L'emploi intérimaire enregistre un léger mieux en novembre

 |   |  271  mots
Consédéré comme un indicateur avancé de l'emploi, l'intérim a progresssé de 1,2% en novembre.
Consédéré comme un indicateur avancé de l'emploi, l'intérim a progresssé de 1,2% en novembre. (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Selon les dernières données pour novembre fournies par la fédération patronale des entreprises de travail temporaire, l'emploi intérimaire a enregistré une hausse de ses effectifs de 1,2%, notamment dans les transports et le commerce.

Feu de paille ou début d'une tendance de fond ? En novembre, les effectifs intérimaires ont progressé de 1,2% par rapport au  même mois de l'année 2012. Des données fournies par le baromètre mensuel Prism'emploi (la fédération patronale du secteur du travail temporaire),  basé sur un panel représentant plus de 80% de l'emploi intérimaire, qui viennent confirmer les précédentes statistiques d'octobre qui, déjà, indiquaient un petit vent de reprise dans certains secteurs.

Reste que la reprise de l'intérim est loin d'être générale. Si les effectifs intérimaires ont progressé dans les transports (4,1%), le commerce (2,9%) et l'industrie (2,5%), il se sont au contraire repliés dans les service (- 1%) et, plus grave, dans le BTP (-3,5%).

Les ouvriers qualifiés davantage recherchés

Par qualification, ce sont les ouvriers qualifiés qui sont davantage recherchés (3,1%), alors que les ouvriers non qualifiés et les employés restent relativement stables (avec respectivement une progression de 0,5% et 0,2%). En revanche, les cadres et les professions intermédiaires se replient légèrement de 1,1%.

Même contraste si l'on se réfère aux régions. L'emploi intérimaire enregistre une forte croissance en Franche Comté (8%), en Champagne-Ardenne (7%) ou encore en Rhône-Alpes (6,2%). En revanche, dans le Languedoc-Roussilon et en Provence-Alpes-Côte d'Azur, le repli est de respectivement 9,3ù et 3,3%).

Considéré comme un indicateur avancé de l'emploi global, l'activité du travail temporaire semble donc se raffermir. On verra dans les mois à venir s'il s'agit d'un vrai retournement de tendance ou bien d'une simple embellie conjoncturelle. Actuellement, la France compte environ 550.000 travailleurs intérimaires.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/01/2014 à 12:56 :
espérons une embellie
a écrit le 30/12/2013 à 18:31 :
ca va pas durer...
a écrit le 30/12/2013 à 15:19 :
Est-ce en rapport avec la baisse de 1% des catégories B et C au mois de novembre ?
Réponse de le 30/12/2013 à 16:18 :
Très probablement. Pour les fêtes, les magasins sont plein de CDD de 2 mois, d''intérimaires et de stagiaires en tous genres. Le chômage va donc probablement bien s'inverser sur décembre. Le hic avec les fêtes, c'est la gueule de bois du lendemain.
a écrit le 30/12/2013 à 12:15 :
Le privé n'a plus de moyens et le public coupe tous les projets (les élections municipales à venir n'aident pas). Si le commerce et l'industrie se redressent, le BTP va continuer de s'enfoncer dans les abysses et ses salariés avec. On parle bcp de gros chantiers, TGI à Paris, l'aéroport de Nantes, quelques lignes TGV, mais au final, rien n'a vraiment commencé. Trop peu, trop tard...
a écrit le 30/12/2013 à 11:57 :
Je plaisante, bien sûr ! C'est une bonne nouvelle qui vient confirmer la stat de l'Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss) sur les déclarations d'embauche de plus d'un mois dans les secteurs marchands hors intérim qui ont augmenté de 3,3% en novembre en France (+1,2% sur un an).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :