Vers un rapprochement d'Ubifrance et de l'Agence française des investissements internationaux ?

 |   |  353  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
C'est l'une des recommandations du rapport remis mercredi Bentejac-Desponts à Nicole Bricq. La ministre du Commerce extérieur voit cette proposition d'un bon œil.

Remis mercredi à Nicole Bricq, la ministre du Commerce extérieur, le rapport Bentejac-Desponts pourrait avoir pour conséquence la fusion d?Ubifrance, l?agence pour le développement international des entreprises et de l?Agence française des investissements internationaux (AFII).

Le rapport suggère de fusionner les deux structures au sein d?une nouvelle agence baptisée « France international ». Les opérations de soutien sectoriel comme la Sopexa ou FranceAgriMer qui agissent pour le compte de l?Etat pourraient aussi intégrés la nouvelle structure. « L?objectif à terme est de regrouper les forces aujourd?hui dispersées et dont les moyens s?amenuisent, et de donner un signal clair de mobilisation », précise le rapport. "Ce ne sera pas facile", avancent les deux rapporteurs qui préconisent dans leur rapport une "mise en place progressive et concertée".

Des structures aux tailles peu comparables

Petit rappel, Ubifrance aide les entreprises exportatrices ou potentiellement exportatrices. L?AFII est chargée de la promotion du territoire. En clair, elle tente d?attirer les investissements directs étrangers (IDE). Présent dans 80 pays, Ubifrance compte 1.400 personnes dans ses effectifs. Plus modeste, l?AFII compte 160 collaborateurs, répartis entre son siège à Paris et ses 27 bureaux à l?étranger. Réunis sous le label bpifrance Export, les membres de l'équipe de France de l'export, dont Ubifrance est la tête de pont, sont déjà incités à mieux coordonner leurs efforts en faveur des entreprises exportatrices. 

Selon les Douanes, la France comptait 119.203 entreprises exportarices en 2012, dont 86.637 TPE de moins de 20 salariés, 25.949 PME, 3.524 entreprises de plus de 250 salariés et 3.093 entreprises dont la taille n'est pas renseignée.. Un chiffre à comparer aux 3 millions d'entreprises recensées.

Plusieurs exemples à l'étranger

"Les deux missions sont complémentaires, il faut sans doute réfléchir à la fusion", a déclaré la ministre. Dans un souci de rationalisation, plusieurs pays voisins de la France ont déjà procédé à ce type de rapprochement. C?est le cas de l?Allemagne avec Germany trade& invest, du Royaume-Uni, avec UK T&I et de l?Irlande avec Enterprise Ireland.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/07/2013 à 6:21 :
Il y a des milliers de Francais etablis hors de France et qui connaissent les marches locaux, les acteurs, la culture etc. Une partie d'entre eux offrent des services qui sont orientés vers les entreprises françaises et étrangères investissant localement. Il y a donc un initiative privé et un secteur privé à l'étranger. Le role de Ubifrance devrait prendre en compte cette donnée et se présenter d'avantage comme une information préliminaire et un relais vers le secteur privé à l'étranger. Pourquoi payer plusieurs expatriés chez Ubifrance sur deniers public pour réaliser des prestations qui sont offertes par des entrepreneurs sur place? Une étude règlementaire à 10000 euros facturée par ubifrance c'est un scandale lorsqu'il y a des prestataires privés qui peuvent faire un meilleur travail et pour moins cher... Le résultat de cela c'est qu'une entreprise française établis hors de france ne recrutera pas un jeune français pour faire cette prestation en locale. Alors que le letmotiv de l'action publique devrait être de développer le secteur privée en restant dans un role de coordination et d'information. Ce qui serait également moins couteux pour le contribuable.
a écrit le 27/06/2013 à 19:34 :
En Rhone Alpes, le puzzle desarticule de l'export fait que la plus grand difficulte pour exporter commence deja en France : Ubifrance,Erai, CCEF, CCI en France, chambres de commerce a l'etranger, un gros tas d'experts et pseudo experts dont je ne compte plus les doublons. Je me passe donc de ces appuis flous et payant alors qu'ils sont deja finances par mes impots et l'argent publique, je ne veux pas payer 2 fois !
a écrit le 27/06/2013 à 15:44 :
Il est temps de non pas regrouper, mais repenser l'approche a l'export de la France.
entre UbIfrance,les chambres de commerce a l'etranger qui bien souvent oeuvrent sans financement et moyens, obligees de faire de l'evenementiel pour survivre et une structure comme les conseillers du commerce de la France, constitue d'hommes et de femmes d'experience,offrant gracieusement leurs competences et peu utilises, il y a de quoi reformer!
a écrit le 27/06/2013 à 14:57 :
Lorsque l'on mesure l'inefficacité, comme toutes administrations publiques, d'Ubifrance et l?agence pour le développement international des entreprises et de l?Agence française des investissements internationaux, il ne faut pas s'étonné du déficit de notre commerce extérieur. A quand la culture du résultat à Ubifrance AFII ? Ainsi va la dépense publique à perte.
a écrit le 27/06/2013 à 14:05 :
Et après, ils vont se trouver un beau siège social dans le centre de Paris pour y investir les économies réalisées dans une telle opération.........................
a écrit le 27/06/2013 à 12:16 :
Il leur faut un rapport pour voir une telle évidence de synergie?? Hé bé on est pas sortis des ronces .....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :