Valls sur Montebourg : "Une ligne jaune a été franchie"

 |   |  505  mots
Le ministre de l'Economie ne peut pas s'exprimer dans de telles conditions sur la ligne économique du gouvernement et sur un partenaire comme l'Allemagne, soulignent les proches de Manuel Valls.
"Le ministre de l'Economie ne peut pas s'exprimer dans de telles conditions sur la ligne économique du gouvernement et sur un partenaire comme l'Allemagne", soulignent les proches de Manuel Valls. (Crédits : reuters.com)
Selon l'entourage du Premier ministre, Manuel Valls serait "décidé à agir". "Je ne crois pas qu'on puisse réprimander un ministre qui apporte des propositions à la discussion collégiale, en y associant les Français", a pour sa part répondu Arnaud Montebourg lundi sur les ondes d'Europe1.

Pour Manuel Valls, Arnaud Montebourg, en critiquant dans les colonnes du Monde daté de samedi la politique économique du gouvernement dont il fait partie, ainsi que l'austérité prônée par l'Allemagne, est allée trop loin.

"Une ligne jaune a été franchie dans la mesure où le ministre de l'Economie ne peut pas s'exprimer dans de telles conditions sur la ligne économique du gouvernement et sur un partenaire comme l'Allemagne", a souligné l'entourage du Premier ministre, cité par l'AFP et Reuters.

Et la même source de poursuivre, laissant planer un doute sur le maintien même d'Arnaud Montebourg à son poste:

"Donc le Premier ministre est décidé à agir".

Des "déclarations insensées"

Un peu plus tôt, le député Carlos Da Silva, proche de Manuel Valls, jugeait pour sa part que Montebourg avait "dépassé les bornes", avec des "déclarations insensées".

Les critiques ont en revanche pour le moment épargné le ministre de l'Education, Benoit Hamon, qui, après s'être dit "pas loin des frondeurs" socialistes, avait soutenu dimanche les propositions d'Arnaud Montebourg.

Le Premier ministre doit rencontrer Arnaud Montebourg lundi pour une explication.

"Je ne crois pas qu'on puisse réprimander un ministre qui apporte des propositions à la discussion collégiale"

"Je ne crois pas qu'on puisse réprimander un ministre qui apporte des propositions à la discussion collégiale, en y associant les Français", a pour sa part répondu Arnaud Montebourg lundi sur les ondes d'Europe1.

En affirmant ne pas se placer "dans l'hypothèse" de quitter le gouvernement", il a toutefois répondu à la question de savoir s'il serait encore ministre de l'Economie après son entretien avec Valls:

"Je l'ignore".

"Les décisions ne sont pas prises"

Tout en confirmant ses critiques contre la politique économique gouvernementale, le ministre s'est toutefois défendu  de toute "infraction à la solidarité gouvernementale" car, selon lui, "les décisions ne sont pas prises".

Ce n'est "pas un débat d'autorité" mais un "débat d'orientation économique", a expliqué Arnaud Montebourg, selon qui "il y a aujourd'hui un débat mondial, des appels mondiaux à la correction des erreurs de politique économique qui sont commises par tous les pays européens en même temps en Europe".

"Nous avons discuté tout l'été avec les uns et les autres dans la collégialité du gouvernement, de ce débat fondamental et crucial. Nous sommes à la mi-temps du quinquennat", a-t-il insisté.

"Dans mon discours de Bercy du 10 juillet, c'était exactement le même discours", a souligné le ministre, ajoutant avoir "proposé et sollicité le président de la République. "dans la collégialité" et "publiquement afin que nul n'en ignore".

"La loyauté gouvernementale est un principe d'action"

Dimanche, à l'occasion de l'annuelle Fête de la Rose d'Arnaud Montebourg à Frangy-en-Bresse, Benoit Hamon, invité vedette, avait pour sa part déclaré:

"On peut avoir un avis, une conviction, l'exprimer et être loyal". Mais "la loyauté gouvernementale est un principe d'action": "ce n'est ni une chaine ni une muselière".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/08/2014 à 22:41 :
Péte un coup tu arrêteras de transpirer.
a écrit le 25/08/2014 à 14:47 :
"Une ligne jaune a été franchie"

D'ou la sortie de route de Monbourge, -6 points sur son permis de conduire, avec repassage à l'école pour apprendre à compter..
a écrit le 25/08/2014 à 13:23 :
Débarrassons nous de ces guignols nuisibles et incompétents ! Valls est le seul ministre opportun et compétent !!!
Réponse de le 25/08/2014 à 14:48 :
VAL EST LE SEUL QUI PARLE BIEN ESPAGNOL !!!!

Mais tout le monde s'en fou..
Réponse de le 25/08/2014 à 17:29 :
AH? ! bon? première nouvelle ! qu'a t-il fait pour la délinquance, la violence qui n'arrête pas de progresser??!!!!!!!
Réponse de le 25/08/2014 à 22:37 :
Vous vous contentez de peu, vous aimez certainement la paella.
Réponse de le 25/08/2014 à 22:41 :
Fera pschiiiiitttt
Réponse de le 26/08/2014 à 7:27 :
Je suis d'accord avec Hippocrate, Valls est le seul qui a le courage de s'attaquer au deficit et a la competitivitee des entreprises. Les autres pensent a augmenter l'assistanat pour se fair re-elire par l'ultra gauche et les ouvriers.
a écrit le 25/08/2014 à 10:33 :
Avant toute chose
Qui croit à la politique de FH ???
Pas beaucoup de personnes , le moment de passer la main au centre et à une certaine droite
Réponse de le 25/08/2014 à 10:56 :
Dites merci a Sarkozy pour l'élection de FH... Après tout le faites que Sarkozy se représente après son incroyable règne de me..e a permis a FH d'être élu non pas pour lui et sa politique mais bien contre Sarkozy et sa non politique !
Réponse de le 25/08/2014 à 14:49 :
" son incroyable règne de me.."

On ne voit pas vraiment ce que vous reprocher à Sarkozy, vous croyez trop la télé..

Je note du reste que pendant le "règne" de Sarkozy, la gauche qui co-gérait la France, à embauché 250.000 fonctionnaires de plus (une pailles ! c'est gratuit ! Vive les copains !)
Réponse de le 25/08/2014 à 17:30 :
pour les 2 "charmants" présidents : dans la même bourriche !!
a écrit le 25/08/2014 à 10:16 :
Les lignes jaunes n'existent plus depuis belle lurette. Encore un qui regarde la route sur..une feuille.
a écrit le 25/08/2014 à 9:43 :
Ils parlent, ils parlent mais ils n'agissent pas. Et pour cause: ils ne sont pas compétents, ils n'ont pas le "niveau". Le dogme ne suffit pas. Les harangues pleines de lieux communs et mes poignées de mains sur les marchés ou dans des meetings ne peuvent faire illusion, les faits sont têtus et les chiffres démontrent la faillite de ces pauvres électeurs qui espéraient dans ces illusionnistes.
Réponse de le 25/08/2014 à 17:31 :
Valls, rouscaille, couine, et c'est tout....
a écrit le 25/08/2014 à 9:32 :
Valls est cuit, il a le charisme d'une porte de..., Montebourg, c'est autre chose, alors, Valls pourrait aller jusqu'à quitter le gouvernement ??
Réponse de le 25/08/2014 à 9:44 :
Avec vous c'est la connerie en boucle.
a écrit le 25/08/2014 à 9:28 :
mr walls,s'il veut etre credible doit imposer sa sociale democratie en virant les gauchistes ou s'en aller mais ne passe faire pieger par une politique qui n'est pas la sienne ,comme rocard ou fillon .la sanction de élections n'etait pas du trop à droite mais du trop a gauche .les assistes les contribuables en ont marre;changeons le mode d'imposition pour responsabiliser tout le monde qui aà compenser par ailleurs
Réponse de le 25/08/2014 à 9:33 :
Je ne suis pas d'accord avec vous moi je suis un assisté et je veux que ça dure. Payez vos impôts et taisez vous, on compte sur vous. Moi j'ai un train de vie faible mais j'y tient.
Réponse de le 25/08/2014 à 14:01 :
@@matheo vous demontrez que matheo a raison il faut supprimer l'assitanat abusif
Réponse de le 25/08/2014 à 22:40 :
Porquoi vous voulez prendre mon gagne-pain je suis un tire au cul et vous un grand travailleur gardons chacun notre rôle. Je vous remercie pour les impôts que vous payez alors continuez.
a écrit le 25/08/2014 à 9:12 :
Manolo après une bonne paella tu vas te fâcher. Occupes toi de ton gouvernement au lieu d'organiser et faciliter les concerts de ton épouse.
a écrit le 25/08/2014 à 8:53 :
La solution consiste à financer les retraites par une taxe sur l'énergie. Ca permet de régler le problème des retraites, de réduire le chomage, de retrouver la croissance, de satisfaire le climat.
Réponse de le 25/08/2014 à 9:03 :
J'adore les taxes.
Surtout les taxes écologiques.
On peut tout financer avec.
Allons y gaiement.
Réponse de le 25/08/2014 à 9:20 :
Je complète: cela permet d'appliquer le pacte de compétitivité, la contre partie étant l'augmentation du prix de l'énergie.
Réponse de le 25/08/2014 à 9:37 :
Alors de retour de vacances avec le même copier coller sur la taxe sur les énergies. Triste existence!
Réponse de le 25/08/2014 à 14:50 :
Et une taxe sur la connerie, ça vous tente ?
a écrit le 25/08/2014 à 8:41 :
Arnaud Montebourg veut démondialiser dans la justice sociale.
Hamon n'en peut plus déjà de l'éducation nationale où il n'y comprend pas les dinosaures.
Valls est pris au dépourvu parce qu'il rédigeait depuis un mois le communiqué de presse pour expliquer mathématiquement et philosophiquement la hausse du chômage de juillet.
Hollande se rend compte que sa conversion social-libertin lui fait perdre des % au baromètre sympathie-cirage de pompes des électeurs.
Michel Sapin annonce une reprise car ses experts ont su démontrer que 0+0=0 si l'on tient compte de la déflation, de Fukushima, de la mauvaise meteo et de la disparition des abeilles.
Quant à Ségolène, elle parlait de 100000 emplois verts. Mais ce seront plutôt 1000 emplois fictifs à prendre au sein des formations politiques classiques.
Réponse de le 25/08/2014 à 10:16 :
belle analyse
a écrit le 25/08/2014 à 8:41 :
Montebourg aurait du faire référence aux travaux des lauréats du prix Nobel de l'économie 2012 pour justifier ses propositions.
a écrit le 25/08/2014 à 8:30 :
Pour monter tout le monde contre l'Allemagne et l'Europe et faire oublier que la situation actuelle est due à leur incompétence et surtout qu'ainsi ils évitent de reformer l'administration.
a écrit le 25/08/2014 à 8:28 :
Je complète: il faut agir sur les deux en "basculant la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique" Cela correspond à la note n°6 du conseil d'analyse économique remise à l'ancien premier ministre qui avait proposé une réforme fiscale à niveau constant.
a écrit le 25/08/2014 à 8:24 :
Et comme d habitude le président de la république qui a nommé un ministre de l économie pour mener une politique ne va pas répondre
a écrit le 25/08/2014 à 8:24 :
Tout le monde a tord. Il y a l'offre et la demande; le pacte de responsabilité agit sur l'offre; les frondeurs veulent agir sur la demande; Montebourg veut agir sur les deux dans le même sens; il faut agir sur les deux en sens contraire: baisser l'un pour augmenter l'autre, à niveau constant.
Réponse de le 25/08/2014 à 8:44 :
A suivre votre méthode, aucune croissance de la consommation ou de la production n'est possible. Ce n'est un problème que si vous souhaitez accroître le "pouvoir d'achat" ou la production exportable...
Réponse de le 25/08/2014 à 9:04 :
Il faut trouver un point d'équilibre entre cout du travail et prix de l'énergie. Reportez-vous sur le blog économie et énergie. Merci.
Réponse de le 25/08/2014 à 9:14 :
Toi au moins on te connaît, tu ne connais que l'énergie sort un peu il y a la vie dehors.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :