Exportation : la Franche-Comté, une exception française

 |   |  766  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
L'excédent commercial de la Franche-Comté dénote au regard du déficit de la balance commerciale française. La région dégage un solde positif d'environ 4 milliards d'euros par an. Notamment grâce à ses PME innovantes.

Alors que la balance commerciale de la France reste déficitaire, la région Franche-Comté fait figure de curiosité,  avec un excédent commercial, qui atteint plus de quatre milliards par an. En 2011, son chiffre d'affaires à l'international a atteint 11,2 milliards d'euros, soit 7,2% de plus qu'en 2010.

La croissance n'est pas tirée par les seules grandes entreprises (comme PSA ou General Electric). Quelques 40 % du chiffre d'affaires à l'international sont réalisés par les TPE et par les PME, dans des secteurs d'excellence : l'horlogerie, la lunetterie, le jouet ou encore l'emboutissage.

Dans cette région, 24 % de la population active occupe un emploi dans l'industrie, démontrant par là qu'il y a de la place pour un savoir-faire "Made in France". La formation initiale est d'ailleurs fortement empreinte de cette culture industrielle. Pour exemple, l'université de technologie de Belfort-Montbéliard, spécialisée dans les transports et dans l'énergie, forme chaque année 2.500 futurs ingénieurs.

 

Des secteurs d'activité traditionnels revisités grâce à l'innovation

 

Entreprise leader en France sur le marché culinaire haut de gamme, Cristel fabrique l'ensemble de ses produits (un millier de références) à Fesches-le-Châtel. La PME (100 personnes) réalise un chiffre d'affaires annuel de 12 millions d'euros, dont près de 25 % à l'export. Une part appelée à croître fortement avec l'ouverture, le 6 septembre dernier, d'une filiale aux Etats-Unis.

Cristel s'appuie sur les grandes magasins, les boutiques de détail et les « cook shops » pour commercialiser des matériels de cuisson qui, pour être utilisés au maximum de leur capacité, « doivent être vendus avec les conseils qu'ils méritent - ce qui exclut du cercle des distributeurs les grandes surfaces », indique la co-présidente, Bernadette Dodane.

Cristel propose de fait des produits à haute valeur ajoutée, fonctionnels et esthétiques, grâce à un effort en R&D qui représente deux millions d'euros d'investissements chaque année. L'entreprise a ainsi inventé, en 1986, le concept de « cuisson service »: des appareils de cuisson qui, une fois les anses ou les poignées retirées, peuvent passer directement à table. Elle a également développé, dès 1987, la première gamme inox compatible avec l'induction.

 

Savoir défendre ses secrets de fabrication

 

Comme Cristel, VMC Pêche, le leader mondial de l'hameçon (150 salariés à...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2012 à 13:24 :
Bonjour,
Dans ce contexte, c'est la raison pour laquelle, afin de contribuer à surmonter les principaux freins à l?export que sont :
- la peur du risque et de l?inconnu ;
- la méconnaissance des mécanismes et de la démarche d?exportation ;
- l?absence de taille critique (petites ou très petites entreprises),
nous avons lancé au cours du premier trimestre 2011 une alliance internationale d?experts-comptables français ou francophones (voire tout simplement francophiles) : www.oui-global.com
Cordialement.
SB
a écrit le 23/03/2012 à 14:39 :
Il y a la saucisse de Morteau aussi qui dope les exportations...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :