Pierre Moscovici tend la main au Medef... qui n'a pas l'intention de la lâcher

 |   |  801  mots
Pierre Moscovici et Pierre Gattaz arrivent au Medef (c) Marina Torre
Pierre Moscovici et Pierre Gattaz arrivent au Medef (c) Marina Torre (Crédits : DR)
Point d'orgue de cette nouvelle grand messe du Medef, la venue de Pierre Moscovici était l'occasion pour le nouveau dirigeant de l'organisation patronale de rappeler ses exigences. Et pour le ministre d'apporter son lot de promesses, histoire de désamorcer le débat sur les retraites et le budget 2014.

Pierre Moscovici a eu droit à un accueil bien plus chaleureux que Sylvia Pinel. A l'université d'été du Medef, et malgré un contexte tendu, le ministre de l'Economie était reçu avec le sourire par Pierre Gattaz. "Je veux vous faire applaudir pour avoir eu le courage d'utiliser le terme de 'ras-le-bol' fiscal", a lancé le patron des patrons au ministre en guise d'introduction. Un raz-le-bol qui aurait pu servir de thème à ces deux jours de débat, tant il était au coeur des discussions. Aux exaspérations des patrons, à l'appel de leur nouveau chef de file la veille, Pierre Moscovici a répondu par une série de promesses. Auxquelles le numéro un du Medef a répondu... par de nouvelles demandes. 

  • Compensation de la hausse des cotisation

La première promesse du ministre de l'Economie tendait à rassurer après l'annonce d'un projet de réforme des retraites sévèrement critiqué pour sa "timidité" et pour la hausse des cotisations prévue. Concernant les cotisations patronales, la "hausse sera entièrement compensée par la baisse des cotisations familiales", et ce jusqu'en 2017 a promis Pierre Moscovici. Et ce afin que "la réforme des retraites ne pèse pas sur le coût du travail".  Le ministre n'a pas précisé par quel biais ce transfert sera effectué et sur qui, finalement, reposera la hausse. 

  • Engager la simplification par ordonnances

Sur l'autre exigence des entrepreneurs, la simplification, l'exécutif répond par une méthode expéditive : les ordonnances. Pierre Moscovici prévoit de présenter une demande de loi d'habilitation à cette fin "dès le 4 septembre". La simplification peut faire gagner "jusqu'à 0,8% de PIB" a-t-il argué.

Dans l'opposition, Jean-François Copé, l'actuel président de l'UMP avait promis un gouvernement par ordonnances, signe à ses yeux d'efficacité. 

  • Bientôt de nouvelles réductions du coût du travail?

"Le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi n'épuise pas la réflexion de la baisse du coût des facteurs de production", et notamment du travail, a indiqué le ministre. Plus d'un an après le rapport Gallois, un nouveau cycle de réflexion est donc lancé. Il invite le Medef, l'Afep et la CGPME a Bercy pour que, dans le projet de Budget 2014, la fiscalité de la production soit révisée. 

  • Des graines pour "les pigeons"

Pierre Moscovici a par ailleurs évoqué l'épisode des "pigeons" l'an dernier."Mr Roux de Bézieux s'en souvient", a-t-il lancé, dans un clin d'oeil à l'ancien patron de CroissancePlus, l'un des chefs de file du mouvement et actuel membre de la direction du Medef. Avec d'autres entrepreneurs, il s'opposait l'année dernière à la réforme programmée des plus-values de cession. Bercy réfléchit à un système "plus avantageux", a même précisé le ministre. 

  • Réduction des dépenses

Le ministre a en outre répété avec force la promesse de réduction des dépenses. "57% de dépenses dans le PIB, ça ne va pas". Haussant le ton, il a martelé: "il faut réduire le poids des dépenses dans le PIB" et rappelé que l'Etat supprimait 2.300 emplois publics par an. Là encore, le détail des coupes budgétaires sera annoncé dans le prochain projet de loi de finances pour 2014 qui doit être discuté par les parlementaires à l'automne. 

Il a en outre promis que le CICE sera "exclu du contrôle fiscal". C'était l'une des craintes des chefs d'entreprise. Selon une avocate fiscaliste, présente dans l'assistance, ceux-ci auraient même été "60% à se montrer réticents" à cause de cet aspect. 

  • Le Medef ne lâche pas le morceau (de croissant)

Après son appel de la veille, puis de nouvelles demandes, et même après l'annonce des propositions de Pierre Moscovici, son hôte n'a pas lâché le morceau. Dans la ligne d'une stratégie de l'opiniâtreté, il a poursuivit la liste des griefs et invité le ministre à "faire le tri dans le musée des horreurs".

Réaffirmant, au sujet des retraites, qu'une compensation entière de la hausse par un transfert des charges de la branche famille famille il a notamment insisté sur "l'urgence", arguant que les entrepreneurs ne pouvaient attendre 2015 ou 2016, et que la courbe du chômage risquait non pas de s'inverser, comme le promet François Hollande, mais d'atteindre "12% à Noël". 

Il a toutefois accepté la main tendue de Pierre Moscovici pour la réforme de la fiscalité de la production dans le Budget 2014. Ce qui lui a donné l'occasion de finir sur une note ironique, non dénuée de sarcasme: "dès lundi matin, j'arrive chez vous, j'apporte les croissants... pour que vous ne les taxiez pas". 

 >> Suivez en direct l'Université d'été du Medef

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2013 à 15:02 :
Il tend la main gauche, bien sûr !!!
Réponse de le 31/08/2013 à 16:23 :
Pourquoi ? Ceux qui tendent la main droite n?enfument personne ?...
a écrit le 30/08/2013 à 18:13 :
le message était tellement contre nature pour un dogmatique socialo, qu'il a du lire ses fiches : il est clair que la reprise passera par les entreprises !!!! ha bon ? quelle évidence mais effectivement très utile tant bien d'autres fustigent les entreprises qui créent la richesse pour financer la gabegie publique !! aucune conscience de la réalité des facteurs et de toute façon ce qui est donné aujourd'hui sera surement repris plus tard, aucune confiance dans ces idéologues bornés
a écrit le 30/08/2013 à 15:49 :
Les patrons sont ils plus naïfs que les Français ?
Comment croire un gouvernement qui change d'avis tous les jours
Si les charges sur le travail baissent qui va payer tout ce qui a été promis à l'électorat du PS
La CSG en 2015 !!
a écrit le 30/08/2013 à 15:02 :
Aux rédacteurs, on écrit "ras le bol" et non "raz le bol".
Réponse de le 31/08/2013 à 13:37 :
les 2 façons sont bonnes, figurez vous !
a écrit le 30/08/2013 à 14:56 :
Le MEDEF croit au père Noël ????????
a écrit le 30/08/2013 à 14:13 :
Il existe des tractations contre les jeunes actifs de la part des syndicats dans l affaire des retraites : ils comptent leur faire payer la dette et les retraites par les cotisations ! Tu parles d un régime social, c est de l égoïsme des boomers qui n ont cure de la désindustrialisation. En Espagne, c est monstrueux les jeunes sont ostracisés ! Ils ne font rien tout le monde le dit sauf de faire monter les prix du logement en faisant de la pénurie, ça a commencé en 2000 et ça ravage tous les pays ! Bienfaiteurs de la société, c est du blabla, c est du vampirisme des forces vives !
Réponse de le 30/08/2013 à 18:52 :
C'est du grand n'importe quoi quand vous parlez de l'Espagne. Pour info j'y vie.
a écrit le 30/08/2013 à 13:42 :
Nous avons de lourds sujet, mis à part le chômage qui augmente et les impôts contre la volonté des gens, des fermetures de sites et des trahsisons sociales, on parle ouverture des prisons, alors pourra-t-on attaquer les riches et les députés impunément ?
a écrit le 30/08/2013 à 13:32 :
Pierre Moscovici tend la main au Medef ... le titre de La Tribune est intéressant en ce sens que les français d'en bas le comprennent autrement selon un autre titre de bon aloi : Pierre Moscovici tend la main au Medefbanksters et Medefpatronsvoyous qui lui accordent un avenir radieux lorsque le PS et ses amis de l'UMP UDI seront rejeté par les électeurs !!!
Réponse de le 30/08/2013 à 14:44 :
commentaire stupide et sans valeur
Réponse de le 30/08/2013 à 17:36 :
je suis tout à fait de votre avis
Réponse de le 30/08/2013 à 17:49 :
Depuis les cohabitations socialistes RPR UDF et vices versa, tous les politiques font profession de ce que l'on appelle avec pudeur le "PANTOUFLAGE" ... le pantouflage ça commence à l'ENA et dans les grandes écoles (enfin les vrais fausses grandes écoles) ...puis ca passe par la politique pour se ménager DES parachutes DORES pour l'éternité puisque les familles entières et les descendants des politocards vivent sur le dos des français d'en bas ...CA C'EST SI SIMPLE à CONSTATER...
Réponse de le 31/08/2013 à 13:05 :
bien d'accord, les politiques français ne sont plus au service du peuple mais au service du monde politico-administratif, même combat pour les privilèges, dépenses somptuaires et inefficaces, aucunes réorganisations, des services pléthoriques, redondants, aucune mesure d?efficacité... roue libre totale, aucune gestion... c'est le privé qui est sacrifié pour financer ce clan de privilégiés et détourneurs de fond publics. aucun homme politique dans le paysage qui ait la trempe d'un gestionnaire courageux et efficace comme dans les pays nordiques (qui s'en sortent trés bien, évidemment !!), on est revenu avant 1789 !! mais dans la plus grande démocratie du monde, voyons !! manquent pas d'air !!!
a écrit le 30/08/2013 à 13:04 :
C'est à se taper la tête contre un mur... Mosco qui fait maintenant l'apologie de l'économie libérale. Parce que c'est de cela dont il s'agit, une économie moins taxée et moins de fonctionnaires et donc moins d'Etat ! Le débat ne risque pas d'avancer en France. C'est de l'enfumage politique.
Réponse de le 30/08/2013 à 13:24 :
Exactement , les Entreprises ,grandes ou petites sont en train de se faire avoir en beauté !
Moscovici n'est pas crédible dans sa proposition à moins que les flammes de la Pentcôte soient descendues sur lui et qu'il comprenne ,enfin, comment marche un boite .Mais j'en doute très,très fortement .Une bonne question , considère-t-il la CSG comme un impôt ou comme un prélèvement social ?? Dans la deuxième hypothèse , les impôts n'augmenteront pas mais la CSG oui .Je parie sur cette hypothèse, ne serait ce que pour "équilibrer " la diminution des cotisations familles des Entrprises .Je prends les paris. .
a écrit le 30/08/2013 à 12:55 :
La situation française n est pas brillante, celle de l Italie aussi : cofindustria annonce que si le gouvernement fait tomber le nord industriel, c est le retour aux années 50 ! Une paille alors que la dette monte à 140% et le chômage galope ! Pour la question de la criminalité, nous devons donc demander à notre député quels crimes seront autorisés, quel salarié sera suicidé sur son lieu de travail, enfin s il possède un compte ? Belle démocratie que voila ! On usurpe le pouvoir par le mensonge ! On gaspille 200 milliards 10 points de dépenses en plus que l Allemagne pour pas moins de pauvres ! Si le fonctionnaire peut être improductif en profitant de sa sécurité, c est l esclavage pour le salarié qui n a pas de fortune. L Etat n amortit pas les crises, il étouffe la croissance et rejette des millions de chômeurs hors de la vie active. C est un régime scandaleux et immoral et c est le sud européen ! Entre 25 et 50% de jeunes sans vie !
a écrit le 30/08/2013 à 12:23 :
Existe-t-il des accords secrets contre la population alors qu on nous annonce des hausses d impôts ?
a écrit le 30/08/2013 à 12:15 :
La France « dernier pays communiste » ? Les actualités sont chargées. On nous annonce des baisses de charges, cadeaux aux entreprises ? Des hausses de cotisations sur les jeunes actifs et la réforme du QF pour faire payer les familles, cadeau spoliatoire aux retraités ! tout empire sur une croissance verte nulle, les chômeurs on s en moque, seuls comptent les prébendes du public. Les individus fonctionnarisés administrent la désindustrialisation et la trahison sociale et spolient les jeunes dans l emploi. On ment sur les retraites, hors bilan 1600 milliards ! Tapis de bombes H contre les tyrans politiques ! L hiver nucléaire contre les cantines couteuses et les emplois de prof fictifs sur le dos des salariés précaires et millions de jeunes exclus et ce malgré les études ! On autorise l évasion des riches, on fait des comptes et on taxe les classes moyennes : progrès nul ! Les immigrés n ont droit ni à l auto qu on ne fabrique pas, ni au logement, qu on ne construit pas, on fait dans la cherté et la dépensite maladive pour des tunnels qui ne rapportent rien ! Lisbonne et théodule. On nous publie le dépassement technologique : pourquoi les riches artistes pourraient profiter de leur fortune et nos ingénieurs seraient sur le carreau. De l utilité publique : faut-il créer des emplois ou bien du chômage ? Pour se débarrasser des gens, il existe plusieurs méthodes : stalline faisait des goulag, ailleurs on fusille, ici on fait des fourberies de scapin, on éparrpille les chômeurs, on ne finance pas la création d entreprise mais la dette qui nous tombe sur la tête, la moitié de la bourse est vendue à létranger, on martyrise les salariés ! Le progrès et l humanisme ne sont pas à l ordre du jour sur le développement technologique. Comme en 40 on part en guerre sans armes? alors vive le grand bond en avant dans la dette, les chateaux en Espagne et la faillite des banques et entreprises d Etat, 150 milliards non déclarés. La productivité se fait au détriment des salariés alors que le public paresse dans la sécurité et de meilleurs salaires, sans parler des retraites, seul un salarié est actif à l âge de la retraite ! Exception française, l épidémie de suicides, à la cpam récemment. Existent dans ce pays des suicideurs du peuple qui s amusent à pousser les gens à l autodestruction, des bourreaux d enfants qui font de la traite des bébés, récemment une association subventionnée par l Etat à l étranger, il parait qu on va libérer les repris de justice alors qu on compte peu de dossiers ouverts sur la question du banditisme. Alors quels crimes sont légaux ? C est Mexico city ! Ce pays est un boulet pour la zone et la planète en terme de croissance, on élimine les éléments créatifs, on fait dans l emploi de complaisance par copinage sans rapport avec les compétences, il existerait des réseaux occultes qui traffiqueraient dans le dos de la population, on fait dans le cartel politique, l enfer social, l apocalypse économique ! Démocratie des v?ux pieux, il n y a jamais eu de réforme des institutions et la population est condamnée aux taxes à perpétuité, le dysfonctionnaire, ça coûte cher, c est l Etat d incurie, on fonctionne en mode étouffoir de la croissance et politique de chômage ! Quand l épargne finance la faillite de l Etat, c est un suicide collectif ! Pour épitaphe : fut une Grande Nation ! Les ménages, les entreprises et la Fayette, à la poubelle ! Alors vive le crime institué et la faillite de l Etat ! Reste à payer sur 6 mois, 60 milliards de déficit ! Pas étonnant qu on nous annonce que 4 français sur 5 sont contre la politique conduite ! Le mille feuille et le symposium nous font des violons de la paupérisation générale produit des papiers, on augmente ici on baisse là, on ne fait rien que s enrichir sur le pillage en règle de la population ! Au maquis !
a écrit le 30/08/2013 à 11:08 :
J'espère de tout coeur que cette rencontre avec Moscovici ne sera pas une Gattaztrophe pour les patrons,malgré les croissants . .
En effet , que peut peut promettre Moscovici sans l'accord de Hollande , rien !!! et on a vu qu'hollande louvoie mais ne lache rien !!!
Réponse de le 30/08/2013 à 11:36 :
je ne sais pas si ce sera la cata mais cela sent la MAGOUILLE genre accordS secretS et apres les munipales on allége les charges patrons mais on matraque le contribuable puisque les économies mosco ne connait pas
a écrit le 30/08/2013 à 10:17 :
quelle ARNAQUE cette annonce APRES LES municipales on va vous flanquer une bonne dose de csg ou de tva ;
a écrit le 30/08/2013 à 9:39 :
Je pense que depuis un an, toutes les erreurs et mensonges commis nous prouvent que Mr Pierre Moscovici comme ces colloques ne sont pas digne de :
Confiance
Compétence
Expérience
Donc à quoi bon relayer tous ces discours stériles !!!
a écrit le 30/08/2013 à 9:29 :
un beau bonnet d'ane à tous ceux qui ont annoncé le ras le bol fiscal aux univerités et qui approuvent la reforme disons plutot l'augmentation des cotisations retraite . DEUX annoncer LA suppression de la branche famille oui A CONDITION de dire comment on transfert ou comment (peu probable il ne sait pas faire) on économise ?????
a écrit le 30/08/2013 à 9:26 :
L'euro ne peut pas être dévalué alors ils ont dévalué nos salaires mais cela ne leur suffit pas. Sans doute qu'à la prochaine réforme le PS proposera au patron des patrons Pierre Gataz l'esclavage qui sait? Et Pierre Gataz répondra que ce n'est pas assez et le PS lui proposera le travail des enfants à partir de huit ans et Pierre Gataz répondra ce n'est pas assez..........................
a écrit le 30/08/2013 à 6:28 :
Moscovicieux tend la main au Medef. Bien vérifier que le majeur n'est pas replié...
a écrit le 29/08/2013 à 23:48 :
J'ai entendu une idée hier sur une chaine de TV:
Au lieu d'aider directement les personnes, permettront aux entreprises d'embaucher de façon plus flexible et le reste serait une aide prise en charge par l'état. Par exemple, un patron a besoin d'une personne mais son salaire+charges l'en empêche. Pourquoi ne pas lui permettre de l'embaucher en lui payant 50% (pourcentage à définir) et que l'état comble le reste jusqu'au SMIC. Les gens bosseraient, les patrons auraient donc un coût du travail moindre, mais ils cotiseraient un peu.
Je ne suis pas économiste, mais l'idée m'a semblé bonne. Quelqu'un voit-il dans ce concept une défaut majeure ? Je ne fais que proposer une réflexion. Inutile de s?énerver.
Si ma question peut sembler trop candide et que certain ne souhaite pas y répondre, je ne m'en offusquerai pas. Mais si quelqu'un a la bonté d'éclairer ma lanterne s'il pense que c'est une connerie, j'apprécierai.
Merci
Réponse de le 30/08/2013 à 9:22 :
Le problème c'est que c'est encore l'état qui paye et donc le contribuable. C'est un peu le problème des emplois de services et des emplois aidés. Cela ne rapporte rien à l'Etat.
Réponse de le 30/08/2013 à 10:29 :
De toute façon l'état participe, soit la personne est indemnisée au chomage, soit elle réintégre le monde du travail avec une chance à terme de bénéficier d'un emploi stable.
Réponse de le 30/08/2013 à 13:00 :
Soit, mais quel est l'intérêt d'avoir un Etat qui prélève de l'argent aux entreprises pour ensuite le reverser ? A terme, cela aboutira forcément à une perversion du système, voire à des magouilles. Sans compter que créer des taxes, pour ensuite reverser les fonds à telle ou telle entreprise, cela implique d'embaucher encore des fonctionnaires supplémentaires... C'est l'usine à gaz assurée et c'est encore une fois une entrave à la liberté.
Réponse de le 30/08/2013 à 15:45 :
Tof, Illiad a tout resume, tout comme la pression fiscale ces procedes sont couteux. Prenons concretement un exemple chiffre simplifie. Nous avons X entreprise qui gagne 100, on decide d un impot de 45% soit 45 euros, on affecte un agent de l etat pour preleve.... X dit que c est lourd et que cela frene l emploi, la croissance.... On decide d une niche/exoneration... de 20% on affecrt un nouvel agent au calcul.... donc on a 2 agent pour collecter non plus 45 euros mais 80% de 45 euros sans compter tout les systeme informatique a mettre en place pour calculer tout ca.... du coup l impot perd disont en etant gentil encore 20% de son rendement........ Alors que des le depart on aurait calcule que pour etre efficace il fallait preleve 36 euros soit 36% soit la somme finale apres l usine a gaz. On aurait pas du engager de nouvelle depense pour la collecte......Il faut avoir le courage de revoir le systeme en calculant le rendement et l efficience de chaque impots/taxes.... Mieux vaut une assiete large et un taux bas qu une assiete reduite a un taux considere comme confiscatoire.
Réponse de le 30/08/2013 à 19:45 :
Merci pour vos réponses.
Je trouve ça plus constructif que l?éternelle baston gauche/droite. D'ailleurs à vrai dire il n'y a plus pour moi, de sensibilité politique qui m'inspire...

a écrit le 29/08/2013 à 22:52 :
Une erreur a été de ne pas rallonger plus rapidement la durée de cotisation pour les retraites étant donné que la durée de vie moyenne est allongée. Il est écrit : la "hausse des prélèvements sera entièrement compensée par la baisse des cotisations familiales". On peut se demander qui va payer au final car ce n'est pas la baisse d'allocations familiales qui couvre la différence.
a écrit le 29/08/2013 à 22:51 :
Il existe un vrai risque de fracture entre le petit monde politique, et l'élite de la Nation, les investisseurs, les ingénieurs, les entrepreneurs... Les premiers dépensent sans compter, les seconds génèrent..Cela ne peut durer indefinitivement..une révolution..
Réponse de le 30/08/2013 à 6:33 :
Les "investisseurs" (rentiers) élite de la nation ? Vous pouvez les ôter de la liste ! A part créer des bulles immobilières grâce aux dispositifs débiles de défiscalisation, ils ne servent à rien !
a écrit le 29/08/2013 à 22:46 :
le berné c' est le contribuable qui contrairement au patron ne bénéficie pas de compensations lui ! Les frères socialistes font les poches du peuple et se donne bonne conscience en créant des emplois bidons véritable mine d'or pour la racaille des banlieues dont nos énarques bobos s'imaginent acheter l' intégration .
a écrit le 29/08/2013 à 22:18 :
Ne nous trompons pas, je suis patron et le Medef ne nous représente pas. Les gens du Medef sont comme nos hommes politiques : ils sont très peu à avoir investi leur propre argent et avoir pris des risques personnel. Ils font parti de cette oligarchie qui tuera notre pays.
Réponse de le 29/08/2013 à 23:01 :
et les autres type cgpme etc ? Vous ne vous sentez représenté par personne ? C'est un problème à combler en effet.
Réponse de le 30/08/2013 à 18:54 :
En effet, je ne me sens pas représenté en France. J'ai vécu en Allemagne et là c'est autre chose ! En France, tous ces gens font partie de l'oligarchie en place et ne souhaitent pas que les choses évoluent.
a écrit le 29/08/2013 à 19:15 :
Pour faire des economies, suppressions des chambres de commerce qui consomment chaque annee plus de 1.75 milliards d'euros pour 25.000 fonctionnaires pour 163 etablissement dorés dans lesquels certains fonctionnaires se donnent des salaires de ministre !
Réponse de le 29/08/2013 à 20:56 :
Donne nous des exemples au lieu de parler dans le vide !!!!
Réponse de le 29/08/2013 à 21:55 :
Un Directeur General de CCI de province gagne environ 6000 a 7000 euros nets par mois, un chef de service 4000 a 5000 euros net quand 90% des patrons, que ces gens sont censés representes, gagnent bien moins et travaillent vraiment. Marre des parasites !
Réponse de le 29/08/2013 à 22:20 :
Je suis patron et gagne 2.500 Euros par mois en ayant investi mon propre argent (maison...). Et après ces gens nous font la morale. Je vote FN aux prochaines élections car j'en ai marre de tous ces profiteurs démagogues pour qui le patron est le méchant.
Réponse de le 29/08/2013 à 22:47 :
Comme si voter FN allait changer les choses. Quelle naïveté ! Le FN a géré des villes comme Martigues, Orange etc et les résultats ont été très mauvais. En plus prétendre que sortir de l'euro et de l'Europe serait un avantage c'est ne pas comprendre que nous ne sommes plus dans le passé et ce serait bien pire.
Réponse de le 30/08/2013 à 0:12 :
Vous avez bien mal choisi votre parti. Le FN défend le même type de mesures économiques que Mélenchon. Ecoutez donc parler Marine du patronat et de liberté d'entreprendre, car ça ne manque pas de sel ! Le FN libéral est malheureusement fini...
Réponse de le 30/08/2013 à 9:53 :
LE FN NE PEUT PAS ETRE PIRE QUE LE PS OU L UMP.QUE RISQUEZ VOUS A L ESSAYER?OUVREZ UN PEU LES YEUX(on ne peut pas critiquer quelque chose que l on a pas essayé ou alors on est idiot)SOYEZ INTELLIGENT ET NE REPETEZ PLUS TOUTES CES BANALITES ENTENDUES PAR CI PAR LA ET PROCLAMEES PAR QUI?
Réponse de le 30/08/2013 à 15:12 :
Bien sûr que si le FN sera pire. Ce qui manque à la France c'est de la liberté d'entreprendre et un État moins obèse. Ça n'est absolument pas la doctrine économique du FN. Et je ne suis pas un anti FN primaire, je pense que si ce parti existe c'est qu'il correspond à une véritable demande d'une partie des citoyens dépités par les échecs des autres partis (ump et ps)... Sans compter la stigmatisation permanente de la gauche experte en leçons de morale. Le FN soulève régulièrement de vrais problèmes mais n'a aucune solution.
Réponse de le 30/08/2013 à 17:52 :
Oui C'EST une PRiORiTé de supprimer toutes les Chambres de Commerce et toutes les Agences blas blas banquet ... toutes inutiles et ruineuses
a écrit le 29/08/2013 à 18:47 :
ah maintenant c'est officiel, le PS et le MEDEF cul et chemise. On a tant accusé la droite de s'acouqiner avec le MEDEF alors que les principaux soutiens d'hollande financiers ont été les dirigeants du CAC 40 (au moins une bonne partie), vloila la réalité, le copinage des riches socilistes et ceux du MEDEF, dejeuneront ils ensemble au Fouquet's????
Réponse de le 29/08/2013 à 21:07 :
gros con! C'est à cause de débiles dans ton genre qu'il y a 5 millions de chômeurs!
Réponse de le 29/08/2013 à 22:59 :
@ Ta gueule : une argumentation plus fine et conviviale serait la bienvenue, sans forcément qu'il soit nécessaire d'apporter chaque fois les croissants avec vos contributions.
Réponse de le 30/08/2013 à 5:48 :
Argumenter avec un syndicaliste moisi qui ne comprend rien à rien et qui vit dans un réflexe de haine aussi improductif qu'imbécile à l'égard de toute personne qui entreprend? Ha ha ha... Non merci, je le laisse à Pole Emploi celui-là! Ils sauront quoi en faire... Un "soutien psychologique" lui sera probablement apporté!
Réponse de le 31/08/2013 à 13:41 :
Donc c'est automatiquement un "syndicaliste"... C'est marqué où ? AAAAAH c'est un déduction... Donc, pour vous le problème c'est les autres. Pas de soucis vous pouvez continuer a déambuler en pyjama monsieur tout va bien...
a écrit le 29/08/2013 à 18:43 :
Le Medef demandeur de charges en moins, d'aides publics certes la contre partie plus d'emplois, plus de salaires moins de délocalisations reste à démontrer de manière concrète au même titre que la réduction des dépenses de l'état... Pour les contribuables la devise de l'état n'a pas changé ',spolier les riches (du moins les non- pauvres) pour entretenir les assistés et les excès de nos dirigeants!
Réponse de le 29/08/2013 à 22:22 :
Tout ceci est du théâtre de guignol. Le Medef est la même oligarchie que tous ces politiques de droite et de gauche. Pour moi, vrai patron de PME, le Medef ne représente rien du tout et surtout pas les valeurs travail et investissement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :