Les dirigeants d'entreprises fustigent les mesures fiscales du gouvernement

 |   |  214  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon une étude du cabinet Denjean & Associés, près de 60% des patrons jugent que les mesures fiscales du gouvernement ne sont pas justifiées dans le contexte économique actuel.

Ils affichent leur inquiétude. Selon une étude du cabinet Denjean & Associés réalisée auprès de 200 responsables de PME et de grandes entreprises, plus de la moitié d?entre eux (58,1%) estiment que les mesures fiscales du gouvernement Ayrault ne sont pas justifiées étant donné l?actuelle morosité économique. Ils sont même 69,1% à les juger "inquiétantes", et 71,5% à penser qu'elles sont "de nature à décourager l'entrepreneuriat".

"Les délocalisations deviennent un outil"

D?après l?étude, "pour la plus grande majorité des dirigeants, la politique conduite est jugée éloignée des intérêts de l'entreprise, voire de l'entrepreneuriat". "Au lieu d'inciter les dirigeants à se mobiliser sur des objectifs positifs, elle les conduit à se polariser sur les moyens leur permettant d'éviter la rigueur de ces mesures." Et l'étude précise: "Parmi ces moyens d'évitement, les délocalisations deviennent un outil."

Par ailleurs, un tiers des dirigeants d'entreprise interrogés (30,5%), jugent que les nouvelles règles en matière d'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) vont avoir pour conséquence une délocalisation de certains actionnaires. Elles pourraient aussi contraindre certains entrepreneurs à s'expatrier lors de la cession de leur entreprise (14,0%), et dans une moindre mesure, à demander une naturalisation ailleurs (6,3%), selon la même étude.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2013 à 18:43 :
sur 10 start up créées, 9 disparaissent au bout de 5 ans. Créer une start up c'est invertir toutes ses économies, prendre des risques, et ceux qui réussissent ont envie de rebondir en vendant pour créer une nouvelle entreprise. Mais là, l'état et le fisc (qui ne prennent aucun risque à titre perso, on est payé pour être présent) l'attendent au coin du bois, pas question de trop gagner d'argent, c'est indécent, donc on aligne !!!! ce n'est pas le bénéfice de la vente quil faut taxer, c'est le résultat de l'exercice. Si la patron réinvestit, il n'y a pas de bénéfice,et il investit pour l'emploi. En plus, c'est envoyer le fruit de son développement dans le tonneau des danaïdes de la dépense publique que les politiques rechignent à optimiser, au moins 30% de gains, d'où moins besoin d'impôts..
Réponse de le 06/02/2013 à 10:11 :
9 start-up sur 10 disparaissent au bout de 5 ans, et vous voudriez nous faire croire que c'est la faute de l'état et du fisc ?????
Soyons sérieux et voyons les choses en face : 1 start-up sur 10 a un véritable projet, un véritable marché, une véritable viabilité économique !!!!!
Ca c'est le b-a, ba. Il ne faut pas toujours peter plus haut que son c... !
Moi aussi j'aimerais avoir une Ferrari, mais je n'en ai pas les moyens alors je roule en Clio et ma (petite) start-tup qui paye des impôts et croule sous les charges (...) va bientôt fêter ses 8 années d'existence.
a écrit le 04/02/2013 à 18:25 :
le problème majeur est que les politiques qu'ils soient de droite ou de gauche, viennent (et repartent) dans le public. Donc on a une consanguinité et une culture identique : aucune culture de gestion, aucune culture des résultats et de l'optimisation des organisations, la culture de la dépense, du recrutement permanent, des dépenses incontrolées, sans aucune mesure d'efficacité... les politiques ne savant pas ce que c'est qu'une entreprise, un monde qui leur fait peur, qu'ils stigmatisent... et donc ils marquent des buts contre leur camp, parce que vu les discours et les leçons (pas honte, c'est le public qui a généré les 1900 milliards de dette!) ils n'ont même pas assimilé que c'est le privé qui finance le public ...on part de loin ...
a écrit le 04/02/2013 à 16:40 :
Etre entrepreneur est dans la fibre: hypothéquer sa maison, ne pas avoir ses enfants, ne pas avoir de temps pour la vie sociale, négliger sa santé.. Il faut bcp de foi pour tout cela.
Si à un moment tel que c'est la cas maintenant, on est bordé de toute part par le couperet insidieux d'impots doctrinaires, alors l'envie et la foi ne font plus le poids.
A n'en pas douter, ceux, jeunes qui sont en situation de décider de leur avenir et qui ont une facon intuitive et rapide de le faire, iront excercer leur talent ailleurs. s'ajoutent ainsi au patrimoine qui part, les cerveaux qui font de meme.
Et c'est tellement compréhensible.
Il restera quoi et qui alors?
a écrit le 04/02/2013 à 14:38 :
J'ai vu qu'il existait encore des chefs d'entreprises "patriotes" qui étaient heureux et fiers de pouvoir payer des impôts dans un pays qui leur a permis de bâtir leur fortune :
http://www.lejournaldesentreprises.com/editions/35/actualite/conjoncture/jean-paul-legendre-1-230-salaries-payer-trop-d-impots-ne-m-a-jamais-empeche-de-dormir-01-02-2013-176638.php
Comme quoi il existe encore des capitaines d'industrie dans notre pays, des gens capables d'imaginer des entreprises et de les développer, tout en restant des patriotes. Bravo M.Legendre, et merci.
Réponse de le 05/02/2013 à 10:48 :
@ tianoli : le patron dont je fais état est exactement à l'opposé de ce que vous prétendez ; lui est un véritable entrepreneur alros que Vous n'êtes qu'une pleureuse.
POUR INFO : Le patriotisme est un sentiment partagé d'appartenance à un même pays, la patrie, sentiment qui en renforce l'unité sur la base de valeurs communes. Il conduit à ressentir de l'amour et de la fierté pour sa patrie. Le patriote est prêt à se dévouer ou à se battre pour elle afin d'en défendre les intérêts (voire même à payer des impôts !).
a écrit le 03/02/2013 à 19:17 :
Voila le totalitarisme qui pointe son nez...
a écrit le 03/02/2013 à 19:09 :
Au niveau des prélèvements, le chômage va augmenter, et même, la fonction publique est contre l'entreprise. Seulement, ils suppriment 2 postes sur 3... donc pour les jeunes, c'est une catastrophe. Pour ceux qui ont un emploi, la retraite est sur le hors bilan, ça sera 70 ans quand les autres se payent une retraite à 55, voila l'immoralité des boomers... Le but est-il de faire du chômage et d'avoir peu d'actifs, bravo c'est réussi!
a écrit le 02/02/2013 à 17:30 :
Il faut bien payer pour le colbertisme : les grands projets dispendieux et improductifs comme par exemple le tunnel à 25 milliards qu?on nous propose ou bien la rentabilité douteuse des pôles de compétitivité ou bien encore les 440 milliards de Grenelle? Ainsi on en arrive à la faillite. Nous avons un problème institutionnel, avec un Etat qui s?attaque à l?activité et sacrifie les chômeurs à son public. Qu?on ne se trompe pas, la population n?est pas dupe des politiques de croissance à crédit ! Tout le monde sait qu?on est entrain de mettre les entreprises à bas et de faire naufrage ! Serons-nous des moutons qu?on jette à la falaise ?
Réponse de le 02/02/2013 à 17:46 :
Les entreprises créent de la richesse, l?Etat lui la détruit, à quoi ça sert ?
a écrit le 02/02/2013 à 8:34 :
Malheureusement , le vote pour un candidat n'engage pas aussi celui-ci pour toutes les promesses qu'il a pu tenir pour être élu . Les partis d'opposition surtout , mais pas seulement eux , le savent ou devraient le savoir Il ne faut donc pas voter sur la base de promesses électorales : il y a aussi l'abstention ou le vote "blanc,"même si ceux-ci ne comptent pas, autrement qu'en chiffres Rappelons les chiffres de la précédente élection présidentielle , proclamés par le conseil constitutionnel
Inscrits 46 066 307
Abstentions 9 049 998 19,65
Votants 37 016 309 80,35
Blancs ou nuls 2 154 956 4,68 5,82
Exprimés 34 861 353 75,68 94,18

a écrit le 01/02/2013 à 23:53 :
sur une année mon patron aura touché 60fois l equivalent de mon salaire et je suis loin d etre dans la tranche basse de l entreprise, tout en me demandant de continuer a faire des efforts, la strategie de l entreprise est entrain de nous conduire a sa perte
pour parler chiffres en 2010 il a touché 0,9 millions d euros et en 2011 2,2millions d euros cela ne l a pas empêché de nous demander des efforts productivité (travailler plus pour le meme salaire) ne soyez pas surpris si auprès des collaborateurs comme on aime a les appeler le patron français a mauvaise presse ; l anglo saxon dont le patron francais cherche a s inspirer par certains cotes lui suit la courbe de son entreprise alors que l patron français n a qu une vision a court terme n est pas capable de se projeter oui nos grandes ecoles forment de bons ingénieurs mais de pietres entrepreneurs (je travaille depuis 30 ans et je suis passé par 10 entreprises différentes ce qui me permet d etayer mon jugement)
Réponse de le 02/02/2013 à 0:18 :
Vous avez hélas raison. En France, on cherche à faire le maximun dans le plus bref délai quitte à tout sacrifier. Les anglos saxons (patrons traditionnels) ont, quoique l'on en pense, une vision sur le long terme sauf quand il s'agit de fonds d'investissement qui eux maximisent au plus vite la valuer de la société pour la revendre au plus haut.
Réponse de le 02/02/2013 à 12:12 :
Il faut éviter la caricature ....OK avec vous pour les grosses entreprises du CAC 40 ou les starts Up mais vous croyez que les + de 3Millions de PME dont les patrons investissent leur argent (chefs d'entreprises "patrimoniaux ".)..ne travaillent pas sur le long terme . J'ai crée mon Entreprise il y a 20 ans ..., mes cadres ont accès au capital ...un intéressement aux résultats ....Désolé mais Une très grande majorité de Patrons de PME ne licencient pas pour faire un meilleur "profit " . Quand a des salaires 60 fois celui d'un salarié ...la moyenne des patrons de PME tourne autour de 4000? /mois. Aujourd'hui , on sert les dents pour préserver nos emplois d' ouvriers , cadre et ...patron !. .Aujourd'hui , nous ne sommes pas a étudier et a optimiser un Crédit Impôt Compétitivité ...mais a chercher des marchés ...Nos politiques de droite comme de gauche devraient descendre de leur nuage ...pour vivre et découvrir le terrain !!!!
a écrit le 01/02/2013 à 18:45 :
Ce Constat n'étonne pas un chef d'Entreprise ...Après avoir été "insulté "(Patrons profiteurs ) , caricaturé (sur la Richesse , les salaires ...alors que la moy des salaires des patrons de PME sont autour de 4000?et nos hommes politiques sont au minimum a 7000 ? , les cumulards a + de 10 000 ?), par des Politiques qui ne connaissent pas l'entreprise : Députés , sénateurs ...majorité de fonctionnaires(cf origine Assemblée et Sénat , Enarques sans formation Entrepreneuriale(par curiosité allez le programme des Etudes...)
Comment voulez-vous que leur stratégie , propositions ,lois soient Crédibles et réalistes pour des Entrepreneurs sur le Terrain !!!!Désolé auprès de ces Messieurs ,questionné aujourd'hui par un chef d'entreprise de PME , ami , voulant faire de la croissance externe ...je lui ai conseillé d'acquérir une société a ...l'étranger !!!
a écrit le 01/02/2013 à 18:45 :
Nous allons initier très bientôt notre première action de délocalisation. Curieusement, ce sont mes plus proches collaborateurs qui étaient demandeurs. Ils saturent.
Réponse de le 01/02/2013 à 21:09 :
Il faut se méfier car on y prend vite gout. Les proches collaborateurs risquent de le regretter.
Réponse de le 02/02/2013 à 2:41 :
les proches risquent de le regretter ou de le remercier : je connais une entreprise ou TOUT le monde est parti !!!!
a écrit le 01/02/2013 à 18:38 :
personne ne parle plus de la modification de la taxe prof faite sous sarko bien sur pour la compétitivité 8 MDE par an sur trois ans cela fait plus sur ce crédit ???? dont on n'a pas encore ni les régles ni les questions que va poser surement l'administration le CIR faisait déja peur aux experts ??? ou prétendus experts qui disaient cela va vous déclencher un controle fiscal.... ce que promet le gouvernement et que certains du medef soutiennent c'est du pipeau
a écrit le 01/02/2013 à 18:37 :
Aujourd'hui, prendre des dividendes en complément de revenus modestes (1500 ?) afin de ne pas être exposé à des charges sociales importantes, n'est plus possible (au delà de 10% du capital social, les dividendes supportent les charges). Conséquences, j'augmente mes revenus, afin de payer mes crédits et faire vivre ma famille. Mes revenus supportent donc des charges supplémentaires et je paie plus d'impôts.
a écrit le 01/02/2013 à 18:35 :
Ce n'est pas évident de gérer ses finances quand on est chef d'entreprise au sein d'une PME surtout avec ces mesures fiscales du gouvernement. Mais j'utilise un outil de gestion budgétaire, Moneydoc, qui me facilite la vie et m'aide beaucoup dans estimer l'argent dont j'aurais besoin pour assurer le fonctionnement de ma boîte https://www.moneydoc.fr/
a écrit le 01/02/2013 à 18:35 :
Les exilés fiscaux sont de plus en plus nombreux et cela va empirer c'est certain mais malgré tout le gouvernement s'obstine à maintenir l'ISF en France. Tant pis pour les conséquences désastreuse pour notre pays mais les autres belges et anglais se réjouissent.
Réponse de le 02/02/2013 à 17:02 :
Vous oubliez les conditions d'activité.
Administration pléthorique,pointilleuse,contrôleuse,MAIS surtout,LES SYNDICATS,fossoyeurs des activités.
a écrit le 01/02/2013 à 18:26 :
En France quand vous voulez être employeur cela est mal vu et l état veut gérer les entreprises comme des fonctionnaires sauf qu on est bon pour payer après le reste ils s en foutent; les pays hors zone euros est un choix pour ma part et cela est pour bientôt
a écrit le 01/02/2013 à 17:56 :
Avec le calcul au salaire réel plutôt que le forfait, les charges pour les emplois de maison ont explosé. On peut s'attendre au retour du travail au noir donc à une baisse de rentrée des cotisations ainsi que des déclarations de revenu.
Réponse de le 01/02/2013 à 18:20 :
Nous devons en remercier et féliciter le conseiller économique du gouvernement actuel : la CGT !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :