Réforme territoriale : 15 régions ? Le Sénat joue son va-tout

 |   |  476  mots
Le Sénat se penche une seconde fois sur le projet de réforme territoriale
Le Sénat se penche une seconde fois sur le projet de réforme territoriale (Crédits : reuters.com)
Mardi et mercredi, le Sénat examinera le projet de réforme territoriale déjà voté par l’Assemblée nationale. Dans un discours introductif au débat des parlementaires, le Premier ministre Manuel Valls a expliqué qu’il souhaitait le statu quo. Autrement dit, le texte voté par les députés ne devrait pas être modifié. Le Sénat peut-il le convaincre de revoir sa copie ?

A quoi sert le Sénat ? Cette question devrait à nouveau être posée à l'issue des débats sur la seconde lecture du projet de réforme territoriale porté par le gouvernement. Amendé par l'Assemblée nationale en juin, rejeté dès juillet par le Sénat grâce à une alliance de circonstance entre l'UMP, les communistes et les radicaux de gauche, le texte pourrait certes être modifié par la chambre haute du Parlement à la suite des discussions qui se tiendront ces mardi et mercredi.

Mais comme l'Assemblée nationale a le dernier mot, et que le texte voté en juillet a le soutien du gouvernement, ce qu'a précisé Manuel Valls ce mardi après-midi dans un discours introductif aux débats, les discussions au Sénat ne devraient pas être suivies d'effet. Le Premier ministre a en effet saluer la "clarté" de la carte à 13 régions. Seul élément qui devrait rester gravé dans le marbre à l'issue des discussions au Sénat : le calendrier des élections départementales et régionales de 2015.

Pour mémoire, quatre cartes différentes ont été proposées depuis juin, partageant la France en 15, 14, puis 13 régions, pour aboutir au projet de 15 régions proposé aujourd'hui par le Sénat.

Quand l'Alsace ne veut pas de la région Champagne-Ardenne

Pourtant, les sujets de discussion sont nombreux et la volonté de l'Assemblée nationale de réformer la carte en 13 régions -12régions continentales et la Corse- est forte. Deux retouches importantes sont, du reste, souhaitées.

L'Alsace. Soutenue par les élus UMP et UDI et appuyée par une motion votée par près d'une commune sur cinq de la région, une manifestation contre le rattachement de l'Alsace à l'ensemble "Champagne-Ardenne- Alsace-Lorraine" s'est déroulée à Strasbourg, le 11 octobre. Motif de cette animosité ? Certains élus alsaciens redoutent que l'ajout de la Champagne-Ardenne aboutisse à faire de Metz la capitale régionale.

"C'est un argument trop réducteur. La région Alsace réfléchit depuis longtemps à son propre projet de développement, ce qui ne l'empêche pas de travailler très intelligemment avec les régions Champagne-Ardenne et Lorraine", explique à La Tribune Fabienne Keller, la sénatrice UMP du Bas-Rhin.

Fort de ce soutien populaire, la commission spéciale du Sénat a donc proposé, le 21 octobre, une nouvelle carte dissociant l'Alsace de l'ensemble "Champagne-Ardenne- Alsace-Lorraine". Soit la création d'une France à 15 régions.

Dans le sud, la bataille chaude s'annonce chaude entre Montpellier et Toulouse

Dans le sud de la France, une autre volonté « sécessionniste » s'est déjà exprimée, les régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon refusant de s'unir. En jeu, une fois de plus, le choix de la capitale régionale: Toulouse ou Montpellier. Pour le gouvernement, le casse-tête de la réforme territoriale est donc loin d'être terminé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2014 à 14:33 :
Que le sénat soit supprimé car il ne sert à rien sinon à s'opposer pour la forme et à protéger les intérêts de quelques élus qui de plus s'élisent entre eux.
a écrit le 29/10/2014 à 13:15 :
Ignorance crasse de la géographie de notre pays par Manuel Valls.
S'il avait connaissance du Seuil de Naurouze, partage des eaux entre Méditerranée et Océan atlantique, entre Carcassonne et Toulouse, il oublierait la fusion des deux régions Languedoc-Roussillon et Midi Pyrénées!
a écrit le 29/10/2014 à 9:45 :
5 mesures d'économies qui en plus redonneront un petit peu de confiance aux francais:

- supprimer le senat
- diviser par 2 le nombre de députés
- faire le ménage dans les agences d'état
- oter la déduction fiscale des dons aux partis politiques
(pas normal que nos impots aient payés 2/3 des 11 millions de sarkozy)
- imposer un control fiscal annuel pour tous les elus francais
Réponse de le 20/11/2014 à 8:59 :
Celles-ci ne sont que les "5 première mesures" car il y a beaucoup de changement à effectuer
a écrit le 28/10/2014 à 20:35 :
cette république est la république du sang ,guerre ,meme le sol francais est tache de sang ,une forme de socialisme a la nazi
Réponse de le 28/10/2014 à 21:32 :
N'importe quoi
Réponse de le 29/10/2014 à 0:08 :
armée française présente dans : cote d'ivoire, niger, libye, syrie, irak, gabon, centrafrique, mali, gabon... etc
a écrit le 28/10/2014 à 20:23 :
On souhaite dans ce pays la suppression des départements et la prise en compte des taches par l'organisation des régions pour diminuer le mille feuille. Pourquoi ne pas avoir fait simplement cela. La reforme régionale va entrainer des dépenses dont on aurait pu se pâsser. De toute facon les départements disparaitront tot ou tard. En attendant on aura redépensé plein d'argent pour des élections en 2015, histoire de faire plaisir à la caste politique et à ses roitelets.
a écrit le 28/10/2014 à 19:52 :
Mais qu'est ce qu'on s'en fout ! ça sera comme ça sera, et pis c'est tout. Vous vivrez pas mieux ni moins bien, soyez en sûr. L'important c'est la dette et les emplois ou le contraire.
a écrit le 28/10/2014 à 18:00 :
remettez les départements avec les préfets et éliminez les régions qui nous coûtent tous ces déficits depuis 40 ans .
a écrit le 28/10/2014 à 17:52 :
L'Alsace ne rêve que de sa région transfrontalière avec le Bade-Wurtemberg et le le pays de Bâle, une région du Haut-rhénan.
La réforme des régions doit être affinée au niveau des départements, ce n'est pas la simple fusion de régions existantes...
Réponse de le 28/10/2014 à 18:56 :
l'alsace reve de l'allemagne ? mwahahahaha n'importe quoi...
Réponse de le 28/10/2014 à 19:53 :
L Alsace ce n est clairement pas la France,la culture,la langue,l Histoire est Rhénane.La France est une parenthèse depuis louis14 ,quels dégâts elle nous a infligés.vous pouvez vous agiter autant que vous le voulez,nous savons ce que nous sommes.nos ancêtres n ont jamais parle le français ni aucune langue latine
Gardez votre pauvreté votre pessimisme votre inefficacité, nous nous choisirons le génie germanique et nordique. Le méridional non merci
Réponse de le 28/10/2014 à 23:58 :
faux. falsch. False. Les traces de peuplement humain les plus anciennes (outils en silex découverts à Achenheim remontent au Paléolithique. Les premiers « villages » apparaissent au cours du Néolithique, à la suite d'une migration de peuples venant de l'est. IIe millénaire av. J.‑C. : les Celtes arrivent dans le territoire qui forme aujourd'hui l'Alsace. 72 av. J.-C. : les peuples germaniques (composés majoritairement des Suèves et des Triboques) traversent le Rhin et s'installent en Alsace (estimés entre 137 000 et 275 000 selon l'historien August Meitzen).
a écrit le 28/10/2014 à 17:34 :
Revenons aux bonnes vieilles Provinces, tout simplement.
a écrit le 28/10/2014 à 16:41 :
Un Point de vue très parisien qui montre une fois de plus que la république française connait très mal ses régions.

Vous résummez d'un trait la réticence alsacienne par une peur d'avoir Metz comme capitale.

Alors qu'ici cette fusion à trois nous pose d'innombrables problemes,
et le choix de la capitale est encore le dernier des soucis.

Si les alsaciens ne veulent pas de fusion c'est pour sauver ce qu'il reste de leur dignité:

- Le droit local d'Alsace-Moselle régulierement attaqué par la république française,
qui ne coute rien à la France, et auquel nous sommes extremement attachés.

- Le soutient de la culture locale
(notamment la dialecte alsacien qui a été réprimmé durement depuis la fin de la seconde guerre mondiale
pour nous fondre dans le moule)

- Les statuts des travailleurs frontaliers suisse et allemand
(à qui on veut par exemple faire payer 2 fois l'impot sur le revenu à la retraite)

- Une économie dynamique tournée à 360° vers tous nos voisins.

Même si nous apprecions nos voisins lorrains, nous avons la peur légitime de voir disparaitre
tout ce qui fait la force de notre région. (Nous avons un des PIB/hab. ls plus eleves ainsi
qu'un des taux de chomages les plus faible des régions francaises).

Nos régions ont chacune une politique qui leur est adaptée, n'ayant pas la même politique
d'un coté et de l'autre des Vosges, il est clair qu'une politique commune lèsera chacune de nos régions.


En plus de l'incompréhension de cette carte que nous impose le parti socialiste (87% des alsaciens sont opposés à toute fusion),
on voit des régions qui on étée respéctée (Bretagne, Corse, PACA, Centre, ...). Alors pourquoi tant d'acharnement contre nous ?
Parce que le PS fait toujours un mauvais score en Alsace ? Probablement !
Réponse de le 28/10/2014 à 17:07 :
Bravo
Réponse de le 28/10/2014 à 18:58 :
Soit vous etes français , soit devenez independants, mais vous croyez pas au dessus des autres, avec des exceptions,idem pour la corse ou la bretagne ou le pays basque.
Réponse de le 28/10/2014 à 20:37 :
Cette façon toujours plus habituelle d'opposer nos convictions légitimes à la France commence vraiment à me gonfler. Même une dictature a plus de respect pour les peuples qui la constitue. Si c'est çà la France, je préfère l'indépendance c'est clair.
Réponse de le 28/10/2014 à 21:37 :
Arrêtez votre cinéma, c'est exactement la même chose pour la région NPdC et son rapprochement avec la Picardie
Réponse de le 28/10/2014 à 21:45 :
Le cas alsacien, toi t'es un bon gars ^^
Suis à 200% avec toi et j'suis exactement dans le meme cas... consterné par les arguments réducteurs des gens extérieurs à l'Alsace, attristé par les véillités d'indépendance de mes amis Alsaciens consternés par cette réforme...
Bref le cul entre deux chaises à cause d'une réforme inutile et démagogique ;)
On va prendre la Bastille ensemble l'ami? Et meme avec des Lorrains et des Champennois si ils veulent!
Réponse de le 29/10/2014 à 9:34 :
Ben moi contrairement à vous je n'estimme pas savoir ce qu'il y a de mieux pour NPdC et la Picardie, et je pense qu'il serait bon de les respecter aussi.
@Elsasser, c'est entierement çà et le plus triste c'est que tout le monde s'accorde à dire que çà ne sert à rien et qu'aucune économie n'est à prévoir Avec le redécoupage des régions
Réponse de le 30/10/2014 à 6:15 :
Vous avez tout le soutien des Bretons.
Réponse de le 30/10/2014 à 18:02 :
Et nous le Savons ! Vive les peuples de France libres !
Une pensée pour les savoisiens et les basques qui n'ont pas la chance d'avoir une région administrative.
a écrit le 28/10/2014 à 16:18 :
a notre cher president
louis le 14eme n a pas construit son chateau en allemagne mais en france
les ducs de bretagne etaient tellement abrutis qu ils ont construit leurs chateau hors bretagne ......................................................................
vous entérinez une loi fasciste de petain en confirmant la séparation de nantes du duche
j ai toujours vote a gauche bien que issus d une famille de droite mais cette droite ne me convient pas je voterais donc pour une bretonne dont je n attend rien. pas plus que vous qui avez trompe tout le monde
en attendant de vous voir le plus rapidement possible disparaitre de la vie politique occupez vous de votre guêpe et foutez nous la paix
Réponse de le 28/10/2014 à 21:42 :
troll
a écrit le 28/10/2014 à 16:07 :
Une seule région est bien suffisante pour faire des économies a moins que l'on vende la France a la découpe sur ordre de Bruxelles!
a écrit le 28/10/2014 à 16:06 :
Encore 6 mois et il restera rien de la réforme
Flambi et valls meme combat

Immobilisme et marche arrière

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :