Emmanuel Macron veut en finir avec les retraites chapeau

 |   |  537  mots
Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a annoncé aux députés son projet d'interdire les retraites chapeau.
Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a annoncé aux députés son projet d'interdire les retraites chapeau. (Crédits : reuters.com)
Le gouvernement est acculé à réagir sur les retraites chapeau alors que les affaires Mestrallet et Lombard lui ont donné le rôle de complice. Le code de bonne conduite pris à l'initiative du patronat n'aura pas convaincu...

Emmanuel Macron envoie un boulet de canon contre les grands patrons! C'est en tout cas le message que le ministre de l'Economie veut faire passer en annonçant son intention d'interdire les retraites chapeau. Ces systèmes de retraites pour PDG  (et cadres dirigeants)déchus ou en âge de se retirer de la vie professionnelle ont choqué l'opinion publique par les montants astronomiques qu'ils ont pu atteindre. Indécent, en ces temps de disettes économiques et de chômage de masse.

"J'ai demandé avec (le ministre des Finances) Michel Sapin qu'une mission de l'Inspection générale des finances soit faite pour que (...) nous puissions trouver une vraie solution pour supprimer les retraites chapeau et les remplacer par un régime de droit commun plus lisible pour tous les Français", a dit Emmanuel Macron devant les députés ce mardi 18 novembre.

L'affaire de trop?

Cette sortie du ministre devant les députés intervient au lendemain d'une plainte de la CFE-CGC contre Didier Lombard. Le syndicat reproche à l'ancien PDG de France Telecom de s'être octroyé un plan de retraite "illégitime voire illégal" d'un montant de 346.715 euros par an "en sus de nombreux autres émoluments".

Pour le gouvernement, c'en est trop. Car à France Telecom comme à GDF Suez, l'Etat est un des actionnaires de référence et passe donc pour le complice des patrons. Le mois dernier, en effet, l'affaire de la retraite chapeau de Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez, avait "choqué" l'opinion publique et Emmanuel Macron qui a parlé d'une retraite "hors de l'entendement". Malgré cela, l'Etat a voté cette clause contractuelle et ce, malgré les 36% du capital qu'il détient. La pilule n'est toujours pas passée.

La tentative de moralisation des bonnes pratiques

L'interdiction des retraites chapeau serait surtout un revers pour le patronat qui a tenté de moraliser les bonnes pratiques dans ce domaine. Le code Afep-Medef prévoit ainsi que le montant de la retraite ne doit pas dépasser 45% de la rémunération de référence. Or dans le cas de Gérard Mestrallet, celle-ci était de 28%.

Depuis, c'est la débandade dans les rangs du patronat. Stéphane Richard, PDG d'Orange a été le premier à dégainer, une semaine avant que n'éclate l'affaire Didier Lombard. "Chaque fois qu'une affaire de retraite chapeau sort, il y a beaucoup d'émotion dans l'opinion et on peut le comprendre. Je pense qu'il y a un effet consistant à perpétuer une forme d'inégalité ou de désavantage qui est quand même très très difficile à admettre", a-t-il déclaré le 12 novembre dernier sur RTL. La suppression de ce dispositif serait, selon lui, "une voie assez saine et assez pragmatique".

Lire aussi : Haro sur la retraite de Mestrallet : de quoi cette indignation est-elle le nom ?

Louis Schweitzer, ancien patron de Renault, et commissaire général à l'investissement, lui a emboité le pas, le 17 novembre sur Radio Classique : "on a mis en place des mesures fiscales qui font que cet avantage a beaucoup diminué, 70% part aux impôts, le système va peu à peu s'étioler."

Le patronat a voulu sauver son système de retraite bonifié, il doit aujourd'hui manger son chapeau...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2014 à 13:17 :
il peut dejà faire moins de baratin et l'interdire immediatement dans tout le domaine public
a écrit le 19/11/2014 à 12:12 :
est-ce que c' est David Kessler qui prendra la tête de cette commission de réflexion ?
a écrit le 19/11/2014 à 10:56 :
Supprimer les retraites chapeau paraît socialement correct MAIS QUAND ON SAIT QUE AYRAULT TOUCHE 22000 EUROS PAR MOIS DE DIVERSES RETRAITES DE LA FONCTION PUBLIQUE payées par les contribuables c'est plutôt à ces retraites chapeau là qu'il devrait s'attaquer.
a écrit le 19/11/2014 à 10:34 :
MORALE// QUAND ON SAIT QUE 80% DES RETAITES TOUCHENT MOINS DE 800 EUROS PAR MOIS ?ET QUE NOS ELITES DU PRIVE S OCTROIS DES RETAITES CHAPEAUX A 3400000EUROS PAR ANS C EST TOUS SINPLEMENT LAMENTABLE??? LE GOUVERNEMENT VA T IL CETTE FOIS ALLEZ JUSQU AU BOUT DE LA JUSTICE SOCIALE? C EST A DIRE UN JUSTE REPARTITION DES RICHESSES PRODUITE PAR TOUS ET POUR TOUS???
a écrit le 19/11/2014 à 10:27 :
tous ces écrits sont affligeants
Changez les mentalités en ce Pays est mission impossible.
mais quand aurez un autre dirigeant qui vous fera bouffer votre chaussure,comme Charlot ,qu'allez vous dire???
Réponse de le 19/11/2014 à 11:03 :
Je suis libéral. Mais 340 000€ de retraite chapeau, ça va lui faire, allez au hasard, 550 000€ de retraite brute par an soit 400 fois plus que la moyenne des gens.
Historiquement, il y a toujours eu une limite à l'inégalité entre les gens et quand ça va trop loin ça finit par péter...
Mr Mestrallet est-il tellement bon et tellement exceptionnel qu'il mérite 600 fois le salaire moyen dans sa société ? Non à mon sens.
a écrit le 19/11/2014 à 9:59 :
Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que ces 'nantis' parfaitement conseillés transfèrerons cette retraite chapeau vers des pays qui auront plaisir à accueillir ces sommes et ses dirigeants.
Ces sommes échapperont donc à la France…Mr Macron nous avons besoin de capitaux et de riches en France...à qui profite le crime dans cette affaire ?
La classe politique devrait balayer devant sa porte avant tout!Il serait bon de prendre un dictionnaire pour se rappeler la signification du mot 'exemplarité'.
a écrit le 19/11/2014 à 9:46 :
" Indécent, en ces temps de disettes économiques et de chômage de masse."

Tirons toujours vers le bas, ça provoque disettes économiques et de chômage de masse, mais la populace est contente de cette vengeance contre un ennemi imaginaire.

Au fond, les "Djeunez" qui cassent du Bouffon sont parfaitement assimilés...
a écrit le 19/11/2014 à 8:46 :
alors commençons par Ayrault et Bartalone les rois du cumuls des retraites ! l exemple vient d en haut non ?
a écrit le 19/11/2014 à 8:33 :
Chers politiques, arrêtez de parler et agissez. Ah mais j'oubliais, vous ne voulez surtout pas vous attaquez aux retraites des riches car il faudrait après se poser la question de vos retraites...
Ah mais j'oubliais aussi que vous refusez ne non-cumul des mandats ; et oui pourquoi se gêner quand on peut cumuler les indemnités de maire/député/conseil général/communauté d'agglomérations/conseil d'administration de l'hopital du coin...
Aucune crédibilité.
a écrit le 19/11/2014 à 7:55 :
Des paroles et des mots sans aucune volonté de changer les injustices les plus répugnantes.....On est habitué!
a écrit le 19/11/2014 à 7:48 :
cela fait des années que nos politiques nous disent qu'ils vont les supprimer et elles sont toujours là ; pire l'état les vote dans les entreprises publiques ou il est actionnaire , majoritaire ou pas ( orange ,gdf suez ) ; l'état socialiste n'a même pas été capable de voter une loi bancaire digne de ce nom ; il a été écrasé par le puissant lobby bancaire et il a capitulé une fois de plus ; alors il faudrait qu'ils arrêtent leurs turpitudes et leurs mensonges
Réponse de le 19/11/2014 à 10:46 :
+ 1 000

ce n'est même pas lassant, cela prête juste à sourire. Ceci ou le financement des partis politique ou le non cumul des mandats etc.. de vrais marronniers et cela fonctionne à fond.. pourquoi s' embêter.
a écrit le 18/11/2014 à 23:30 :
Le MEDEF à adopté une charte , approuvé par le gvt Hollande , qui bien sur ne pouvait pas se douter qu elle ne serait pas appliquée .......... A ce niveau on est plus trés loin d égalité avec la morale de Mr Cahuzac .
a écrit le 18/11/2014 à 19:49 :
bon bref on en entend parler tous les ans et cela ne change pas
a écrit le 18/11/2014 à 19:36 :
l'argent va d'abord à ceux qui ont le pouvoir, c'est naturel, normal, pour changer ça il faut être radicalement contre l'ordre normal et naturel des choses, ce qui n'est pas dans le programme socialiste, pour qui la volonté de puissance des patrons est légitime (dixit Pierre Mauroy)
a écrit le 18/11/2014 à 19:28 :
Payer une retraite à une personne hors de la société, j'appelle cela un ABS ! A la rigueur un versement significatif lors du départ reste plus compréhensible si la performance est réelle.
a écrit le 18/11/2014 à 18:57 :
C'est à dire que les fonctionnaires n'auront plus de retraite ???? Car il faut quand même savoir que la cotisation "patronale" (celle de l'état) est de 70% du traitement brut versé au fonctionnaire !!! Chaque mois, l'état provision 70% du brut de chaque fonctionnaire !!! Par exemple pour 2.000 euros nets (environ 2.400 brut), la charge est de 1.700 euros (par mois !!!) !!!! C'est une retraite chapeau, car aucun fonctionnaire ne cotise à un taux normal pour sa retraite. Tous les fonctionnaires bénéficient donc d'une retraite chapeau (payée ici non pas par une entreprise privée sur ses bénéfices, mais par l'ensemble des français via leurs impôts, ce qui est bien plus cynique)
Réponse de le 18/11/2014 à 21:47 :
non, mais c'est pas possible de ne réfléchir qu'avec ses tripes et pas son cerveau.
Qu'est ce que ca change puisque c'est l'état qui paye les fonctionnaire et leur retraite, si l'état prélevait plus , il faudrait augmenter les salaires pour garder un salaire décent, voir au dessus du revenu minimum pour certain.
A l'extrême limite, il ne devrait y avoir aucun prélèvement en baissant les salaires.
Réponse de le 18/11/2014 à 22:18 :
il s agit de citoyens SPÉCIAUX ...INTOUCHABLES ...
Réponse de le 18/11/2014 à 23:24 :
Et encore ce n'est rien par rapport aux politiques.
Réponse de le 19/11/2014 à 8:13 :
Commentaire très juste! Macron touche à tout sauf aux revenus, retraites et autres privilèges des fonctionnaires et élus de l'Etat et des collectivités locales! Taper sur le secteur privé pour nourrir le secteur public: cliver est sa méthode. Quant aux "retraites chapeaux" Fillon avait déjà créé une taxe confiscatoire à 3 taux selon le montant.
Réponse de le 19/11/2014 à 9:48 :
"Qu'est ce que ca change puisque c'est l'état qui paye"


Tiens, Hollande commente sur la Tribune !!


PS : L'Etat, ça n'existe PAS...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :