Le pacte de responsabilité de Hollande fustigé par l'aile gauche du PS

 |   |  349  mots
La gauche du parti socialise qui compte dans ses rangs la sénatrice de Paris Marie-Noëlle Lienemann fustige le tournant socio-libéral de François Hollande dans une tribune. (Reuters/Stéphane Mahe)
La gauche du parti socialise qui compte dans ses rangs la sénatrice de Paris Marie-Noëlle Lienemann fustige le "tournant socio-libéral" de François Hollande dans une tribune. (Reuters/Stéphane Mahe) (Crédits : Reuters/Stéhane Mahe)
Le séminaire organisé par le Parti socialiste ce lundi un sur la "réussite du pacte de responsabilité" s'annonce animé. Plusieurs membres du parti de François Hollande ont signé une tribune qui dénonce jusqu'à l'existence d'un pacte dans lequel ils disent ne pas se reconnaître.

"Nous ne nous reconnaissons pas dans le discours qui tend à faire de la baisse des charges et du coût du travail la condition d'un retour de la croissance", expliquent les membres de Maintenant la Gauche et d'"Un Monde d'avance", deux courants appartenant au Parti socialiste.

Emmenés notamment par Emmanuel Maurel et Marie-Noëlle Lienemann, ces réfractaires socialistes à la politique gouvernementale de baisse des charges en échange de promesses d'embauche fustigent l'exercice solitaire du pouvoir par François Hollande. "Tout ne peut pas procéder d'un seul homme", expliquent ses représentants de la gauche du parti dans une tribune (voir ci-dessous).

Contreparties "floues"

Représentant environ un tiers des élus aux instances nationales du Parti socialiste, cette union du courant UMA de Benoît Hamon, de "Maintenant la gauche" et de quelques représentants de la "motion 4" du congrès socialiste de Toulouse, appelle la majorité à une "réaction".

Adeptes de la relance par des aides ciblées aux secteurs industriels et "une réorientation des bénéfices de la rente vers l'investissement productif", les signataires de la tribune intitulée "Il n'y a pas qu'une seule politique possible" jugent les propositions "déséquilibrées", les contreparties "floues" :

Il faudra plus qu'un "observatoire" pour imposer amélioration des conditions de travail, discussion sur les salaires, partage du travail ou multiplication des embauches.

"François Hollande a mis fin à la synthèse"

Au journal Le Monde, le député Pouria Amirshahi, signataire du texte, explique :

On entre dans une période nouvelle. François Hollande a mis fin à la synthèse avec son tournant social-libéral imposé sans discussion. Nous décidons donc de nous regrouper au-delà des chapelles et des courants du PS pour tracer une alternative à la politique et à la stratégie de l'exécutif.

Les signataires du texte appellent enfin à un "rassemblement de la gauche", avec le Parti communiste et le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon, qualifié d'"ardente obligation".

>> La tribune en PDF, diffusée vers midi sur le site internet du courant "Un Monde d'avance" :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2014 à 23:32 :
ils en peuvent plus tellement ils sont bon ! les frères jumeaux de la droite .
a écrit le 10/02/2014 à 19:49 :
Une étude très intéressante de la Fondation Jean-Jaurès nous rappelle combien la relance de 1981 fut un échec.

« Rompant avec les politiques précédentes, les socialistes mettent en place une action volontariste de lutte contre le chômage et de relance de la consommation intérieure.

Au cours de l’année 1982, on observe une forte accumulation de déficits : déficit du commerce extérieur, déficit de la balance des paiements courants qui triple entre 1981 et 1982 et déficit des comptes des administrations.

L’écart d’inflation avec les autres pays de l’OCDE et particulièrement avec l’Allemagne reste important, de l’ordre de 10 à 15 %.

La balance commerciale de la France avec l’Allemagne s’en ressent – de – 23,2 milliards de francs courants en 1981, elle passe à – 39,1 milliards de francs en 1982.

Face à cette contrainte et après une troisième dévaluation en l’espace de 18 mois, le pouvoir se convertit subitement à une politique restrictive marquée par les mesures du plan d’accompagnement de la dévaluation du 25 mars 1983.

C’est le « tournant de la rigueur ». »

Malgré l’échec de la relance de 1981, certains, au PS, voudraient recommencer.

Source.
1983 : le « tournant » en question. Fondation Jean-Jaurès.
Réponse de le 11/02/2014 à 15:46 :
Dommage que vous ne mentionniez pas les multiples échecs, notamment actuels, des politiques privilégiant l'offre.
a écrit le 10/02/2014 à 17:30 :
Gagner des voix aux scrutins et gagner du temps.
Il est temps maintenant pour François Hollande d'annoncer la nouvelle taxe du mois de février. La classe moyenne ne peut rester dans l'attente d'une hausse de taxe ou d'impôt très longtemps. Elle adore cela.
Réponse de le 10/02/2014 à 20:54 :
Désolé!Pas de taxes avant les élections.Cet été il redeviendra inévitable de réintroduire l'écotaxe ainsi que d'autres taxes sur l'énergie....
Réponse de le 10/02/2014 à 22:16 :
Une petite taxe fait toujours du bien. Je viens de faire les comptes pour l'histoire de la mutuelle, ça fera qq dizaines d'euros à donner en plus dans l'IR. C'est bien maigre pour notre état en faillite. Il faut une nouvelle taxe, il n'y a pas le choix. Parce que pour gagner la bataille de l'emploi (ou du chômage ?), il faut bien prendre les soussous dans la popoche des français.
a écrit le 10/02/2014 à 15:37 :
C'est bien mais il faut allez plus loin quitter ce parti UMPS europeiste et refonder a gauche
a écrit le 10/02/2014 à 14:16 :
d'anémone.
a écrit le 10/02/2014 à 13:55 :
Les élections approchent, tout cela n'est que gesticulations politiques de la part d'élus qui ne veulent surtout perdent leurs privilèges.
a écrit le 10/02/2014 à 13:00 :
COMME LA REFORME DES RETRAITES,il va etre tellement denaturé qu'il sera inefficace il est temps de savoir si nous sommes communiste ou social democrate pour donner de la visibilité aux investisseurs

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :