En Ile-de-France, une entreprise sur deux se crée sous le régime de l'auto-entrepreneur

 |   |  390  mots
En 2013, les créations d'entreprises sous ce régime ont toutefois baissé de 5,7% par rapport à l'année précédente, au profit des entreprises classiques dont les créations ont augmenté de 4,5%.
En 2013, les créations d'entreprises sous ce régime ont toutefois baissé de 5,7% par rapport à l'année précédente, au profit des entreprises "classiques" dont les créations ont augmenté de 4,5%. (Crédits : Décideurs en région)
Cette proportion atteint 58,6% en grande couronne, relève une étude. Sur l'ensemble du territoire français, les auto-entrepreneurs constituent 24% du tissu entrepreneurial du pays.

Le phénomène se confirme pour la cinquième année consécutive. En Ile-de-France, en 2013, la moitié des nouvelles entreprises ont été crées sous le régime de l'auto-entrepreneur, relève une étude publiée en octobre par le Centre régional d'observation du commerce, de l'industrie et des services (Crocis).

Le succès de ce régime grandit par ailleurs au fur et à mesure que l'on s'éloigne du centre de la région, observe le Crocis: si à Paris les auto-entrepreneurs ne représentent "que" 45,6% des créations d'entreprises, cette proportion s'élève à 54,8% en petite couronne, pour atteindre 58,6% en grande couronne.

Industrie: les créations d'autoentreprises atteignent 57%

Sur l'ensemble du territoire français, les auto-entrepreneurs constituent 24% du tissu entrepreneurial du pays, rappelle le Crocis. Et, selon les données de l'Acoss-Ursaff, très peu d'entre eux peuvent vivre de leur activité, puisque seuls 3% réalisent un chiffre d'affaires supérieur à 2.500 euros par mois.

La proportion de créations d'entreprises sous le régime de l'auto-entrepreneur varie par ailleurs en fonction de l'activité des entreprises crées: en Ile-de-France, ce taux est de 57% dans l'industrie, 54% dans les services, 48% dans le commerce et 36% dans la construction.

Un statut destiné à disparaître

Malgré son essor, l'auto-entreprise séduit toutefois de moins en moins, y compris en Ile-de-France. En 2013, les créations d'entreprises sous ce régime ont baissé de 5,7% par rapport à l'année précédente, au profit des entreprises "classiques" dont les créations ont augmenté de 4,5%.

Cette tendance est nettement plus prononcée en province, où les créations d'auto-entreprises ont baissé de 9,3% en 2013 et celles d'entreprises "classiques" ont augmenté de 17,5%.

Le statut d'auto-entrepreneur est par ailleurs destiné à disparaître au 1er janvier 2015, intégrant le nouveau régime unique de la micro-entreprise, rappelle le Crocis.

Stagnation des créations d'entreprises en Ile-de-France

Globalement, en revanche, le nombre de créations d'entreprises est resté stable en 2013 en Ile-de-France par rapport aux années précédentes (-0,9). Les jeunes pousses étaient 133.500.

Le taux de création, exprimant le rapport entre le nombre de créations d'entreprises et du nombre d'entreprises existantes, est de 15% pour l'ensemble de la région, alors qu'il est de 14,1% en province. Plus de deux tiers des créations ont lieu dans les services, 16,9% dans les commerces et 15% dans l'industrie ou la construction.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/10/2014 à 15:44 :
Une entreprise faut pas charrier, un type tout seul n'es pas une entreprise, mais un simple artisan.
a écrit le 11/10/2014 à 12:27 :
Distortion de concurrence avec les artisans qui eux,ne sont pas exemptés de charges sociales!
Réponse de le 09/03/2016 à 10:33 :
oui mais ui peuvent deduirent leur frais professionnels et sui récupérent la TVA et les >AE sont des chomeurs en moins pour le pays donc une cherge en moins sur les cotisations des salariés

en fait vous voulez tout le gateau mais quand il s'agit de financer le RSI vous et vos amis commercants font la greve des cotisations

c'est sur vous etes des modeles de vertue
a écrit le 11/10/2014 à 8:29 :
Le probleme de l autoentrepreneur est...sa caisse maladie : RSI une catastrophe, mal gérée qui coute chere et...ne redonne rien sauf sous forme de frais de gestion..
Réponse de le 12/10/2014 à 21:54 :
Les charges de gestion courante du RSI (maladie et vieillesse) représentent 4,5% des dépenses de ce régime. Les 95% restants sont redistribués en pensions de retraites et en remboursements de soins.
a écrit le 11/10/2014 à 5:24 :
Salariat déguisé!
Réponse de le 11/10/2014 à 9:41 :
En supposant que votre affirmation soit vraie, ou est le probleme ?
a écrit le 10/10/2014 à 22:42 :
oui, mais ça ne dure pas longtemps! il faut le dire.....
a écrit le 10/10/2014 à 22:22 :
Le régime de l'autoentrepreneur existe partout sur la planète. Il a fallu attendre 2009 pour voir le jour en France.Il faut maintenant passer à l'étape suivante
- supprimer les limitations de chiffre d'affaire qui relèvent du grotesque
- permettre aux AE d'embaucher en supprimant le code du travail pour les tpe et en le remplacant par 10 articles.
a écrit le 10/10/2014 à 19:42 :
Arrêtons de prendre les vessies pour des lanternes : un auto-entrepreneur, c'est un chômeur qui n'est plus indemnisé. Pas une entreprise. Et basta.
Réponse de le 11/10/2014 à 9:08 :
Ou un fonctionnaire qui se fait un complément de revenus.
Réponse de le 11/10/2014 à 9:43 :
Un fonctionnaire est un chomeur qui est grassement indemnisé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :