Europe, chômage, croissance... résumé du deuxième grand oral de Hollande

 |   |  1587  mots
Copyright France Télévisions
Copyright France Télévisions (Crédits : France Télévisions)
François Hollande était confronté cet après-midi aux questions des journalistes lors d'une conférence de presse aux airs de "grand oral". Environ 400 journalistes étaient accrédités dont 250 professionnels français. La Tribune a suivit en direct cet événement et mis en avant les différentes réactions en provenance des responsables politiques, des entrepreneurs, des journalistes étrangers...

 18h40: La conférence de presse s'achève

L'intervention du chef de l'Etat s'est terminée comme elle avait débuté, en évoquant le situation au Mali. Le Président de la République s'est engagé à ce que tous les maliens soient en mesure de voter pour élire leur Président, le moment venu.

Il a ensuite pris congé en lançant : "nous nous retrouverons ou dans la rue ou dans six mois", faisant allusion à une question posée un peu plus tôt sur le sujet de ses déplacements sur le terrain au contact des Français.

18h09: Début des questions sur la politique internationale, enfin !

François Hollande commente son action autour du conflit en Syrie. Il souligne qu'il a rapidement soutenu l'opposition syrienne et mobilisé la communauté internationale pour qu'elle vienne en appui de l'opposition.

A ce jour, "on ne peut plus détacher la Syrie du reste de la région" fait valoir François Hollande, évoquant les répercutions de ce conflit sur les pays voisins. "La ligne rouge c'est l'utilisation des armes chimiques" a-t-il dit. Selon lui "l'intérêt de la région, l'intérêt de la paix c'est d'en finir avec Bachar Al-Assad" et il souhaite en convaincre Vladimir Poutine.

 

17h59: Mélenchon ironise

Pendant ce temps là, le leader du Front de Gauche  Jean-Luc Mélanchon la joue ironique sur Twitter:

 


 

 17h42: La perspective de 2017

Face aux potentielles velléités de Nicolas Sarkozy d'être candidat à la présidence en 2017, François Hollande répond par l'ironie. Interrogé sur sa volonté de se représenter en 2017, il évoque sa "popularité qui est au zénith" et affirme : "Je ne me préoccupe vraiment pas de 2017 (...) ce que je veux c'est laisser une trace en 2017, pas une candidature, une trace. Que je puisse me dire : oui nous avons changé la France, oui nous avons redonné de l'espoir."

17h39: Un ton grave pour évoquer le cas Cahuzac

Répondant à une question sur l'affaire Cahuzac, le président de la République prend un ton grave : "Le mensonge déshonore la politique. Le mensonge dès lors qu'il y a nune incrimination prersonnelle qui est proononcée, ce qui me conduit à penser que Jérôme Cahuzac ne devrait pas se présenter à quelque émission que ce soit, c'est d'ailleurs ce qu'il avait dit lors d'une émission il y a un mois". L'ancien ministre du Budget aurait en effet des velléités de se présenter comme candidat libre dans sa circonscription de Villeneuve-sur-Lot. François Hollande, visiblement n'y tient pas...

17h35: La solution pour le pouvoir d'achat ? L'emploi

"La meilleure façon de remettre du pouvoir d'achat c'est de créer de l'emploi", lance le chef de l'Etat. Ce dernier défend une fois de plus ses projets : contrat d'avenir, contrat de génération, emplois aidés...

17h14: Une croissance "nulle" en 2013

Concernant la croissance économique, le chef de l'Etat entrevoit une croissance "sans doute nulle" en 2013 et a dit son intention d'obtenir "le plus haut niveau de croissance" possible plutôt que de faire des prévisions. Le gouvernement tablait pourtant jusqu'ici sur 0,1% de croissance cette année. La Commission européenne, elle, envisage une récession à la fin de l'année, de -0,1%.

Le plan d'investissement sur dix ans sur l'énergie, la santé, le numérique et les transports sera, lui, présenté en juin par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a annoncé François Hollande. Ces investissements seront financés par des crédits européens, des crédits des "investissements d'avenir", des fonds de la Caisse des dépôts et de la BPI, des fonds privés, et "ce que des cessions de participations publiques peuvent procurer comme ressources supplémentaires", a-t-il dit.

16h50: Début des questions au chef de l'Etat

François Hollande est d'abord interrogé sur sa politique intérieure. Il en profite pour réitérer son entier soutien à son Premier ministre Jean-Marc Ayrault ainsi qu'à son ministre de l'Economie et des Finances. Il qualifie une remaniement ministériel de "possible" mais comme n'étant pas d'actualité.

 


 

16h49: Fin du monologue pour François Hollande

François Hollande sera intervenu pendant les 45 premières minutes sans être coupé.

16h45:  Proposition d'un gouvernement européen

François Hollande, ambigu ces dernières semaines sur sa position en Europe a frappe un grand coup en proposant un gouvernement européen qui se réunirait tous les mois pour décider de la politique économique européenne. Au menu:  harmonisation de la fiscalité, sociale et plan de lutte contre la fraude fiscale pour parvenir à l'union politique sous dans deux ans.

16h38: Inverser la courbe du chômage? Objectif maintenu

Concernant  l'emploi, le président de la République a réitéré sa promesse d'inversion de la courbe du chômage. Il a formulé un engagement: réduire de moitié la proportion des jeunes qui sortent du système scolaire sans formation chaque année en France.

Ces premiers propos du Président de la République ne manquent pas de faire réagir sur Twitter. Voici celle d'un journaliste du Daily Mail:

 Simplification de l'administration et plan d'investissement

Parmi les chantiers déjà ouverts : la simplification de l'administration. Le chef de l'Etat veut qu'il dure "tout au long du quinquennat". Sa principale annonce sur ce point : "Le silence de l'Administration vaudra autorisation et non rejet".

Le plan d'investissement sur dix ans sur l'énergie, la santé, le numérique et les transports sera, lui, présenté en juin par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a annoncé François Hollande. Ces investissements seront financés par des crédits européens, des crédits des "investissements d'avenir", des fonds de la Caisse des dépôts et de la BPI, des fonds privés, et "ce que des cessions de participations publiques peuvent procurer comme ressources supplémentaires", a-t-il dit.

16h30: Retraites: la durée de cotisation doit être allongée

Sur la thématique de l'emploi et plus précisément des retraites, François Hollande reprend les mots de l'ancienne majorité pour justifier la réforme à mener. "Dés lors que la durée de vie s'allonge, il est nécessaire d'allonger la durée de cotisation". Cependant, le Président de la République promet d'y intégrer des éléments de justice en prenant en compte les interruptions de carrière pour les femmes et l'âge de début de cotisation. Pour lui, il va de sa responsabilité de ne pas transmettre aux générations futures le fardeau du déficit dans le financement du système de retraites.

François Hollande sera intervenu près de 45 minutes sans être coupé.

16h20: François Hollande résume les réformes en cours

Le chef de l'Etat débute son intervention par une allocution d'environ 45 minutes pour faire un premier point sur les différents dossiers sur lesquels il est attendu. Il commence par rendre hommage aux soldats français engagés au Mali et en particulier à ceux décédés depuis le début de l'opération. Il dresse un premier bilan de la première année de sa présidence: le sérieux budgétaire, la compétitivité, la maîtrise de la finance, le marché du travail,etc. Selon lui, le délai de deux ans accordé par Bruxelles pour atteindre les 3% de déficit public doit être vécu comme une "opportunité pour une reprise plus rapide".

"La crise est fini, elle est derrière nous (...) ce qui frappe l'Europe actuellement ce n'est pas la crise c'est la récession" s'est-il exclamé.

"L'an II, ce doit être l'offensive" poursuit-il.

 

 

Il annonce alors plusieurs priorités: la lutte contre la fraude fiscale, la formation des jeunes et plus largement le lutte contre le chômage, la transition énergétique...

 


 

16h06 : Début de la conférence de presse

Les ministres du gouvernement viennent de faire leur entrée dans le salon où se tient la conférence de presse, avec en tête Jean-Marc Ayrault. Contrairement à la conférence de presse du mois de novembre, l'ensemble des ministres sont présents. François Hollande est ensuite entré dans la salle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2013 à 10:48 :
Enfin le président Hollande s?affichent sous un autre jour, ce n?est plus le président « normal » de fausse similitude avec tout citoyen et indécis il se présente en pragmatique et en assez connaisseur et prise de conscience de la crise économique qui perdure en France et de en zone Euro. Son constat certes tardif mais nécessaire sur les retraites, ses propositions de l?initiation de l?emploi par l?investissement, de plus de demande en UE et la réforme des procédures est une première pour les socialistes qui généralement oublient les entreprises, de même la cession de part dans le secteur public. A noter aussi la proposition d'un gouvernement européen qui décidera de la politique économique avec la correction de la dérive du discours de certain du PS vers le ciblage inconscient, injuste et dangereux de l?Allemagne. Sans doute ces propositions appliquées vont produire des résultats.
Réponse de le 17/05/2013 à 13:47 :
On peut toujours rêver... Ne soyons pas trop Candide pour autant. La probabilité que cela ne soit que du flan reste très forte. c'est d'ailleurs ce qu'en pense toute l'Europe aujourd?hui.
a écrit le 17/05/2013 à 10:17 :
lutter contre le chômage en laissant fermer les sites de production?,en laissant les produits du monde entier (souvent fabriqués par des salariés à la limite de l'esclavage) détruire nos marchés et nos entreprises?.dans un état déficitaire (pas les français qui eux ont économisés ) incapacité à dépenser moins ,voir le mille feuille ,régions (inutiles et couteuses) départements (utiles et proches des citoyens) cantons , communauté de communes ,communes (utiles), seules les paroles les mots les phrases toutes faites ,apprises à l'ENA sont la pour donner de faux espoirs aux citoyens qui travaillent dur et dont le salaire ne permet pas de vivre décemment les carriéristes sont au pouvoir depuis 30 ans et dans l'impasse ! le mot euorope avec la mondialisation ne veut plus rien dire les dirigeants prennent les directives aux USA,le marché commun sans UK était un espoir, maastrisch a signé le mot FIN !!!
a écrit le 17/05/2013 à 9:46 :
Il "JOUIT" des 2 ans supplémentaires accordés par l'Europe : n'a pas parlé d'où va t'il faire des économies, ni d'AUCUNE réforme structurelle !
Je dis que le jour où ça "pètera", ça "pètera" très très fort ! Ils ne contrôleront plus le peuple qu'ils auront poussé à bout avec leurs fiscalités (et à venir la SECU et les Allocations Familiales)
a écrit le 17/05/2013 à 9:43 :
C est son dernier mot jean pierre ?? Comment y croire après plein de changement et petit reniement Qui a écrit ce discours ??? Le même que sur l ennemie de la finance. Tout ça c est du blabla. Pour occuper les journalistes qui vont imaginer se qu il a voulu dire. Les actes et le réel on verra plu tard !!!!!
a écrit le 17/05/2013 à 8:18 :
Il veut laisser une trace!!!!!
j'imagine bien celle de l'escargot après la pluie, luisante, au trajet incertain, effacée dès la pluie suivante.
a écrit le 17/05/2013 à 2:56 :
Dans la rue, c'est une expression malheureuse, avec des reminiscences de mai 1958 et mai 1968/
a écrit le 16/05/2013 à 20:42 :
Encore du blabla et certain vont encore y croire pauvre france
a écrit le 16/05/2013 à 19:55 :
QU EN AU GOUVERNEMENT EUROPEENS ILS FAUT LE FAIRE L U S E N EST PAS UNE HUTOPIE C EST UNE NECESITE FASSE AU MONDIALISME QUI SE MET EN PLACE SOUS NOS YEUX REVEILLONS NOUS?
Réponse de le 16/05/2013 à 20:24 :
Rien compris. La majuscule ne vous va pas.
Réponse de le 16/05/2013 à 21:25 :
En français svp.
a écrit le 16/05/2013 à 19:48 :
les idees sont bonne ils faut continues dans ce sens est je conseillerais chaudement a hollande de reprendre jaque atali comme conseilles economique c est qu elqu un qui a des idees inteligentes est en economie il faut du tenps 1 an ce n est pas assez pour que les reformes fasse leur effet MAIS IL FAUT ALLEZ VITE POUR LE RESTE DES REFORMES
a écrit le 16/05/2013 à 19:42 :
Pensez que Francois hollande peut qqch pour l'économie c'est être quelque peu naïf. La politique monétaire est aux mains de la BCE, la budgétaire régie par la règle d'or, et la politique sociale aux mains des multinationales qui décrètent s'Ils investissent ou pas dans tel pays, jouant la concurrence entre États. Alors que peut l'état français dans tout cela? S'aligner sur le moins disant sans doute
a écrit le 16/05/2013 à 19:40 :
Nous avons peu parlés du sujet de délinquance, et pourtant, c'est un fait très important. Car ça, avec la drogue, le pickpocket, les vols de sacs à mains, finit par des cambriolages. Nous voyons souvent dans les rues des groupes de délinquants âgés de 10 à 16 ans dans l'entrée des quartiers, dans des parcs publics, devant les super-marchés, s?entraînant à voler, non seulement des sacs à mains , mais également des sacs contenant de la nourriture. Même à l?intérieur des super-marchés...
Ces enfants s'absentent souvent à l'école. Comment est-ce possible ? Pour résoudre ce problème il y des solutions. Augmenter le salaire des professeurs, pour qu'ils puissent prendre leur responsabilité au sérieux. Par exemple, dans les écoles privés, les professeurs enseignent bien et ne sont jamais absents. Envoyer des courriers aux parents pour qu'ils prennent les mesures nécessaires, ainsi que les Académies. Augmenter les effectifs des Assistants Sociales. Supprimer les Allocations Familiales ne suffit pas.
On voyait dans les super-marché des enfants arrêtés par les vigiles, et les gardiens qui les frappent les martyrisent. Torturer ces enfants ne sert à rien, il vaudrait mieux s'en prendre à leurs parents, car ce sont eux les responsables de tout ça. Ils ne prennent pas les responsabilités de leurs enfants et les laissent faire ce qu'ils veulent. Les parents restent devant la télé avec leur portable. Donc les enfants sont libres et cherchent les moyens de profiter de leur vie. A la fin ses familles sont jaloux envers les familles qui construisent leurs vies ici avec leurs enfants pour leurs bonne éducation. Jours après jours les cambriolages augmentent. Depuis des années, les cambriolages dans d'autres communautés ont commencés. Le plus efficace serait que la police augmentent le rayon de leurs cibles. Si on ne peut pas maîtriser cette situation maintenant la délinquance va empirer et atteindra un niveau digne de Mohammed Mehra.
a écrit le 16/05/2013 à 19:38 :
N'a pas parlé de REFORMES STRUCTURELLES et aucun journaliste ne lui en a parlé non plus ! N'a pas parlé d'économies, alors comment va t'il réduire la dette française ??? !
Réponse de le 16/05/2013 à 23:39 :
Mystère ! mystère...il en est plein de mystères, notre bon président..!
a écrit le 16/05/2013 à 18:50 :
Après cette intervention on réalise combien on est dans la m.... !
Réponse de le 16/05/2013 à 19:25 :
on est en plein dedans il a sa boit mais pas les outils , c'est une veritable catastrophe, des promesses mes pas d'avances que du vent
Réponse de le 16/05/2013 à 19:40 :
C'est bien de vous en apercevoir ! Mieux vaut tard que jamais. Perso depuis l'extraordinaire vote des franchouillards en 2007, j'ai compris qu'on s'y enfonçait dans la m....Pensez donc : un second tour de présidentielle opposant la Madone du Poitou au Vendeur de Bretelles du 9-2 !
a écrit le 16/05/2013 à 18:40 :
En gros du vent pendant une heure en nous parlant à qui mieux mieux de la France, pour au final nous annoncer qu'on va lâcher encore plus de souveraineté à la bureaucratie européenne et poursuivre un peu plus dans le sens de l'agenda américano-germanique. Pas de doute, la France a cessé d'exister pour lui comme pour la grande majorité de nos élites qui se croient un destin au delà du nôtre.
a écrit le 16/05/2013 à 18:21 :
Par habitude, à cette heure,sur la 2 , je regarde : ON NE DEMANDE QU'A EN RIRE .....
Réponse de le 16/05/2013 à 23:42 :
vous auriez mieux fait! si je puis me permettre...Vous y aviez tout à y gagner, tandis que là....!
Réponse de le 17/05/2013 à 8:32 :
c'était pas comique !!! il aurait du etre BUZZE ....
a écrit le 16/05/2013 à 17:41 :
maintenant que le francais n'est plus la langue unique de la republique , je poserai 4 questions :

1) pourquoi passer une loi qui n'est pas demandé par bruxelles
2) pourquoi refuser de signer la charte des langues regionales , car etant breton , quitte a parler autre chose que le francais je prefere parler le breton
3) n'est il pas genant d'avoir 6 ministres ayant appartenu a la french american foundation , hollande prendrait aussi ses ordres a washington
4) Mr le président , les symboles ne coutent rien , mais sont tellement important !!!!!

alors le mercredi vous allez recevoir des ordres de Mr Barroso (Ex MAOISTE , New Hyper Liberal)
alors le mercredi vous creez des universités en langue anglaise
et a la fin du mois vous faites un New Deal for EUROPE a Paris organisé par un Magnat Germano - Americain

Trop c'est trop vous n'êtes pas DIGNE d'etre président !!!!!!!!
Réponse de le 16/05/2013 à 17:58 :
Votre 1) me surprend... N'est on à ce point plus dans un état de droit, qu'il faut s'étonner d'une loi votée sans qu'elle n'émane de Bruxelles ?
Réponse de le 16/05/2013 à 18:07 :
c'etait une forme de boutade bien sur ...
a écrit le 16/05/2013 à 16:58 :
Tiens il appuyait en son temps ceux qui descendaient dans la rue contre le report de la retraite a 60 ans. Etrange. Quant a une union politique des 27 c'est une belle utopie comme toutes les idees socialistes. Les Anglais sont deja quasiment sortis de l'UE.u
a écrit le 16/05/2013 à 16:55 :
Parler pour rien dire et surtout rien faire, l'essence du hollandisme.
a écrit le 16/05/2013 à 16:50 :
C'est mieux de déclarer maintenant, il faut du courage, c'est l?intérêt pour la France et son peuple, si on souhait vraiment développer l'économie.
a écrit le 16/05/2013 à 16:45 :
«Remaniement du gouvernement» donc c'est le moment de redresser un gouvernement national autour de l'actuel premier ministre Mr Jean-Marc Ayrault; on peut proposer avec les jeunes ministre d'autres ministre expérimentes de gauche,ou de droite,ou même d?extrême droite,car ils ont aussi le droit de participer au gouvernement national,si Mr, Le Pen reconnaît l'histoire des Chambres à gaz ainsi que ses victimes, on peut aussi citer Mme Ségolén Royal, Mme Martine Aubry; ancien ministre du travail,de l'emploi,et de la formation professionnel, Mr, Dominique Strauss K, ancien ministre et directeur général de FMI, Mr François Bayrou et Mr Jack Lang anciens ministres de l'éducation national, Mr Alain Juppé et Mr Dominique de Villepinte, anciens premier ministre, ancien député PS Mr Julien Dary, le député FN Mr Gilbert Collard et pour pas Mr Jean luc Mélanchon si il défend la totalité du peuple français (65 millions) au lieu de défendre les syndicats qui sont peut-être 4 millions,Donc c'est mieux de restructurer la totalité du gouvernement
Réponse de le 16/05/2013 à 20:46 :
Je suis d accord avec vous
a écrit le 16/05/2013 à 16:35 :
Toujours rien du cote reformes structurelles (fonctionnaires etc.). Un nouveau coup d'epee dans l'eau.
Réponse de le 16/05/2013 à 17:56 :
Retraites ? Allocs ? Code du travail ? Formation professionnelle ? En effet, rien de bien structurant n'est annoncé/adopté...
Réponse de le 16/05/2013 à 18:48 :
@Gilles1 : ça va viendre, Bruxelles a donné un délai de 2 ans pour réduire le déficit en dessous de la barre des 3% mais c'est pas gratuit ! Pour preuve, en revenant de Bruxelles, "Normal premier" a dit que le modèle allemand était le modèle à suivre. Donc, on va avoir droit en premier à la réforme sur les retraites, travailler jusqu'à 70 balais, ça vous dit ? Ensuite, ce sera la réforme du travail : fini le CDI, fini les 35H, fini le SMIC. Vous vouliez du changement ? Vous allez en avoir mais pas dans le sens où vous l'entendiez !
Réponse de le 16/05/2013 à 23:46 :
+ UN ! CREVER au boulot, c'est d'avenir !! ça résoudra l'insoluble problème des retraites!....Elle est pas belle la vie?!!
a écrit le 16/05/2013 à 16:25 :
Grâce à normal 1er, à bientôt 37 piges, je veux quitter la France. Je n'en est pas les moyens. Mais il m'a dégoûté, sont gouvernements est dans le lot de mon dégoût. C triste.
Réponse de le 16/05/2013 à 19:29 :
seul
Réponse de le 16/05/2013 à 20:44 :
Mais qui a vote ps???? On se peut aujourd hui se pose la question

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :