Médecins spécialistes : le palmarès des hausses

 |   |  658  mots
Les tarifs des médecins spécialistes ont augmenté de 1,7% en moyenne entre 2012 et 2013
Les tarifs des médecins spécialistes ont augmenté de 1,7% en moyenne entre 2012 et 2013 (Crédits : Sanoia)
Gynécologues, ophtalmologistes... Les dépassements d'honoraires des médecins spécialistes prennent des proportions inquiétantes selon l'enquête de l'UFC- Que Choisir.

Beaucoup trop. Les tarifs des médecins spécialistes n'ont cessé d'augmenter depuis 1980. Ils ont même doublé (hors inflation) depuis 1990 et progressé de 1,7% (deux fois l'inflation) entre juillet 2012 et juillet 2013. Tel est le sombre constat que dresse l'UFC Que Choisir dans une étude publiée ce mercredi, à la veille de la présentation du projet de loi de financement de la sécurité sociale.

Les gynécologues pratiquent les dépassements d'honoraires les plus excessifs

Dans le détail, l'institut de protection des consommateurs a étudié les tarifs pratiqués à travers le pays par les pédiatres, ophtalmologistes et gynécologues. Résultat : ces derniers remportent la palme des dépassements d'honoraires les plus élevés, avec une moyenne de 55,7 euros la consultation, soit près du double du tarif de base de remboursement de la Sécurité sociale qui est de 28 euros.

A Paris, il n'est pas rare de trouver des praticiens demandant jusqu'à 150 euros la consultation, soit plus de cinq fois le tarifs de base. Les ophtalmologistes arrivent en seconde position avec une moyenne de 49,8 euros par consultation. Les pédiatres s'avèrent les plus sages en demandant 46,2 euros par rendez-vous en moyenne.

C'est néanmoins chez les pédiatres que l'UFC a constaté la plus forte hausse tarifaire en un an. Leurs tarifs ont augmenté de 7%, contre 1,5% du côté des gynécologues et 0,7% pour les ophtalmologistes.

>> Tarifs excessifs: 500 médecins dans le collimateur de l'assurance maladie

L'Assurance maladie a d'ailleurs envoyé mi-août plus de 500 courriers à des médecins dont les dépassements d'honoraires - selon l'Assurance maladie, près de 30.000 médecins pratiquent des dépassements d'honoraires - sont jugés excessifs, en conformité avec l'accord signé fin octobre 2012 visant à les limiter grâce à un contrat d'accès aux soins (CAS).

Mais selon l'UFC, le nouveau contrat d'accès aux soins (CAS), qui doit entrer en vigueur le 1er octobre, ne permettra pas de remédier à la "fracture sanitaire" constatée. Et pour cause, il ne s'appliquera qu'aux médecins volontaires dont on attend "seulement" un gel du tarif moyen. Sachant que les médecins les plus "inflationnistes" pourront rester en dehors du dispositif et conserver leur liberté tarifaire et que les nouveaux médecins qui le souhaitent pourront choisir le secteur 2, selon les mêmes conditions qu'actuellement.

Le secteur 2, à l'origine de la fracture sanitaire?

Or, l'UFC estime que le problème vient principalement de ce secteur 2, qui permet aux médecins de fixer librement le prix de leurs consultations. Contrairement aux médecins dits "conventionnés", exerçant en secteur 1 dont les tarifs ne peuvent excéder le tarif de base de remboursement de la sécurité sociale.

A l'origine le secteur 2 à honoraires libres, créé dans les années 1990, devait être provisoire, explique l'UFC. Or, les années passent et celui-ci demeure, sachant que les jeunes médecins qui arrivent sur le marché sont plus nombreux que la génération précédente à opter pour ce secteur, comme l'illustre le schéma de l'UFC:

jeunes medecins specialistes

Toujours selon l'enquête de l'UFC, 35% des pédiatres, 57% des ophtalmologistes et 59% des gynécologues exerceraient en secteur 2. ce qui revient à une moyenne de 53% des spécialistes qui pratiquent des dépassements d'honoraires. "Dans les grandes villes, les patients n'ont pas le choix", déplore Alain Bazot en présentant les résultat de l'étude.

 

Les solutions brutales de l'UFC-Que Choisir

Seule solution, brutale, pour l'UFC donc:  fermer l'accès au secteur 2 aux jeunes médecins entrant dans la profession. L'institut estime qu'il faudrait aussi plafonner dès à présent les dépassements d'honoraires à 40% du tarif de la sécurité sociale. Ce qui signifierait, pour un médecin spécialiste, facturer entre 28 et 39,2 euros la consultation....

Une énorme différence pour les pédiatres de l'ouest parisien qui n'hésitent pas à prendre entre 80 et 120 euros par consultation, mais aussi pour leurs...clients (patients?). Pour l'heure, l'UFC compte solliciter les parlementaires afin d'étudier ces propositions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2013 à 1:04 :
Merci de parler des médecins du secteur 1 comme moi
Il y a 27ans consultation à 22€
Maintenant 28€ avec60% de frais !!!! On ne s'en sort pas après impôts voilà le pourquoi des dépassements pour ceux qui ont choisi avec raison le secteur 2 .c'est la première année que je suis inquiète pour ma spécialité . Les journalistes devraient plutôt parler de cela et expliquer que les honoraires n'étant jamais réévalués les médecins secteur 1 sont très inquiets . La est le vrai problème .
a écrit le 26/09/2013 à 8:41 :
"Je donnerai mes soins à l?indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire."

Article 26 CDM (article R.4127-26 du code de la santé publique)

Un médecin ne peut exercer une autre activité que si un tel cumul est compatible avec l'indépendance et la dignité professionnelles et n'est pas susceptible de lui permettre de tirer profit de ses prescriptions ou de ses conseils médicaux.
a écrit le 25/09/2013 à 23:40 :
En tant que chirurgien en clinique mutualiste, j'exerce comme salarié sans faire de depassements d'honoraires. Les soins sont de qualité et je ne suis pas tenté de pousser mes indications pour gagner plus. Il faut arreter de faire croire aux patients que plus on paye et meilleurs seront les soins. Il y a encore des medecins honnetes, passionnes par leur mission et pour lesquels s'enrichir n'est pas leur but. Cela ne les empeche pas d'etre competents!
Réponse de le 25/09/2013 à 23:55 :
Bonsoir.
Vous êtes salarié. Vous n'avez donc aucune dépense structurelle à assumer. Quel est votre salaire net mensuel ?
Par ailleurs on ne dit pas que les médecins libéraux sont forcément malhonnêtes comme vous le suggérez.
Réponse de le 25/09/2013 à 23:56 :
Par ailleurs l'augmentation des tarifs permet de se dispenser de la tentation des abus d'indication.
Réponse de le 26/09/2013 à 0:02 :
Enfin, 4600 euros par mois dans les zones désertes (proposition Marisol Touraine) cela m'irait bien car avec 12h00 de travail par jour, une fois que j'ai payé mes emprunts, ma secrétaire et mes charges il me reste 3500 euros par mois. mais peut-être que c'est trop pour 12h00 de travail par jour ? Au tarif syndical de 7h30 par jour cela fait proportionnellement 2130 euros par mois. Les chiffres, il n'y a que cela de vrai !
Réponse de le 26/09/2013 à 6:47 :
1100 euros pour payer votre secretaire, vos charges, et vos emprunts???... vous allez vous retrouver aux prud'hommes...

Réponse de le 26/09/2013 à 12:11 :
J'ai un certain respect pour tous les professionnels (quelque soit le secteur) qui ne travaillent pas que pour le fric ! On se doute bien qu'en médecine il y en a plein (c'est ceux que j'essaye de rencontrer (hopital, clinique et même liberaux indépendants ) mais l'attrait du gain et les abus de quelques uns (un peu trop nombreux quand même), la difficulté de leur échapper en raison de la non transparence des tarifs (on ne passe pas son temps sur Ameli !) fait beaucoup de tords à la profession.
a écrit le 25/09/2013 à 23:39 :
Comparez le tarif horaire de professions équivalentes, en niveau de formation, ou pas; et vous comprendrez que poursuivre dans la direction donnée par un conventionnement délétère, conduira à un réel problème sanitaire et économique, qualitatif et quantitatif, d'une autre ampleur que celle mise en avant par une libéralisation. Mais il est encore trop tôt pour que les médecins redeviennent de vrais libéraux avec des exigences professionnelles dignes d'une médecine moderne.
Réponse de le 26/09/2013 à 12:17 :
Ingénieur grande école, travail avec contraintes (déplacements, horaires), travail difficile ou il faut toujours se remettre en question, négocier, gérer des relations humaines, se former... je gagne 2 ou 3 fois moins qu'un radiologue... Mais je ne suis pas jaloux, j'aime mon travail, je ne travaille pas pour l'argent, je travaille beaucoup pour les autres... et j'ai rencontré des tas de gens comme ça...(dans des hopitaux en particulier...)
Réponse de le 26/09/2013 à 16:49 :
@moimeme : médecin libéral: ce ne sont pas tous des radiologues,et quand bien même : durée d'études ? sortie sur le marché de travail à plus de 30 ans; investissements et remboursement des prêts pendant combien d'années? horaires de travail ? Retraite à 69 ans désormais , avec quel montant? délai de carence en cas de maladie : 90 jours !!, quasiment pas de congés maternité, quid en cas d'invalidité ? exposition au risque médico- légal... le libéral a un prix vous savez
Réponse de le 26/09/2013 à 22:25 :
@phildoc : vous devez quand même savoir qu'après un certain nombre d'années d'étude les médecins sont payés, certes pas comme des spécialistes.... que les études, ce n'est pas vraiment très pénible (j'en ai fait !). L'argument remboursement des investissement est bidon : il montre que finalement il y peu de justification à des revenus indécents : il est bidon parce que les revenus dont on parle sont hors charges... (notamment d'investissement) et que de plus les investissements ce ne sont pas des sommes perdues (j'aimerai bien pouvoir investir n'importe ou des montants considérables, je les retrouverai plus tard...). Horaire de travail : plus ça va plus on constate que de nombreux spécialistes gagnent tellement d'argent qu'ils réduisent leur temps de travail. J'en connais pour pouvoir écrire ça ! Pour le reste les libéraux n'ont pas tendance à cotiser pour des mutuelles santé ou pour des retraites : c'est leur choix : ils ne comptent que sur eux même, il ne faut pas qu'ils sortent ça comme argument pour dire qu'ils ont une vie difficile ! Le risque légal : ca concerne tout le monde (un chef de chantier, un conducteur de bus, un individu quelconque qui fait une connerie...). Si les médecins en ont conscience, c'est bien !
Réponse de le 28/09/2013 à 15:48 :
Vous comparez le risque légal des médecins à celui d'autres professions... vous connaissez beaucoup de choses sur la médecine mais certainement pas la frêquence des sinistres qui n'a rien à voir avec celle d'un conducteur de bus....
Les études, ben je ne sais pas ce que vous avez fait, mais regardez la vie d'un interne de spé ou d'un chef de clinique....et je ne crois pas que beaucoup d'?tudiant d'autre fillieres sortent à l'àge des étudiant en médecine sur le marché du travail. Les prêts, oui, il faut en tenir compte quand vous savez que l'âge moyen des libéraux c'est 55 ans, les revenus en début d'activité n'ont rien à voir avec ceux annoncés dans les stats. Comparez les revenus des médecins à ceux d'autres professions libérales (notaires etc) et regardez les horaires de travail et les revenus dans d'autres pays de l'ocde. Le libéral procure des avantages mais a aussi un prix que vous ne voulez pas voir, c'est votre choix. Dommage que vous n'ayez pas choisi cette voie aussi paradisiaque
a écrit le 25/09/2013 à 23:36 :
Les médecins libéraux sont dans la situation des prostituées qui dépendent de proxénètes toujours plus exigeants. Ici le proxénète c'est l'état. +30% de cotisation à revenus égaux de 2011 à 2013 par augmentation CARMF, URSSAF, TAXES FONCIERES, IMPOTS ... Dans 10 ans il n'y aura plus de médecine libérale et les universités de médecine seront vides car le mandarinat hospitalier n'est pas attractif non plus. Les jeunes ont compris. Les anciens expliquent bien.
Réponse de le 26/09/2013 à 8:48 :
"Dans 10 ans il n'y aura plus de médecine libérale et les universités de médecine seront vides ..."
en attendant nous sommes à 100 candidats pour 10 élus !!! Les médecins restent les rois du monde.
a écrit le 25/09/2013 à 23:12 :
Génial!
a écrit le 25/09/2013 à 23:07 :
Quand tout le monde aura compris que "dépassement d'honoraire" ne veut strictement rien dire, on pourra avancer...
Le tarif de base remboursé par la sécu n'est plus représentatif de rien. Complètement déconnecté des coûts, des contraintes, de l'expertise. Ce n'est pas le "tarif juste" mais un forfait basé sur du vent. La médecine de qualité, ça coûte cher, et ne vous leurrez pas, il faudra payer...
a écrit le 25/09/2013 à 19:28 :
et si nous parlions des 60h hebdomadaires,sans parler des nuits, de la retraite des médecins qui est à 67 ans avec un niveau minable à cause de l'état qui vole 56% des cotisations retraite, des charges qui ont doublé en 8 ans, un taux de suicide 10 fois plus élevé qu'à France télécom et surtout, surtout L'ETAT QUI PONCTIONNE ENVIRON 75% DES DEPASSEMENTS ENTRE CHARGES OBLIGATOIRES ET IMPOTS. Vous comprenez bien que l'état ne va pas se priver d'une telle manne, un médecin qui dépasse rapporte beaucoup plus à la sécu et à l'état.
Réponse de le 25/09/2013 à 20:57 :
boh, ft pas s'enerver, ca donne du boulot au cardios qui ont aussi des delais a rallonge! ;-)))) ... les gens qui n'en foutent pas une croient que ceux qui ont bosse comme des damnes ( pas seulement les medecins, hein?) vont bosser pour 30 euros brutes de l'heure a grands coups de contraintes ' dans la justice reenchantee'... he bizarrement c'est les memes a gemir que plus personne ne veut faire ophtalmo et qu'il y a un delai de 1 an pour un rdv.... les medecins suffisamment jeunes et motives.... mettent les voiles... n'hesitez pas a faire pareil, parce que pour le merci que la france va vous donner... allez, la france pourra demander a tous ses rmistes de faire le travail vu qu'ils ont droit au meme salaire et qu'ils ont les memes competences, egalitarisme oblige!! comme on dit en france ' a salaire egal, travail egal' !!!!!!!!
a écrit le 25/09/2013 à 18:15 :
La réalité aujourd'hui:
-C'est que la rémunération des médecins français fait partie des plus basses de l'Europe et que nos talents ne rêvent que d'une chose, partir à l'étranger pour y exercer leur métier (la suisse et j'en passe...)
- C'est que vouloir une médecine de qualité a un coût et que notre système est arrivé à bout de souffle et n'a plus les moyens de ses ambitions
- Que taper sur les médecins est ridicule car ils sont les piliers de notre système de santé, l'un des plus performants au monde
- que le médecin philanthrope n'existe pas, et heureusement d'ailleurs, car c'est une fumisterie de croire ou de faire croire qu'une personne qui fait 9 à 12 ans d'études est corvéable à merci et doit gagner des clopinettes
- Et pour ceux qui pensent quand même que le médecin doit être un philanthrope, (je doute fortement qu'ils soient médecins eux-mêmes.....), leur posture relève plus de la psychiatrie qu'autre chose. Je les invite, à toutes fins utiles, à revisiter leur livre d'histoire, et notamment la partie consacrée à feue l'URSS.
a écrit le 25/09/2013 à 17:30 :
Les jeunes veulent pas du job parce qu?ils ont vus leurs aînés l?avoir dans le zob
Les jeunes veulent pas bosser parce qu?ils en ont marre de se faire taxer
Les jeunes veulent pas bosser parce qu?on leur a dit k?sétait looser
Les jeunes veulent pas du job parce qu?ils veulent palper avant d?travaillé
Les boss sont des magouilleurs, les boss sont des profiteurs, les boss sont des poseurs
Le taf c?est la dislocation ; ça t'met sous l?emprise de ton patron qui te la joue pochtron
Le taf c?est l?incarcération qui t?mettra dans l?aliénation et fera de ton fiston?.
un ongle incarné.
Dans ta face: YO !
a écrit le 25/09/2013 à 17:23 :
Personne n'évoque les investissements qui vont etre nécessaires pour rendre les cabinets en accord avec les nouvelles normes au 1er janvier 2015.Comment financer ces homologations?
Les cabinets non homologués vont-ils fermer, accélérant la désertification.
Il faut savoir qu'aucun cabinet Parisien n'est aux normes de 2015 et qu'un nouvel installé doit s'installer dans un cabinet aux normes. Voila une autre raison du peu d'installation à Paris ...
Réponse de le 25/09/2013 à 17:47 :
bah c'est pas grave, tous dans des centres de santé à l'anglaise, avec la file d'attente et le tiers payant pour tous, et les médecins aux 35 h, les congés formation, enfant malade, congé maternité, adieu les 90 jours de carence de la CARMF en cas de maladie etc...
Réponse de le 25/09/2013 à 18:56 :
C'est une excellente remarque... Je connais plusieurs médecins qui m'ont dit leur intention de déposer leur plaque fin 2014 pour faire des remplacements, etc. D'une part ils en ont marre de leurs conditions d'exercice, et d'autre part, ils ne peuvent pas se mettre aux normes. Et c'est pas que à Paris que c'est vrai. Voilà ce qui arrive à force de pondre des normes et des réglements sans se préoccuper de leur mise en oeuvre...
Réponse de le 25/09/2013 à 19:30 :
le niveau de rémunération des médecins anglais est beaucoup plus élevé, pour des horaires moindres, c'est surtout les patients qui trinquent
a écrit le 25/09/2013 à 17:11 :
Pour une fois les commentaires de la Tribune sont pleins de bon sens concernant les honoraires libres qui ne sont choisis que parce que les honoraires conventionnés sont ridiculement bas.
Les jeunes Médecins généralistes qui n'ont pas droit aux honoraires libres ne s'installent plus à Paris depuis plusieurs années, (10 par an ce qui est ridicule) ville qui deviendra un désert médical quand les anciens auront pris leur retraite.
Quant aux dépassements chiffrés à 2 milliards d'euro, que représentent-ils par rapport au budget de la SS de 1000 milliards d'euro environ...
De mon coté, je propose qu'on supprime le Secteur I ...
Réponse de le 25/09/2013 à 18:59 :
Le chiffre de 10 par an concerne-t-il l'ensemble des spécialités ? L'année dernière, j'avais vus des statistiques sur le devenir des médecins généralistes internes à Paris, il n'y en a eu qu'un seul qui se soit installé comme médecin libéral...
C'est vrai que c'est aussi une conséquence de syndicats médicaux qui se mettent d'accord avec le gouvernement pour que l'essentiel des baisses de revenu s'appliquent pour les nouveaux entrants uniquement. Résultat : il n'y a plus de nouveaux entrants. Et Paris menace effectivement de devenir un désert médical dans 10 à 15 ans...
a écrit le 25/09/2013 à 16:39 :
J'ai rarement vu de proposition plus stupide que celle de supprimer le secteur 2...
Aujourd'hui, environ 7% des médecins qui finissent leurs études s'installent en libéral, secteurs 1 et 2 confondus.
Je pense que la 1ère question à se poser est : pourquoi les jeunes médecins ne veulent pas exercer en libéral ?
Autre question : pourquoi des médecins libéraux, qui exercent depuis 20 ou 30 ans, décident de retirer leur plaque, et de continuer à exercer, soit en interim, soit en remplacant, soit en salarié ici où là ?
Un petit calcul qui pourrait vous intéresser. En discutant avec un proche, généraliste, qui travaille beaucoup et gagne bien sa vie, mais qui est en secteur 1 ; il me disait qu'en gros : 1/3 du montant des consultations partait en charge. La location de son local, plus le secrétariat (qu'il partage avec des collègues au sein d'un groupe de santé), plus les autres charges fixes diverses, lui coutent environ 5000 ? par mois.
Supposons qu'il travaille 35h/sem, et 218 jours pas mois. Sur ses 35h de travail hebdomadaire, il a environ 7h de formations, travail administratif, gestion du cabinet, etc. A raison de consultations de 15 min (inutile de dire qu'avec des consultations de 15 min toute la journée, il doit avoir la tête farcie en fin de journée). Ce qui suppose notamment qu'il n'a jamais de "trou" dans son planning : toute l'année, des patients dans son cabinet à toutes les heures.
Vous ferez le calcul : il ne lui reste même pas le SMIC en travaillant 35h/ semaine.
Heureusement pour lui, il travaille beaucoup plus, et a réussi, en sacrifiant son temps libre, à conserver le pouvoir d'achat qu'il avait quand il a débuté, il y a 25 ans.
Dans ces conditions, il ne faut pas s'étonner que les jeunes ne veuillent pas s'installer. Si on supprime le secteur 2, on aboutira tout simplement à diminuer le nombre de jeunes qui viendront en libéral... Alors qu'il y a un cruel manque de médecins libéraux !
a écrit le 25/09/2013 à 16:15 :
Pour mieux comprendre l'intérêt de l'avenant 8 de la convention médicale et le contrat d'accès aux soins qu'il est proposé aux médecins de secteur 2 de signer pour éviter les dépassements d'honoraires, la webradio indépendante AWI a assisté à une soirée débat organisée par l'Assurance maladie du Val-de-Marne à ce sujet. Les témoignages de médecins qui ont été recueillis à cette occasion illustrent assez fidèlement les opinions de ces professionnels de santé. A écouter sur www.awi1.com sous le titre " Convaincre les médecins de secteur 2 du bien-fondé du contrat d'accès aux soins"
Réponse de le 25/09/2013 à 19:02 :
J'ai écouté. Ce qui me choque le plus, c'est d'entendre des médecins donner plein d'excellents arguments, preuve qu'ils ont bien étudié l'avenant 8, et ses conséquences. Et en commenaire final, pour la conclusion, la journaliste dit, en gros : preuve qu'il va falloir faire prevue de plus de pédagogie pour convaincre les médecins du bien fondé de l'avenant". C'est très représentatif de cette classe politico-médiatique qui prend tout le monde pour des deumeurés. Si on est contre une mesure en raison des effets induits qu'elle aura, c'est qu'on nous l'a mal expliquée... Jamais de remise en cause, toujours les pauvres citoyens (ou médecins ici) qui sont bêtes !
a écrit le 25/09/2013 à 15:28 :
et pendant ce temps là, la sécu (caisse des hauts de seine par exemple) tape sur des kinés qui n'ont pas bénéficié d'une revalorisation significative des tarifs conventionnés depuis plus de 10 ans (séance de 30 minutes à 15 euros, moins cher qu'un coiffeur)
a écrit le 25/09/2013 à 15:24 :
Ne pas ecoutez Rep Banana qui n y entend rien, les gouvernements successifs ont organise la penurie de certaines specialites en ne modifiant pas les numerus clausus. Creant de fait une situation ubuesque de manque..... Accelere de plus car contrairement au pharmacien tenu de s installer dans toutes les zones, les medecines et infirmiers n ont pas cette contrainte.... La est la causes essentielle de ces depassements, quand vous creez artificielement des monopoles les prix montent......Et ce n est pas valable que pour la sante, suivez mon regard.
Réponse de le 25/09/2013 à 15:53 :
ce que vous dites est faux, c'est dans les grandes villes, là ou la densité médicale est la plus forte, que les dépassements sont les plus importants. C'est aussi là où le pouvoir d'achat et coût de la vie sont les plus élevés.
Réponse de le 25/09/2013 à 16:19 :
Tout depend la ville cher phildoc, regarder un peu la carte des implantation disponible sur le net, vous y verrez qu il y a, hormis Paris, un enorme ecart entre le nord de la ligne Bordeaux-Lyon et son sud.... Vous avez une grave penurie de certaine specialite dans certaines villes, pour obtenir un RDV chez un ophtalmo il faut par exemple parfois 6 mois..... D'autant plus que rarement un pediatre, un gyneco ou un ophtalmo ira s installer dans la campagne cher ami..
Réponse de le 25/09/2013 à 17:11 :
@realite : je ne comprends pas ce que vous voulez dire. On parle des dépassements, or il sont les plus élevés et les plus fréquents là où il y a le plus de médecins mais aussi là où le coût de la vie est le plus élevé (cf loyers parisiens par ex, à 23 euros la consultation c'est la faillite assurée) et où les patients peuvent payer un dépassement, et non dans les déserts médicaux (c'est un autre problème) où le médecin exerce en situation monopolistique. Le problème des déserts médicaux c'est autre chose, celui de l'accès à certaines spécialités aussi, et ça ne va pas s'arranger si on continue à taper sur la médecine libérale en permanence, de toute façon, les jeunes l'ont compris : ils ne s'installent plus !
a écrit le 25/09/2013 à 15:09 :
pourquoi les jeunes (ceux qui le peuvent : il faut être ancien chef de clinique, soit 2 ans de plus de post internat)prennent le secteur II ? tout simplement car au tarif secteur I un cabinet médical ne peut pas être rentable, à Paris notamment et dans la plupart des grandes villes. Comment voulez-vous avoir +150 % des prix de l'immobilier notamment et le même tarif pour la plupart des actes depuis 20 ans ??? Imaginez-vous donner 23 euros à votre plombier pour une recherche de fuite ? Les tarifs sécurité sociale sont totalement déconnectés de la vraie valeur d'un acte médical, le problème est là.
a écrit le 25/09/2013 à 15:06 :
La solution est simple les medecins pratiquant un depassement doivent sortir du systeme secu. Cela permettra d'augmenter ceux qui jouent le jeu et aux patients de choisir.
Réponse de le 25/09/2013 à 15:31 :
Mais bien sur, vous connaissez le vrai cout d'une implantation d un defibrilateur cardiaque?? et le cout supporte par le patient???? Je vais vous le dire c est plus de 25000 euros.....le patient n en supporte meme pas le 5eme..... Avant de dire des enormites faut regarder la realite.... Vous connaissez le cout d un bloc operatoire a vocation de chirurgie cerebrale????? Plus bas dans l echelle vous savez le cout d un appareil dentaire et ce que rembourse la secu??? idem pour le dentiste, les lunettes????? le taux de remboursement et le tarif secu n a pas evolue depuis les annees 70 alors meme que nos cottisation n ont cesse d augmente.... Ou est alle tout cet argent???? A lieu de taper sur le medecin, dont ces meme enarque on cree la penurie en ne modifiant pas non plus les numerus clausus, interroger vous sur la gestion de cette meme secu il est la le probleme!!!! Je suis a peu pres sur que 80% de nos cottisation partent en frais de gestion de ces ponctionnaire! il est temps que cela cesse.
Réponse de le 26/09/2013 à 12:05 :
Tout votre baratin n'explique pas pourquoi certains spécialistes ont des tarifs 3 fois plus bas que d'autres, que les revenus après déductions des charges (remboursement des investissements entre autres) sont indécents par rapport à des salariés de haut niveau (pour vous faire plaisir en considérant que les spécialistes sont de haut niveau). Par ailleurs, si une banque accepte de prêter pour l'achat d'un matériel coûteux, c'est bien que le temps de retour est sans problème : l'argument : "tu te rends pas compte, le coût des matériels)" est bidon ... .
Réponse de le 15/12/2013 à 1:14 :
Non ce n'est pas bidon. Moi j'ai un plateau laser investissement hors de prix (on se fait tondre par les sociétés qui les vendent!) et ensuite maintenance idem !!! Et pas de lasers l'été avec les charges qui vous plombent . Sans dépassement d'honoraires dont je suis on d'en sort à peine . C'est très déprimant .
a écrit le 25/09/2013 à 14:51 :
Les médecins ne font plus de la médecine orienté vers l'humain mais par le profit. Ils sont devenus des traders de dla médecine... Leur objectif : maxi euros et financer leur 4X4 de luxe afin d'afficher leur statut social. Quel tristesse mais heureusement on trouve encore des médecins humanistes... mais d'un certains âges une époque en phase d'être révolue...
Réponse de le 25/09/2013 à 15:15 :
ok, donnons-leur les salaires des traders alors !
Réponse de le 25/09/2013 à 16:23 :
Vous ne connaissez manifestement rien à ce dont vous parlez...
7% environ des médecins qui finissent leurs études actuellement s'installent en libéral. Ce qui veut dire qu'il y en a quand même la bagatelle de 93% qui choisit de ne pas exercer en libéral.
Donc de dire que les médecins d'aujourd'hui font une médecine orientée vers le profit, c'est juste n'importe quoi !
Réponse de le 25/09/2013 à 17:51 :
La hausse effrénée des charges est probablement pour beaucoup dans cette augmentation moyenne des tarifs médicaux, ( répercussion des hausses vertigineuses de charges sociales notemment, et des impôts indirects constitués par le manque à gagner du aux nouveaux bénéficiaires Acs et cmu à qui il ne peut être demandé de complément d' honoraires ). Pour quoi les jeunes préferent ils une activité salariée à plus de 80 % si le libéral est si chouette ?
On avait la meilleure médecine et chirurgie au monde : 1 an aura suffit...

http://www.dailymotion.com/video/xtn6oj_dr-didier-legeais-ucdf-exercice-liberal-en-danger_news
Réponse de le 15/12/2013 à 1:09 :
Et bien cela dépend vraiment des spécialités! Car dans la mienne pas de super ;4x4

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :