La potion très amère du Medef pour réaliser des économies sur le système de santé

 |   |  562  mots
Le Medef pense pouvoir économiser jusq'a 30 millirds d'euros au système de santé
Le Medef pense pouvoir économiser jusq'a 30 millirds d'euros au système de santé (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Dans sa participation au débat sur la stratégie nationale de santé, le Medef propose d'économiser jusqu'à 30 milliards d'euros, via notamment une baisse des soins pris en charge par l'assurance maladie et une montée en puissance des complémentaires santé.

Économiser entre 25 et 30 milliards d'euros sur les dépenses maladie à l'horizon 2017 ! C'est ce que propose le Medef dans un document qui se veut sa contribution au « débat sur la stratégie nationale de santé ». Pour l'organisation patronale, la France n'a plus « le meilleur système au monde » ainsi que l'avait qualifié en 2000 l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Un système qui aurait vieilli et qui serait « mal préparé aux révolutions en cours »… qui conduit à une « dégradation lente mais inévitable » et qui apparait de plus en plus  «comme un coût pour la collectivité ».

Pour remédier à ces maux. Le Medef propose d'abord à « moyen terme une architecture-cible de financement favorisant l'efficience du système et compatible avec la compétitivité ».

Beaucoup moins de remboursements par l'Assurance maladie...

Très concrètement, il s'agirait de transférer une bonne partie de la couverture santé de l'assurance maladie vers les complémentaires et les sur-complémentaires santé… Une vielle antienne patronale.

Dans un scénario dit « réaliste », Le Medef propose de baser l'organisation du système de santé sur trois piliers: assurance maladie, complémentaires et assurés, via des sur-complémentaires facultatives. 

... au profit des complémentaires santé

Le premier pilier comprendrait un "panier de soins", c'est-à-dire l'ensemble des produits de santé et des actes curatifs ou préventifs remboursés par la Sécu. Le Medef propose de "fortement le réduire" et de le "recentrer" sur les soins et services "essentiels", ce qui représenterait 10 milliards d'économie. Le deuxième pilier serait un socle obligatoire pour les seuls salariés du privé au niveau d'un panier de soins défini par un accord national interprofessionnel (ANI). C'est sur ce deuxième pilier que les complémentaire santé seraient compétentes. Le reste de la couverture santé serait à la charge des assurés qui pourraient se tourner vers des "sur-complémentaires" s'ils le souhaitent.

La mise en œuvre de ce scénario "se traduirait par une diminution des dépenses d'assurance maladie obligatoire de l'ordre de 15 à 20 milliards d'euros d'ici 2017". Surtout, pour le Medef, ce schéma aurait le mérite de conduire à une baisse des cotisations maladies (acquittées jusqu'à présent à hauteur de 12,80% par les entreprises et 0,75% par les salariés). En revanche, pour les salariés, ce système se traduira automatiquement par une revalorisation du coût des complémentaires santé (individuelles comme de groupe)...

 Relancer le ticket modérateur

Mais le Medef ne s'arrête pas là. Il espère encore environ 15 milliards de dépenses économisées via « 5 axes prioritaires ». Par exemple, il s'agirait de rééquilibrer l'offre de soins, entre la ville et l'hôpital, via un développement de l'hôpital de jour (7 à 8 milliards d'économies). Il conviendrait aussi de développer une véritable "médecine de parcours " pour relever le défi de la montée en charge des maladies chroniques et du vieillissement (2 milliards d'euros). Autre axe, selon le Medef, il faut "davantage responsabiliser l'ensemble des acteurs du système de santé": professionnels de santé, organismes gestionnaires et patients… via l'instauration d'un « ticket modérateur d'ordre public »par acte et/ou par parcours de soins qui ne serait remboursé ni par l'assurance maladie ni par les organismes complémentaires (3 milliards d'euros environ économisés par an).

La potion patronale risque d'avoir du mal à passer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2014 à 16:23 :
Avec Pierre Gattaz, bientôt on devra payer pour pouvoir travailler ...

Non sérieusement, là il ne parle pas d'économies, il demande simplement que les charges pèsent sur les gens, car un tel système, je n'ose imaginer le prix d'une mutuelle !
a écrit le 16/04/2014 à 13:14 :
on n'a qu'à supprimer le peu de travail qui reste, on n'a qu'à supprimer les hôpitaux, les cliniques, on n'a qu'à supprimer l'école, les études et tutti quanti, les voitures qui pourrissent l'air, pesticides et cie, on a qu'à retourner à l'âge de pierre, et qu'on nous foute une bonne fois pour toutes , la PAIX !!
a écrit le 16/04/2014 à 13:00 :
Que l'entreprise et l'état me rendent la totalité de ma cotisation à la CGS et à la mutuelle obligatoire (y compris la part dite injustement "patronale"). Je ferais comme pour ma voiture... donc moins chère.
a écrit le 16/04/2014 à 11:38 :
SANTE à 2 VITESSES !!! ça étonne quelqu'un ?????? ! certains iront se faire soigner, et d'autres, pourront CREVER! mais; bon ce n'est pas grave, plus rien n'étonne aujourd'hui.....Quelle époque dégueulasse ! et comme dit la pub " ce n'est pas fini" !!!
a écrit le 16/04/2014 à 11:29 :
On sent poindre le "pacte de responsabilité" dans les propositions patronales; chacun se fera soigner selon ses moyens bien sûr, avec toujours plus de justice sociale évidemment. Le MEDEF retrouve ses vieux démons.
a écrit le 16/04/2014 à 10:05 :
On peut aussi supprimer l'hôpital, ainsi il ne coûtera rien. Laisser les cliniques privées s'occuper de la santé, seuls les riches pourront dès lors se faire soigner.
On peut aussi supprimer la justice, juges et tribunaux, ainsi les riches pourront faire ce qu'ils veulent.
On peut aussi supprimer le Medef, pour le plus grand profit de tous les français, particulièrement les plus fragiles.
Réponse de le 16/04/2014 à 11:35 :
=10000000000000000000000000 !!!!!!!
a écrit le 16/04/2014 à 9:53 :
Pouquoi chercher à réduire les dépenses en toujours touchant aux profits des autres ,alors qu'il y a 2 leviers très simples que sont la TVA (qui se voit le moins) la CSG qui touche tout le monde Au lieu de mesurètes ,on pourrait y aller de qqs % d'un coup .Et on fait porter le chapeau à Hollande qui ne risque plus rien avec son taux d'impopularité!
D'accord avec Alex,on ne voit pas où est la cpmpétence du MEDEF pour s'exprimer sur les dépenses de santé.
a écrit le 16/04/2014 à 9:13 :
Que l'on m'explique quelle est la compérence particulière du MEDEF et des autres syndicats d'ailleurs en matière de gestion de notre système de santé. Sans parler de leur légitimité compte tenu du nombre de membres.Je préfère nos élus !!
a écrit le 16/04/2014 à 5:33 :
Le ticket modérateur une bonne idée au même titre que la franchise comme le font les assureurs automobiles , un moyen pour responsabiliser certains patients
Réponse de le 16/04/2014 à 9:41 :
Les allemands ont mis en place un systeme de franchise en 2004 : chaque visite chez un "nouveau" medecin ou dentiste etait facturee 10 Euros non remboursable pour le trimestre, y compris a l'hopital. Ce qui penalise le tourisme medical et a beaucoup fait baisser la "bobologie". Si probleme serieux, les contre visite et suivi ne sont pas factures, jusqu'au nouveau trimestre.
a écrit le 16/04/2014 à 0:13 :
il faut réduire les politicars sénateur pas plus de 100 les députés idem qui servent pas a grand chose qu"a profiter sur notre dos
les milles feuilles et bien d'autres et la on a le fric qui nous manque
et ne pas donner au medef du fric pour les actionnaires
voila l'argent il est la faut simplement savoir comment le partager
Réponse de le 16/04/2014 à 8:53 :
toucher au mille-feuille ça n'est pas de la tarte et ça ne se fait pas en un éclair
Réponse de le 16/04/2014 à 11:36 :
Bien !! Bien !....
a écrit le 15/04/2014 à 22:50 :
Si le patient se présente à l'accueil de l'hôpital. L'obliger à signer une décharge auprès du médecin, lui signifiant l'injection de cyanure (non remboursé) et la pose d'un stérilet pour les hommes comme pour les femmes. Également non remboursé.
a écrit le 15/04/2014 à 22:02 :
La surconsommation des Français en consultations de généralistes et de spécialistes, examens radios...etc...médicaments....., celà signifie que les Français, dans une illusion de gratuité par le Tiers-Payant, tuent leur emploi, celui de leurs enfants et petits enfants, par les charges d'assurance maladie qu'ils font peser sur les entreprises Françaises
a écrit le 15/04/2014 à 21:40 :
au pilori et les laisser ...
On ferait des économies.
Et le travail des enfants de plus de 4 ans ?
Pourquoi continuer à financer l'école. Il faut mettre tous ces gamins coûteux au travail.
Pareil pour les vieillards.
Réponse de le 15/04/2014 à 22:46 :
Excellente mesure pour restaurer les marges budgétaires des hôpitaux et la compétitivité de notre système de soins en qui rappelons le est en concurrence mondiale....blablablablabla....
Seulement, les gens de voirie se trouveront à gérer les cadavres. C'est donc sur les services communaux que la charge budgétaire va être transféré. Il va donc falloir faire des économies chez eux aussi. Comment ?
Simple. Il suffit de les licencier et de les mettre en taule ces horribles fonctionnaires.
a écrit le 15/04/2014 à 21:38 :
C'est pour quel panier de soins ?
On a tout le champ lexical du progrès dans le texte du médef. Les lendemains gattaz chantent déjà.
a écrit le 15/04/2014 à 20:26 :
Avant de réaliser le "fantasme" du MEDEF ,je vous engage à aller voir comment cela se passe de l'autre côté de l'Atlantique ! En France ,les dépenses santé représentent environ 10% du PIB.Aux USA où les logiques sont commerciales et financières (là bas le privé domine le marché de la santé faute de sécurité sociale) c'est 20% du PIB !!! Alors faites vos choix , rien ne va plus ... pour vos porte monnaies !
Réponse de le 16/04/2014 à 5:20 :
cher Bioman, vous avez oublié un petit détail : le budget de notre cher pays est en déficit chronique depuis 40 ans. Les 10% que vous évoquez ne suffisent pas à financer notre système : ce sont vos petits enfants qui le paient par la dette et le décrochage accéléré de notre compétitivité (coût du travail délirant).
Les recettes de l'impôt sur le revenu représentent déjà l'équivalent de ce que coûte le service de la dette.
a écrit le 15/04/2014 à 20:21 :
Qu'ils proposent déjà de soigner ceux qui cotisent en priorité !
Réponse de le 16/04/2014 à 2:42 :
Oui, bien sûr, et laisser mourir ceux qui ne cotisent pas. Elle est belle notre solidarité !
Réponse de le 16/04/2014 à 9:51 :
Non, il faut juste saisir leur compte epargne et prendre une hypotheque sur leur logement ou saisir leur voiture pour payer leurs soins. Si ils ne cotisent pas, ils doivent payer. La solidarite ne doit commencer a jouer que pour ceux qui n'ont vraiment plus un rond.
Réponse de le 16/04/2014 à 13:23 :
n'oubliez pas que pour ceux qui ont ne serai ce qu'une petite bicoque( beaucoup n'en ont même pas !), ils NE L'ONT PAS VOLE!! ils se sont levés le CUL <à leur époque (est ce leur faute s'il y a moins de boulot? ! ) pour avoir un petit toit sur la tête!, et je ne parle pas évidemment, de ceux qui possèdent immeubles ou villas secondaires! il faut savoir raison GARDER! M...DE !!!
a écrit le 15/04/2014 à 19:38 :
Mais il se mêle de quoi le MEDEF ! Un coup d'état des patrons pour revenir aux pratiques du 19ème siècle ? Je change de bord : vive les syndicats et vive le socialisme !
Réponse de le 16/04/2014 à 5:35 :
Alors il propose quoi Radial pour sauver le système social francais
a écrit le 15/04/2014 à 19:18 :
Oui, enfin, c'est des vases communicants. Pour le citoyen-contribuable, ça ne changera strictement rien, ce sera même pire s'il doit engraisser les actionnaires des compagnies privées ! On prend vraiment les gens pour des pigeons, non ?
Réponse de le 15/04/2014 à 19:46 :
C'est clair ! Mais le médef n'est il pas aussi le syndicats des entreprises d'assurance ?
a écrit le 15/04/2014 à 18:11 :
tout est possible ...sauf la suppression des régimes spéciaux le cancer de la France
a écrit le 15/04/2014 à 18:07 :
transférons les coûts de santé sur les retraites; les retraités payeront en fonction de leur niveau de retraite( proportionnalité), après tout c'est la tranche de population la plus riche du pays et c'est aussi celle qui coûte de très loin le plus au système de santé.
Réponse de le 15/04/2014 à 18:18 :
Tous les retraités ne sont pas riches, beaucoup n'atteignent pas le smic. Quelqu'un qui a travaillé toute sa vie a le droit à une retraite. Quant à vous, je ne connais pas votre âge mais au "train" où vont les évènements, il est fort probable que vous n'en verrez pas la couleur ! Arrêtons plutôt de distribuer à qui mieux mieux en commençant par l'ame, puis les retraites à ceux qui n'ont jamais cotisé en France sans compter les aides sociales en tout genre à des personnes qui ne travaillent jamais et je dois être en-deçà de la vérité. Mais mieux, plusieurs millions d'euros ont été distribués récemment à de nombreux membres du gouvernement : trouvez-vous cela normal ? Ne se moque-t-on pas des français ?
Réponse de le 15/04/2014 à 18:29 :
.. j ai cotise 45 années pleine .....60 h semaine ...pas de rtt 4 semaines de vacance par an ....3 semaines arrêt de travail par chance 1000eu de retraite par mois ....je vous laisse juge ...
Réponse de le 15/04/2014 à 21:14 :
@xavier-marc: 1) parce que tu crois que les soins à la petite enfance et aux enfants et adolescents en général ne coût rien à la société ? 2) parce que tu penses que l'éducation n'est pas un coût pour la société ? si on t'a bien compris, il faut supprimer les vieux qui après avoir contribué toute leur vie coûtent maintenant trop cher ? belle mentalité en effet qui explique pourquoi tes parents t'ont viré :-)
Réponse de le 15/04/2014 à 23:27 :
Certains retraités sont pauvres mais en moyenne les retraités ont un niveau de vie supérieur aux actifs. Toutefois cela ne va pas durer car les retraites vont baisser. C'est ce qui s'est passé en Allemagne avec 60% des retraités qui touchent une retraite incomplète. En 2060, les retraités devraient toucher en moyenne 30% de moins que les actifs. L'âge d'or des retraités touche à sa fin et on ne pourra guère leur transférer des charges.
Réponse de le 16/04/2014 à 13:18 :
et ils ne pourront plus aider, et pour certains énormément leurs enfants au chômage ou dans la grosse panade, alors qui les dépatouillera? quelqu'un a une idée?
a écrit le 15/04/2014 à 17:59 :
Il faut taper dans le dur : introduire le management du privé dans le public pour une meilleure gestion comme les cliniques. Remettre au travail les agents du CHU de 32 à 39 heures de travail avec un contrôle draconien de l'absentéisme et des heures sup au calcul scandaleux, augmenter la faible productivité si l'on compare une opération chirurgicale de même pathologie avec une clinique qui fait trois plus d'opération avec moins d'infirmiers, etc, etc, etc... L'hôpital publique c'est comme l'éducation nationale ou la sncf, ratp, edf... un Titanic en perdition ainsi vogue le paquebot France vers son déclin...
Réponse de le 15/04/2014 à 19:00 :
N'importe quoi! Les cliniques font leur beurre avec uniquement les soins remunerateur, la merde, c'est pour l'hôpital. C'Est comme la visite médicale et les labos. Pour rappel c'est indirectement la sécu qui engraisse les labos; quand le pays deviens un marché mature, sans grande perspective de marge sup. Ou que l'état met un tour de vis, alors le privé se barre.... Voir tous les plans sociaux dans les labos!!!! Arrêtez de croire que le privé va assurer un service public. Je vous souhaite de rester en bonne santé vue ce que vous proposez...
Réponse de le 15/04/2014 à 22:45 :
@A réformer
Vous ne connaissez pas bien les chiffres de la production des services publics manifestement....
Réponse de le 16/04/2014 à 5:32 :
Nuit du 4 aout : abolition des privilèges.
La fonction publique ou comment 20% des actifs vivent aux dépens de 80% de la population.
La faucille a changé de camp
Réponse de le 20/04/2014 à 23:35 :
On s en branle !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 15/04/2014 à 17:58 :
Il faut au contraire étendre l'assiette de l'assurance maladie. Ce sont les coûts des soins qu'il faut baisser.
Réponse de le 15/04/2014 à 19:48 :
Il est exact que le coût des soins, dont les honoraires des professions de santé ne connaissent aucune crise !
Réponse de le 16/04/2014 à 16:32 :
Entièrement d'accord, il y a peu, j'ai était chez ma dentiste faire un devis pour deux couronnes, 1800€, j'ai donc décidé d'aller chez un dentiste mutualiste voir ce qu'il me proposait, et là il y en avait pour 1200€.

600€ d'écart pour deux couronnes, on peut comprendre que certains abusent.

Un simple exemple auquel j'ai été confronté, mais je suis sûr que dans toutes les professions de soins il y a les même abus.
a écrit le 15/04/2014 à 17:57 :
nous payons déjà très cher une mutuelle santé pour retraités , car fini la bonification patronale ! notre fils qui a fait des heures sup s'est vu retirer son aide mutuelle et n'a plus de complémentaire santé pour lui et sa famille ! espérons qu'ils tiendront le coup !
que veut le patronat ? la mort des pauvres et classes moyennes ?
Réponse de le 15/04/2014 à 21:18 :
@mimosa: l vie est un combat permanent que refuse aujourd'hui la jeune génération de mener. C'est tellement plus facile de plumer les vieux que d'affronter un bataillon de CRS :-)
a écrit le 15/04/2014 à 17:48 :
les soins de bases sont necessaires et evite des patologies plus graves par contre 80% des cures ne sont pas justifiées , pourquoi a t on encore une secu secu des mines pouquoi faire crever les hopitaux sous les normes et reunionites à tout va mais sans decision .pourquoi plein de medecin dans le sud rien dans la nord pourtant il ne coute rien d'etablir un quota, pourquoi tant d'etrangers viennent se faire soigner en france GRATUITEMENT etc etc on voit que mr gattaz comme nos politiques et syndicats n'a pas le sens de l'interet general
a écrit le 15/04/2014 à 17:37 :
TOUT ABSOLUMENT TOUT depuis 1990, est fait et établi pour que le système de sécuirité sociale par répartition soit "perverti" au bénéfice des assureurs qui bien sur gèrent bien mieux que tout le monde...jusqu'à ce que BOUM ! Crise financière oblige, l'on s'aperçoive que... C'est un simulacre de parité qui nous est servi et ceux qui sont le plus durement impactés sont les malades. Tout le monde sait que c'est le malade qui prescrit voyons...Alors comme ça le doute est intillé, savamment dosé et puis avec le flux des "infos" toutes plus bling bling, les unes que les autres...L'pinion oublie et puis là BOUM ça revient, comme ces amendements qui sont adoptés pendant que nous sommes à la plage en vacances...! C'est un mensonge de plus pour nous faire avaler une pilule, qui est moins amère, que ces mensonges qui au jour le jour nous démolissent
a écrit le 15/04/2014 à 17:31 :
On pourrait aussi réserver la CMU aux seules personnes ayant déjà cotisé, supprimer l'A.M.E. (1 md), les allocations d'insertion, réévaluer et mieux contrôler les taux d'invalidité etc...
Réponse de le 15/04/2014 à 17:40 :
Oui, mais ça ne fera pas vivre mieux les complémentaires, ni les sur-complémentaires, vos propositions ! Prévoir une franchise de 300 ou 500 euros par an, ça ne les aiderait pas non plus. Il faut faire un transfert financier vers le privé ! Les complémentaires, ça a été inventé pour ça, un peu au début, plus ensuite, et un jour, tout, privatisé 100%.
Réponse de le 15/04/2014 à 17:56 :
+ 1000
a écrit le 15/04/2014 à 17:24 :
Il faut dissoudre cette association dangereuse pour la France et les français...!
Réponse de le 15/04/2014 à 17:38 :
Oui vous avez raison il vaut mieux continuer comme depuis 40 ans car au moins on sait ou cela nous mène.
Réponse de le 15/04/2014 à 17:41 :
tout a fait d'accord avec vous,Mr GATTAZ ne se rend meme pas compte des horreurs qu'il propose ,lorsque l'on a le fric pour pouvoir se soigner!!!!!!!!!
Réponse de le 16/04/2014 à 5:35 :
Rebello, tu as raison, supprimons les patrons, muselons les !
Deviens artisan, va au bout de tes idées si tu n'aimes pas être l'esclave exploité de quelqu'un d'autre !
Ah bon, ça ne t' intéresse pas d'être ton propre patron ?
pourquoi donc, dis moi ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :