Emploi : Hollande s'accroche aux bonnes nouvelles

 |   |  431  mots
François Hollande effectue ce 8 octobre un déplacement dans la Loire sur le thème de l'emploi
François Hollande effectue ce 8 octobre un déplacement dans la Loire sur le thème de l'emploi (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le frémissement serait là. C'est en tout cas le sentiment qui prévaut à propos de l'emploi au sein de l'exécutif, même si les quelques indicateurs encourageants sont en grande partie dus aux emplois d'avenir. Un climat que ne manquera pas d'évoquer François Hollande en déplacement dans la Loire ce mardi.

A l'Elysée, on retrouve un timide sourire sur la question de l'emploi. Le frémissement serait là. Certes, pour l'instant, la faible croissance (0,4% attendu au quatrième trimestre) ne permet pas d'envisager un retour spontané aux créations d'emplois dans le secteur marchand. Mais la politique des emplois aidés porte ses fruits. Résultat, selon l'Insee, au quatrième trimestre, on assisterait à une accélération de l'emploi total (secteur marchand et non marchand cumulé), avec 28.000 créations nettes d'emplois.

65.000 emplois d'avenir conclus

Bien entendu, cette " bonne nouvelle " est surtout due aux emplois d'avenir. Sur les 1000.000 budgétés pour 2013, le cap du 65.000è emploi d'avenir conclu vient d'être franchi. Et ce sont encore 50.000 nouveaux emplois d'avenir qui sont prévus dans le projet de loi de finances pour 2014. A moins que, comme l'a suggéré dimanche 6 octobre Claude Bartolone, le président de l'Assemblée Nationale, ce soit finalement le double d'emplois d'avenir qui soient budgétés en 2014, si la conjoncture le nécessite.

Dans l'entourage de François Hollande, on refuse  "pour l'instant" de confirmer l'éventualité d'une telle rallonge budgétaire… Mais on ne ferme pas complètement la porte. Peut-être que le Président de la République évoquera la question lors de son déplacement ce mardi  dans la Loire, à Roanne puis à Saint-Etienne sur le thème de l'emploi.  

l'expérience pilote des 37.000 demandeurs d'emploi en formation

Autre motif de satisfaction ; l'expérience pilote pour former de façon expresse 30.000 chômeurs à des métiers en forte tension sur lesquels les entreprises n'arrivent pas à recruter. Un plan décidé par François Hollande, à l'issue de la deuxième grande conférence sociale en juin dernier. Finalement, ce sont 37.000 demandeurs d'emploi qui sont entrés dans le dispositif, grâce au déblocage d'une enveloppe de 150 millions d'euros, en provenance notamment du Fonds de sécurisation des parcours professionnels, institué et géré par les partenaires sociaux.

"Cette expérience préfigure ce que l'on attend de la prochaine réforme de la formation professionnelle négociée par les partenaires sociaux" explique t' on à l'Élysée.

A savoir une simplification des circuits et davantage de formation à destinations des demandeurs d'emploi. Et de reconnaitre que parallèlement à cette réforme de la formation, le gouvernement ouvrira le délicat chantier du financement des organisations patronales et syndicales, en tant qu'acteurs de la vie sociale du pays…. De beaux débats en perspectives.

Lire aussi: "Le quinquennat de François Hollande entre dans une période décisive"

 

> Consultez notre espace emploi

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2013 à 20:02 :
"Emplois d'avenir", "contrats de génération", autant de termes pompeux pour des résultats nuls, qui nous coûtent cependant très cher.
Le seul moyen de s'en sortir, c'est de virer cette bande d'amateurs incapables, qui peut faire illusion dans l'opposition, mais dont on voit les limites quand il s'agit de gouverner. Ce qui serait formidable, c'est qu'on puisse les virer avant la fin du quinquennat! J'en rêve......
a écrit le 10/10/2013 à 9:27 :
FH ne peut rien faire d'autre .Certes , il est par nature , assez optimiste , et même , parait il , imbu de sa personne , et convaincu d'avoir raison contre tous !
a écrit le 09/10/2013 à 8:36 :
Le rapport entre le chômage et l'inflation ou Pourquoi les gouvernements VEULENT un chômage de masse.

http://www.youtube.com/watch?v=r7NSVC_R4Fg&app=desktop
a écrit le 09/10/2013 à 8:33 :
Mais c'est quand qu'on arrête de le faire passer pour un idiot, et qu'on explique pourquoi il est UTILE au système.
Je vous aime bien à La Tribune, mais que diable, osez dire la vérité !
Réponse de le 19/10/2013 à 1:18 :
c est surtout un menteur qui n a tenu aucune de ces promesses economique il essaye la methode coué ; il est fou , il va se grillé complement la seul reponse a la mondialisation et au petrin actuel c est quelques emplois aidé le CIC pour mon entreprise sa payera l auguementation de ancienne taxe professionnelle
a écrit le 08/10/2013 à 21:05 :
En réponse au titre, que voulez-vous qu'il fasse d'autre?
Rappelez vous Mme Lagarde avec ses formidables nouvelles encore plus ridicules
Mais personne n'est obligé de le croire comme pas grand-monde n'avait cru Mme Lagarde
a écrit le 08/10/2013 à 16:48 :
Il y en a au moins deux( de présidents) qui ne laisseront pas grande trace dans l'histoire.......ou peut-être si! celle des plus belles dettes......
Réponse de le 08/10/2013 à 17:14 :
Non, c'est tous depuis Giscard (avant j'étais trop jeune). Le pire est leur nombre de chomeurs (plus que hier et moins que demain).
Réponse de le 08/10/2013 à 17:36 :
Il est un peu tôt pour juger, on aura une idée plus précise de la trace laissée dans l'histoire à la fin du quinquennat.
a écrit le 08/10/2013 à 16:47 :
cela eu été une sacrée nouvelle SA DÉMISSION
a écrit le 08/10/2013 à 15:28 :
Ce terme est éculé , il a été usité il y a quelques temps déjà , et confirmé par la baisse du chomage , puis rectifié , car cette baisse inattendue cachait au contraire en réalité une augmentation , cette erreur d'interprétation étant due à une mauvaise saisie de données !
Par contre , il ne s'agit pas d'un frémissement , mais bien d'une avalanche de plans de licenciements : 5000 par ci , 10000 par là , c'est vrai que les licenciements facilitent les embauches , mais bon , est-ce qu'il s'agit d'une bonne nouvelle pour les futurs licenciés : j'en doute !
Réponse de le 08/10/2013 à 15:53 :
C'est vrai que le langage en ce moment: frémissement, un peu retourné, baisse de la tendance haussière, pause (après la pause, ça repart, c'est dans la définition), de moins beaucoup à moins beaucoup mieux, etc ... Ca donne l'assurance, le change, le moral, l'envie
a écrit le 08/10/2013 à 14:19 :
Les bonnes news"? ben pépère! faut être rudement optimiste pour voir l'once d'une bonne nouvelle....elles sont où??à croire que les Français deviennent aveugles et sourds, ma parole !
a écrit le 08/10/2013 à 13:46 :
excusez-moi, mais quelles bonnes nouvelles ?? ce sont les 65000 emplois d'avenir la bonne nouvelle ?? LT, agence relations publiques de Bercy ou véritable journal ?
a écrit le 08/10/2013 à 13:14 :
Plus le temps passe, moins vous avez de choix, de marges, de possibilités. Si vous avez le feu à la maison et un seul seau d'eau: soit vous vaporisez l'ensemble de la maison qui brulera en entier quand même, soit vous en épargnez un morceau (comparaison fortement exagérée). On se disperse car il n'y a pas de PLAN (vous trouverez les raisons vous même). Au petit bonheur, la chance et je ne crois pas en la chance (trop aléatoire).
Réponse de le 08/10/2013 à 15:11 :
Le saupoudrage est autant inefficace que la culture du compromis. C'est la "guerre" donc une offensive ciblée et non des petites contre-attaques sur tous les fronts avec des troupes de moyens inégaux et les pieds dans la boue.
a écrit le 08/10/2013 à 12:54 :
Ne faire que dans le sens de l'emploi. Dans les emplois productifs plutôt que les services. Dans les emplois non subventionnés plutôt que les subventionnés. Dans les jeunes plutôt que les moins jeunes (qu'ils m'excusent). Ce n'est pas 10 000 chomeurs de moins qu'il faut, c'est 1 million avant 2 ans. C'est urgent (crise sociale, crise de la dette). Toutes les ressources doivent être dans l'emploi, la consommation viendra de fait. Les gains sont multiples (éducation, sécurité, consommation, investissement, etc ...). La relance ne sera que par l'emploi, tout comme la sortie de crise si elle arrive. L'impôt des entreprises doit tenir compte du rapport bénéfice/nb de salariés. Une entreprise doit avoir le choix de payer des cotisations pole emploi ou d'embaucher en équivallent.
a écrit le 08/10/2013 à 12:41 :
N'oubliez pas le matraquage fiscal ce poursuit avec les taxes foncières et taxes d'habitations.
a écrit le 08/10/2013 à 11:47 :
Mais au fait, nous n'avons notre nouvelle annonce de taxes cette semaine ?
La meilleure chose a faire pour stimuler l'emploi, c'est de multiplier par 2 la CSG sur la fiche de paye des salaries et d'augmenter de 4 points celle des retraites.
La semaine prochaine, on augmentera la CRDS et les taux sociaux sur les plus values de cession immobilière. Ça fait longtemps qu'on stagne sur ces taux. Courage m. Le président.
a écrit le 08/10/2013 à 11:30 :
La Tribune : nouvelle officine de propagande socialiste?
Réponse de le 08/10/2013 à 15:30 :
exact! bien , pour ça
a écrit le 08/10/2013 à 11:28 :
Il n'arrête pas de les planquer sous le tapis. C'est du travail de gougnafier
a écrit le 08/10/2013 à 11:21 :
On en est à guetter le vent de la reprise des autres pays en esperant récupérer les miettes , et à colmater à coup d emplois subventionnés . Ce gouvernement et cette présidence sont déprimants.
Réponse de le 08/10/2013 à 20:00 :
BIEN PARLE CAMARADE JE NAURAIS PAS DIT MIEUX ???
a écrit le 08/10/2013 à 11:19 :
Attendez la montée en puissance des emplois francs. Vous allez être ébouriffés. Le bonheur universel pour tous.
a écrit le 08/10/2013 à 10:36 :
8 millards, c'est environ le nombre d'heures annuelles perdues suite au chomage. Personne n'y voit une utilité. C'est sidérant. Qui admettrait de laisser 10 de ses salariés (sur 100) au réfectoire et de les payer (mal) d'une manière ou d'une autre. Quels sont les mots que vous pouvez associer au chomage ? et quels sont les mots que vous pouvez associer à emploi ? Et la différence dans votre liste de mots s'appelle bien les effets induits du chomage comme de l'emploi. Si vous ne savez pas quoi faire de vos 8 milliards d'heures, voici quelques pistes où elles seraient utilisables: dépendance, écologie, sécurité, éducation, apprentissage, tourisme (1e industrie), etc ...Vous les payez (re-mal) alors utilisez en un bout (principe du droit et du devoir). Lancez un cercle vertueux sur l'emploi plutôt que sur le chomage et au moins tentez puisque vous êtes au bord du gouffre. Résoudre la dette sans valeur ajoutée, sans économie, juste par l'impot ? On parle de 100 ans et non 10. Réduisez le chomage ne serait ce que de moitié, le délai est de ? et pour nos mômes ?
a écrit le 08/10/2013 à 9:52 :
Hier 1000 chez GAD (filière porcine), ce matin 900 chez Lucent (téléphonie) et pas de centre de recherche sur l'élevage du porc sans CO2. Sérieusement une baisse à coup d'emplois artificiels ? C'est bien pour l'ex chomeur évidemment. C'est idiot économiquement. Il était, et de loin, beaucoup plus préférable de créer, faire perdurer des emplois PRODUCTIFS, EXPORTATEURS que du renseignement sur un quai de gare (image généraliste). Un euro dépensé possède une certaine efficacité et sans se poser jamais les questions du rendement et de l'efficience à terme (court, moyen, long).
Réponse de le 08/10/2013 à 10:27 :

le changemement maintenant c est cela. la region de lampaul vote de quel bord ? deviner ?
a écrit le 07/10/2013 à 21:44 :
Messieurs les journalistes....INDIGNEZ VOUS contre de telles malhonnêteté intellectuelle.

Merci de laisser de coté vos niches fiscales.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :