Le fonctionnaire voit le salarié du privé comme "ambitieux"... mais l'inverse est moins vrai

 |   |  416  mots
Les salariés du privé jugent ceux du public très favorisés sur la retraite (71%), le nombre de jours de congé (66%), ou les conditions de travail (63%). Ceux du public envient peu le privé sauf en matière de salaires (55%) ou d'évolution professionnelle (43%).
Les salariés du privé jugent ceux du public très favorisés sur la retraite (71%), le nombre de jours de congé (66%), ou les conditions de travail (63%). Ceux du public envient peu le privé sauf en matière de salaires (55%) ou d'évolution professionnelle (43%). (Crédits : AFP)
Les employés du public ont très majoritairement une bonne opinion de ceux du privé alors que, à l'inverse, seulement la moitié des salariés du privé ont une bonne opinion de leurs collègues du public.

"Revendicateur": tel est l'attribut qui revient dans la bouche de quasiment six employés du privé sur dix (59%) pour définir leurs collègues du public, révèle un sondage OpinionWay publié ce lundi, alors que certains cheminots poursuivent leur mouvement de grève à la SNCF, pour la sixième journée consécutive.

Les salariés du privé sont perçus comme "ambitieux"

Notons à cet égard que l'enquête a été réalisée en ligne du 20 au 22 mai auprès d'un échantillon de 1.315 salariés issus d'un échantillon représentatif de 2.638 personnes, selon la méthode des quotas. Ainsi, selon cette étude, seuls 7% des sondés évoquent les termes "ambitieux" ou "charismatique", et 3% ceux de "performant" ou "travailleur", pour qualifier les employés du public.

A l'inverse, les salariés du privé sont perçus comme "ambitieux" par 40% de ceux du public. Les qualificatifs de"créatifs" (38%), "carriéristes" (33%) et "ouverts au changement" (33%) sont aussi utilisés par un tiers d'entre eux à propos de leurs collègues.

51% des salariés du privé ont une bonne opinion du public

Globalement, les employés du public ont très majoritairement (85%) une bonne opinion de ceux du privé (16% "très bonne" et 69% "assez bonne"), montre l'enquête. La réciproque est vraie en revanche pour seulement la moitié (51%) des salariés du privé (5% ont une très bonne opinion de leurs collègues du public et 46% assez bonne).

Par ailleurs, près d'un salarié (du privé) sur dix a une très mauvaise opinion du secteur public, alors que seuls 2% des employés du public disent de même pour le privé.

Concernant les avantages, les salariés du privé jugent ceux du public très favorisés sur la retraite (71%), le nombre de jours de congé (66%), ou encore les conditions de travail (63%). Ceux du public envient peu le privé sauf en matière de salaires (55%) ou d'évolution professionnelle (43%).

76% des employés du public estiment que leur situation s'est détériorée

Enfin, lorsqu'on questionne les salariés du privé sur l'évolution de la situation des salariés du public depuis dix ans, 45% évoquent une dégradation. Côté public, ils sont 76% à estimer que leur situation s'est détériorée.

Quant à la perception qu'ils ont d'eux-mêmes, les employés du public citent aussi en premier le terme "revendicateur" (48%), suivi par celui de "carriériste" (17%) et de "chaleureux" (13%). Les salariés du privé se voient comme "ouverts au changement" (64%), "travailleurs" (60%) et "performants" (60%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2014 à 23:46 :
J'ai une solution pour satisfaire ceux qui, ci-dessous, pensent que les fonctionnaires sont injustement brimés : un contrat de travail unique, avec les mêmes droits (retraites, congés, etc) et mêmes devoirs (durée de cotisation retraite, taux de cotisation, jours de carence, nombre de jours de carence, temps de présence sur lieu de travail, etc)... égalité pour tous !!! Chiche ?
Réponse de le 17/06/2014 à 3:25 :
Tel un Maoistes, vous exposez votre délire égalitaristes!
Réponse de le 17/06/2014 à 10:36 :
Ah ben non alors. On a passe un concours donc on a le droit d'en faire le minimum sans aucune consequence, et d'avoir une bonne retraite en ne cotisant pas grand chose. Ceux qui ralent sont des jaloux sans envergure qui ont ete recales aux concours.
a écrit le 16/06/2014 à 16:32 :
Moi je trouve les salaries du public et en particulier les enseignats que j ai rencontre professionnels et competents. Par contre je trouve que d un point de vue global ils manquent de solidarite sur les retraites ou les arrets de travail avec le prive qui represente quand meme 75% des salaries participant au financement du pays. Je trouve aussi qu il ne sont pas du tout cotients des difficultes des entreprises privees contraintes de reduire leurs couts face a la concurence mondiale.
Réponse de le 16/06/2014 à 20:33 :
Nous sommes conscients des problèmes du privé parce que notre conjoint(e), pour la plupart, travaillent également dans le privé. Par ailleurs, tout comme le privé, nous subissons des réductions d'effectifs non compensés. Sauf que nous sommes à un point ou le raisonnement comptable des personnels n'est pas en adéquation avec les tâches confiées. Je vous le dis, nous avons conscience des problèmes du privé, mais jusqu'ou devons nous taire ?
a écrit le 16/06/2014 à 16:12 :
L'incapacite des fonctionnaires a se remettre en cause, l'incapacite a manager les fonctionnaires du fait de leur statut rigide et hyper protecteur sont des problemes enormes pour la France. Ceux qui crient a la jalousie ferait mieux de regarder de plus pres : chaque fois qu'il s'est agit de reformer ce sont ceux du prive a qui ont demande le plus d'efforts. On se souvient bien de la reforme baladur sur les retraites qui n'a rien impose du tout aux fonctionnaires. Aujourd'hui les cotisations retraites des fonctionnaires actifs ne couvrent meme pas 20% des couts de retraite des retraites de la fonction publique; le reste des 80% grossit la dette publique et les impots des francais annee apres annee. Mais dans un monde de fonctionnaire passer un concours autorise a s'abstraire de toute realite economique..
Réponse de le 16/06/2014 à 20:38 :
Et, à quelle moment on doit pleurer ?
Réponse de le 17/06/2014 à 3:08 :
Votre chiffre est lamentable, vous ne devriez pas vous affranchir des réalités économiques!
Réponse de le 17/06/2014 à 16:49 :
Les chiffres du COR sont implacables et parfaitement clairs. Ne faites pas l'autruche.
a écrit le 16/06/2014 à 14:38 :
Moi je suis un branleur du public : études poussées, initiative dans mon travail, journées à rallonge. Et j'ai pas mal travaillé en poussant des boites privées pour qu'elles prennent des initiatives et progressent. De plus, je suis toujours étonné par le retard technologique ou d'organisation des petites structures privées : peu de connaissance des outils bureatique, de l'intéret de l'informatique, aucune organisation personnelle, pas de culture de l'écrit donc pas d'expérience utilisable pour les collaborateurs, peu de planification, budgets à l'emporte pièces, raisonnement économiques indigents...
Réponse de le 16/06/2014 à 16:22 :
Les fonctionnaires sont comme les livres d'une bibliothèque: ce sont les plus haut placés qui servent le moins.

Citation de Georges Clemenceau
Réponse de le 16/06/2014 à 20:06 :
Et malheureusement ce sont eux les moins touchés par les réformes...
Réponse de le 17/06/2014 à 3:13 :
Il est vrai que la fonction publique n'est pas très bien gérée, mais les entreprises? Quelle catastrophe?
a écrit le 16/06/2014 à 14:16 :
Apparemment les 10% qui ont une mauvaise opinion du public ou qui en sont envieux sont majoritaires sur ce forum !
a écrit le 16/06/2014 à 14:12 :
Je fais partir du privé. Et grosso modo, mon opinion sur le service publique est bonne. A mon avis, le vrai souci du service public est un problème d’organisation.Par exemple, il 'est pas normal qu'il y ait si peu de contrôleurs au pôle emploi et à la sécurité sociale par exemple. Ca éviterait les abus. Dans les hôpitaux, vu que l'hospitalisation, c'est ce qui coûte le plus cher, il faudrait peut-être envoyer les patients dès que possible en centre de convalescence (tout en gardant la possibilité de les faire revenir à l'hôpital si besoin). Il faudrait aussi développer les infirmières libérales.

Il y a au tout de même une caste de privilégiés ds le service public qu'il faudrait faire rentrer dans le rang: les conducteurs de trains qui, non contents d'avoir une pension de retraite élevée à 55 ans, continuent de travailler en plus pour le groupe SNCF (ne sont-ils pas partis en retraite trop tôt ?). Autre exemple, les taxes spéciales rajoutées à notre facture d'électricité pour payer les retraites des agents EDF.
a écrit le 16/06/2014 à 13:49 :
80 % des étudiants veulent rentrés dans la fonction publique pour la sécurité de l'emploi et... "on se la coule douce" Pas étonnant que l'état français soit ruinés par 5,5 millions de fonctionnaires publics et territoriaux, deuxième poste de dépense après l'éducation nationale. Dramatique ! ainsi vogue la France vers son déclin.
Réponse de le 17/06/2014 à 3:15 :
Peut-être c'est parce qu'ils ne veulent pas travailler pour un petit patron incompétent, anti-europe et poujadiste qui a voté pour Le Pen!
Réponse de le 17/06/2014 à 16:53 :
Ils sont simplement lucides et comprennent bien qui sont les privilégies du système.
Réponse de le 17/06/2014 à 22:23 :
"80 % des étudiants veulent rentrés dans la fonction publique pour la sécurité de l'emploi et... " : Ça vous étonne qu'ils ne veulent pas enchaîner les CDD dans le privé (ou le public d'ailleurs) jusqu'à ce qu'ils aient 5 ans d'expérience sur le CV? Au fait, s'ils ne faisaient pas face à des pauvres retraités qui refusent de leur louer 30 mètres carrés dans ces conditions, ils le vivraient mieux quand ils ne sont pas logé par papa et maman jusqu'à l'héritage!
a écrit le 16/06/2014 à 13:38 :
que de frustrations dans ces propos, bons français que voilà toujours à jalouser son voisin
Réponse de le 16/06/2014 à 16:00 :
Si la fonction publique francaise etait quant a son cout ou son efficacite dans la moyenne europeenne, il s'agirait bien de jalousie. Malheureusement l'aveuglement du public sur sa propre realite, sur ses rigidites, sur sa lenteur, et son cout disproportionne rendent les remarques des "jaloux" parfaitement legitimes.
a écrit le 16/06/2014 à 13:33 :
Interdire la cooptation familiale serait déjà une grande avancée pour équilibré le rapport public privé... pas le droit d être fonctionnaire si mon père l a ete'
Réponse de le 16/06/2014 à 13:49 :
Ok pour trait d'humeur provocateur, mais sur le fond, notez tout de même que la cooptation n'est pas une affaire de famille : c'est une affaire de classe.
Réponse de le 17/06/2014 à 9:57 :
Et aussi pas le droit pour les Dassault, Bollorée, Lagardère, Bettencourt, Gattaz, Bouygues, etc. de reprendre l'entreprise de papa ?
a écrit le 16/06/2014 à 13:25 :
Après 43 ans de vie professionnelle dans le privé j'ai côtoyé un bonne quantités de brailleurs dans mes divers services et rencontré dans le public d'excellents professionnels. Arrêtons ce type de cliché les "bons" du privé et les "mauvais" du public.
Réponse de le 16/06/2014 à 14:09 :
les gens dans le public sont des inutiles rentiers qui font couler ce pays !!!
Réponse de le 16/06/2014 à 16:19 :
+1 je suis salarié du privé dans le public
ah les préjugés
pour info les fonctionnaires peuvent se faire virés
a écrit le 16/06/2014 à 11:31 :
Comment les Branleurs du public qui vivent de l'assistant,de l'emploi qui est un DU,peuvent juger ceux du PRIVE qui les fait vivre...
SNCF notamment les serreurs de boulons sont bons en cas de privatisation pour Pole Emploi;
Réponse de le 16/06/2014 à 12:36 :
Et bien voilà une chose à raconter au pompier qui viendra secourir un membre de ta famille pour l'emmener au CHU le plus proche ...
Réponse de le 16/06/2014 à 13:18 :
Cela n'a rien à voir : il y a des personnes, qui une fois entrée dans la fonction publique, deviennent de purs boulets (puisque non remerciable) et vivent sans avoir aucun intérêt pour leur métier. C'est sur que dans le privé, une personne qui aurait un tel comportement, serait remerciée immédiatement.... Le nier, c'est faire l'autruche et etre de mauvaise fois. D'autre part, le salaire moyen de la fonction publique est supérieur à celui du privé, donc la moindre des choses, c'est que les fonctionnaires se mettent réellement au service de la nation.
Réponse de le 16/06/2014 à 13:34 :
Bah oui les salaires sont plus élevés. Vous n'avez jamais entendu parler de concours pour entrer dans le public, ce qui exige un niveau d'études plus élevé, et du coup des salaires plus élevés (mais moins élevés que dans le privé à niveau d'études et déroulement de carrière équivalent, je vous rassure). Inutile des déblatérer que ce que vous ne maitrisez point.
Réponse de le 16/06/2014 à 13:41 :
Que de frustrations derrières ces commentaires haineux entre concitoyens
Réponse de le 16/06/2014 à 15:11 :
Ce discours de haine sent les années 30, Ben seriez vous prêt à mettre les gens que vous jalousez dans les trains?
Réponse de le 16/06/2014 à 16:02 :
Et un point godwin !!
Réponse de le 16/06/2014 à 16:29 :
@Psy
La SNCF n'a- t'-elle pas déporté des milliers de personnes dans ses trains sous le régime de Vichy ?????

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :