Vous avez dit "pénibilité" du travail ? Réponse mardi

 |   |  659  mots
(Crédits : Reuters)
Le mode d'emploi de la mise en place du compte pénibilité, qui inquiète le patronat, sera dévoilé mardi par le gouvernement. Mais au fait, c'est quoi un travail "pénible".
Le mode d'emploi du compte pénibilité, mesure emblématique de la réforme des retraites dont la mise en place alarme fortement le patronat, sera officiellement dévoilé mardi, après avoir été présenté dans la matinée aux organisations syndicales.

Selon le gouvernement, ce compte qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2015, pourrait concerner un travailleur sur cinq. Financé par les cotisations des entreprises, il visera tous ceux qui ont été exposés à l'un des dix critères de pénibilité (bruit, travail de nuit, postures pénibles, travail répétitif, etc.) inscrits dans le code du Travail.

Il permettra aux salariés d'accumuler des points en fonction du temps passé en situation de pénibilité tout au long de leur carrière. Avec ces points, ils pourront se former, travailler à temps partiel ou partir plus tôt à la retraite.

Dès le départ, les organisations patronales (Medef, CGPME, UPA) ont décrit ce compte comme une "usine à gaz", qui va selon eux charger la barque des tracasseries administratives des entreprises.

Répétant que la mesure est "inapplicable", "très anxiogène" et "une énorme boîte de Pandore pour les entreprises", le président du Medef, Pierre Gattaz, pousse depuis plusieurs semaines le gouvernement à l'adoucir.

Une source dans la majorité a reconnu auprès de l'AFP que le sujet "fait hurler, en particulier dans des branches comme le BTP", indiquant que le gouvernement était en train de modifier le mécanisme pour que "la mesure soit mise en oeuvre mais qu'elle soit applicable".

Dans une version non définitive du rapport commandé par le gouvernement pour fixer les règles de ce compte, dont l'AFP a obtenu copie, Michel de Virville, conseiller-maître à la Cour des comptes a un peu allégé le dispositif.

Il préconise notamment un décompte annuel des expositions des salariés aux facteurs de pénibilité et non une base mensuelle, comme cela avait été envisagé dans un premier temps.

Nid à contentieux terrible

L'ancien DRH de Renault fixe des "valeurs planchers" d'intensité, d'exposition et de durée.

Pour la manutention manuelle de charge, les seuils seront par exemple fixés pour le "lever/porter" à des poids de plus de 15 kilos conjugués à un temps de manutention de 600 heures par an. Pour les températures extrêmes, seront prises en compte celles inférieures à 5° ou supérieures à 30° pour une durée de 900 heures par an.

En cas de dépassement des seuils, "le compte du salarié sera crédité de quatre points" (huit en cas de polyexposition), préconise M. de Virville qui précise que le nombre total des points "sera plafonné à 100 points".

"Dix points permettront l'acquisition d'un trimestre de retraite supplémentaire" ou une réduction du temps de travail d'un trimestre à mi-temps, les 20 premiers points ne pouvant être utilisés "que pour le financement d'une formation".

En ce qui concerne l'évaluation concrète des situations pénibles, le document se contente de conseiller aux entreprises et aux branches de mettre au point des "modes d'emploi adaptés à leur activité et à leur organisation".

Selon une source patronale, ces préconisations, qui devront être entérinées par décrets, sont toujours "un nid à contentieux terrible" en dépit des assouplissements apportés ces dernières semaines.

"Sur la comptabilisation annuelle, nous avons été entendus mais il n'y a rien pour nous sécuriser juridiquement sur la mesure de l'exposition. Pour toute une série de métiers où mesurer la pénibilité n'est pas évidente, les entreprises ne vont pas savoir faire", a ajouté cette source. "Il va y avoir un vrai problème de charge de la preuve pour les entreprises".

Les employeurs devront comptabiliser les expositions dans leur logiciel de paye, avec un délai préconisé jusqu'au 1er juin 2015 pour adapter les outils informatiques. Le coût du dispositif est estimé à 500 millions d'euros par an en 2020 et 2,5 milliards d'euros en 2040.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2014 à 11:48 :
supporter Hollande et sa clique !!! voilà la réelle pénibilité d'aujourd'hui.Les français devraient être indemnisées pour cela .
a écrit le 09/06/2014 à 11:20 :
Enfin de compte tout le monde aura droit aux points de pénibilité sauf les fonctionnaires qui eux travaillent calmement c'est à dire doucement le matin et pas trop vite l'après midi
Réponse de le 09/06/2014 à 13:14 :
Vous voyez moi je fais mieux je suis au chômage depuis deux ans et je compte bien y rester et en plus je vous laisse mes points de pénibilité.
Réponse de le 09/06/2014 à 13:19 :
Je confirme en ce qui concerne fifi.
Réponse de le 09/06/2014 à 13:36 :
Je travaille dans un hôpital et je ne compte plus mes heures depuis des années. . Il y a peut être des services où il y a moins de stress mais du côté de la santé je peux vous dire qu'on est loin de cette argutie que beaucoup répètent
Réponse de le 09/06/2014 à 13:41 :
Quand vous ou vos enfants auront un grave accident, regardez bien comment ces fonctionnaires travailleront pour vous sortir de là . . .
Réponse de le 09/06/2014 à 19:16 :
"ces fonctionnaires là,comme vous le dites, puisqu'il s'agit de santé (comme la police , aussi, ce qui est important), ne sont pas assez payés! avec le travail qu'ils font, ils devraient être mieux rémunérés! triste à dire, mais ce sont ceux qui ont me plus de mérite, qui sont le plus mal payés !! il n'y a qu"à regarder ce que touchent au gouvernement , ceux qui en font le moins, et pourtant voir les rémunérations qui en découlent!
a écrit le 09/06/2014 à 11:02 :
Enfin de compte mis à part les fonctionnaires tout le monde aura droit aux points de pénibilité
a écrit le 09/06/2014 à 10:38 :
Catastrophe : c'est que ces nouveaux dispositifs apporteront aux salariés, aux ouvriers qui se sont ruinés la santé au travail. . .Ils devront disposer d'un compte pénibilité . . de la foutaise, les patrons se débrouilleront pour requalifier les postes pour qu'un minimum de personnes aient ce compte pénibilité . . .C'est l'exemple type des dérives du capitalisme : les victimes devront en plus de leurs problèmes de santé, démontrer que c'est bien leur poste qui les a abimé . .une nouvelle dérive du libéralisme
a écrit le 09/06/2014 à 10:18 :
Nous en avons tous marre des usines a gaz des politiques, qui n'ont jamais travaille.
a écrit le 09/06/2014 à 6:35 :
La pénibilité ne se mesure que par l'espérence de vie qui reste à un employé le our de sa retraite. S'il a le jour de sa retraite une espérance de vie de 80 ans (comme les cheminots), et un autre, de 62 ans, il est bien évident que le gars à 62 ans a eu un poste bien plus pénible dans sa vie. A première vue, cela paraît difficile à paramétrer, pourtant le modèle statistique est simple et ouvert (c'est à dire, on y peut ajouter autant de paramètres comme on veut, maladies particulières, age, métier, revenu, sexe, nombre d'enfants, âge de décès des parents etc.). La seule chose qui manque, c'est la volonté politique d'appliquer la "Liberté, Égalité et Fraternité". Il vaut "mieux" que le gars mort à 62 ans soit pressé comme un citron pour payer la retraite des cheminots.
Réponse de le 09/06/2014 à 9:06 :
la volonté" politique d'appliquer la "Liberté, Egalité, Fraternité ", c'est dans les livres, tout ça...Utopique à jamais !!
a écrit le 08/06/2014 à 14:00 :
Encore une mesure en faveur des immigrés à qui on confit les emplois les plus pénibles parce que sous payés.
Réponse de le 09/06/2014 à 6:36 :
La preuve: c'est en Algérie parmi les anciens OS qu'on trouve le plus de centenaires.
a écrit le 08/06/2014 à 12:47 :
@ Faché ... Concernant les travailleurs de l'Est , la situation est déjà en place , suffit de regarder au bon endroit : sur les chantiers par exemple , sur les routes ...
Un exemple : chantier d'Orléans Hôpital . Si vous trouvez plus de 15% de Français ou salariés embauchés par des sociétés Françaises vous avez de la chance . Les ouvriers viennent presque tous des pays de l'Est (sous-traités par des sociétés Italiennes , sous-traitées par des grands groupes Français) , du Portugal , d'Espagne .
Ces gens là sont payés deux-trois fois moins chers qu'un Français . Ce chantier estimé à plusieurs centaine de millions d'euros ... Moralité à qui profite le crime ? Pas aux Français ni aux finances publiques ... Certainement aux actionnaires par essence issus d'on ne sait trop où ... Ce chantier est un bel exemple de terribles dysfonctionnements . Montré du doigt pour ses erreurs à plusieurs millions d'euros , pour son chiffrage largement surévalué payé par les chers contribuables ...
a écrit le 08/06/2014 à 11:23 :
Je propose les intermittents du spectacle,les dockers et les professeurs ..en fait toutes les professions qui ne travaillent pas un jour sur deux.
Réponse de le 08/06/2014 à 14:23 :
et nos pauvres sénateurs et députés, ils font pas un travail pénible, eux aussi?!
Réponse de le 09/06/2014 à 13:16 :
Vous oubliez les indigestions, ils bouffent sans limite et les ampoules aux fesses, ça c'est de la pénibilité.
a écrit le 08/06/2014 à 10:47 :
On marche sur la tête en France !!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 08/06/2014 à 11:01 :
Bin oui laissez crever les gens ! Utilisez les ! Détruisez les et renvoyez les olala !
a écrit le 08/06/2014 à 10:41 :
Le marché du travail est florissant avec cette nouvelle réglementation et les 35 H .... on charge un peu plus la mule !!!!!!!!!!
a écrit le 08/06/2014 à 9:07 :
Pénible.... Essayer de faire travailler ses ouvriers avec une réglementation qui change tout les 4 matins.... Et si on commençait à sous-traiter à l’Europe de l'est ?
Réponse de le 08/06/2014 à 9:34 :
Parfait votre langage, ses ouvriers vous parlez de personnes ou du bétail que l'on conduit à l'abattage.
Réponse de le 08/06/2014 à 23:17 :
@ @faché: Hein ?
a écrit le 08/06/2014 à 8:51 :
Bientôt un invasion des Francais en cherche de travail en l'Europe de l'est, ou traversant clandestinement le Mediterranee enfin de travailler en Afrique?
a écrit le 08/06/2014 à 7:50 :
Quid des dégâts physiques générés par le stress qui dégrade la santé tout autant que les travaux physiques pénibles.
Réponse de le 08/06/2014 à 9:35 :
J'ai pas ce problème je suis chômeur professionnel et je ne me porte pas plus mal. Pourvu que cela dourre.......
Réponse de le 08/06/2014 à 10:49 :
L'environnement agressif ou le rythme de travail fais partie des facteurs de pénibilité depuis des années. Et en terme d'AT le stress est depuis très très très longtemps considéré comme un facteur de risque justifiant un AT.

Informez vous au lieu de parler Mr Dédé depuis votre bar.
Réponse de le 08/06/2014 à 11:41 :
sympa le mec! si on ne peut même plus s"exprimer sans se faire rabrouer par "une science infuse"...alors , il sert à quoi ce forum?ou ce site, comme ça vous chante..
a écrit le 08/06/2014 à 7:49 :
50 ans et 20 ans de nuit !!!
Bien sur on ne me reconnaitra pas ces 20 ans de pénibilité rétrospectivement....
Moi je les sens !! Tres concrètement...
Alors ??
Réponse de le 08/06/2014 à 10:51 :
Alors il existe une loi sur les retraite de 2010 qui vous permet de partir en avance si à la fin de votre carrière vous justifiez une incapacité de travail entre 10 et 20%.
Réponse de le 08/06/2014 à 11:23 :
Arrêtez de pleurnicher si vous avez la santé 50 ans c est la jeunesse
a écrit le 08/06/2014 à 7:14 :
Une nouvelle loi qui va poser plus de problèmes qu avant, qui va se traduire par plus de registres à tenir et qui va créer de nouvelles charges, BRAVO POUR un gouvernement qui veut rendre notre industrie compétitive
AINSI VA la FRANCE
a écrit le 07/06/2014 à 23:35 :
les ingénieurs subissant lemobbing de leur direction subissent des boulots pénibles. Apperemment un gars de Bosch à Stuttgart s'est jeté par une fenêtre: il avait un travail pénible? les entreprises usent les employés et les foutent à la porte (s ils ne passent pas par les fenêtres) pour les refourguer aux services de retraite? ils devraient les garder et leut fournir des travaux moins pénibles dès qu il y a des signes de fatigue. On est toujours au temps de Zola...
Réponse de le 08/06/2014 à 19:17 :
Travailleur en France = Kleenex. Il faut être sec avec le bétail.
Réponse de le 09/06/2014 à 19:19 :
affaires et sentiments, ça va pas ensemble !
a écrit le 07/06/2014 à 23:28 :
"Mais au fait, c'est quoi un travail "pénible"... Faut avoir mis les mains dans le ciment ou le cambouis pour le savoir. Un travail pénible c'est avant et surtout un travail qui ne plaît pas, un travail où de petits chefs "mettent la pression", parce qu'eux mêmes sont sous pression. Un travail pénible c'est un travail dont l'utilité et la finalité sont douteuses. Un travail pénible c'est un travail concocté par des néo-libéraux qui se foutent de la vie humaine comme de l'an 40, pourvu qu'il leur rapporte moult dollar...Et puisqu'on parle du dollar américain: US GO HOME.
Réponse de le 08/06/2014 à 11:43 :
ouais! un travail avec une ambiance de M.....DE! + UN !
Réponse de le 09/06/2014 à 6:42 :
Vous n'avez pas tort. Le travail de nuit est moins stressant que le travail dans un call center où les "petits chefs" sont sans exception des ordures (au moins dans les cinq ou j'ai travaillé, le dernier à la porte de la villette). Merci Papa.
a écrit le 07/06/2014 à 21:23 :
Tout ça part d'une bonne intention, même si on ne peut écarter de la démagogie électorale la dessous... Mais en pratique, ce sera effectivement une usine à gaz. Dans la grosse industrie, où les tâches sont bien définies et spécialisées, ça ne devrait pas poser trop de problème. Mais dans les TPE-PME, ou les salariés sont par définition plus polyvalents??? Prenons le cas d'une petite boîte de maçonnerie: faudra-t-il comptabiliser les heures faites sous le cagnard à plus de 30 degrés? Donc surveiller en permanence le thermomètre? Compter le nombre de sacs de ciment transportés? Compter le temps passé à chaque percement, où le marteau perforateur dépasse 90 dB? D'un côté, on allège les charges (CICE, qui n'est qu'une reconfiguration de la réduction de charges Sarkozy aussitôt annulée une fois Hollande arrivé au pouvoir...), de l'autre, on augmente les contraintes qui auront nécessairement un coût (décompte des heures de pénibilité, maintenance logiciel de paie, honoraires d'élaboration des bulletins, etc...). Du hollandisme tout craché, en somme, tout et son contraire...
a écrit le 07/06/2014 à 21:18 :
Vous êtes au courant que les français travaillent d'avantage (en heures/semaines) que n'importe quel autre peuple d'europe ?
qui prétend cela ? pourtant on peut souvent lire l'affirmation contraire sur les sites de nos journaux.
Réponse de le 07/06/2014 à 22:00 :
en effet, c'est bien de le dire, parce que beaucoup disent que les Français ont les côtes en "long "
a écrit le 07/06/2014 à 21:05 :
Les députés ( et Gattaz) sont-ils les plus aptes à définir quels sont les critères de la pénibilité au travail ? Quelle farce ! Combien seront-ils présents à l'A.N. pour voter ce texte ?
Réponse de le 07/06/2014 à 22:03 :
le texte est déjà voté
a écrit le 07/06/2014 à 17:23 :
oui c'et vraiment pénible mon boulot de surveillant novturne avec comme compagnie un berger allemand qui ne dit rien et il passe tout son temps à me tirer comme un chien de traineau ;-( Voici mon emploi du temps 3 nuits de 11 heures et 5 journées de repos et insi de suite Croyez vous que je peux me tirer jusqu'à 7 ans comme cà. C'est vraiment inhumain n'est ce pas? Vive la retraite à 50 balais comme les cheminots les electriciens les instits les fonctionnaires quoi ^_^
Réponse de le 07/06/2014 à 20:38 :
Depuis quand les électriciens ont la retraite à 50 ans
Réponse de le 08/06/2014 à 6:10 :
Et depuis quand les fonctionnaires (lesquels) ont la retraite à 50 ans. Pour mémoire, il fut un temps (il y a longtemps ou seule la catégorie active bénéficiait de la retraite à 55 ans ; mais ils ont rejoint le pot commun depuis quelques années déjà.)
Réponse de le 08/06/2014 à 7:02 :
super je suis a la sncf j ai plus que 12 ans a faire...
Réponse de le 08/06/2014 à 9:38 :
Je suis au chômage depuis 3 ans encore 4ans à tenir. Surtout plus de boulot pour moi je le laisse aux autres.
Réponse de le 09/06/2014 à 9:08 :
bon courage!
a écrit le 07/06/2014 à 16:39 :
"Tout travail bien fait est pénible."

C'est faux. Un travail bien fait n'est pénible que pour les laxistes dans leur travail. Affirmer une chose pareille prouve déjà que vous n'y entendez rien en matière de pénibilité du travail. La pénibilité ne concerne pas le travail en lui même, mais les conditions dans lesquelles ils est effectué : bruit, chaleur, manutention de charge lourde.

Allez donc travailler de nuit dans une usine dont l'ambiance sonore dépasse les 90-100 décibels ainsi que les trente degrés en moyenne (en hiver, parce qu'en été c'est 40 ou 50) et vous commencerez à comprendre le sens du mot pénible. Rien que le travail de nuit, c'est 4 à 6 ans d'espérance de vie en moins. Les effets sont encore plus vicieux dans le cadre d'un 3x8.

"il ne faut pas de législation là-dessus."

(Et vous êtes qui pour dire tout seul dans votre coin ce qu'il faut comme loi ?)
Si, il en faut une parce qu'il n'est pas normal qu'un salarié qui a travaillé dans un environnement aussi dur et qui en a souffert physiquement, doive prendre sa retraite en même temps qu'un mec qui a passé ses journée dans un fauteuil.

"Si un travail n'est pas fait péniblement, ce n'est pas un travail intéressant."

Je suis sur que vous n'avez jamais exercé de travail réellement pénible de votre vie, jamais porté plus de vingt kilos, subit plus de 60 décibels dans les oreilles, et jamais souffert sous la chaleur ou les odeurs, alors vos points de vue sur l’intérêt d'un travail en fonction de sa pénibilité, mettez vous le là où le soleil ne brille jamais. Les journalistes ne font pas un travail fondamentalement pénible, cela ne rend pas leurs articles inintéressant pour autant...
Le fait est que ceux qui exercent un travail qu'ils aiment ne le trouvent jamais pénible, mais ils sont rares.

"Un travail pénible n'est pas pour autant désagréable."

Sérieusement, mon pauvre, ouvrez un dictionnaire au lieu de vouloir redéfinir le sens des mots. Dans les synonymes de pénible on trouve "désagréable". Un travail pénible EST désagréable par définition.
a écrit le 07/06/2014 à 16:04 :
Facile à dire pour quelqu'un qui ne sait pas ce qu'est un travail pénible au sens de la loi bien sûr!
a écrit le 07/06/2014 à 15:57 :
Tout travail bien fait est pénible, il ne faut pas de législation là-dessus. Si un travail n'est pas fait péniblement, ce n'est pas un travail intéressant ou qui crée de la valeur. C'est à la portée du premier venu. Un travail pénible n'est pas pour autant désagréable.
Réponse de le 07/06/2014 à 15:59 :
sauf si on est bourré d'arthrose, vous connaissez?...
Réponse de le 07/06/2014 à 23:31 :
@Gel dhiver
Vous avez pas dû bien "forcer" dans votre vie... Au Gymnase club peut-être?
Réponse de le 08/06/2014 à 9:41 :
Si toutefois vous travaillez votre naïveté doit bien faire rire votre patron et en plus vous devez faire la une au comptoir du bar quand il discute avec ses amis.
a écrit le 07/06/2014 à 15:46 :
pour faire plus simple il ne faut plus travailler du tout .
c'est bien connu le travail sa fatigue
pauvre France
Réponse de le 07/06/2014 à 15:56 :
Vous êtes au courant que les français travaillent d'avantage (en heures/semaines) que n'importe quel autre peuple d'europe ? Arrêtez de vomir sur tout progrès sociaux, d'autant plus qu'on régresse sans arrêt dans ce domaine.
Réponse de le 07/06/2014 à 16:44 :
"c'est bien connu le travail sa fatigue"

Écrire proprement et réfléchir plus loin que le bout de son nez aussi, visiblement.
Réponse de le 07/06/2014 à 18:27 :
@snoulo : vrai, la situation s'empire d'année en année et à croire que tout le monde en redemande. Le lavage de cerveau entamé depuis des dizaines d'années par les "élites" financières et industrielles fonctionne à plein régime et ça marche. Il suffit de voir le nombre de commentateurs de ce site prendre en pitié ces "pauvres" riches lourdement fiscalisé (ahah il faut vraiment être une amibe ignorante pour penser des choses pareilles) alors que la haine transpire dès qu'un article parle des fonctionnaires, chômeurs, immigrés,... Moi je dis une bonne bombe H (ou A à votre guise) pour raser tout ça et laisser la nature reprendre le dessus au fur et à mesure. L'Homme est une plaie pour cette planète.
Réponse de le 07/06/2014 à 21:10 :
Snouko : avec 37,4 heures de travail hebdomadaires en moyenne les francais sont a peine au dessus de la moyenne europeene. Les grecs etant les 1er avec 42heures, faut arreter daffirmer des inepties.
Réponse de le 07/06/2014 à 22:03 :
le premier prédateur, n'est il pas l'homme ? !
Réponse de le 08/06/2014 à 9:46 :
Enfin quelqu'un que je comprends il à raison le travail sa fatigue et il a bien le droit de ne pas se prendre la tête en écrivant sa au lieu de ça juste pour la sciences infuse qui a corrigé, moi moins que j'en fait mieux que je le porte, je copie sur les politiques je fais du vent au boulot et ça marche très bien.
a écrit le 07/06/2014 à 15:07 :
Que le Medef ne s'inquiète pas de trop ce gouvernement fait une politique de Droite...
a écrit le 07/06/2014 à 13:56 :
Une mesure incohérente improvisée pour faire "de gauche", qui contribuera uniquement à créer des frustrations entre les français, où chacun verra en l'autre un privilégié. Hollande fait du Sarko en divisant les français entre eux. Vivent les sociaux-traitres.
a écrit le 07/06/2014 à 13:30 :
Encore une réforme étatiste cauchemardesque imposée pour compenser une distorsion étatique de la réalité.
Si les salaires n'étaient pas traités différemment selon leur niveau (en raison du revenu minimum notamment) c'est par celui-ci que serait normalement compensée cette pénibilité, et au plus juste.
Mais ce serait retirer à l'état la possibilité de remercier le glacis de ses obligés.
a écrit le 07/06/2014 à 13:00 :
Espérons au moins que les travailleurs reconnus handicapés ( reconnaissance RQTH ) parviendront à obtenir ces points de pénibilité.
S'il y a bien une catégorie à privilégier dans ce système, c'est bien pour ceux qui préfèrent se lever tous les matins pour venir travailler malgré leur handicap plutôt que de vivre de la solidarité nationale via une pension.
Réponse de le 07/06/2014 à 13:34 :
et encore, quand ils sont employés......., les handicapés!
Réponse de le 08/06/2014 à 6:15 :
Les handicapés peuvent déjà partir en retraite plus tôt que les autres en fonction de leur taux d'invalidité. Que voulez vous de plus ?
Réponse de le 08/06/2014 à 9:50 :
Vous devez être de ceux qui prennent leurs places de parking et que voulez vous de plus peut être leur handicap.
a écrit le 07/06/2014 à 12:27 :
Pénibilité ! il est clair que cette notion va faire grincer des dents, car exceptés quelques métiers "pénibles", les autres se considérant en travail de cette sorte vont ruer dans les brancards...De toute façon, de par sa définition, le travail est "pénible" !...sommes nous vraiment nés pour cela?.....
Réponse de le 07/06/2014 à 14:40 :
Pas sûre que mon mari, travailleur handicapé, qui cumule travail de nuit, dans le froid et l'humidité et au contact de produits chimiques, ait très envie de philosopher...
Réponse de le 07/06/2014 à 15:13 :
bravo pour votre pseudo! quant au reste...c'est dommage, ça fait un bien fou!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :