Verbaliser les parents retardataires : une solution inefficace ?

 |   |  699  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Une commune du Territoire-de-Belfort a mis en place une pénalité sous forme d'amende pour les parents en retard à la sortie de l'école. Une initiative qui a déjà été mise en oeuvre dans d'autres villes. Les résultats seraient toutefois moins concluants qu'attendus.

Faire payer les parents en retard à la sortie de l'école. Serait-ce la solution? C'est en tout cas le processus qu'une commune du Territoire-de-Belfort vient de mettre en place. Le principe n'est toutefois pas nouveau. Il a déjà été mis en oeuvre dans d'autre villes de l'Hexagone, notamment en région parisienne. La ville d'Asnière-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine, teste elle aussi le principe depuis le mois de janvier dernier. La ville de Fresnes semble même avoir été pionnière en la matière, puisque ce principe d'amende y a été mis en place dans les écoles depuis la rentrée 2011.

Entre 10 et 30 euros par retard

A Fresnes, l'amende est de dix euros par tranche de dix minutes, mais elle est plafonnée à 30 euros par retard et par enfant. Sachant que le compteur ne se met à tourner que dix minutes après l'heure de fermeture de l'école ou du centre de loisirs, explique-t-on du côté du cabinet du maire de la ville. Le conseiller municipal délégué à l'éducaton de la ville de Fresnes tient à préciser que la "demande de pénalisation" est faite après plusieurs retards répétés. Sachant que les parents sont avertis et que l'information figure également sur le site Internet de la ville.

Un parent en retard mobilise trois personnes

Par ailleurs, l'élu rappelle que l'amende revêt avant tout un caractère coercitif. Il s'agit d'un "rappel à l'ordre", "parce que la discussion avec les parents n'aboutit pas", et non d'une compensation des surcoûts engendrés par les parents retardataires, précise Denis Helbing. Il faut en effet savoir qu'un enfant en retard ne mobilise pas moins de trois personnes, comme le rappelle Benoît Joseph, au cabinet du maire de Fresnes. La ville doit ainsi payer en heures supplémentaires un animateur, un directeur, ainsi qu'une astreinte. Sans compter le coût du bâtiment en lui-même (électricité, chauffage, etc.). Si le conseiller municipal n'a pas été en mesure de préciser le montant de ce coût global, une chose est sûre "on est bien loin des 700 euros" que les amendes ont permis de récolter en 2012, assure-t-il.

Les retards ne diminuent pas

Résultat, "il y a toujours des parents retardataires", assure-t-on dans une école de Fresnes. Mais pour l'heure, il s'avère difficile d'analyser leur évolution. Entre septembre et fin décembre 2011, selon les chiffres fournis par Denis Helbing, conseiller Municipal, il y aurait eu à Fresnes, quelque 36 familles pénalisées par une amende de retard. Sur l'année scolaire 2012, la mairie en a recensé 85. Et depuis le début de l'année 2013, il y aurait eu jusqu'à présent 35 familles retardataires, analyse l'élu. La mise en place de cette taxe ne paraît donc pas entraîner une baisse effective du nombre de parents retardataires, qui tourne en moyenne autour de douze par mois d'après le Conseiller. "En termes de statistiques pures, on ne pourra pas forcément constater l'efficacité du processus", concède Denis Helbing. 

L'amende peut même augmenter les retards

Si les résultats ne semblent donc pas aussi probants que ce qui avait pu être espéré, cela ne semble guère étonnant à en croire une expérience antérieure à 2010 évoquée par l'économiste Daniel Cohen dans son livre Homo Economicus. L'économiste y explique en effet qu'en Israël, une crèche avait ainsi décidé de s'attaquer au retard des parents grâce à une amende. L'établissement avait donc instauré une taxe de dix dollars par heure de retard pour les parents retardataires. "Le résultat ne s'est pas fait attendre. A la stupéfaction du directeur, dès le lendemain, les parents en retard ont été trois fois plus nombreux!"

Pour l'économiste, l'explication est simple: "avant la taxe, les parents essayaient d'être à l'heure au nom d'un impératif qu'on dirait moral -ne pas faire honte aux enfants, ne pas gêner les enseignants... Dès lors qu'on leur propose une pénalité, ils changent immédiatement l'échelle des valeurs à laquelle ils rapportent leurs actes: ils calculent que dix dollars, c'est le prix d'une baby-sitter".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/04/2013 à 8:20 :
Il y aura des parents "Jean foutre" qui arrivent toujours en retard (se lever c'est fastidieux !
et qui reprennent leurs enfants en retard, bavarder avec des copines étant plus important.
Ma belle fille qui est insitit, met sa fille chez une nonou agrée, elle doit reprndre sa fille
avant 17 heures 45 !!!aprés c'est H S. Là où j'habite il y a une maison à vendre, le terrain de foot est à 150 métres, et biendes jeunes de primaire jouent au ballon qu'ils font rebondir
sur volet, portes de garages , les parents ne disent rien. se permettent de passer sur le toit4des garafes etc...Moi jepense que pouyr être parent, faudra-il- passer un examen d'aptitude ?????
a écrit le 12/04/2013 à 23:03 :
c'est un moyen de faire pression sur les parents et de mettre le doigt sur le laxisme ambiant. Mais bon, s'il y a d'autres voies de dialogue ça serait mieux.
a écrit le 12/04/2013 à 22:05 :
bon ok sur le principe mais a quand l'amende pour le patron du parent qui force ce dernier a sortir en retard du boulot... certain parents exagèrent pas les autres...
a écrit le 12/04/2013 à 20:21 :
Moins cher qu'une baby sitter....
a écrit le 12/04/2013 à 19:37 :
Le problème, c'est que ce sont souvent des parents "attardés"
a écrit le 12/04/2013 à 19:26 :
Mon épouse qui était directrice d'école se rappelle d'un petit garçon qui se plaignait d'être toujours le dernier; sa maman était mère célibataire avec deux enfants avait un emploi de "technicienne de surface",...
Réponse de le 13/04/2013 à 1:04 :
@ Dédé35 : je ne vois pas ou est le rapport
Réponse de le 13/04/2013 à 11:07 :
@Dédé: qui a lui fait les gosses? vous? En France etre " mère célibataire " c'est à la mode...
Les starlets du cinema,TV,pub sont toutes mère célibataire.Facile accuser les autres.Ma
chatte aussi est mère célibataire mais elle ne touche pas les allocs
Réponse de le 13/04/2013 à 12:55 :
@ sarcasme, je ne vois pas ou est le rapport avec vôtre chatte qui est mère célibataire et qui ne touche pas les allocations familiale, moi j'ai essayé de donner à ma fille l'éducation de mes parents qui sont franco-polonais, je ne sais pas si je fais bien mais ma fille ne se plaint pas, quand elle retourne chez sa mère je sens bien qu'au lieu de retourner chez sa mère de rester chez moi, car comme vous l'avez devinez avec ces phrases que je suis divorcé.
a écrit le 12/04/2013 à 19:02 :
le titre attise la critique et ne crée pas la paix sociale. Je résume: Il faut donc que des enseignants restent à l'école pour attendre les retardataires: ils coûtent de l argent et en plus eux aussi veulent aller à la maison pour continuer à travailler (corriger, s'occuper de leur famille). Il faut que les retardataires payent les enseignants comme des heures sups le week-end: salaire majoré d'un gros facteur. C est fair. Ou alors: mettez en place des garderies privées qui vont reprendre les enfants seuls: ce ne sera pas bon marché mais c est peut-être un nouveau business (après 20h, il faudra aller chercher la police) et LAISSEZ TRANQUILLE les enseignants.
a écrit le 12/04/2013 à 18:37 :
Et oui, c'est comme les impôts, plus il y en a, plus il y a de fraudeurs :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :