3,6 millions : c'est le nombre de personnes mal logées en France

 |   |  488  mots
Une action de l'association DAL Droit au logement et Emmaus devant une prefecture pour protester contre la reprise des expulsions locatives.Copyright Alexandre GELEBART/REA
La Fondation Abbé Pierre publie ce vendredi son rapport annuel sur la question du logement. Le président de la République s'est engagé l'an dernier à généraliser la taxe sur les logements vacants et à faire construire 500.000 logements par an.

4 mètres carrés. C'était la taille du "logement" d'une jeune trentenaire parisienne, expulsée mi-janvier après trois mois d'impayés, et ce malgré la trêve hivernale. La crise du logement est une réalité que touchent du doigt près de 8,6 millions de personnes en France : un chiffre qui émane du rapport de la Fondation Abbé Pierre sur l'état du mal-logement publié ce 1er février 2013.

Ce constat montre sans surprise les difficultés qu'ont de nombreux Français à se loger décemment : il n'y a pas qu'en Espagne où le marché immobilier est particulièrement tendu, avec les conséquences sociales que cela engendre.
» LIRE : Logements: l'Espagne au bord de la crise de nerfs

33.000 sans abri en France

Au total, ce sont plus de 3,6 millions de personnes qui sont mal logées en France, auxquelles s'ajoutent 5 millions de personnes occupant une copropriété en difficulté, un logement surpeuplé, ou devant faire face à des impayés. Le nombre de personne en situation de grande urgence est évalué à environ 133.000 par l'INSEE et la Fondation Abbé Pierre, dont 33 000 vivent dans la rue. 

Par ailleurs, quelque 2,7 millions de personnes vivent dans des conditions de logement jugées "très difficiles", sans confort ou surpeuplé. Le rapport fait aussi état de 1,179 million de ménages en attente d'un logement social.

François Hollande rappelé à ses engagements

François Hollande a reçu jeudi les représentants de la Fondation et avait signé le "contrat social" de celle-ci, qui prévoit la production de 500.000 logements par an, dont 150.000 sociaux. Le "chef de l'Etat (est) très au fait du problème et de la situation" considérait jeudi la délégation de la fondation Abbé Pierre à sa sortie de son entrevue à l'Elysée. "Il a déclaré qu'il ne renierait aucun des engagements pris l'année dernière en dépit de la situation budgétaire et économique actuelle", a confié à Reuters le délégué général de la Fondation, Patrick Doutreligne.

Le chef de l'Etat est mis devant ses responsabilités après ses engagements lors de la campagne pour les présidentielles. En signant le "contrat social pour une nouvelle politique du logement" en 2012, il s'était engagé à atteindre l'objectif de 500.000 logements construits par an, à généraliser la taxe sur les logements vacants dans les zones de marché tendu, ainsi qu'à encadrer les loyers privés et à éradiquer 600.000 logements indignes. En 2012, seulement 310.000 à 315.000 logements ont été bâtis à cause des difficultés économiques. Le chef de l'Etat devrait effectuer très prochainement un déplacement sur le thème du logement au cours duquel il pourrait annoncer une série de mesures. Elles sont jugées nécessaires, alors que certains estiment que la situation s'aggrave. "Dès 2020, se loger deviendra encore plus problématique", avançait Olivier Géradon de Véra, vice-président du cabinet SymphonyIRI en décembre.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2013 à 10:44 :
et baissez d'autant les loyers. de toutes manières cet argent finit dans la poche des rentiers qui n'en ont pas besoin. et là on économise tout de suite des milliards qu'on peut orienter vers nos entreprises, vers de la vrai création de valeur ajoutée !!!
a écrit le 03/02/2013 à 23:09 :
Votre article est génial, car il montre qu'en France, qu'il y à de la richesse et de la grande pauvreté, car si on ne peut se loger, on ne peut pas travailler, car quelle sera la réaction d'un employeur quand vous logez dans des centres ou sdf ou dans des hôtels qui sont une honte et qui propose à des étrangers même des français à se loger dans des endroits insalubre, et on dit qu'ils sont des marchands de sommeil, moi je dis que ce sont des escrocs en bandes organisé, comme ces propriétaires qui loue des appartements qui sont insalubre qui font du beurre sur la misère humaine, mais il y à un autre problème bon peut-être qui n'a rien à voir c'est l'handicap, de voir des handicapés qui essaie de se loger correctement et qui ne peuvent si il ne touche que leur pension d'handicapé si ils ont guère de revenus que de se loger dans des hlms, qui propose à ces personnes handicapé à un appartement qui souvent ne sont guère adaptés à leur handicape je pense que l'état malgré qu'il y à eue des avancées pour l'handicap que ces avancées sont insuffisante et qu'il faudrait de se préoccuper des avancées à la vitesse supérieur, selon moi cette état se disperse et dépense nôtre argent, pour des causes qui sont aléatoire, on attend de l'état français de régler les problèmes de notre économie, des mal-logés, du chômage de la fermeture des usines qui à mis à la porte des milliers de chômeurs à la porte, et qui se sont installé à l'étranger, pour moi nos élus et leurs précédents ont eue tendance à négliger le bien-être de ceux qui les ont élus et qui voient le fossé des couches sociales est de plus en plus profond.
a écrit le 01/02/2013 à 17:01 :

"le logement deviendra plus cher des 2020 ", une affirmation sortit de nul part.... d'ici là la bulle immobilliere aura eclatée comme dans la plupart des autres pays du monde...vous croyez que la france pourra continuer a soutenir eternellement des prix haut avec de l'argent qu on a pas ? (cf sarkosy et sa TEPA, ptz, scellier...) avec des economistes comme ça, pas etonnant que la France soit en faillite...les ravages que peut faire la corruption....
Réponse de le 01/02/2013 à 17:26 :
une bulle éclate quand un prix devient démesuré par rapport à une demande qui s'effondre: ce n'est pas demain la veille!
Réponse de le 05/02/2013 à 10:46 :
et vous faite uen grosse erreur : vous oubliez de tenir compte de la solvabilité de cette demande qui est tout simplement en chute libre !!! reflexe classique du winner , du rentier et du boomer...
a écrit le 01/02/2013 à 16:01 :
La Fondation Abbé Pierre est membre du collectif ROOSEVELT 2012 qui prône entre autres de copier les Pays Bas, à savoir réorienter le Fonds de Réserve des Retraites (31 milliards d'?) des marchés financiers vers la construction de logements, et de les louer à bas prix ensuite.

Cela réglerait la crise du logement, créerait 200.000 emplois dans le BTP et augmenterait le rendement du FdRR !

http://www.roosevelt2012.fr/
(89.000 signataires à ce jour - voir la mesure n°10)
a écrit le 01/02/2013 à 14:41 :
C'est un constat : la France n'est plus en état,ni en mesure, d'accueillir de manière décente, de nouveaux immigrés .Il n'y a plus de logements ,plus de travail,dans un contexte de désindustrialisation massive,les aides sociales flambent ,le chômage progresse..et les caisses sont vides.!
Réponse de le 01/02/2013 à 17:45 :
+ 1
a écrit le 01/02/2013 à 13:55 :
les associations à force de toujours vouloir plus sans contrepartie ont détruit la confiance dans l'immobilier maintanant ils le paient au prix fort .j'ai fait l'expérience dans un immeuble de huit logements sociaux' sur le bail il était stipulé que les locataires,sur un cycle établi devaient faire l'entretien des parties communes .jamais cela n'était fait .JAMAIS AUCUNE ASSOCIATION N'est intervenue ,par contre elles étaient là pour demander le cadeau d'un mois de loyer pour pouvoir faire un plan d'apurement il faudrait aussi que s=ces asociations ne deviennent les rabatteurs pour clandestins ce qui rend impossible de résoudre le probleme du logement
a écrit le 01/02/2013 à 13:47 :
Parmi les points qui ne sont jamais abordés, il y a les critères éligibilité et de priorité pour le Droit Opposable au Logement. La priorité donnée aux "mal logés" favorise cet état de fait. Je vous conseille de lire le texte il est très court et très clair. A sa lecture vous comprendrez pourquoi il est un véritable appel d'air pour l'immigration et pourquoi le droit de vote des étrangers a tout avoir avec le clientélisme électoral et non une quelconque motivation humanitaire ou sociale. Par ailleurs, avec ce type de montage qui favorise la dépense publique, les entreprises qui sont le plus souvent en relation avec le politique (l'immobilier/BTP) et consolide le pouvoir des élus, rien si ce n'est la capacité de le financer sur la dette et l'impôt ne pourra l'empêcher de perdurer, pour le plus grand bien de toutes les parties concernées, sauf ceux qui payent.
Il est à noter par ailleurs que les critères d'implantation qui sont de plus en plus exigeants (proche des services publics, centre ville, services etc.) contribuent largement à réduire le foncier disponible pour le marché "normal" contribuant à la bulle immobilière, et au maintient de la rente de situation des collectivités par le biais des impôts locaux. Là encore, la seule limite sera l'effondrement, quand la solvabilité des ménages (restant) ne suffira plus à maintenir le marché ou qu'ils ne voudront plus payer au prix forts pour des quartiers redevenus populaires. Je sais que certains me reprocherons ce dernier trait, mais il est clair que si les gens sont prêts à faire des efforts financiers pour un certain cadre de vie, l'inverse est vrai, que ce soit ou non en accord avec la bien-pensance ou non.
http://vosdroits.service-public.fr/F18005.xhtml
a écrit le 01/02/2013 à 11:32 :
assez de ces slogans misérabilistes : "un français sur 4 a renoncé à des soins" (alors qu'il y a la CMU, l'AME, l'ALD), qu'ils aillent aux US pour voir ce que renoncer aux soins signifie.
"des millions de mal logés" mais combien veulent vivre à Paris inta muros sans boulot en attendant le providentiel HLM? comme cette trentenaire parisienne, n'a t-elle pas le choix d'aller ailleurs?
Réponse de le 01/02/2013 à 12:03 :
Il y a des dizaines de villes moyennes où se loger est gratuit ,loyer couvert par la caf,tellement il y a de logements vides de par la désindustrialisation , il vaut mieux aller vivre d allocs dans ces villes plutôt que de travailler pour le smic et payer un loyer maxi dans les grandes agglomérations , idem pour les petits retraités, il faut arrêter de se plaindre , allez voir ailleurs et vous reviendrez en disant vive la france
a écrit le 01/02/2013 à 11:31 :
Combien de français ? Pourquoi la loi n'est elle pas appliquée, notamment sur le fait qu'un étranger ne pouvant justifier de ressources suffisantes pour lui et sa famille ne peut résider en France ? 3/4 des mal-logés ne sont pas francais. Toute ce gaspillage d'argent public affaiblit la France, et ce sont tous les français qui se mettent dans une situation précaire à vouloir être le seul pays au monde à être si généreux avec les autres.
a écrit le 01/02/2013 à 10:58 :
Et pendant ce temps la les nantis de la Fonction publique et para-publique font greve pour preserver leurs acquis indus d un autre age.....
Réponse de le 01/02/2013 à 12:28 :
Pourquoi parler de nantis ? Tout le monde peut et pouvait entrer dans la fonction publique. Si vous avez choisi une autre voie, comme moi, alors ce n'est pas une raison de les traiter de nantis. Je préfère plutot parler de décalage de rémunération entre le privé et le public, alors que le public dispose de la sécurité de l'emploi. Est-ce bien normal que les avantages du public soient si importants et supérieurs à ceux du privé, surtout que c'est ce dernier qui produit les richesses qui paient le public.
Réponse de le 01/02/2013 à 14:06 :
@Paulo si car quand 6M d actif restent aveuglent a la realite economique du pays et continue a vouloir presever leur privileges financer par le prives ca n a d autre nom que Nantis......
Réponse de le 01/02/2013 à 20:47 :
mais arrêtez de toujours opposer les français les uns contre les autres, les ouvriers, les employés du privé contre les fonctionnaires. si vous croyez les infos à la télé, on vous dit que le salaire moyen des fonctionnaires est de 2200 ?, ma fille travaille depuis 15 ans dans une collectivité territoriale et son salaire est de 1250 ? net par mois... c'est vrai qu'elle a la sécurité de l'emploi... ne croyez-vous pas qu'actuellement tout est fait pour faire de nous des esclaves des temps modernes et qu'il serait temps de nous réveiller, de ne plus accepter que nos politiques soient à la botte de cette soi-disant "élite" européenne non élue par les peuples et qui décide, avec les financiers, de ce que sera notre avenir. En ayant laissé trop faire ces "requins", voila où nous en sommes... Je crois que seuls les peuples ont leur avenir entre leurs mains.
Réponse de le 02/02/2013 à 20:47 :
@ anae, 1250 euro net, par mois que vôtre fille se fait avec 15 ans d'ancienneté c'est qu'elle n'a pas d'ambition elle se laisse aller au gré des augmentations salariale annuelle, elle au moins elle aura une retraite assuré, bon il vrai qu'on doit arrêtez de toujours opposer les français les uns contre les autres, pour ça je suis d'accord avec vous, mais vôtre fille à la chance d'avoir la sécurité de l'emploi, quand à ceux du secteur privé on est plus à l'abri d'être licencié économique ou autres quand au dernières phrases de vôtre commentaire cela appartiens au monde de l'utopie.
a écrit le 01/02/2013 à 10:48 :
Merci de commencer par définir "mal logé" ! Et par pitié arrêter de prendre Paris comme exemple c'est pitoyable, il existe "la France" autour de Paris alors que la personne de votre exemple soit déjà satisfaite de se loger à Paris gratos (apparemment sans revenu !?). C'est une ville cher et la capitale quand on ne peu pas rester, on part se loger moins cher ailleurs. Je ne vois pas pourquoi mes impôts logerait des gens à Paris. Evidemment qu'il y a des problèmes de logement, je ne dis pas le contraire mais si on est assisté on doit apprendre à déjà dire merci d'avoir un toit payé par ceux qui bossent, et oui il se peu que ce ne soit pas une villa avec piscine. Je repose donc ma question "c'est quoi mal logé" en FRANCE.
Réponse de le 01/02/2013 à 11:21 :
+ 1 - avant de parler de quelque chose, on définit précisément.
Réponse de le 03/02/2013 à 13:59 :
@ définition : dans cette article il n'est pas écrit qui sont les mal logés on peut avoir un logement insalubre et payer un loyer trop chère, cette article est assez vague et vous avez bien raison, il y à tellement de cas pour se considérez comme mal logé, merci.
a écrit le 01/02/2013 à 10:47 :
Le pb du logement n'est pas nouveau. Simplement, le traitement mediatique qui en est fait est lamentable. La reprise in extenso des positions de la fondation de l'abbe pierre par la presse contribue a cette espece de miserabilisme qui fait que tout est crise. Que demain sera pire qu'aujourd'hui. Il devient alors difficile d'etre rationnel sur ce sujet et d'apprecier plus justement ce qui marche ou pas, les differences entre territoires, categories sociales. A l'inverse cela favorise les positions extremes; tous pourris, tous voleurs, etc pour le profit d'un petit nbre d'ideologues ou/et opportunistes cupides.
a écrit le 01/02/2013 à 9:56 :
Ëtre Français et obtenir une HLM, c'est le parcours du combattant, inimaginable!! et encore si l'on en obtient un, sans "introduction", ça relève de l'exploit!
Réponse de le 01/02/2013 à 12:07 :
Change de ville , il y a des HLM vidés par centaines dans des villes moyennes ,et avec une petite paye on y vit mieux que dans les grandes villes
Réponse de le 01/02/2013 à 13:33 :
A Charleville Mézières, à Sedan, le nombre d'appartements inoccupés dans les HLM est trop important, ce qui pose problème car il devient difficile de justifier les services d'apport d'eau, chauffage etc...Anais, je vous recommande la visite du Chateau..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :