Allègement du coût du travail : un casse-tête à 30 milliards d'euros

 |  | 945 mots
Lecture 5 min.
L''objectif demeure de supprimer 30 milliards d'euros de cotisations sociales pesant sur les entreprises d'ici 2017, soit léquivalent des cotisations familiales
L''objectif demeure de supprimer 30 milliards d'euros de cotisations sociales pesant sur les entreprises d'ici 2017, soit léquivalent des cotisations familiales (Crédits : AFP)
Dans le cadre du "pacte de responsabilité", François Hollande veut alléger le coût du travail à hauteur de 30 milliards d'euros. Il devait s'agir de l'exonération des cotisations "famille". Mais devant la difficulté de l'exercice, d'autres cotisations pourraient être concernées.

Le diable se niche toujours dans les détails ! Les conseillers de la présidence de la République, chargés de mettre en musique l'engagement présidentiel de supprimer les 30 milliards de cotisations familiales pesant sur les entreprises, sont en train de s'en rendre compte.

Déjà, l'opération n'est pas simple, voire assez compliquée, faute de financement précis. Ce qui a fait dire à Pierre Gattaz, président du Medef, à l'issue des vœux de François Hollande aux acteurs de l'économie : "ça reste complètement flou sur la fiscalité et la baisse des charges et des taxes sur les entreprises "… C'est le moins que l'on puisse dire. A l'Elysée, on assure que les choses commenceront à se décanter et se préciser le 27 janvier, lorsque le Premier ministre rencontrera l'ensemble des organisations patronales et syndicales pour évoquer la mise en route du " Pacte de responsabilité". Ensuite, le gouvernement se donne jusqu'au printemps pour finaliser ce pacte qui sera présenté lors d'une "grande conférence économique et social". Un pacte qui donnera également lieu à un vote de confiance à l'Assemblée où le gouvernement engagera sa responsabilité…

Le casse tête de la fusion entre CICE et nouveaux allègements

Nous n'en sommes pas là, loin de là !! Rappelons les données du problème. Lors de ses vœux, puis de sa conférence de presse, le président de la République a proposé, dans le cadre d'un pacte de responsabilité, de supprimer les cotisations affectées à la politique familiale pesant sur les entreprises (5,25% du salaire brut en 2014), soit 30 milliards d'allègements pour le coût du travail. Le Medef, alors, applaudit ! Mais un peu plus tard, le président précise que les 20 milliards d'euros d'allègements sur la masse salariale (pour les salaires allant jusqu'à 2,5 Smic) prévus par le crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE), sont à inclure dans cette masse de 30 milliards… Le Medef, lui, voulait croire que les deux dispositions s'ajoutaient. Résultat, c'est en fait un total de 30 milliards d'allègements qui s'appliquera d'ici 2017 et non de 50 milliards ! Soit 10 milliards de plus que ce qui était initialement prévu avec le seul CICE. Déception du côté patronal !

Comment trouver 10 milliards supplémentaires pour financer les nouveaux allègements ?

Reste qu'il faut donc trouver environ 10 milliards d'euros d'économies nouvelles puisque le président de la République a réitéré son engagement de ne pas transférer sur les ménages le financement de la politique familiale qui ne sera plus assuré par les entreprises. Or, François Hollande avait préalablement fixé les engagements de coupes dans les dépenses publiques à 50 milliards d'ici 2017, afin de résorber les déficits publics et ainsi faire rentrer la France dans les limites fixées par Bruxelles.

Pas évident en cette période de disette budgétaire et de morne croissance, même si les experts de l'Elysée estiment pouvoir disposer de quelques marges supplémentaires si le pacte de croissance redonne confiance aux entreprises et, ainsi, "booste" la croissance qui pourrait être supérieure aux prévisions (0,9% en 2014 et 2% en 2015). A voir…

Lire aussi: "François Hollande commet-il la même erreur qu'en 2012?"

Mais, surtout, comment réussir à «"fusionner" le CICE avec de nouveaux allègements de cotisations sociales patronales ? A ce stade, devant les acteurs de l'économie, François Hollande n'a pas apporté de réponse. Il a seulement évoqué trois pistes possibles : soit "pérenniser et augmenter le CICE ; nous pouvons aussi le transformer en baisse de charges dont il nous appartiendra de fixer l'ampleur. Il peut aussi être complété par d'autres allègements dont nous devrions alors fixer les modalités " Bref, on n'en sait pas plus. Et pour cause, il est assez compliqué en un laps de temps si court d'imaginer un système qui agglomère, d'une part, une baisse des coûts salariaux (6% de la masse salariale en 2015), sous forme de réduction de l'impôt sur les bénéfices, comme le prévoit le CICE, avec un allègement de 5,25% des cotisations "famille" des entreprises. C'est un peu comme additionner des pommes et des poires !!!

Problème: certaines entreprises ne paient déjà quasiment plus de cotisations "famille"

Et ça se corse encore davantage quand l'on sait que depuis 2003 et les "allègements dégressifs Fillon" de cotisations sociales, applicables sur les salaires compris entre 1 et 1,6 Smic, les entreprises ne paient en réalité plus que 0,4% de cotisation famille au niveau du Smic, et même … 0% dans les entreprises de moins de 20 salariés.

Difficile dans ces conditions d'accorder une ristourne de 5,25% sur des salaires... déjà exonérés, totalement ou presque, de cotisations famille. "Il y a a un problème de base, d'assiette, c'est pour cela que le président a proposé de remettre sur la table tous les mécanismes d'allègements existants, au-delà du seul CICE " précise t- on à L'Elysée. Et de préciser "il ne faut pas se focaliser sur les seules cotisations familles, puisque certains salaires en sont déjà exonérés, il faut réfléchir en masse, faire 30 milliards d'exonérations supplémentaires ».

Traduction, et cela semble une nouveauté qui demande à être confirmée. Ce n'est pas forcément "que" les cotisations familiales qui seraient concernées par le futur allègement, mais leur équivalent en montant, soit 30 milliards. Donc, d'autres cotisations pourraient être aussi visées. L'important étant d'arriver à un total de 30 milliards d'allègements.  Le feuilleton est donc loin d'être terminée et les entreprises vont devoir s'armer de patience. Selon l'Elysée

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2014 à 12:14 :
Très bien.
1. On dit qu'on supprime les cotisations familiales, soit 30Mds
2. On dit qu'on baisse les charges de 30Mds, l'équivalent des cotisations familiales.
3. On baisse les charges de 30Mds, mais on ne supprime pas les cotisation familiales.
4. Dans 5 ans, le MEDEF revient à la charge et demande une baisse des charges et notamment...la suppression des cotisations familiales qui n'auront pas été supprimées par Hollande
a écrit le 22/01/2014 à 11:58 :
Bref, L’enfumage habituelle des socialos.
S'ils veulent des idées pour trouver des économies, qu'ils nous demandent: AME ,CMU? regroupement familiale.... il y a de quoi faire.
a écrit le 22/01/2014 à 10:34 :
Personne ne se demande ce qui va se passer quand les 50 milliards passeront des poches des travailleurs aux poches des actionnaires ?
a écrit le 21/01/2014 à 20:59 :
c est a lire sur le point.fr : l enfumeur hollande compte tout simplement obtenir un delais supplémentaire a bruxelles sur le report des 3% en 2015.
en échange d engagements sur le pacte , notemment sur les 50 milliards a trouver .
car 10 milliards de plus c est assurement toucher aux fonctionnaires et prestations sociales ,le coeur de son electorat
a écrit le 21/01/2014 à 19:13 :
une regle simple : le versement du salaire intégral aux salariés... et qu'ils se démerdent avec leurs cotisations à eux et pour eux....
Réponse de le 21/01/2014 à 21:02 :
Tout à fait d'accord!!!!
Réponse de le 22/01/2014 à 7:22 :
Sommes nous au Café du Commerce?
a écrit le 21/01/2014 à 18:51 :
Hollande pourrait commencer par limiter les taxes qui sont reversées aux CCI et autres institutions. Cela allégerait la fiscalité sans nuire ni aux ménages, ni aux entreprises, au contraire !
En France les fameuses Chambres de Commerce consomment chaque année près de 4 milliards d'euros d'argent public, 163 CCI en France qui comptent 26.000 fonctionnaires ! Divisons leur budget par 2, cela ne changera rien pour les entreprises, par contre cette économie de 2 milliards servira a réduire la dette plutôt qu'a faire des cocktails remplis de petits fours pour une minorité de petits chefs locaux ! Le saviez vous qu’en moyenne seulement 15% des chefs d'entreprise votent aux élections des CCI, 15% seulement de votants !!! Presque 80% des chefs d'entreprise ne votent même pas car ils savent que cet organisme ne leur sert pas à grand chose ! On peut diviser par 2 ou 3 leur budget (surtout certains CCI de campagne) sans que cela change quoi que ce soit à la vie économique des entreprises.
Les élections aux CCI et des Délégués consulaires grands électeurs des Membres des Tribunaux de commerce ont eu lieu du 25 novembre au 8 décembre 2010 ; le taux d’abstentions dans les
catégories commerce, industrie ou services était comparable: 83% .
Aux élections de 2009 des Chambres de métiers et de l’artisanat, on constate le même record d’abstentions : 80% contre 74,6% aux élections précédentes soit 6,4% de plus.
Plutôt que de fermer des maternités, gendarmeries, tribunaux, commissariats de Police, on verrait mieux de couper les dépenses dans les endroits ou elles sont surtout somptuaires. Un des anciens Directeurs Général de la CCI de Lyon (statut assimilé fonctionnaire) a touché comme indemnités statutaires, la modique somme de 490 242,03 €. (Rapport de la Cour des Comptes) et il y a d'autres spécificités dans biens d'autres CCI.
a écrit le 21/01/2014 à 18:10 :
Si le sujet n'était pas si grave nous pourrions en rire et dire que l'Etat à son plus haut niveau est un pied nickelé. Le Président lance un chiffre puis dit aux hauts!!!! fonctionnaires "démerdez" vous pour mettre en musique ce à quoi j'ai pensé une nuit sans lune, pas très sérieux le Président. On voit dans cette affaire le côté approximatif des politiciens qui gouvernent ce pays depuis plus de 40ans, nous comprenons mieux pourquoi ce pays décline. M.Le Président cessez de jouer avec 66 millions, moins les pieds nickelés de la politique tout parti confondu,de citoyens un peu plus de sérieux est un minimum de respect envers ce pays et plus particulièrement pour ce qui souffrent.
a écrit le 21/01/2014 à 18:08 :
De toute façon ces allègements ne seront pas utiles.

Pour qu'il puisse éventuellement l'être il aurait été nécessaire de les concentrer sur les bas salaires (jusqu'à 1.5 smic) et dans l'industrie.

C'est mon PEA qui est content!
a écrit le 21/01/2014 à 18:06 :
Quand le temps des discours sera terminé, on ne fera rien car la dépense publique est incompressible. La messe est dite. Le système socialo-étatique aura ruiné ce pays en 30 ans.
Réponse de le 21/01/2014 à 22:49 :
Oui bien sûr socialo car la droite n'a jamais été au pouvoir ces 30 dernières années.
Aucune dépense n'est incompressible par ailleurs.
Réponse de le 22/01/2014 à 17:29 :
@ Pierre; Il y a quand même des raccourci que personne ne croit sauf celui qui l'écrit, le ridicule ne gène pas , il est pas facile de gommer les présidents Giscard, Chirac, Sarkozy eux qui ne sont pas de droite non bien sûr et qui n'ont rien couté aux contribuables qui payent des impôts,
a écrit le 21/01/2014 à 18:03 :
Et alléger le coût des actionnaire, ce ne serait pas plus facile ?
a écrit le 21/01/2014 à 17:55 :
On annonce, on discute, on calcule et on recule !
a écrit le 21/01/2014 à 17:32 :
Symptomatique de l'usine à gaz sociale et fiscale française...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :