2 pièces 40m² en idf- à 50? par mois, de la gratuité des transports et de la prime de Noël ^^
Réponse de le 23/01/2013 à 16:01 :
Vive la France ou il fait bon vivre sans travailler.; Tout est offert...
Réponse de le 23/01/2013 à 17:31 :
He oui, c'est la raison pour laquelle il est préférable de toucher toutes les aides, cela rapporte plus que de travailler ! Pauvre France ! Gouvernée par des incapables !
a écrit le 22/01/2013 à 10:46 :
"Quand on impose ceux qui travaillent pour donner de l'argent à ceux qui ne travaillent pas, il ne faut pas s'étonner qu'il y ait du chômage" Milton Friedman
Réponse de le 22/01/2013 à 11:36 :
au fait,milton friedman,comment gagnait il sa vie:chercheur payé par l'état ou financier,salarié par les banks?
a écrit le 22/01/2013 à 10:04 :
Ayrault promet de financer sans impôt son plan pauvreté ? Pauvre de nous !
a écrit le 22/01/2013 à 9:50 :
Avant de parler de financer son projet par des économies budgétaires, M Ayrault devrait ouvrir un dictionnaire et consulter la définition de ce mot......car jusqu'à présent, il l'a souvent prononcé sans en connaître le sens ....voire les mesures et les décisions adoptées depuis son arrivée au pouvoir.
a écrit le 22/01/2013 à 8:41 :
Des économies de dépenses pour financer cela ? Ce gouvernement nous prend pour des canards sauvages! Jusqu'ici il n'a fait qu'augmenter les impôts jusqu'à ruiner le pays....et il parle d'économies de façon tellement floue que l'on comprends parfaitement que cela n'existe que pour la com !
Réponse de le 22/01/2013 à 9:57 :
Une économie, dans le vocabulaire socialiste, c'est un impôt supplémentaire !
a écrit le 22/01/2013 à 8:37 :
Moi aussi, j'ai de nouvelles dépenses depuis mai 2012. Mais je sais faire des économies sur mes autres dépenses : pour 100 d'impôt supplémentaire, je réduis mes dépenses de 200
a écrit le 22/01/2013 à 8:29 :
augmentons le rsa donc pourquoi travailler
cmu pourquoi les allocataires consomme t il plus de soins que les autres??,,
contrat aidés effet d'aubaine qui empeche des embauches
acces au créches pour les personnes aux rsa qui n'ont rien à foutre de la journée ,,,,,????
LA FRANCE championne du monde des prélements c'est décourageant pour ceux qui travaillent
a écrit le 22/01/2013 à 8:26 :
Qui est pauvre et qui est riche ? Bernard Tapie a été longtemps exonéré de taxes et impôts pour cause d'indigence.
a écrit le 22/01/2013 à 7:15 :
comme de coutume,attendons le démenti...
a écrit le 22/01/2013 à 6:12 :
Enfin, comme le disait justement Margareth Thatcher, le socialisme s'arrête lorsqu'il n'a plus d'argent d'autrui à distribuer.
Réponse de le 22/01/2013 à 9:59 :
Quand il n'y en aura plus de sonnant et trébuchant, ils feront des dettes supplémentaires ou ils l'imprimeront rue de solférino !
a écrit le 22/01/2013 à 6:09 :
C'est marrant cela, en 1960, il n'y avait pas toutes ces âneries et la pauvreté était portion congrue. Mais il faut dire aussi qu'à financer des gens à rien faire et à plus les valoriser que ceux qui mouillent la chemise, on va simplement plus vite dans le mur. Enfin, je me demande où seront prises les économies envisagées sachant que tout ce qui a été décidé jusqu'à maintenant va accroître sensiblement le poids de la dette ???
a écrit le 22/01/2013 à 5:15 :
Comment peut-on tolérer dans ce pays que 25% des jeunes et un tiers des diplômés n'aient pas accès à la vie active? Comment peut-on tolérer la précarité des uns et le pantouflage des fonctionnaires et oser appeler cela justice? Rappelons que nous avons le double de fonctionnaires par rapport à nos voisins! Comment peut-on tolérer qu'on laisse vivre les gens dans la rue? Et comment peut-on tolérer les déremboursements de médicaments quand les gabegies de l'hôpital sont évaluées à plus de 15 milliards? Ne devrait-on pas mettre en place un régime qui fasse non pas de l'apauvrissement général, mais du progrès économique et des emplois?
Réponse de le 22/01/2013 à 8:25 :
Bien sur, allez dites nous comment on devient parfait, on vous ecoute avec attention.
a écrit le 22/01/2013 à 5:01 :
Grande cohérence: on chasse les riches, on aide les pauvres, on importe du parasite.
Au final, la France sera sous tutelle du FMI, qui détricotera tout cela. C'est incontournable.
a écrit le 22/01/2013 à 4:45 :
Grotesque, voilà ce que c'est, une vaste farce!
a écrit le 22/01/2013 à 3:04 :
si il faut importer de nouveaux pauvres...des nouvelles voies pour le système en place,c'est la fin de la fin
a écrit le 21/01/2013 à 23:50 :
Les économies budgétaires sont l'arlésienne du gouvernement.
a écrit le 21/01/2013 à 23:19 :
Le problème, c'est qu'il va lui falloir faire de plus en plus d'économie budgétaire, chaque année...La pauvreté ne fait qu'augmenter....Donc dilemme... Ou bien il se ravisera devant la montagne d'économies à faire suite au flux incessant de nouveaux pauvres et continuera à augmenter les taxes,tva, csg, crds..ou autres..et ça précipitera dans la pauvreté ceux, nombreux, qui étaient déjà sur la corde..raide. Le résultat sera le même..la majorité s'appauvrira et une minorité s'épargnera....Enfin souhaitons lui quand même de réussir......à épargner la misère aux pauvres, sans appauvrir ceux qui ne le sont pas encore...
a écrit le 21/01/2013 à 22:56 :
Des économies en vue pour financer le plan des assistés permanents et professionnels ??? c'est parfait, l'intéressé peut commencer par ses protégés députés et sénateurs ...et aussi cumulards!!!
a écrit le 21/01/2013 à 22:43 :
bullshit
Réponse de le 21/01/2013 à 23:11 :
@churchill: c'est plutôt mastodont-shit avec ce gouvernement :-)
a écrit le 21/01/2013 à 22:30 :
ces aides sont derisoires quant aux problemes des francais . c'est de la poudre aux yeux malgré cela il y a une difference entre la politique de la gauche et l'enervé de droite que nous avions aupparavent quant aux imbeciles ci dessous qui se permettent de se planter une epine sur le pied la je reconnais les francais qui font de la delation c 'est ça la france d'en bas
a écrit le 21/01/2013 à 21:42 :
Hollande n' aime pas les "riches" ceux qui réussissent dans leur vie, il préfère les pauvres qui votent à gauche. Et bien son plan pauvreté, va bien marcher et il fera payer encore un peu plus ceux qui travaillent pour payer tous ces pauvres qui sont la conséquence du socialisme d' état .
Réponse de le 21/01/2013 à 22:45 :
il vaut mieux fabriquer des pauvres que des riches, ca vote ' pour la bonne personne'.... bon apres, c'est plus complique, quand il ft remplir les caisses, hein? ;-)
Réponse de le 22/01/2013 à 10:03 :
Pourquoi remplir les caisses ? D'autres s'en chargent ! Eux sont spécialisés dans la créativité sociale et la dépense mal contrôlées : reprenez les estimations initiales sur le coût du RMI
a écrit le 21/01/2013 à 21:27 :
On est dans une sale situation et ce gouvernement continue a depenser sans compter avec de l argent qui n a pas
a écrit le 21/01/2013 à 21:17 :
Peut être par emprunt alors. Il ne faut pas oublier que bien des être humains rêvent d'être "pauvres en France"
a écrit le 21/01/2013 à 21:17 :
on entretien la pauvreté en assistant les gens, il faut leur trouver du travail qui leur évitera la pauvreté. quoique ......vaut peut-être mieux assister les future électeurs !
Réponse de le 21/01/2013 à 23:13 :
@paolo: les futurs électeurs qui vont asseoir le PS au pouvoir pour de nombreuses années, c'est le vote des étrangers d'ici juin.
a écrit le 21/01/2013 à 21:14 :
Voila qu'il a trouve la Pierre philosophale, c'est a se taper les fesses par terre
a écrit le 21/01/2013 à 21:09 :
Voila le social... prndre aux pauvres pour donner aux pauvres... vous les avez voulu maintenant ne pleurez plus ca ne fait que commencer...
a écrit le 21/01/2013 à 20:20 :
C est irresponsable d engager des dépenses sans savoir d ou proviendront les recettes.
Ils annoncent des économies depuis 4 mois mais personne ne sait ou elles interviendront , 60 milliards a trouver et AUCUNE PISTE !!
Réponse de le 21/01/2013 à 20:55 :
@Locke: enfin, c'était 60 milliards il y a 4 mois, mais avec la guerre au Mali, ça va à mon avis être un peu plus !!!
Réponse de le 22/01/2013 à 9:50 :
Facile de trouver l'argent, y'en a plein le marché à terme . Cahuzac l'a dit : la France empruntera 170 milliards cette année ... In the noise !
Réponse de le 22/01/2013 à 10:04 :
Ben ! la guerre du mali, c'est pas une économie ? J'y comprends plus rien...
a écrit le 21/01/2013 à 20:06 :
M Ayrault commencer a faire des economies dans vos dépenses, la lutte contre la pauvreté c'est bien mais cela va conduire par de nouvelles taxes appauvrissant tout le monde y compris les pauvres et ceux que vous aller créer
a écrit le 21/01/2013 à 19:56 :
Le gouvernement croit tellement à un retour rapide d'une croissance forte qu'il est déja en train d'engager des dépenses sur nos hypothétiques recettes futures.
a écrit le 21/01/2013 à 19:45 :
Le peu de Français qui vont pouvoir conserver leur emploi dans les deux ans à venir ne suffiront pas a payer !! Quant au nombre de pauvres dans deux ans .............. il sera la le changement !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :