Logement social : Duflot veut dépoussiérer le dispositif de fond en combles

 |   |  397  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
La ministre du Logement Cécile Duflot a lancé ce mercredi une concertation sur un nouveau système d'attribution des logements sociaux.

Les demandeurs de logements sociaux vont être contraints de s?adapter. De nouveaux critères d?attribution des logements sociaux vont en effet être élaborés. Dans ce cadre, la ministre du Logement Cécile Duflot a lancé ce mercredi une grande concertation sur les critères d?accès à ces habitations. Elle souhaite réformer le dispositif tout entier, "afin qu?il gagne en efficacité, en transparence et en lisibilité pour le demandeur, en associant les partenaires locaux", explique le ministère du Logement. Le travail de concertation rassemblera "tous les acteurs impliqués dans le système d?attribution des logements sociaux", que ce soit "les bailleurs, les collectivités, Action logement, les locataires, les demandeurs, les associations, etc...", ajoute le ministère.

Quatre groupes de travail

La concertation devra aboutir en avril sur des propositions "construites et partagées" par tous ces acteurs. Elles alimenteront le projet de loi sur le logement et l?urbanisme qui est en cours de rédaction.
Pour structurer la concertation, quatre groupes de travail thématiques ont été créés: le premier sur le rapprochement de l?offre et de la demande et sur la détermination des demandeurs prioritaires; le deuxième sur l?amélioration du service rendu aux demandeurs, qui implique une meilleure information, une plus grande simplicité, davantage de transparence et d?équité des procédures; un troisième sur les politiques d?attribution et les spécificités des territoires; et un sur "l?adaptation de l?offre aux besoins (typologie des logements, accompagnement des locataires en difficulté, etc...)", détaille le ministère du Logement.

3 ans et 7 mois d?attente pour avoir un logement social

Réformer le dispositif semble nécessaire au regard de la situation présente. Une étude d'impact pour le projet de loi relatif à la mobilisation du foncier public, disponible sur le site du Sénat, montre en effet que le délai d?attente d?un logement social atteint "3 ans et 7 mois dans les agglomérations et les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI)". Ce, à mettre en perspective avec les 1,7 million de demandeurs de logements sociaux dénombrés dans cette même étude. En outre, la Cour des comptes a souligné qu?"en 2009, 75% des logements sociaux étaient construits là où n'existaient pas de besoins manifestes, et seuls 25% l'étaient dans les zones les plus tendues".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2013 à 15:44 :
"Etude d'impact pour le projet de loi relatif à la mobilisation du foncier public" = grande braderie du foncier national pour un euro symbolique à tous les copains promoteurs au moment où l'on aurait tant besoin de le vendre et de diminuer les dettes et impôts, = augmentation des impôts et déficits pour financer le béonnage, = recours en justice impossible pour les riverains scandalisés par la destruction du patrimoine et de l'environnement, = bétonnage des espaces verts, = entassement et pollution.
a écrit le 14/03/2013 à 15:37 :
Encore construire dans les "zones tendues" !!, encore plus entasser les individus, encore dégrader l'environnement et la santé. Et jusqu'où ira-t-on dans la concentration ? C'est absurde : il faut au contraire déconcentrer et décentraliser.
a écrit le 17/01/2013 à 8:25 :
il y a de mauvais propriétaires mais il y a aussi de mauvais locataires tant que madame duflot n'aura pas compris cela nous auront un blocage de la construction il y a eu 120000 jugements d'expulsion mais seulement 12000 effectifs il y à donc un manque de respect de la justice et des propriétaires
Réponse de le 17/01/2013 à 10:38 :
Tellement vrai, ça marche aussi pour les patrons y a aussi des mauvais ouvrier, et ça on en parle pas souvent !
a écrit le 17/01/2013 à 6:59 :
Elle est bizarre votre interprètation de ce que dit la cour des Comptes : où avez-vous vu qu'on construisait trop de HLM dans les communes riches (dans votre tête : endroit où on en a pas besoin) ? Votre pseudo : inversez nom et adjectif et mettez à la fin de ce dernier un "t"
a écrit le 17/01/2013 à 2:00 :
"En outre, la Cour des comptes a souligné qu?"en 2009, 75% des logements sociaux étaient construits là où n'existaient pas de besoins manifestes, et seuls 25% l'étaient dans les zones les plus tendues"... Ben oui: quand en bon socialistes on impose une loi pour "forcer" les méchantes communes riches à en construire quand même en imposant un pourcentage minimum dans toutes les communes, on aboutit nécessairement à ce type de réalité. Heureusement qu'on commence à vraiment manquer d'argent, parce qu'au rythme débridé des âneries de nos politiques on aurait fini par payer à des gens une soulte quand ils emménageaient dans une ville "riche" histoire de les amener au revenu médian de la commune pour ne pas les défavoriser.
Réponse de le 17/01/2013 à 9:34 :
Je ne vois pas la relation entre "besoin manifeste", "zone tendue" et richesse ?? Ne seriez vous pas un peu trop partisan ? Il me semble que cela est lié au bassin d'emploi plus qu'à la richesse supposée des résidents...Par ailleurs, cela va dans le sens de ces multiples Scellier construits et jamais défiscalisés parce situés dans une zone où il n'y avait pas de besoins ou de tension particulière...En bref : cela prouve surtout que quand on donne au secteur privé sans contrôle ou contrainte, c'est de l'argent perdu !
a écrit le 16/01/2013 à 21:45 :
des logements ................sosciaux et les logements de fonction reserves a petit prix multitude fonctionnaires on y touche pas ..... quelle honte
a écrit le 16/01/2013 à 20:20 :
qu' on commence par virer tous ceux qui occupent des logements sociaux alors qu'ils ont de très hauts revenus.!!!! Certains ont même investi dans l'immobilier défiscalisant alors qu'ils occupent des logements sociaux !!! le comble .
Réponse de le 17/01/2013 à 7:53 :
On dit qu il manque des hlm, et en même temps, y habitent des gens aisés, mais où est la logique en France ?
Réponse de le 17/01/2013 à 11:09 :
Tout a fait d accord, en fait pour bien faire il faudrais raccourcir les baux a 2ans, pour le parc privee aussi. De meme soumettre a evaluation de revenu annuel le droit a beneficier de logement sociaux et HLM (D'ou les 2 ans, ca laisse 6 mois 1 ans pour sortir du HLM), fluidifier les expulsions et les durcir: Que certains par accident de la vie ne puissent pas payer, on peut le comprendre et apporter une solidarite, d'ailleurs en appliquant ce que j ai dit plus haut celui qui ne peut plus assurer son loyer si on a fluidifier le "droit au HLM" pourra etre expulser du prive au profit du social, l Etat et les proprietaires sont gagnant. Par contre que d autre abuse du systeme, ne payent pas leur loyer de l annee et en verse un juste avant la treve hivernale pour ne pas etre expulsable est un abus du droit.... Mais y a tellement a dire sur les derives de l immobiliers////
a écrit le 16/01/2013 à 19:54 :
Ce que ne veut pas comprendre la plupart des Français (tellement baignés dans l'idéologie socialo-communiste) est que l'offre de HLM ressemble à s'y méprendre à ce qui se passait en ex URSS quand vous souhaitiez acquérir un bien comme une automobile, où vous étiez sur liste d'attente. Beh oui, c'est bien là ou le bât blesse : le collectivisme produit toujours des situations de pénurie inextricables !
Réponse de le 17/01/2013 à 9:35 :
Ah parce que l'on ne parlait pas de pénurie ces dernières années pour justifier les prix bullesques de l'immo ? Sous notre ancien gouvernement, notamment...de droite ?
Réponse de le 17/01/2013 à 10:08 :
La pénurie est organisée par la bancassurance qui est un très gros propriétaire immo : la banque gagne sur tous les plans : crédit immo qui est un produit d'appel et de fidélisation du client, assurances emprunteurs très juteuses et bien entendu plus values latentes qui augmente la valeur de la banque...
a écrit le 16/01/2013 à 19:15 :
2 retraités; 4000 euros par mois; dans un logement social à Paris 4 pièces 85 m2; jusqu'à la mort; c'est ce qu'on appelle un droit acquis! Pendant ce temps là un couple de jeunes adultes avec 2 enfants dans 50 m2 attendent la mort des premiers pour avoir un logement social.
Réponse de le 16/01/2013 à 19:59 :
pendant ce temps là certains logements n'ont pas de succès et coutent pourtant bien moins loin de la capitale. La vie y est cependant agréable.Ne devrait-on pas réorienter geographiquement certaines personnes qui s'accroche à une ville certe belle mais dont il ne connaitrons que les immeubles pourris, les cages d'escalers, les ponts, et la soupe populaire?
Réponse de le 16/01/2013 à 20:27 :
La déesse Cécile veut encore densifier davantage la population. Vous pouvez donc toujours rêver quant à un rééquilibrage de la population sur le territoire !
Réponse de le 17/01/2013 à 2:04 :
quand vous écrivez "Ne devrait-on pas réorienter geographiquement certaines personnes" vous avez tout dit et entre autre que vous êtes pour cet état centralisateur et liberticide au nom du bien général... le totalitarisme en fait. Que chacun assume ses choix et que l'état cesse de s'occuper de ce qui ne le regarde pas.
Réponse de le 17/01/2013 à 7:55 :
Vous connaissez beaucoup de monde qui veulent habiter un coin perdu ? Allez y d abord.
Réponse de le 17/01/2013 à 11:36 :
On vit là où on en a les moyens non? C'est pas la logique même plutôt que de tout attendre de l'Etat?
a écrit le 16/01/2013 à 19:10 :
Un peu de malice.....cette "dame" est tout à fait compétente pour "dépoussierer".....lui demander plus est probablement au dessus de ses moyens, limités par trop de doctrine obscurantiste.
a écrit le 16/01/2013 à 18:35 :
Effectivement cela à besoin d'un bon ménage. Entre ceux qui bénéficient d' un logement social malgré des revenus au-dessus du plafond ou être devenu propriétaire reloue leur logement social. Il y a du travail en perspective mais venant d'une politicarde fonctionnaire cela risque d'être beaucoup de parole pour un résultat avec beaucoup de vent...
Réponse de le 16/01/2013 à 19:01 :
Elle a une formation de géographe me semble-t-il puis elle a réussi un concours par la suite. A cette première occasion, elle avait été mouchée par Marine Le Pen lorsque cette dernière lui avait rappelé que la Bretagne était en France, ce que l'autre semblait manifestement avoir oublié, peut être trop occupée par son activité dans les prisons. Dans ces conditions, le logement n'est-il alors qu'un noir désir ... lointain ?
Réponse de le 16/01/2013 à 19:28 :
Oui, je pense que la possibilité de récupérer le logement dès que les revenus augmentent, ou que les enfants partent, est le principal. Quitte à payer pour le déménagement, ça coûtera toujours moins cher.
Réponse de le 17/01/2013 à 9:54 :
Oui mais il faut trouver un appartement dans le secteur privé et la politique de Madame Ecolo est exactement à l' inverse ( voir les statistiques de construction en 2012 et les projections 2013). Qui va se risquer d'investir dans du locatif qui ne rapporte plus rien et avec un gros risque de loyer impayés?
a écrit le 16/01/2013 à 18:35 :
je suis tres demande
a écrit le 16/01/2013 à 18:02 :
Usine a gaz en perspective
Réponse de le 16/01/2013 à 18:19 :
C'est elle qu'il faudrait dépoussiérée de fond en comble !
Réponse de le 16/01/2013 à 18:35 :
Après toi fred !!!
Réponse de le 16/01/2013 à 18:45 :
Je pensais pas particulièrement à moi, je suis sur qu'il y aura des volontaires, pas d'inquiétude !!!!
Réponse de le 16/01/2013 à 18:56 :
Montebourde est célibataire, maintenant qu'il s'est fait plaquer...
Réponse de le 17/01/2013 à 9:00 :
@ fred: Moi aussi, j'aimerais me faire dépoussiérer ...
Réponse de le 17/01/2013 à 10:37 :
Alors là c'est carrément un supplice, une torture, y a pas moyen désolé, faudra acheté un plumeau !
Réponse de le 17/01/2013 à 12:59 :
:(

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :