La suppression des 4 départements, une source d’économies considérables dans le Grand Paris

 |   |  713  mots
Le Département de Paris affiche le meilleur ratio charges de personnel/dépenses réelles de Fonctionnement (11,3 %) alors que les 3 autres départements atteignent et dépassent 20% (20,4% pour les Hauts de Seine, 21% pour la Seine Saint Denis et 27,8% pour le Val de Marne) | REUTERS
Le Département de Paris affiche le meilleur ratio charges de personnel/dépenses réelles de Fonctionnement (11,3 %) alors que les 3 autres départements atteignent et dépassent 20% (20,4% pour les Hauts de Seine, 21% pour la Seine Saint Denis et 27,8% pour le Val de Marne) | REUTERS (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
780 millions d’économies annuelles. C’est ce que la suppression des 4 départements du Grand Paris pourrait rapporter selon le MEDEF Ile de France. Une seule condition : que la Métropole du Grand Paris ait les mêmes pouvoirs que celles de Lyon et puisse s’emparer des compétences des départements.

L'impact financier de la création de la Métropole du Grand Paris et de la suppression des 4 départements ? Le gouvernement ne le connaît pas. André Vallini attend un rapport de l'Inspection Générale de l'Administration sur la question, mais pas avant le mois d'octobre. Le Medef Ile de France a donc pris les devants et passé au scanner les finances de Paris, des Hauts de Seine, de la Seine Saint Denis et du Val de Marne.

 

Remplir le rôle du département

Premier constat : la mutualisation est plutôt une bonne idée.  Il n'est qu'à regarder  l'impact positif de la mutualisation des services entre le Département et la Ville de Paris : les structures sont institutionnellement distinctes mais sous la même autorité politique. Le MEDEF explique : 

« Le Département de Paris affiche le meilleur ratio charges de personnel/dépenses réelles de Fonctionnement (11,3 %) alors que les 3 autres départements atteignent et dépassent 20% (20,4% pour les Hauts de Seine, 21% pour la Seine Saint Denis et 27,8% pour le Val de Marne).Idem  pour les charges à caractère général : 6% des dépenses réelles de fonctionnement pour Paris, 12% pour les Hauts de Seine, 8% pour la Seine Saint Denis et 10% pour le Val de Marne. »

Si le ratio parisien était appliqué aux 3 autres départements (ce qui semble être également le souhait de Marylise Lebranchu) cela représente une économie brute potentielle de l'ordre de 344 à 430 millions d'euros. Sauf que le MEDEF en doute car pour atteindre ce chiffre il faudrait que la Métropole soit capable de remplir le rôle actuel du département.

Or la Métropole du Grand Paris n'est dans les textes actuels qu'un Etablissement Public de Coopération Intercommunal et pas une collectivité à part entière. Elle n'aura donc aucune compétence en matière de gestion de services d'intérêt collectif contrairement à celle de Lyon telle qu'elle a été élaborée par Gérard Collomb et qui exercera de plein droit, outre ses compétences propres, celles que la loi attribue au département.

 

Réduction des charges de personnel 

Deuxième constat : le transfert des missions assurées par les 4 départements à une structure d'agglomération n'entraînera pas d'économies en matière d'investissements (1,273 milliard sur la base des comptes consolidés 2012, les derniers connus) ni sur les charges d'activité (4,356 milliards) car il faudra continuer à faire fonctionner les collèges, à apporter des aides sociales, à entretenir les routes, à créer et maintenir des équipements d'infrastructure et de superstructure....

Les économies se situeront donc dans les charges de personnel (1,206 milliard) et dans les  charges à caractère général (559 millions). Elles ne porteront donc que sur 28% des dépenses réelles de fonctionnement des quatre départements.

 

Pas de hausse des impôts locaux ? 

Pour les charges à caractère général le MEDEF estime que la suppression des 4 départements et leur intégration dans une structure d'agglomération serait susceptible d'entraîner une économie annuelle globale de l'ordre de 450 millions soit 80% du total. Pour les charges de personnel, le calcul est plus fin. Le MEDEF estime que le ratio parisien de 11,3% des dépenses réelles de fonctionnement devra  être relevé à 15% pour les 3 départements périphériques afin de tenir compte de leurs spécificités territoriales. Cela donnerait donc 0% d'économie pour Paris (le personnel du département basculant avec ses missions dans la structure d'agglomération) et pour  les 3 autres départements, une économie annuelle potentielle de l'ordre de 330 millions. Souci : elle  ne sera toutefois réalisable que progressivement, au rythme des départs en retraite, des mobilités, des reconversions possibles de personnel et des remplacements indispensables dans certains secteurs.

Ce sont donc environ 780 millions  d'économies budgétaires annuelles  possibles dans le cadre d'une suppression des 4 départements et de leur intégration dans la Métropole du Grand Paris. A condition bien sûr qu'elle soit « dotée des mêmes compétences que son homologue lyonnaise ».Cela permettrait « de ne pas augmenter, comme le suggère le syndicat Paris Métropole, à nouveau les prélèvements fiscaux sur les ménages et les entreprises dans une période difficile où il faudrait plutôt songer à les alléger » conclut le MEDEF

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/07/2014 à 18:13 :
Supprimons les departements ,les regions et aussi la france ,devenons tous allemands et tout ira bien .
Réponse de le 30/07/2014 à 4:07 :
Les Français pensaient pareil que toi quand ils ont perdu la guerre en 1940.
a écrit le 24/07/2014 à 14:56 :
Pourquoi attendre...ce sont encore nos chers politiques qui freinent pour préserver leurs trop chers strapontins??? Le grand ménage c'est pour quand chez nos 925 députés et sénateurs cumulards avec des retraites dorées sans oublier les avantages qui se traduisent par des enveloppes de frais de vie qui passent sous tous les radars?
a écrit le 23/07/2014 à 18:58 :
Qui sont les pignoufs qui avaient découpé la seine et oise en morceaux ? Pour finalement les recoller maintenant ? On continue a se payer notre tronche... et ca fanfaronne en prime...
a écrit le 23/07/2014 à 6:42 :
Je suis un petit maire, conseiller général, président de communauté de communes et président d'une entité régionale. Je perçois environ 11.000 euros par mois d'indemnités non imposables plus divers avantages et je dépense sans compter votre argent. Notre communauté compte plus de 600.000 élus dans ce beau pays. Et vous voulez changer quoi?
Réponse de le 23/07/2014 à 7:29 :
Vous devriez savoir que la plupart des 600.000 élus ne touche pas un centime d'indemnité et y est même de sa poche.
Réponse de le 24/07/2014 à 14:59 :
Que les élus qui travaillent VRAIMENT gratuitement et qui ne perçoivent aucun fais ni ne touchant aucun avantage direct ou indirect.... lèvent bien haut le doigt !
a écrit le 22/07/2014 à 7:44 :
Il faut arrêter de croire en ces politiques, ils ont créer les régions pour supprimer ces meme départements , résultat 40 ans après ils sont toujours la.
Donc encore une institution les métropoles pour rien, si pour des fonctionnaires supplémentaires.
Super la France bientôt des fonctionnaires et pole emplois.
belle avenir pour nos enfants, heureusement les talentueux peuvent partir a l’étranger!
a écrit le 22/07/2014 à 3:18 :
La vraie économie serait de fusionner la Ville de Paris dans la Métropole du Grand Paris. Créer deux entités administratives et politiques pour gérer la même ville ne peut conduire qu'à des doublons et un surcoût élevé pour le contribuable.

Quand on a créé le Grand Berlin en 1920, on a fusionné la Ville de Berlin dans le Grand Berlin. On n'a pas conservé l'ancienne Ville de Berlin à côté du nouveau Grand Berlin. Quand on a créé le Grand Londres en 1962 on a supprimé le Comté de Londres. On n'a pas conservé l'ancien Comté de Londres à côté du nouveau Grand Londres. Là, on va laisser subsister la Ville de Paris, avec son administration municipale, à côté de la Métropole du Grand Paris, qui aura son administration séparée, ce qui est complètement aberrant ! Tout ça parce que comme d'habitude en France, on n'a pas le courage de supprimer des structures existantes.
Réponse de le 23/07/2014 à 19:01 :
Sisi, le peuple a le courage, la preuve, il creve sous la masse de ce cancer francais... ces parasites et leurs trones.. et ils en vivent grassement, et nombreux... Vous connaissez une seule espèce animale qui se suiciderait ? Bin ces parasites là, c'est pareil. Ils suicideront tout le pays sur lequel ils bouffent, mais absolument hors de question de se remettre en question...
a écrit le 21/07/2014 à 19:30 :
Economie ici économie par là l' économie de chômage où elle sera?
a écrit le 21/07/2014 à 14:59 :
en quatre départements (dont Paris). Il fallait au contraire supprimer les 80 communes pour n'en faire qu'une seule, Paris. Outre les économies, c'est l'efficacité de la métropole qui en aurait été totalement changée.
a écrit le 21/07/2014 à 14:50 :
C'est le principe socialiste, appelé aussi ENFUMAGE.
Ils vont des "effets de manches" avec la paricipation des médias et ensuite les objectifs des réformes sont annulés progressivement.
Bref, ce potentiel d'économies ne sera jamais mis en place car les SOCILAISTES manquent de COURAGE et un gouvernement pas courageux n'inspire pas confiance
Réponse de le 21/07/2014 à 14:54 :
Pensez-vous que seuls les "SOCILAISTES" manquent de courage ? Qu'on fait les UMPISTES en 10 ans au pouvoir ? Ben rien...
Réponse de le 21/07/2014 à 15:01 :
Remercions l'UMP de Sarkozy qui a mis en place beaucoup de réformes qui en plus d'avoir signé le contrat pour qu'on le paye maintenant, on se rendent compte avant sa mise en place que ces réforme cachent beaucoup de frais caché qui dépassent largement les gains escompter quand il y en a!!!
Réponse de le 21/07/2014 à 15:29 :
L'UMP n'a rien fait pendant 10 ans et se découvre du courage maintenant qu'ils sont planqués dans l'opposition.
Réponse de le 21/07/2014 à 15:31 :
Il est où le courage de Chirac et Sarkozy ? La suppression des 35 heures ?
Réponse de le 24/07/2014 à 15:03 :
Nos chers politiques qui paradent devant micros et caméras sont tous des hypocrites patentés: ils mentent comme des arracheurs de dents et se gobergent sur le dos des contribuables. Nos 925 députés et sénateurs illustrent formidablement la classe politique française qui saigne le pays un peu plus chaque jour en creusant le déficit public qu'il faudra bien honorer un jour.
a écrit le 21/07/2014 à 13:29 :
Que faut-il réformer : les départements qui ne parviennent pas à boucler leurs fins de mois ou ceux qui réussissent et dont les villes paient pour les autres au titre de la solidarité territoriale ? Qui faut-il recadrer : les élus qui développent leur circonscription ou ceux qui la ruinent ?
a écrit le 21/07/2014 à 12:38 :
Grand Paris Son PIB en 2010 est d'environ 1160 milliards de dollars, comparable à un pays comme la Turquie.
Département et la Ville de Paris est l'un des plus grands producteurs agricoles du pays. Il se classe parmi les cinq premiers en ce qui concerne la production de pommes, d'oignons, de choux ou encore pour l'élevage laitier.
Réponse de le 21/07/2014 à 13:59 :
Et aussi l'endroit le plus cher en logement, en cout de la vie, le plus pollué, le plus stressant, le plus déprimant. Un paradis pour les riches, un enfer pour les pauvres.
Réponse de le 21/07/2014 à 21:22 :
Ça eut payer les choux mais c'est fini. ..
a écrit le 21/07/2014 à 12:13 :
Toute économie de ce type est bonne à prendre, et on peut supposer une baisse du déficit de la balance commerciale de l'île de France.
Et dès que le déficit baisse il y a automatiquement création d'emplois.
L'idéal serait de licencier ou déléguer aux entreprises francilliennes les fonctionnaires territoriaux en surnombre embauchés visiblement par erreur ou autres pour redescendre à 11% de frais de fonctionnement pour tout le grand paris.
a écrit le 21/07/2014 à 12:07 :
Tout ça c'est du" Wisch thinking" ,à la fin comme d'habitude ça coûtera encore plus cher,
a écrit le 21/07/2014 à 11:53 :
Finalement Paris est bien gérée et bien administrée pour la simple et bonne raison que Ville et Département sont fusionnée dans la même entité, la Mairie de Paris.
Réponse de le 21/07/2014 à 21:12 :
Moi je constate que les camions poubelles de la ville de Paris détruisent les routes des communes alentours, pour aller vidés leurs chargements dans les incinérateurs ou les decharge qui bien sur ne sont pas sur Paris. ... et qui qui paye ?
Réponse de le 21/07/2014 à 21:15 :
Moi je constate que les parigots ont un métro tout les 400 mètres, un bus tout les 200 mètres, un tramway etc.. et qui qui paye ?
Réponse de le 21/07/2014 à 21:18 :
Moi je constate que les parigots ont des flics tout les 50 mètres là où ailleurs on a un gendarme communal tout les 50 km et qui qui paye ?
Réponse de le 21/07/2014 à 21:20 :
Moi je constate qu'en prévention des risques par exemple inondation, on a créer des bassins de retenues à coût bonbon et qui qui paye ?
Réponse de le 23/07/2014 à 8:35 :
Nous on a une porcherie dans notre commune qui paye, vous devriez savoir!
a écrit le 21/07/2014 à 11:40 :
Problème : la suppression des départements, étendu au niveau national, pose 2 problèmes :
- la fusion des régions devient contre-productive, puisque la structure devient trop éloignée pour gérer certains sujets départementaux ;
- la solution des fusion départements-régions ressemblerait au projet des conseillers territoriaux de Sarko,... et là, Hollande fait une allergie !
Réponse de le 23/07/2014 à 7:32 :
Enfin un commentaire d'une personne qui semble connaître son sujet !
Réponse de le 23/07/2014 à 8:38 :
Vous devriez arrêter de faire un commentaire élogieux sur votre premier commentaire. Parlez un peu de votre garage miniature, évoquez les problèmes de retraite, à 11 h 40 on est au boulot et expliquez nous la formule Hop. La vous pourrez être crédible pour le reste c'est du vent et vous m'avez très bien compris.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :