Stagnation des salaires, stress... les salariés se disent aussi touchés par la crise

 |   |  234  mots
62% des salariés interrogés par l'institut Think se disent victime d'une stagnation de leurs salaires. (Photo : Reuters)
62% des salariés interrogés par l'institut Think se disent victime d'une stagnation de leurs salaires. (Photo : Reuters) (Crédits : REUTER, Catherine Benson)
Les personnes en situation d'emploi se disent elles aussi touchées par la crise en raison de salaires qui ne montent pas, d'absence de perspectives d'évolution et de conditions de travail qui se dégradent.

Le chômage qui n'en finit plus de grimper est l'un des symboles de la crise. Mais ladite crise a aussi des effets plus pernicieux, comme la dégradation des conditions de travail de ceux qui ont encore un emploi. C'est ce que montre un sondage de l'institut Think publié mercredi et selon lequel les trois-quart des salariés français disent ressentir personnellement la crise.

Sensation de stagnation

En tête des conséquences les plus citées, la stagnation du niveau des rémunérations qui concerne 62% des personnes interrogées. Suivent le stress, qui touche 41% des sondés, et la hausse de la charge de travail dont se plaignent 37% d'entre eux.

Ils évoquent ensuite une dégradation de l'ambiance dans l'entreprise (33%), une baisse de motivation (33%) et le fait d'avoir peu d'espoir d'évoluer professionnellement (33%).

Évolution négative ces trois dernières années

Plus de la moitié des sondés (54%) estiment par ailleurs que leurs conditions de travail ont évolué de façon négative ces trois dernières années.

Ils restent tout de même plus d'un sur deux à se dire optimistes sur l'évolution à l'avenir de leur situation professionnelle (54%) et l'évolution de leur entreprise (52%). Mais beaucoup moins sur l'évolution de leur rémunération (37%) et sur le contexte économique et le marché de l'emploi en France (29%).

>> Lire aussi : Le burn-out, maladie professionnelle ou pas ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2014 à 18:56 :
L'AVENIR EST DANS VOS BOTTES , Alors réfléchissez avant de vous en séparer !
a écrit le 13/02/2014 à 10:58 :
dernière ligne droite. Les robots ils n'y a que çà de vrais. Pour les humains beaucoup de temps à penser une nouvelle organisation de son temps avec en ligne de mire son environnement. Les 87 super milliardaires qui en veulent encore plus remuent encore bien et les politiques sont aux ordres par charité bien ordonnée.
a écrit le 13/02/2014 à 8:54 :
pour etre competitif a l avenir ...baisse des salaires de 30% ,45 heures ,retraite a 70 ans ,10 jours de conges payes ,franchise de 10 joiurs en maladie et de 1000 euros secu ,plus de rtt ,conges parental ,je divague ....peut etre !!!!
a écrit le 13/02/2014 à 8:05 :
...et la rotation permanente de personnels pour un même poste dans la même équipe, parlez en à votre DRH !
Réponse de le 13/02/2014 à 10:52 :
ce à quoi votre DRH vous répond : "si vous n'êtes pas content, allez voir ailleurs,.. pour moi pas de soucis il y a 1000 personnes qui attendent votre poste... je n'ai que l'embarras du choix..." c'est sûr actuellement c'est marche ou crève, alors en petit soldat on marche et surtout ne pas faire appel aux syndicats dont le rôle est de faire fermer l'établissement !
Réponse de le 15/02/2014 à 9:30 :
« Marche ou crève » est un très bon résumé ! J’ai appris très récemment, par la presse, le suicide d’un ouvrier dans les locaux de son entreprise. Quelques mois auparavant, dans cette même entreprise, s’était produit le suicide d’un autre salarié. « Marcher » : signifie aujourd’hui, ne pas penser, ne pas réfléchir, ne pas créer, ne pas innover, appliquer les procédures internes un point c’est tout.
C’est une vision à l’opposé de celles de Pays dont les entreprises créent de la richesse, de l’emploi, des nouveautés, de la technologie.
Cette dichotomie « marche ou crève » nie le salarié en ce qu’il est en termes de richesse intellectuelle au sein de l’entreprise, scie le tronc de l’arbre « entreprise ». Pourquoi tant de français créateurs ou diplômés partent à l’étranger ?
a écrit le 12/02/2014 à 22:08 :
Travaillez plus pour payer plus. Le changement c'est maintenant!
a écrit le 12/02/2014 à 19:08 :
Ils n'ont qu'à tous se lancer dans la politique. ça paye et le job est facile , suffit de serrer des mains mentir et boire des petits coups c'est agréable.
a écrit le 12/02/2014 à 18:01 :
Il faut diminuer les salaires de 30 a 40% et supprimer le droit du travaille mais pour ca pourquoi ne pas faire une alliance UMPS qui de toute facon existe deja .Il faudrait aussi supprimer les conges payes ca nous rapporterait 2 points de croissance
Réponse de le 12/02/2014 à 21:22 :
Ironique j espere
Réponse de le 12/02/2014 à 22:15 :
C'est normal, nous devons nous aligner aux standards mondiaux pour rester compétitif. C'est le socialisme international qui le veut ainsi. Tous égaux (enfin presque tous) face à la misère!
Réponse de le 13/02/2014 à 8:20 :
"C'est le socialisme international qui le veut ainsi" : Aligner des mots, c'est bien; quand la phrase a un sens, c'est mieux... "Tous égaux (enfin presque tous) face à la misère!" : Non, face aux milliardaires... Enfin presque : On a une armée de guignols qui croient qu'ils seront éternellement à l'abris. Baisse des salaires => baisses des retraites, baisses des rentes immobilières et nous allons rire face à notre belle droite qui se croit libérale.
a écrit le 12/02/2014 à 17:41 :
les francais sont surtout des grands palmes
a écrit le 12/02/2014 à 17:27 :
les salariés français qui se plaignent que leurs salaires n'augmentent devraient regarder un peu ce qui se passe chez nos voisins ! salaires et retraites en baisse ; primes et avantages réduits ! en France , les salaires ont augmenté de plus de 2% en 2013 , c'est pas si mal , mais surtout que ceux qui ont encore un job s'estiment bien contents! pour redevenir compétitifs , il faudra aussi agir sur les salaires , c'est inévitable
Réponse de le 12/02/2014 à 17:48 :
Et oui ailleurs c'est pire et chez la plus part de nos voisins il faudra tenir jusqu'à 67 ans environ . La France reste un pays privilégié , ne pas oublier que beaucoup de Français ont la garantie de l'emploi.
C'est surtout pour la jeunesse que la situation n'est pas très reluisante .
Réponse de le 12/02/2014 à 19:01 :
Certains français sont fainéant mais si tous les entreprises ont marres des français ,et bien qui fasses venir des chinois ou indiens pour faire le travail .
Je suis fonctionnaire et je gagne 1300 euros net , je suis au rendement ( eh oui !!!! ) .Je travaille dans une cuisine qui réalise 4500 repas jours , nous sommes à la recherche de personnes pour travailler avec nous en cdi et salaire identique . Malheurement les jeunes en moins jeunes ne reste pas car ils nous prennent pour des fous de travail.
Alors oui ils a des fonctionnaires très CONS ET FAINÉANTS , mais arrêté de les mettre tous dans le meme paniers .
Réponse de le 13/02/2014 à 8:23 :
"salaires et retraites en baisse" : Chez nous, seuls les salaires sont en baisse. Les pensions des retraités sont indexées sur l'inflation et leurs revenus dopés par l'immobilier. D'ailleurs, quel est le principal poste de dépense des jeunes actifs? Pour que les salaires puissent baisser, il faut casser le coût du logement et cesser de pleurnicher pour ceux qui se goinfre sur ce marché!
Réponse de le 14/08/2015 à 17:46 :
Quand les salaires stagnent et que les charges stagnent aussi, ça peut aller.

Mais comme en France on a de l'inflation que l'Insee ne voit pas parce que c'est complètement bidon, et bien là on souffre, surtout quand on était déjà juste à la fin du mois avant la crise.

Et franchement, avec des salaires stagnant, c'est pas comme ça qu'on va relancer l'économie. La hausse des impôts, c'est une très faible charge à côté de la stagnation des salaires.
A raison de 2% par an de hausse de salaire, la hausse des impôts de Sarko et d'Hollande serait effacée en à peine 2 ans.

Sachant que ça fait depuis 2010 que les salaires stagnent, ça pique.

Et la moyenne de 2%, elle ne fait pas la différence entre ceux qui touchent au moins l'inflation tous les ans, et ceux qui ne touchent rien du tout.
Dans les PME en ce moment, c'est rien du tout.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :