Affaire Areva : Anne Lauvergeon contre-attaque

 |   |  717  mots
(Crédits : reuters.com)
L’ex-patronne du géant nucléaire français jusqu’à 2011 se dit « victime d’un certain acharnement » après la publication d’une pré-enquête critique de la Cour des comptes. Et refuse en bloc toutes les critiques concernant le dossier Uramin.

Calme et souriante face à la presse, réunie ce mercredi 21 mai à Paris, Anne Lauvergeon s'est livrée à un exercice périlleux : éteindre l'incendie provoqué par le pré-rapport très critique de la Cour des comptes sur sa gestion d'Areva. Ce document de 122 pages, qui se focalise sur la période 2006-2012, pointe notamment du doigt les méthodes de gouvernance de l'ancienne présidente, le fiasco de l'EPR finlandais, les éventuelles irrégularités dans le rachat du canadien Uramin, ou encore la politique de rémunération des dirigeants.

 

« Je ne suis pas une petite pâquerette »

Après l'actuel président du directoire d'Areva, Luc Oursel, l'ancienne dirigeante, qui a officié de la création d'Areva en 2001 jusqu'en 2011, a donc décidé de contre-attaquer. Celle qui fut envisagée pour intégrer le gouvernement de Manuel Valls s' « étonne fortement » de l'extrême personnalisation du rapport, qui souligne la « concentration des pouvoirs » autour de sa personne. 

« La « forte personnalité de la présidente » est mentionnée trois fois. Peut-être parce que j'étais l'une des rares femmes dirigeantes d'un grand groupe. C'est vrai que développer Areva et devenir leader mondial du nucléaire nécessite de ne pas être une petite pâquerette »

Selon l'ancienne présidente, les Sages n'ont pas pris en compte la réalité et la collégialité d'Areva. « Nous étions une équipe composée de personnalités fortes qui n'auraient pas accepté d'être des pantins. Toutes les décisions étaient prises collégialement, dans le respect des statuts », précise-t-elle.

 

La plaidoyer de Spinetta

Comme pour prouver son absence d'autoritarisme, « Atomic Anne » est restée étrangement en retrait pendant la conférence de presse. C'est Jean-Cyril Spinetta, assis à ses côtés, qui a assuré la défense de celle pour laquelle il garde « un profond respect ». Pendant une heure trente -un laps de temps durant lequel Anne Lauvergeon n'a pas ouvert la bouche- l'ex-président du conseil de surveillance de 2009 à 2011 s'est livré à un exposé technique très précis pour répondre aux critiques de la Cour des comptes sur le dossier Uramin.

En 2007, Areva rachetait pour 1,8 milliard d'euros cette société minière canadienne détentrice de trois gisements d'uranium en Afrique. Mais ces gisements ont fait l'objet d'une grande dépréciation et sont aujourd'hui inexploités par le groupe. Anne Lauvergeon aurait-elle livré des informations erronées à l'Etat pour permettre ce rachat ? C'est la question que se posent les enquêteurs de la brigade financière, à qui les Sages de la Cour des comptes ont confié leurs doutes. D'où l'ouverture d'une enquête dans laquelle Anne Lauvergeon devra répondre de « présentation ou publication de comptes annuels inexacts ou infidèles », « diffusion d'informations fausses ou trompeuses », « faux et usages de faux » et « abus de pouvoir ».

 

Stratégie d'investissement

Des soupçons inacceptables pour Jean-Cyril Spinetta, qui « vit très mal » la remise en cause de l'intégrité d'Anne Lauvergeon. L'ancien président du comité de surveillance, qui n'était pas en poste au moment des faits mais qui « connaît très bien » le dossier, tient à être clair :

« L'achat d'Uramin a été approuvée à l'unanimité des membres du conseil de surveillance car il répondait à l'époque à une stratégie d'investissement avec laquelle tout le monde était en phase » 

Anne Lauvergeon et Jean-Cyril Spinetta sont également revenus sur la division par cinq de la valeur comptable d'Areva soulevée par la Cour des comptes. Le groupe avait dû inscrire dans ses comptes de 2010 et de 2011 des provisions d'un montant total de près de 1,9 milliard d'euros. Une réévaluation due essentiellement, d'après eux, à la crise du secteur nucléaire après la catastrophe de Fukushima, en 2011. « Ne pas intégrer cet élément comme élément majeur qui justifie les provisions est un non-sens économique absolu », a déclaré Jean-Cyril Spinetta.

 Anne Lauvergeon a assuré que les zones d'ombres seraient éclaircies. Elle attend maintenant le rapport définitif de la Cour des comptes, qui devrait « équilibrer » les choses. « Ce genre de pré-rapport est généralement à charge, ça fait partie de l'exercice », a-t-elle rappelé. Et de conclure : « Il y a eu des tas d'enquêtes sur moi. Ils n'ont rien trouvé... Et pour cause ! Je suis bêtement honnête ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/05/2014 à 21:56 :
Pfff...Uramin...un exemple dans les écoles de géologie comme quoi il n'y a jamais rien eu dans ce type de mines.
Quand on pense que le conséquence c'est une reprise en main d'areva par l'état, c'est flippant.
a écrit le 21/05/2014 à 20:32 :
nomination homme ou femme en politique..;
voilà le risque;
des cerveaux avec des connaissances peut être , mais sans la compétence indispensable à la réussite.
a écrit le 21/05/2014 à 19:49 :
Madame L, lorsqu'on fait de la politique il faut accepter que l'on juge vos résultats, ce n'est pas de l'acharnement!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :