Haro sur la retraite de Mestrallet : de quoi cette indignation est-elle le nom ?

 |   |  1412  mots
(Crédits : DR)
La retraite chapeau de Gérard Mestrallet dirigeant de GDF Suez, a fait polémique. De façon vraiment justifiée? par Aurélien Broncard, AMB Office

Il n'aura échappé à personne que Gérard Mestrallet, dirigeant de GDF Suez, devrait prendre sa retraite en 2016 avec l'assurance de toucher 831 641 euros par an ad vitam. Beaucoup se sont émus de ce chiffre. Pourtant, si Mestrallet n'est pas à plaindre, force est de constater qu'il s'en est tenu à une stricte application des réglementations en vigueur, et que ses émoluments apparaissent plutôt raisonnables au regard de ceux d'autres grands patrons, français ou non. L'indignation de certains révèle, en creux, une conception binaire de la société, et une connaissance limitée des mécanismes du monde de l'entreprise.

 Le code Afep-Medef, la « soft low » de plus en plus rigide

 Le souvenir de Jacques Roux, alias le « curé rouge », figure de la révolution française, a surtout traversé l'histoire pour la façon « choc » que ce prêtre révolutionnaire avait de présenter ses théories. On le remarque dans la titraille de ses discours. L'un d'entre eux s'appelle ainsi « Les riches, c'est-à-dire les méchants ».

Si le raccourci, simpliste, prête aujourd'hui à sourire, plus personne ne pouvant assumer publiquement une posture si « naïve », l'esprit des pamphlets de Jacques Roux persiste en filigrane dans certaines sphères. De « méchants » à « malhonnêtes », la frontière est ténue, et en reprochant aux grands patrons leur salaire, ce sont les moyens par lesquels ils l'ont obtenu qu'on soupçonne d'être entachées, si ce n'est de fraude, à tout le moins d'arbitraire.

 Les dirigeants d'entreprise ont des comptes à rendre

A ce stade, deux ou trois vérités méritent d'être rappelées. La première, c'est que les dirigeants de grandes entreprises ne font pas ce qu'ils veulent. Ils ont beau être au sommet de la pyramide, ils ont des comptes à rendre, des principes à respecter. La plupart d'entre eux sont listés dans le « Code de gouvernement d'entreprise des sociétés cotées », plus connu sous le nom de code Afep-Medef.

Toiletté en juin 2013, ce code a serré la vis. Plus exigeant, il pose désormais davantage de critères de performance et impose plafonds et conditions d'ancienneté. Concernant les retraites-chapeaux, il ajoute des seuils. Deux ans d'ancienneté sont nécessaires pour pouvoir y prétendre. Chaque année, les droits ne peuvent représenter plus de 5 % de la rémunération de référence (fixe et variable). Enfin, ces retraites supplémentaires sont plafonnées à 45 % du revenu de référence.

 Gérard Mestrallet est dans les clous

Les 831 641 euros que touchera Gérard Mestrallet correspondent à 28 % de sa rémunération totale actuelle. On voit que le patron de GDF Suez est dans les clous. Autres garde-fous, les Assemblées générales d'actionnaires et le Conseil d'administration du groupe. A deux reprises, l'AG a validé à plus de 95 % l'ensemble de la rémunération de Mestrallet.

Le code Afep-Medef relève de la « soft law ». Son non respect entraine des sanctions, oui, mais d'ordre économique ou de réputation. Les entreprises peuvent choisir de ne pas appliquer ce code, mais doivent alors répondre au principe anglo-saxon du « comply or explain » (appliquer ou expliquer). En plus de préciser pourquoi elles souhaitent se soustraire à cette norme, elles doivent proposer des mesures alternatives provisoires, et informer du délai dans lesquelles elles prévoient de s'y conformer. Enfin, le code Afep-Medef a été flanqué en octobre 2013 d'un Haut comité de gouvernement d'entreprise, qui veille au bon respect de ses recommandations.

 Quand Emmanuel Macron se défausse...

Si le contrôle du salaire des grands patrons a été durci, le respect des prescriptions du code Afep-Medef ne prémunit pas pour autant de certains problèmes de réputation. Le cas Mestrallet en est le dernier exemple en date, puisque la CGT s'est indignée du montant de sa retraite-chapeau, que les déclarations de cette dernière ont largement été véhiculées par les médias, et que le ministre de l'Economie Emmanuel Macron lui-même s'est déclaré « choqué » par ce montant.

Un tout petit peu ironique, quand on sait que l'Etat n'a jamais légiféré sur l'encadrement de la retraite-chapeau, laissant aux entreprises le soin de le faire. Trop épineux. Trop impopulaire auprès des grands patrons. Un peu facile, puisque le « code » suit peu ou prou les recommandations édictées par les majorités successives, et fait preuve d'autorité là où elles se sont toutes défaussées.

 Gagner beaucoup, est-ce forcément gagner trop ?

 « Le plus souvent, l'argent gagné est cohérent par rapport au risque, à l'importance du poste, aux enjeux, au prix du marché. On ne médiatise que les abus. » (Le Monde, 22/11/2012) Pierre Kosciusko-Morizet, entrepreneur ayant fondé l'entreprise de commerce en ligne Pricemister, se trompe en partie. On ne médiatise plus seulement les abus. Le tapage autour de Gérard Mestrallet le prouve, puisqu'on reproche ici au patron de GDF Suez d'avoir suivi, le petit doigt sur la couture du pantalon, les recommandations du code Afep-Medef.

Ce respect scrupuleux mais critiqué du code de bonne conduite montre qu'on assiste à un glissement des critères de jugement. L'opinion, ou en tout cas une partie d'entre elle, ne fonde plus son verdict sur l'adhésion aux normes, mais sur des principes moraux. 831 641 euros par an, ça a beau être tout à fait conforme aux règles, ça reste indécent. Le problème, c'est qu'en opérant une telle bascule, on accepte de composer avec ce qui détermine avant tout la morale : sa relativité.

 Indispensable comparaison

Or, la seule façon de juger de la moralité du salaire de Mestrallet, c'est de le comparer à d'autres salaires de personnes de sa stature. Tout autre mise en perspective serait tronquée, puisque confrontant des « sujets d'étude » sans rapport. Ce que le bon sens populaire résume par l'expression « on ne peut pas comparer l'incomparable ».

Selon une étude du cabinet de conseil Proxinvest datée de 2012, en cheville avec l'ECGS, en Europe, la rémunération globale des PDG de grands groupes est de 3,9 millions d'euros. Les PDG français ne gagnent en moyenne que 50 % de la rémunération de leurs homologues britanniques, 70 % de celle de leurs voisins italiens, 80 % de celles des dirigeants espagnols, suisses ou allemands.

Le salaire de Gérard Mestrallet (2 849 533 euros en 2013) et, de la même manière, sa retraite-chapeau, semblent raisonnés au regard des 378 millions de dollars qu'a empochés Tim Cook, patron d'Apple, en 2011. Mais pas besoin de traverser l'Atlantique pour trouver de gros poissons. En 2013, Christopher Viehbacher, dirigeant de Sanofi, a touché une rémunération totale de 8 648 326 euros, Jean-Paul Agon, à la tête de Loréal, a plafonné à 8 517 300 euros, quand Bernard Arnault, chez LVMH, s'est octroyé 8 070 873 euros.

La  régularité morale du salaire patronal mesurée au regard de la santé de leur société

Le propos, ici, n'est évidemment pas de faire passer Mestrallet pour un patron aux revenus modestes, mais simplement de supposer que, peut-être, ses émoluments puissent entretenir un rapport avec son mérite, c'est à dire la conduite de sa carrière et sa gestion de GDF Suez, groupe qui recrute 9 000 collaborateurs chaque année et investit 8 milliards d'euros. De façon générale, la régularité morale du salaire de tous les grands patrons doit être mesurée au regard de la santé de leur société, seul mètre-étalon valable.

 Rompre avec les conceptions manichéennes

Il est, également, d'inviter à rompre avec la conception manichéenne chère à Jacques Roux, selon laquelle le monde serait divisé en deux camps : les patrons-voyous d'un côté, les salariés spoliés de l'autre. Cette rupture n'existe pas. Le monde de l'entreprise n'est pas partagé en deux par un ravin infranchissable, il a une structure pyramidale, le patron gagnant un peu plus que son N-1 et ainsi de suite. De la même manière, les ressources d'un pays ne fonctionnent pas comme un jeu à somme nulle. L'argent que les uns gagnent n'est pas pris aux autres, mais réinvesti, redistribué.

 Le code Afep-Medef est né d'une volonté populaire et légitime de voir les salaires des grands patrons mieux encadrés. Le texte a le mérite d'exister, et apparait équilibré. En s'opposant à la retraite-chapeau de ceux qui respectent ce cadre normatif, c'est l'autorité de ce code qu'on met à mal. Avec le risque d'entretenir une certaine instabilité juridique, précisément de celles qui laissent la porte ouverte à tous les excès.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/11/2014 à 8:20 :
Au moins son entreprise n'est pas en faillite , ce qui n'est pas le cas de la France gérée par des incompétents irresponsables sous prétexte qu'ils ont été élus par une majorité "théorique"
a écrit le 01/11/2014 à 9:30 :
drole d article
1) GDF n´a aucune concurrence donc le mérite de ce Monsieur est aétoire
2) appeler cela comme vous voulez pour moi c est du détournement d´actif
Réponse de le 03/11/2014 à 10:01 :
Oui ! D'accord avec vous sur les deux points.
a écrit le 31/10/2014 à 12:28 :
feriez mieux de gueuler d'abord sur les joueurs de foot.....et ne sortez pas le pathétique argument de la brièveté de la carriere svp....
a écrit le 31/10/2014 à 10:55 :
" On voit que le patron de GDF Suez est dans les clous. Autres garde-fous, les Assemblées générales d'actionnaires et le Conseil d'administration du groupe. A deux reprises, l'AG a validé à plus de 95 % l'ensemble de la rémunération de Mestrallet."
Vous vous moquez ouvertement du monde !!
Rien ne justifie de telles sommes, vous confondez légalité et légitimité.
C'est pathétique d'écrire de telles inepties
a écrit le 31/10/2014 à 10:47 :
Osez comparer MESTRALLET au patron d'APPLE, ça fallait le faire ! L'un a créé sa propre société, l'a fait croître dans des proportions magnifiques,- et a pris tous les risques- tandis que l'autre a géré en "bon père de famille" une société qui existait depuis des lustres.... Comparez un créateur de génie et un simple gérant, juste pour soutenir votre thèse fumeuse ! C'est de la malhonnêteté intellectuelle pure !
Réponse de le 03/11/2014 à 19:02 :
Sauf que Tim Cook n'a pas crée Apple, il a rejoint l'entreprise en 98, soit plus de 20 ans après sa création. Il a patron, pas entrepreneur. Et il n'est CEO que depuis 2011.
a écrit le 31/10/2014 à 8:21 :
C'est une blague ? Comment pouvoir justifier de tels DÉSÉQUILIBRES ... ?
a écrit le 31/10/2014 à 0:17 :
Incroyable article qui justifie l'injustifiable. Qui fait les lois? Qui s'accapare tous les pouvoirs en depit du bon sens? Vous vivez dans un monde virtuel, mais ces sommes sont reelles. Et quand une banque privée fait faillite qui la renfloue? Nos impots!
GDF Suez, une société rentable car elle a le monopole en France et son salaire ou sa retraite sortent de notre poche. On a le droit et le devoir de critiquer de tels pratiques maffieuse de collusion entre le gouvernement qui est la botte de la finance, la "justice" sous influence et ces voleurs qui détruisent notre qualité de vie pour se faire encore plus de profit sur notre dos.
Réponse de le 31/10/2014 à 8:17 :
" Incroyable article qui ( croit ) justifier l' injustifiable " C' est tout à fait ça ...
a écrit le 30/10/2014 à 21:16 :
mais pour une personne qui a touché de si belles sommes tous les ans ,que peut-il faire de cette manne à l'age de la retraite ,je pense qu'il ne doit pas lui manquer grand chose.Donc ce sera de l'argent immobilisé .Ses employés,un peu mieux payés feraient marcher l'économie de leur pays
Réponse de le 31/10/2014 à 8:10 :
Tout à fait d' accord.
a écrit le 30/10/2014 à 20:30 :
Où voir une quelconque morale dans cette " histoire de riches " ?
a écrit le 30/10/2014 à 20:26 :
Probablement un " article " à mettre en parallèle avec l' article de La Tribune du 28/10 sur
la pauvreté des enfants ...
a écrit le 30/10/2014 à 20:21 :
Zéro mérite ... Ces gens n' ont pas plus de mérite qu' un simple ouvrier.
a écrit le 30/10/2014 à 17:32 :
Monsieur Mestrallet retraité sera comme Monsieur Tartampion retraité; c'est à dire qu'il sera comme tout le monde un citoyen en retraite, alors son statut antérieur, tout le monde s'en moque, et oui, le montant de sa retraite est scandaleux, il a pu emmagasiner toute sa vie pour parer aux besoins de sa vieillesse. C'est cela la morale.
a écrit le 30/10/2014 à 17:12 :
Il n'y a pas une moralité de ci ce ça, il y a la morale. Et la morale de notre société humaine serait de changer les règles de ce système totalement indécent. Quand au mérite, tout est relatif, ce monsieur n'en a pas plus que le boulanger qui a la tâche de nous pétrir du bon pain. D'ailleurs ces très grandes fortunes ne font pas vivre les pauvres, (comme elles le prétendent), puisque le nombre de pauvres augmente sans cesse . Ne sont ils pas rassasiés de tout cet argent?
a écrit le 30/10/2014 à 16:43 :
Parfaits les commentaires de cette rubrique où suintent la jalousie et la rancœur. Un jour viendra où travailler et gagner de l'argent ne sera plus honteux. Eh oui, des gens sont brillants et arrivent au sommet et bien tant mieux. Mes grands-parents et parents (respectivement agriculteurs et ouvriers de l'Etat) me répétaient qu'on a que ce qu'on mérite. Je le répète à mes enfants, libre à eux de se motiver pour y arriver ou de ce regarder le nombril et critiquer les autres.
Réponse de le 30/10/2014 à 19:40 :
Redescendez à la ... cave.
Réponse de le 31/10/2014 à 0:31 :
Et vous croyez encore au pere noel et aux bisounours: "On a que ce qu'on mérite". Au secours! Réveillez-vous! Ces grands patrons ne sont pas des gens intelligents, des créateurs, des fondateurs ou des entrepreneurs. Ce sont des exploiteurs d'un systeme financier perverse créé par eux sur notre dos. Leur argent ils le doivent a leurs relations, aux magouilles, a cette maffia de la finance qui les a formé. Ces grands patrons n'ont aucun mérite, ils profitent de lois favorables aux speculateurs, pas aux entrepreneurs. Le mérite appartient aux patrons de PMI-PME qui eux sont souvent au bord de la faillite. Ce sont eux qui font bouillir la marmite en créant des emplois. Vous vous trompez de cible! Il n'y a rien à admirer chez ces profiteurs spéculateurs! Les medias officiels ont bien fait leur boulot. Visitez Internet pour vous informer.vraiment.
Réponse de le 31/10/2014 à 19:10 :
@ Arrete de boire Bien dit !
a écrit le 30/10/2014 à 14:59 :
Mestrallet comme tous les autres PDG du CAC 40 n'est ni propriétaire ni fondateur de son entreprise. C'est un simple mandataire chargé de piloter le groupe. Autant les Français acceptent très bien que celui qui a pris des risques pour monter sa boite, comme Xavier Niel, gagne très bien sa vie, autant ils sont choqués de voir que leurs top managers s'en mettent autant dans les poches et gagnent 20 à 30 fois plus qu'eux. C'est d'autant plus incompréhensible qu'on leur demande de se serrer la ceinture pour être plus compétitifs. A une certaine époque, on considérait qu'un dirigeant devait montrer l'exemple. Mais c'était un temps où l'honneur et le sens du devoir existaient encore.
Réponse de le 31/10/2014 à 10:45 :
Vous avez totalement raison !
a écrit le 30/10/2014 à 14:38 :
voilà comment un porte flingue des élites essaye de nous faire croire que finalement ce type mériterait un salaire puis une retraite complétement indécents où la rapacité tutoie sans vergogne la vacuité absolue.
a écrit le 30/10/2014 à 14:09 :
"Si ce n'etait pas serieux on pourrait en rire", ou comment non seulement nous prendre, nous laisser, mais nous demander de repeater: nous sommes des imbeciles. Que cette retraite ne soit que la partie visible de l'iceberg, tout le monde en conviendra. Maintenant qu'il faille avaler l'iceberg au pretexte qu'une partie est visible...
a écrit le 30/10/2014 à 14:00 :
Si l'Etat lui en prend 70% en IR + 15% de CSG on peut accepter qu'il garde le reste.
a écrit le 30/10/2014 à 13:56 :
Aucun Travail ne mérite ce salaire ni cette retraite:car il ne travaille pas comme 100 et ne mange pas comme 10.Si un grand patron est propriétaire de sa boite c'est différent:il y a une part pour la rémunération du capital qui est mis en jeu et peut être perdue.Mais Mr Mestrallet n'est pas un" patron " mais un dirigeant de société qui ne risque rien à titre personnel si la boite coule,il peut même toucher les ASSEDIC ou l'assurance perte d'emploi s'il a cotisé à la caisse des PDG.
a écrit le 30/10/2014 à 13:37 :
Probablement un " article " à mettre en parallèle avec l' article de La Tribune du 28/10 :
" L' Unicef alerte : la pauvreté des enfants s' aggrave dans les pays riches " ... !
a écrit le 30/10/2014 à 12:33 :
Nous vivons en société par conséquent tous les rapports qui peuvent être faits pour juger de la " moralité " de cette FORTUNE se justifient ... Sauf à parler d' une notion " morale " propre à un milieu particulier et qui par conséquent n' est pas la " morale " de la société ...
( ... )
a écrit le 30/10/2014 à 12:07 :
il fallait bien que la cgt fasse un ecran de fumee avec qqch pour pas qu'on s'attarde sur les refections d'appartements, les chateaux, le 1% CE, les 30 milliards de la formation, etc........
et comme ils n'ont pas le pouvoir comme d'autres de faire ' le mariage pour tous' pour pas qu'on voit l'inversion de la courbe du chomage, ils s'indignent avec ce qu'ils peuvent
Réponse de le 30/10/2014 à 13:00 :
Comme vous dites ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :