Serge Dassault mis en examen pour achats de vote et financement illégal

 |   |  166  mots
L'industriel Serge Dassault a lui-même demandé à ses collègues sénateurs de lever son immunité parlementaire. (Photo Reuters)
L'industriel Serge Dassault a lui-même demandé à ses collègues sénateurs de lever son immunité parlementaire. (Photo Reuters) (Crédits : Reuters)
Privé d'immunité parlementaire, le sénateur UMP a été mis en examen dans l'affaire des achats de vote à Corbeil-Essonnes, en Île-de-France.

Nouvelle étape dans l'affaire des achats de voix à Corbeille-Essonnes, en Île-de-France. Le sénateur UMP âgé de 89 ans a été mis en examen pour achat de vote, complicité de financement illicite de campagne électorale et dépassement du plafond autorisé pour le financement de la campagne. 

"Rien à se reprocher"

Le 12 février, l'industriel avait vu son immunité parlementaire levée après bien des péripéties à propos de ce vote. Après deux votes de rejet, Serges Dassault a lui-même demandé la levée de cette immunité qui le protégeait de toute mesure juridique coercitive, affirmant n'avoir "rien à [se] reprocher". 

Pas de contrôle judiciaire

Ce qui a laissé le champ libre aux juges du pôle financier Guillaume Daïeff et Serge Tournaire pour le mettre en examen, sans toutefois le placer sous contrôle judiciaire. Les deux magistrats enquêtent sur les élections municipales organisées en 2008, 2009 et 2010 à Corbeil-Essonnes, remportées par l'homme d'affaires, puis par son bras droit, Jean-Pierre Bechter. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2014 à 9:35 :
après avoir mis les mains dans la corbeil en tripotant les votes il est pris Dassault par les juges ! mais mosieur continue et fait du rase motte en se prenant pour le beau serge .
a écrit le 10/04/2014 à 18:00 :
Encore une fois la justice a fait son job et démontée toute la magouille maffieuse de nos élus dont la grande majorité ne devrait pas siéger. La nomination de M. Désir est de ces scandales de la république avec une aggravation par l'accord du Président et du Premier Ministre. M. Dassault aurait du rester dans son métier d'industriel dont on ne peut nier de la réussite au lieu d'aller mettre sa main dans ce qu'il y de plus minable et sans morale LA POLITIQUE.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :