Laurence Parisot perd de nouveaux soutiens

 |   |  370  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Nouveau coup dur. La présidente du Medef voit s'éloigner la possibilité de briguer un troisième mandat à la tête du principal syndicat patronal français. Deux de ses principaux soutiens viennent d'annoncer qu'ils ne voteraient pas la réforme des statuts qui le lui aurait permis.

Laurence Parisot voit ses soutiens l?abandonner. Patrick Bernasconi a annoncé dans une interview au Monde qu?il ne votera pas la réforme des statuts du Medef, le principal syndicat patronal. Cette réforme doit permettre à Laurence Parisot de concourir pour un troisième mandat, ce qui lui est refusé en l?état actuel des statuts.

D?après le représentant de la Fédération nationale des travaux publics, ?la modification proposée n?est pas acceptable, parce qu?elle laisse la possibilité de rester 15 ou 20 ans à la tête du Medef?."Le président ou la présidente d'une organisation patronale doit rester un entrepreneur, pas devenir une figure institutionnelle. On peut imaginer deux mandats de quatre ans, mais il me semble difficile de faire plus", explique celui qui a mené au nom du syndicat patronal les négociations sur la sécurisation de l?emploi.

Cette défection intervient au lendemain de celle de Charles Beigbeder qui a annoncé aux Echos qu?il s?opposera à la réforme des statuts. Celui-ci a annoncé qu?il votera pour Geoffroy Roux de Bézieux. Côté Medef territoriaux, le Medef Ile-de-France a aussi décidé de voter contre la réforme des statuts, rejoignant les Medef PACA et Rhône-Alpes.

La semaine dernière, la fédération des industries métallurgiques, la plus importante fédération du Medef, présidée par Frédéric Saint-Geours, un potentiel candidat sérieux, avait indiqué qu'il voterait contre la réforme des statuts.

Cela commence à faire beaucoup d'opposants à la réforme des statuts et à un nouveau mandat de cinq ans de l'actuelle présidente du Medef. L'un des candidats, Thibault Lanxade, PDG d?Aqoba a fait un communiqué lapidaire : "Fin de partie, la campagne normale peut commencer !!!", façon de dire que le pari de laurence Parisot semble de plus en plus difficile. Prochaine étape, jeudi 28 mars, le vote du conseil exécutif, dont on attend de savoir s'il sera ou non à bulletin secrets ou à main levée comme le souhaite Laurence Parisot. Si la réforme passe, il restera enfin l'étape d'un vote aux deux tiers des voix à l'Assemblée générale, mi avril.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2013 à 13:15 :
Allez Lolo, y a d'aut' compétences dans c'pays, quand même ! Lache du leste et va en vacances, ça t'f'ra du bien !
a écrit le 25/03/2013 à 0:45 :
il n'est pas normal de changer les status juste avant une élection ( je ne dit pas ça pour blesser une femme) mais la ficelle est un peu grosse, sa fait système russe a la Poutine.
a écrit le 23/03/2013 à 9:38 :
Faut demander à Médiapart. Elle doit bien avoir une casserole sur le feu...
a écrit le 23/03/2013 à 8:42 :
Comme elle est "trop bonne" elle pourrait gérer un portefeuille de l?Émir du Qatar ... Il vient de proposer à Sarkozy 500 millions d'euros pour faire des affaires au Maroc, en Espagne et au Brésil et comme ce dernier vient d'être mis en examen elle pourrait prendre sa place... La Abaia ( cette cape noire qui couvre la femme de la tête aux pieds) elle est habituée. Elle l'a déjà portée en Arabie Saoudite...
a écrit le 23/03/2013 à 7:25 :
Il manque le mot "gorge" dans le titre.
Réponse de le 25/03/2013 à 13:07 :
+1 !
a écrit le 22/03/2013 à 18:06 :
Le patronat ne suit pas la demande de poste à vie pour Mme Parisot je pense qu'il y deux raisons la première un certain énervement de voir cette dame plus proche des politiques que du patronat qui n'a jamais rien prouvé sur le plan entrepreunarial et qui sortie de cette école de la caste des politiquesIEP, passait mal dans le mouvement, puis pour un patronat qui souhaite que le linge se lave en dehors de la place publqie l'initiative "people" de Mme Parisot était déplacée, à cela on peut rajouter un accord compétivité mal ficelé.Puis il y a eu, en moindre importance, mais qui a un impact sur l'image que veut donner le patronat, la montée au créneau des internautes qui voyaient dans cette affaire une magouille à la politique, caste qu'une grande partie des français rejettent.Les internautes ont un pouvoir qui grandit, pouvoir que les politiques voudraient contrôler comme le souhaitait d'une manière détourné M. Copé en 2011,avec un accord tacite de la gauche. Conclusion le Medef a réagi avec responsabilité.
a écrit le 22/03/2013 à 17:34 :
Tu as servi juste la bonne soupe à Hollande , allez ... n oublie de fermer la lumière en partant et merci pour .... rien
a écrit le 22/03/2013 à 17:04 :
Je soutient Laurence tous les jours...
a écrit le 22/03/2013 à 16:33 :
du sang neuf serait bienvenu !
a écrit le 22/03/2013 à 14:20 :
C'est institutionnel en France, la longévité dans les mandats. Députés, sénateurs, dirigeants syndicaux, dirigeants patronaux... Elle aurait tort de ne pas essayer. Mais bon, je plains quand même les patrons si elle continuait son mandat car Parisot n'est quand même pas ce qui est de plus représentatif dans la gestion d'entreprise ou la prise de risque.
a écrit le 22/03/2013 à 13:55 :
elle va se retrouver au placard ! l'enfance est finie .. les matous sont de sortie elle aurait du faire un sondage la bougresse !! le suspense aurait été moins long ..
a écrit le 22/03/2013 à 13:53 :
Ca suffit ces nouvelles tentatives de restauration de la monarchie et de ses baronnies associés. Circulez. Du sang neuf, et qui sache faire le boulot.
a écrit le 22/03/2013 à 13:53 :
La fille à papa va boudé car elle ne pourra plus joué à son Medef.
a écrit le 22/03/2013 à 13:52 :
A elles sont belles les valeurs de la droite !

sarko qui s'est comporté comme un monarque, copé qui fais un putsh, celle là qui veut faire pareil...belle conception de la democratie dans notre gerontocratie !

pour que la France est un espoir de s'en sortir, il faut un grand coup de balai en partant du haut de la hierarchie par ou a pourri la plante !
a écrit le 22/03/2013 à 13:31 :
Normal... Président d'un organisme syndical tel que le MEDEF, ce ne peut pas être un métier. Donc un maxi de 8 ans est déjà trop. 6 ans serait une bonne durée, histoire de pouvoir à la fois engager une action sur le moyen et long terme, mais en évitant à l'organisation de se scléroser.
a écrit le 22/03/2013 à 13:28 :
Tant mieux! ça va laisser la place à quelqu'un de plus compétent !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :