Le Grand Paris commence au Bourget

L’aéroport du Bourget est mondialement connu. Mais il est sur un territoire trop longtemps oublié par les pouvoirs publics, défiguré par les autoroutes et la pollution de l’industrie chimique. Les temps ont changé : quelques élus se sont battus pour avoir des gares, un cluster aéronautique, et le territoire reprend espoir. Tout le monde s’accorde à y voir l’un des pôles économiques majeur du Grand Paris autour de l’industrie aéronautique, de l’aéroport et de son musée.

8 mn

L’aéroport (premier aéroport d’affaires européen), au coeur de la commune du Bourget. / DR
L’aéroport (premier aéroport d’affaires européen), au coeur de la commune du Bourget. / DR (Crédits : DR)

Elle est petite. Toute petite, même. L'une des plus petites communautés d'agglomération de la Métropole : 3 communes qui accueillent 90.000 citoyens. Elle est moche et éventrée. Lacérée par des infrastructures autoroutières et ferroviaires qui la traversent sans la desservir.

Polluée par les camions, qui défilent sur la RN2 (la vieille route des Flandres), et plus encore par les containers de l'industrie chimique déchargés à Drancy. Une communauté oubliée pendant des décennies par des élus communistes plus préoccupés par la Fête de l'Huma que par la réflexion urbanistique.

Pourtant, aussi moche et oubliée soit-elle, cette communauté d'agglomération possède certainement le plus fort potentiel de développement économique de la petite couronne. Et elle commence à y croire. Son avenir est dans son nom : communauté d'agglomération de l'aéroport du Bourget.

L'aéroport, c'est son identité et sa chance. Et, entre le premier aéroport d'affaires d'Europe et les trois gares du nouveau Grand Paris dont elle a hérité, elle sent qu'elle peut s'en tirer.

Mais elle se méfie beaucoup. Car lorsque Nicolas Sarkozy a lancé le Grand Paris, rien n'était vraiment prévu pour Le Bourget. Vincent Capo-Canellas, le sénateur-maire UDI de la ville, s'est donc mis en tête d'élaborer une stratégie de développement partagée : Le Bourget, Drancy et Dugny, La Courneuve, Le Blanc-Mesnil, toutes associées au développement de l'aéroport.

Ces communes de Seine - Saint-Denis ont donc fait travailler trois grands architectes urbanistes (à leurs frais, bien sûr, car personne n'allait se bouger pour elles) : Roland Castro, Jean-Marie Duthilleul et Christian de Portzamparc, un condensé de créativité. La transformation de La Courneuve en Central Park par Castro ou la gare RER en forme de chapeau pointu de Portzamparc sont, par exemple, issues de ce travail. L'idée de traiter Le Bourget comme la porte d'entrée nord de la Métropole, qui inspire aujourd'hui toutes les réflexions, vient, elle aussi, de Portzamparc.

Tout ce qui a été imaginé ne verra bien sûr pas le jour, mais une dynamique a été créée et le projet a servi de base à l'élaboration du contrat de développement territorial (CDT).

« Nous n'avions aucune habitude de travail en commun, explique Vincent Capo-Canellas. Il nous était extrêmement difficile de nous intéresser à un projet dépassant notre propre commune.

Avec les industriels, c'était pareil, une longue tradition d'ignorance. Mais le fait que nous nous prenions en main a poussé Aéroports de Paris à intégrer l'idée que son aéroport était sur un territoire que l'entreprise ne pouvait plus ignorer. EADS aussi a bougé.

Seul peut-être le ministère de la Défense continue de ne pas voir que son musée de l'Air est une des vitrines du territoire. Jean-Yves Le Drian devrait lui affirmer une ambition. »

Jusqu'au sommet de l'Etat

La dynamique a un peu impressionné les pouvoirs publics, Le Bourget est entré sur leurs radars mais il a fallu que l'Élysée s'en mêle.

« Le Bourget, c'est notre fierté, c'est l'ancien aéroport de la France et personne ne s'est jamais posé la question de son avenir, explique Jean-Christophe Lagarde, le député-maire de Drancy. Quand on a créé Orly, personne ne s'est demandé quoi faire du Bourget.

Et encore moins lorsqu'on a lancé Roissy. Le sujet était tellement enterré que lorsque Sarkozy a lancé le Grand Paris en avril 2009, nous n'étions même pas dans la présentation. Tout le monde nous avait oubliés, car le projet émanait de nous, pas d'eux, pas de la technocratie.

La question s'est réglée à 2 heures du matin dans le bureau de son directeur de cabinet où on a rajouté le pôle d'excellence du Bourget. Le cluster de l'aéronautique est donc devenu le 9e projet du Grand Paris la veille du discours du Président. Pourtant, on a tout : l'industrie, la vitrine et une des marques les plus connues au monde, celle du Bourget ! »

Même motif, même punition, deux ans après.

« Nous avions depuis le départ élaboré un projet de territoire suffisamment ouvert pour s'adapter aux projets industriels qui pouvaient arriver, raconte encore Vincent Capo-Canellas.

Lorsque nous avons su qu'Eurocopter cherchait un terrain pour sa nouvelle usine, nous nous sommes posé la question des terrains militaires de Dugny, le long des pistes de l'aéroport. Un rêve pour Eurocopter : comme à Marignane, il pouvait avoir une usine sur les pistes, un terrain de jeux formidable.

On est tombé sur un os : la Défense voulait réaliser une opération financière et Bercy soutenait. J'ai dû prendre des risques dans cette histoire, car Eurocopter avait aussi l'opportunité de s'installer en Allemagne. »

Le ministre de la Défense de l'époque, Hervé Morin, avait beau être centriste comme Capo- Canellas et Lagarde, il n'a rien voulu entendre.

« Cela s'est débloqué avec Alain Juppé. Un vendredi soir, la veille du salon du Bourget où le Président devait venir, ils ont été obligés de céder et de faire le geste. »

Onze mois entre le début de la discussion et la signature du contrat, onze mois face à l'Hôtel de Brienne et Bercy, pour avoir le millier d'emplois d'Eurocopter et une poignée d'EADS, la maison mère.

gare multimodale
La gare multimodale du Bourget et le projet architectural. / DR

Le chantier colossal de la multimodale

Rien n'est simple au Bourget. Mais les élus commencent un peu à respirer, car l'État vient de les doter de trois gares d'un coup. Ils en voulaient deux, ils en ont eu trois. Jackpot. Jean-Christophe Lagarde estime que le contrat de développement territorial est « encore frileux » et s'étonne que l'État lui « demande de densifier la population alors que Drancy est déjà urbanisé à 99%, que le seul développement économique possible est au Bourget. Sans oublier que la ville reste un trou noir des transports en commun avec une gare absurde qui va desservir la partie nord de la ville qui est inconstructible à cause de la pollution de la gare de triage ».

La gare multimodale du Bourget est, de son côté, un projet énorme en plein milieu de la ville. Elle va réunir trois réseaux, peut-être quatre : la tangentielle nord (28 km de tram-train reliant Sartrouville à Noisy-le-Sec), le RER, la ligne du métro automatique du Grand Paris et, peut-être, la ligne 7 du métro lorsqu'elle sera prolongée.

« Nous sommes en face d'une nouveauté conceptuelle. Une gare multimodale est un objet juridique totalement non identifié ou personne n'est chef. Devraient travailler ensemble : la SNCF, RFF, la RATP, le STIF et la Société du Grand Paris. Mais ils ont un mal fou à y parvenir. Faire de l'intégré, ce n'est clairement pas dans leurs neurones. Je n'ai jamais pu les réunir autour d'une table et, pourtant, ils construisent la même gare.

Chacun à son programme, son rythme de travail, son budget, il n'y a pas de réflexion en commun. Tout le monde est conscient qu'il y a des aménagements communs à faire, des complémentarités pour être efficace mais c'est comme au Mikado : le premier qui bouge a perdu puisque c'est à lui que l'on va coller les budgets d'aménagement en commun. Nous avons donc la très forte probabilité que chaque société construise sa boîte pour son réseau et que les voyageurs fassent des parcours longs et bizarres de l'une à l'autre. »

La convoitise d'Unibail

Pour reconstruire un territoire, il faut avoir l'oeil à tout. L'enjeu majeur, c'est encore et toujours l'aéroport au côté duquel les projets fleurissent. Le plus grand showroom de l'aéronautique mondiale attire quelques envies maintenant qu'il va être enfin connecté à Paris. La sortie du futur métro débouchera sur l'esplanade face au musée de l'Air et de l'Espace.

Une chance inouïe pour ce musée dont la collection est superbe, même s'il n'a toujours pas un seul Airbus et qu'il draine à peine 300.000 visiteurs par an du fait de son inaccessibilité en transport en commun. Une misère par rapport aux 5 millions de son homologue de Washington. Il a donc un projet de développement qui en ferait la vitrine européenne de la conquête de l'air et de l'espace avec 1 million de visiteurs pour 150 millions d'euros de travaux.

Pas de chance : le ministère de la Défense ne les a pas et le musée attend les mécènes. Le Gifas, le syndicat qui regroupe les sociétés du secteur, vient poussivement de mettre 5 millions, on est loin du compte. Rares sont les industriels à comprendre que le patrimoine est un formidable outil de communication. ADP est l'un des premiers à mesurer que le passé peut être vendeur, qui plus est lorsqu'il se trouve sur une plateforme internationale.

Le ministère de la Défense a su préserver le musée des appétits voraces des promoteurs, alliés à certains élus qui se seraient bien approprié le foncier conséquent du musée. En revanche, quelques dizaines de mètres plus loin, un autre acteur a, lui, beaucoup d'argent et il faudrait plutôt le freiner : Unibail a repris l'idée de Christian de Portzamparc.

Mais là où l'architecte voulait créer la porte d'entrée du Grand Paris, sur le carrefour Lindbergh touchant l'A1, au bout de l'aéroport, le groupe immobilier veut installer un immense centre commercial. Pendant des décennies, Le Bourget a souffert de l'absence totale de synergies entre les infrastructures et le territoire. Ce n'est pas au moment où l'idée métropolitaine est en train de faire briller la pépite qu'est le site de l'aéroport du Bourget qu'il faut laisser refaire n'importe quoi…

logo paf

Retrouvez les analyses des intervenants du forum de l'aéronautique civil et militaire, le Paris Air Forum, qui se déroulera le 11 juillet prochain.

8 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 19/06/2014 à 20:14
Signaler
Formidable article formidable histoire Formidable lieu

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.