3,2 milliards d'euros : le déficit des transactions courantes a pratiquement doublé en un mois

 |   |  256  mots
Cette aggravation est principalement due à une hausse du déficit des échanges de biens, à 5,3 milliards d'euros sur la période
Cette aggravation est principalement due à une hausse du déficit des échanges de biens, à 5,3 milliards d'euros sur la période (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Il s'élève à 3,2 milliards d'euros en juillet contre 1,8 milliard en juin.

Le déficit des transactions courantes de la France a augmenté en juillet, atteignant 3,2 milliards d'euros, après 1,8 milliard en juin, a annoncé mercredi 11 septembre la Banque de France dans un communiqué.

Une détérioration inhérente aux échanges de biens

Cette aggravation est principalement due à une hausse du déficit des échanges de biens, à 5,3 milliards après -4,0 milliards, en données corrigées des variations saisonnières et du nombre de jours ouvrables, a précisé la Banque de France.

Les excédents des échanges de services avec le reste du monde et des versements de revenus entre résidents et non résidents atteignent respectivement 2,6 milliards et 2,9 milliards tandis que le déficit des transferts courants est stable, à 3,3 milliards.

Un déficit de 35,2 milliards en 2011 et de 44,4 milliards en 2012

Sur l'ensemble de l'année 2011, le solde des transactions courantes avait été de - 35,2 milliards d'euros, un montant qui s'était aggravé à - 44,4 milliards en 2012.

La balance des transactions courantes est un bon indicateur de la situation d'une économie par rapport au reste du monde: elle prend en compte les échanges de biens mais aussi ceux des services, ainsi que les revenus et investissements directs ou de portefeuille et les revenus du travail.

Elle est une composante de la balance des paiements, qui comporte également le compte de capital (remise de dette, achat de brevets, de terrains...), et le compte financier qui répertorie entre autres les investissements directs et de portefeuille et l'évolution des réserves en devises et en or.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/09/2013 à 17:10 :
Sans compter la triche à la TVA rendue à l'étranger.
a écrit le 11/09/2013 à 12:53 :
Le taux des charges et mises aux normes de toutes sortes nous a plombés depuis 4 ans. Il faudra bien payer ces erreurs d'incompétences de nos élus.
a écrit le 11/09/2013 à 11:13 :
C'est un prélude à la reprise industrielle qui commence par une augmentation des importations ...
Réponse de le 11/09/2013 à 12:07 :
les deficits sont partout et ils croient a la reprise c'est prendre les gens pour des imbeciles .....................................la France est en depot de bilan ......................
Réponse de le 11/09/2013 à 16:30 :
En parfait accord, le redressement judiciaire s'impose voire la liquidation...
a écrit le 11/09/2013 à 10:26 :
Il faut vraiment être un socialiste pour ne pas comprendre que ce Pays est cuit..
a écrit le 11/09/2013 à 10:21 :
g

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :