Quand Berlin balaye les passages critiques sur la pauvreté d'un rapport ministériel

 |   |  371  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Selon le Süddeutsche Zeitung, le gouvernement allemand a édulcoré un rapport quadriennal sur la richesse et la pauvreté dans le pays élaboré par le ministère du Travail, allant jusqu'à supprimer des passages critiques sur le creusement des inégalités.

"Le patrimoine privé en Allemagne est très inégalement réparti." Cette affirmation, qui figure dès l?introduction d?un rapport quadriennal sur la richesse et la pauvreté en Allemagne a tout simplement? disparu dans sa version finale. C?est ce qu?a constaté le Süddeutsche Zeitung, qui s?est procuré une copie de ce rapport du ministère du Travail avant qu?il ne soit retouché.

Dans la même veine, certaines précisions factuelles, ont été gommées. Ainsi, relève le quotidien, la phrase "en Allemagne en 2010, près de 4 millions de personnes travaillaient pour un salaire horaire brut de moins de 7 euros" a disparu.

Une prose remaniée

Mais ce n?est pas tout. Dans certains cas, la prose a été largement remaniée à l?avantage du gouvernement. Ainsi, une phrase qui dénonçait initialement  la baisse des salaires réels ces dix dernières années pour les personnes à faibles revenus perçoit désormais ce déclin comme "le signe d'améliorations structurelles" du marché du travail. Comment cela? Grace à la création de nombreux emplois à bas salaires entre 2007 et 2011, qui auraient permis le retour à l'emploi de chômeurs, nous explique le rapport.

D?après le Süddeutsche Zeitung, le ministre libéral (FDP) de l'Economie, Philipp Rösler, aurait notamment fait signifier que la première version du rapport du ministère du Travail, contrôlé par la chrétienne-démocrate (CDU) Ursula von der Leyen, ne cadrait pas avec l'opinion du gouvernement. Interrogé par l?AFP, une porte-parole du ministère du Travail assure pourtant que "ce n'est pas un rapport édulcoré". Explications: "Les modifications ont été prises après concertation des différents ministères", un processus "normal", d'autant plus que le rapport est dense - plus de 500 pages - et son domaine très large, argue-t-elle.

La pauvreté, talon d?Achille de Berlin

Mais n?en déplaise à Berlin, la pauvreté demeure le talon d?Achille du pays. Mi-octobre, l'office fédéral des Statistiques Destatis a annoncé que 15,8% de la population allemande, soit 12,8 millions d'habitants, étaient en 2010 menacés par la pauvreté. Cette proportion est en hausse régulière depuis 2008 où elle était de 15,5%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2012 à 10:31 :
Je confirme:
Une femme de menage sera rénumérée a 9 eur/heure et il n y a pas de SMIC !
Et le chômeur professionnel qui refuse de prendre n´importe boulot (par conviction) aura toujours droit à une subvention d´environ 400 eur/ mois pour vivre + loyer chauffé/eclairé pris en charge à 100 % par la communauté ( Sozialamt).
Ceci demontré hier soir Life sur la 1 ere chaine ARD ( Maischberger).

a écrit le 29/11/2012 à 13:35 :
Je vous affirme que les choses y sont encore pires. La Pauvreté a énormément augmenté en Allemagne. Les gens n?arrivent plus joindre les deux bouts du mois, grâce à Merkel sa politique ? et, un état allemand d?un caractère arrogant. Vous savez, l?Allemagne c?est l?absence de SMIC ? et, 6,5 millions de Travailleurs des bas salaires à 400 euros par mois ? toujours plus, pour une bouchée de pain. Voilà, maintenant la preuve pour tout le monde ...
Réponse de le 29/11/2012 à 14:33 :
Blödsinn !
Vrai = Il y n´a pas de SMIC = salaire mini fixé parf le gouvernement . !
Mais il y a des accords syndicaux = accord de salaire horaire minimum negociés dans presque toutes les branches, en particuler les plus mal payées.
Certes il y a des abus et pour le contrer Un SMIC comme en France va venir bientot. En Allemange il faut chercher tres longtemps pour trouver un mandiant qui fait la manche !
Meme les immigrés clandestins n´ont pas besoin de faire la manche !
de janv. a juillet :300.000 citoyensde l´UE sont venus s´installer en Allemagne.
Viennet ils dans un pays bourrés de "pauvres" pour renforcer cette armée de " pauvres".
SVP arretez avec votre dénigrement. Ca agace !Le seuil de pauvreté est une valeur atihmetique. Si 50 millions d´allemands etaient millionaires, on aurait - statistiquement - autant de "pauvres" comme aujurd hui !!!
0





Réponse de le 04/12/2012 à 10:45 :
@ventrachoux, je vous invite à prendre le métro (die U-Bahn) à Berlin pendant les mois d'été ou d'hiver afin de constater que les mendiants sont loin d'être rares et que ceux qui visitent les poubelles pour récupérer les consignes d'emballages sont encore plus nombreux, souvent proprement habillés et de tous les âges. La misère ne peut passer inaperçue !
Réponse de le 04/12/2012 à 12:19 :
Sirius: je ne savais pas que la mendicité était autorisée à Berlin. Danbs le reste du pays elle est interdite parce que personne ne peut en arriver là.
Tour résident légal, meme celui que ne veut pas travailler sera pris en charge par le Sozialamt et sera logé - chauffé et nouri.
ien sur il y a des mendiants "professionnels" immigrés legalement de Roumanie ou autre ...
a écrit le 29/11/2012 à 13:22 :
Certains ministere - pas tous - ont fait de cosmetique. Ce rapport n´est que provisoire. IL va passer au parlement . Attendonds la verwion finale !
La critique est forte - aussi emn Allemagne.
Mais ..... avant de lire et critiqueer ces chiffres sur cette soit diante misere du peuple, il faut savoir que ce nombre de pauvres n´est qu une équation arithmetique qui n´a rien a voir avoir la pauvreté absolue.
Un pauvre allemand serai un riche dans la plupart des pays. meme dans certains pays d´Euope
Savez vous comnbien de personnes - sjurto0ut des femmes - ne veulent rien d´autre qu un peit boulot a 400 eur. pour le passer le temps ? Et ces famuex 1 eurt.- job ? rien d´autre d que des mesure de reintregration dans la vie active apres des années a glander et faire la manche ....
a écrit le 29/11/2012 à 12:39 :
Je vous affirme que les choses y sont encore pires. La Pauvreté a énormément augmenté en Allemagne. Les gens n?arrivent plus joindre les deux bouts du mois, grâce à Merkel sa politique ? et, un état allemand d?un caractère arrogant. Vous savez, l?Allemagne c?est l?absence de SMIC ? et, 6,5 millions de Travailleurs des bas salaires à 400 euros par mois ? toujours plus, pour une bouchée de pain. Nous sommes regné dune personne en position de force qui sait mentir le mieux en Europe, de plus -- avec un passé sombre-louche. Bref, une personne supérieure qui sait de manipuler ses administrés ... Voilà, maintenant la preuve pour tout le monde ...
a écrit le 29/11/2012 à 8:46 :
@Travail, êtes-vous de ceux qui dissent que le travailleur belge gagne trop bien sa vie, êtes-vous de ceux qui occupent des fonctions très bien rémunérées, qu'ils en oublient comment on peut vivre avec un salaire de 1200 ?, non, survivre.
l'allemangne crée un modèlle social européen de la misère, mais elle crée des richesses dans ses entreprises (actionnaires), il est évident que cela va casser et peut être demain entrainer l'Europe dans un conflit que personne n'arrivera à gérer.
Réponse de le 29/11/2012 à 13:35 :
La situation économique de l'Allemagne est très ambigüe:en ex-Allemagne de l'Est,le chô
mage court...comme à Berlin(30% de chômeurs).Les ouvriers polonais qui ont construit
le nouveau Berlin(redevenue capitale) comme les beaux chantiers de l'ex-fière Irlande ont
été payés entre 1/2 et 2/3 des salaires des ouvriers qualifiés allemands,en faisant le mê
me travail...!Des immigrés sont "payés" entre 3? et 5?/heure...Elle est belle l'Europe de
la "Grande Allemagne"...!
a écrit le 28/11/2012 à 23:02 :
Ils ont peut-être des pauvres, mais qui ont du travail. Tandis que nous avons des pauvres chômeurs.
Réponse de le 29/11/2012 à 13:39 :
Des gens qui travaillent et qui vivent en squatts et en caravanes...!Et qui vont se ravitailler
auprès des associations humanitaires...Génial!
a écrit le 28/11/2012 à 21:42 :
pauvreté? je rigole. même les pauvres touchent du fric même s´ils ne font rien. allez, arrêtez de pleurer. la seule chose: les riches deviennent plus riches comme en france. là ca devient explosif. moi, je préfère me pencher sur l´irelande: pays avec des gens courageux, bien formés, modestes (à nouveau), qui croule sous la dette et ne la remboursera pas sinon il y aura éxode massif. la grêce et les pauvres en allemagne ne m´intéressent pas.
Réponse de le 29/11/2012 à 13:43 :
La Grèce d'aujourd'hui est pauvre de ses riches qui trichent,fraudent pour ne pas payer
d'impôts...Et ce sont ceux qui ne peuvent pas aller placer leur "petit bas de laine" dans les paradis fiscaux qui "épongent" la dette...!Il y a bien des "pauvres qui touchent le RSA",
qui couchent dehors ou en squatts,ou en caravanes...
a écrit le 28/11/2012 à 19:40 :
Quand le "bouchon" de la pauvreté va sauter,ça va faire du bruit au pays de Goethe...!Et il
se pourrait que certains pauvres viennent se réfugier en France...C'est tellement facile de créer des emplois à 1/2 salaire des ouvriers allemands;ou entre 3? et 5?/heure...sans co
tiser à la retraite...Elle est belle la "réussite allemande"...il va falloir que ça change;et que
les Allemands prennent le taureau par les cornes une fois de + pour éviter des "mouve
ments sociaux" répétés en cas de régression du "train de vie" européen...!!
a écrit le 28/11/2012 à 19:30 :
quelle honte pour la démocratie !!!!. la propagande allemande libérale doit être condamnée comme la politique économique qu'elle défend !
les inégalités s'accroissent , tout est fait pour que les riches s'enrichissent toujours davantage et tout ça dans l'indifférence générale .
BientoT BERLIN organisera des grand'messes la nuit pour célébrer les vertus du libéralisme !!!! et les pauvres seront enfermés dans des camps pour ne pas déranger les possédants

Réponse de le 28/11/2012 à 19:43 :
A Berlin,il y a un taux de chômage de 30%...Mais peu importe,ce sont des ex-Allemands
de l'Est ou des Polonais,des citoyens d'Europe centrale...!
Réponse de le 28/11/2012 à 19:49 :
J'espère bien que vous vous trompez et que l'allemagne n'enfermera pas ses pauvres dans des camps de concentration
a écrit le 28/11/2012 à 19:23 :
L'Allemagne reste un pays socialement exemplaire ,les pauvres sont pauvres a haut niveau ...En clair ils s'en sortent mieux que les pauvres en France. L'allemand fait son autocritique car c'est sa nature n'empeche que le social en Allemagne est le meilleur du monde.La qualite est partout et les francais connaissent mal ce pays qu'ils devraient idolatrer..
Réponse de le 22/09/2014 à 21:27 :
si Sarkozy se pose en recours contre Hollande, le PS finira bien par se positionner en recours contre Sarkozy et on aura perrdu 5 ans et peut-être dix
a écrit le 28/11/2012 à 18:31 :
1914 déja la nègation
a écrit le 28/11/2012 à 18:26 :
Un deuxième talon d'Achille pour l'Allemagne : Sa population vieillissante.
Réponse de le 28/11/2012 à 19:11 :
Sa jeunesse intégrée et une vie active saine. On y trouve beaucoup de cohérence entre les générations. La France est très destructioniste.
Réponse de le 28/11/2012 à 19:46 :
destructioniste ? ok j'inscris ça dans le dictionnaire.
a écrit le 28/11/2012 à 18:11 :
Regardons derrière nous: on apprend, quand on lit, que la Grèce si elle a inventé la liberté, elle a péri de ses conflits internes. Rome péri des pains et des jeux, donc de la non réforme et ça a finit en empire, car l'empire c'est pire, voyez napoléon. Nous avons besoin de nos amis allemands, mais pas d'un charlemagne. Que penser de la vigueur du Japon qui nation seule est devenue la dexième puissance du monde, avec moins de surface et plus de ressources que nous. Ils sont deux fois plus nombreux que nous, nous avons le double de fonctionnaires.
Réponse de le 28/11/2012 à 19:52 :
Le Japon est endetté à 200% de son PIB...Mais la "dette" est détenue à 90% par les ban
ques japonaises...C'est vrai que l'Etat japonais a considérablement réduit son "train de vie"
dans les années 90...Mais il ne fait pas bon être chômeur,au "Pays du soleil levant"...Il n'y
a que les associations humanitaires japonaises pour les prendre en compte...et les victi
mes de Fukushima en savent quelque chose...Et les Japonais vivent à 3 générations sous
un même toit;paient leur appartement sur 3 générations...
a écrit le 28/11/2012 à 16:55 :
Pour mémoire ; 10 ans après la crise de 1929-1930 il y a eu quoi ? Le 3eme Reich avec le cataclysme de la 2em guerre mondiale. Mes grands parents qui étaient gens de la terre disaient "quand il n'y a plus de foin dans le râtelier, les chevaux se battent". Je redoute que que libéralisme et capitalisme élevé au rang de religion dogmatique conduisent le monde au désastre.
Réponse de le 28/11/2012 à 18:37 :
Votre remarque pourrait faire peur si ce n'était pas le socialisme qui était en réalité aux commandes, d'abord en France.
Réponse de le 29/11/2012 à 14:46 :
qui repond au Chouan !
la montée du 3 eme Reich a eté la conseqence directe et inévitalbe du traité de Versailles en 1919 : annexion de territoires importants à l´Est , (je ne parle pas de l´Alsace Lorraine) , occupation à l´Ouest , démantelement de son l´industrie lourde jusqu en 1925 sans compter des réparations de guerre insoutenables . C est tout cela qui a conduit tout droit a la crise economique , socialle et politique. des années 20 et 30 et la montée de Hitler et ses gansters.
N importe quel autre pays aurait reagi de la meme facon , la France en premier !
a écrit le 28/11/2012 à 15:52 :
les naifs et pauvres d'esprit ont crus que en Allemagne il n y avait pas des pauvres.On les
trouves meme au paradis.. lire la bible...
a écrit le 28/11/2012 à 14:51 :
il faut etre competitif , les pauvres on s'en fout
Réponse de le 28/11/2012 à 16:18 :
La pauvrete augmente de bonne allure. + 0,6%. Chomage 2 fois superieur. Entreprise pas competitive. Le contraste est saisissant. Si l'allemagne prenait en calcul les 60 % du median salarial francais, le comparatif ne sera pas jolie! Pour la france.
a écrit le 28/11/2012 à 14:39 :
Cette vérité déjà assénée est souvent passée sous silence . Il ne faut surtout pas froisser les allemands et leur modèle socio économique pris en exemple. On peut d'ailleurs s'étonner qu'il n'y ait pas plus de mouvements sociaux dans ce pays.
Réponse de le 28/11/2012 à 15:43 :
Hartz IV avait sa logique: interim, petits boulots, et temps partiels etc...et on fait semblant de le redécouvrir; les parengons de la "belle Allemagne" le savaient d'ailleurs très bien, mais ne le disaient pas.
Réponse de le 28/11/2012 à 17:03 :
Il serait plus juste, me semble-t-il, de pointer du doigt les " élites " allemandes mais aussi françaises (je pense ici au fameux modèle d'outre -Rhin que médias, éconimistes et autres nous vantent, après d'autres modèles !) que l'ensemble de la population allemande, qui elle, comme les autres Européens, souffre !!!
a écrit le 28/11/2012 à 14:36 :
C'est l'évidence même que le patrimoine est inégalement réparti dans chaque pays. Certains choisissent d'épargner, d'autre de consommer. Et alors ? Pourquoi vouloir à tout prix obliger chaque habitant à posséder un patrimoine s'il ne veut pas faire les efforts nécessaires pour l'acquérir ? Si quelqu'un préfère consommer au lieu d'épargner, c'est un choix respectable. A quel titre devrait-on le lui reprocher ? Mais de quoi l'Etat se mêle-t-il ? Au final, il est normal de supprimer des paragraphes de rapports qui ne sont que des jugements de valeur politiciens sans intérêt dans les rapports publics. Tôt ou tard, il faudra faire le même effort de nettoyage des publications politisées de l'INSEE.
Réponse de le 28/11/2012 à 15:20 :
@ Supression normale. Vous faites preuve d'une naïveté déconcertante. Plutôt que d'opposer les gentilles fourmis qui économisent pour se construire un patrimoine aux méchantes cigales qui dépensent tout, vous devriez peut-être vous interroger sur l'impossibilité d'épargner quand on gagne moins de 7 euros bruts de l'heure... De plus, vous omettez (volontairement ?) la question du patrimoine hérité... C'est facile d'avoir du patrimoine quand il vient de papa ou de grand-mère, vous ne croyez pas ? On peut le toucher sans même avoir besoin de bosser !
Réponse de le 28/11/2012 à 16:56 :
C'est vous qui jugez sur des critères subjectifs. C'est vous qui opposez les individus en désignant des victimes innocentes (ici les héritiers) à la vindicte des faibles d'esprit. Personnellement, les choix des uns et des autres me laisse indifférent. Chacun est libre et donc responsable de ses choix, y compris les héritiers qui bénéficient des efforts et des choix de leurs parents, ce qui ne regarde personne d'autre. Les parents des héritiers n'ont-ils donc pas bossé ? S'ils ont fait le choix d'épargner plutôt que de tout consommer, c'est leur problème. Tout ce qu'on demande, c'est que votre Etat nounou reste dans sa niche et ne vienne pas se mêler de ce qui ne le regarde pas avec des arguments de bisounoursland (ouhlala ! gagner moins de 7 euros de l'heure, c'est troporible. ouhlalalala ! On peut toucher un héritage sans bosser, c'est pabovilain. Vite une loi pour tout égaliser !) Impossibilité d'épargner ? Ce n'est même plus de la naïveté, c'est un mensonge criminel.
Réponse de le 28/11/2012 à 17:38 :
Je suis d'accord avec Monsieur Mignon jusqu'aux 2 dernières phrases. Des parents / grands-parents travaillent durs toute leur vie pour que leur famille soit à l'abri du besoin. Disons même qu'ils se tuent au travail et amassent du capital pour leur famille. Vous allez taxer tout ce patrimoine lors de sa transmission ? Le problème ne vient pas de là, mais plutôt qu'aujourd'hui on peut vivre sans travailler, juste sur le produit de son capital avec un risque quasi inexistant. Débat sans fin...
a écrit le 28/11/2012 à 14:01 :
Une vérité dont tout le monde savait, n' oublions pas qu'ils sont de gros contributeurs envers l' UE...et qu'il est
difficile d' expliquer à l' Allemagne d' en bas!! ne reste plus qu'a l' UK d' en faire autant s' ils en ont la capacité.....
a écrit le 28/11/2012 à 14:01 :
"Le travail rend libre" mais pauvre, c'est le modéle donné pour exemple, en France c'est identique mais ce n'est pas un exemple car les assistés ne travaillant pas sont parfois plus renumérés que ceux qui travaillent
a écrit le 28/11/2012 à 13:54 :
Un vrai camouflé pour Jean-François COPE qui prône en permanence l'exemple de l'économie allemande.
Bientôt viré de l'UMP, il va bientôt retrouvé " les pauvres vrais gens" ceux d'en bas...
a écrit le 28/11/2012 à 13:24 :
L'Allemagne, future Grèce? A augmenter la proportion des pauvres dans ces proportions, elle va finir par y arriver!
Vive l'ultralibéralisme... et le trucage des comptes. La Grèce d'il y a quelques années...
a écrit le 28/11/2012 à 13:07 :
qu il est beau ce modèle allemand

a écrit le 28/11/2012 à 13:03 :
Ah l'Allemagne... Que fera-t-elle des ses pauvres lorsque la bise viendra ? Car elle va venir aussi pour l'Allemagne. Cessons de prendre ce pays pour l'alpha et l'oméga, prenons ce qui est bon (PME dynamiques et exportatrices par ex, qualité...) mais disons aussi ce qui ne va pas : démographie, égoisme et nationalisme sous un discours européen, pauvreté et précarité des travailleurs les plus faibles...
Réponse de le 28/11/2012 à 18:35 :
J'ai comme senti à peine l'air d'une bise froide, un vent mauvais, mais l'aube d'une jour nouveau a blanchi les hauteurs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :